Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 novembre 2018

Nos Enchanteurs - Liz Van Deuq, la séduction d’une colère douce

MJC de Venelles le 16 novembre 2018, premier plateau,

Déjà quatre ou cinq ans depuis les premiers prix, Sacem, Moustaki, le tremplin France Inter où elle était ma candidate favorite. Après son premier album Anna-Liz en 2014, banc d’essai très prometteur de son répertoire romantico-humoristique, elle vient de sortir un nouvel album tout à fait original, Vanités, que Michel Kemper vient de vous présenter. Sans compter les EP et un disque de mélodies pour endormir les bébés.

Lire la suite
___________________
___________________

mercredi, 28 novembre 2018

C'est déjà ça - A cause des "Garçons"

Zaza Fournier, Chloé Lacan et Cléa Vincent étaient ce vendredi sur la scène de la salle du Grand Parc pour le spectacle "Garçons", élégante et pétillante variation autour du masculin-féminin.

Les trois grandes ombres chinoises s'avancent. Trois filles habillées en garçons, chapeaux de film noir. Noeud pap' pour Cléa Vincent, Cravate et gilet pour Chloé Lacan, veste classe pour Zaza Fournier. "Mesdemoiselles, mesdames, bonsoir..." Oeillades. Elles sont venues pour pécho. Comme les gars dans leurs postures au mieux enjôleuses, au pire lourdes comme un "Vous habitez chez vos parents?". Les trois filles inversent les rôles le temps d'un "Garçons", spectacle créé il y a quatre ans déjà.

Lire la suite
____________________
____________________

mardi, 27 novembre 2018

Nos Enchanteurs - La belle histoire de Marion Cousineau

18 novembre 2018, Forum Léo-Ferré, Ivry-sur-Seine,

Elle interprète des chansons, dit ses textes et parle au public… Telle est Marion Cousineau, toute en simplicité, touchante et percutante. Elle questionne, se questionne sans avoir la prétention d’apporter des réponses toute faites. Avec humour et tendresse, son sourire nous invite au voyage. De la Bretagne au Québec en passant par l’intimité de ses rencontres artistiques, des ses correspondances épistolaires, Marion nous invite à un  voyage dans son univers. Et nous acceptons l’invitation avec grand plaisir.

Lire la suite
__________________
__________________

lundi, 26 novembre 2018

Nos Enchanteurs - Liz Van Deuq, la séduction d’une colère douce

MJC de Venelles le 16 novembre 2018, premier plateau,

Déjà quatre ou cinq ans depuis les premiers prix, Sacem, Moustaki, le tremplin France Inter où elle était ma candidate favorite. Après son premier album Anna-Liz en 2014, banc d’essai très prometteur de son répertoire romantico-humoristique, elle vient de sortir un nouvel album tout à fait original, Vanités, que Michel Kemper vient de vous présenter. Sans compter les EP et un disque de mélodies pour endormir les bébés.

Lire la suite
__________________
__________________

samedi, 24 novembre 2018

Claude Févre - 14 novembre 2018, Marion Cousineau en apéro-concert

Marion entre dans la salle du bar, sourit, passe la main dans sa chevelure frisée en un geste enfantin, prononce les premiers mots : « Même pas peur »… La salle frémit. Elle déroule son premier texte parlé… « Même pas peur du passé qui reste à vivre… Du futur à oublier… De la mort quoi qu’on en dise… De ta bouche et des cerises… » Voilà, il est déjà trop tard pour échapper au charme indicible de Marion Cousineau qui, sans aucun apprêt, sans le moindre effet ni du corps  ni de la voix, soumet le public à sa loi.

Il nous revient en mémoire les mots d’un ami prononcés à Barjac à la sortie de son concert sous le chapiteau. C’était en substance ceci : «  Que l’on n’aille surtout pas lui donner des cours de présence scénique, la confier à un coach… On courrait le risque de lui ôter ce qu’elle a d’unique. »

Lire la suite
____________________
____________________

lundi, 19 novembre 2018

Nos Enchanteurs - Ce Renaud qu’on aime et qu’on raille

14 novembre 2018, A Thou bout d’Chant, à Lyon,

Discuter (et se disputer) pour savoir si Renaud est un des grands de la chanson française n’a que peu d’intérêt. N’empêche. Il y a visiblement deux regards distincts sur le chanteur énervant :  par son œuvre, qui intéresse les amateurs éclairés de chanson ; par le personnage, toujours vivant, qui passionne en plus grand nombre des fanatiques sans beaucoup de distance critique.

Lire la suite
____________________
____________________

samedi, 17 novembre 2018

Hexagone, Michel Gallas - Lily Luca : Chansons à rebrousse-poil

J’avais vu Lily Luca en juillet au Café chantant du festival de Montcuq où en trente minutes elle avait conquis spectateurs et professionnels. Fin octobre, elle est venue jouer à Toulouse, du mardi au samedi, s’accompagnant à la guitare pour les apéros-spectacles du Grand-Rond pour la seconde fois (son premier passage datant de 2014). Le spectacle solo présenté, construit et rythmé, reprend deux chansons du premier album dont la marquante Future 2000 et quatre titres du second : la chanson de scène Le charme impénétrable des artistes perturbés – où elle va s’asseoir sur un spectateur -, la très originale La petite goutte chanson consacrée au… sperme, la superbe T’es où ?, et en rappel La stratégie du foulard en coton surprenante chanson d’amour à la fin inattendue. Cela laisse une grande place, en fait plus de la moitié, pour la découverte de nouveaux titres non encore enregistrés. Ceux-ci semblent s’inscrire dans une certaine continuité : angle de vue original de traitement d’un sujet, volonté de surprendre et sens de la chute.

Lire la suite
___________________
___________________

mardi, 13 novembre 2018

Nos enchanteurs - Manu Lods : le vrai métier de Peter Pan

27 octobre 2018, L’Anecdote à Paris 12e,

Ambiance bistrot dans ce « bar couloir » parisien. Nombreux sont les amis à avoir fait le déplacement. Ils ont investi les premières tables ; dans le fond, les habitués boivent, parlent et jouent car ici, en ce lieu, sont à disposition livres et jeux de société. Voilà le décor planté, le public qui parait quelque peu dissipé se laisse happer par l’univers tendre et poétique du malicieux Manu Lods.

Si un chapeau pointu remplaçait sa casquette, on penserait tout de suite à un lutin qui, comme par magie, nous entraine d’une maison à une autre en remontant le temps, de petites histoires familiales à la « grande » histoire. Ce Peter Pan des temps modernes a de la poudre de fée qui sort de sa guitare, accompagné par sa fée Clochette : Rafaël Leroy son p’tit bassiste, son salarié fictif, comme il l’appelle car « c’est le contraire d’un attaché parlementaire, il travaille sans être payé » !

Lire la suite
__________________
__________________