Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 16 mars 2018

Nos Enchanteurs - La chica, envoûtante Circé

La Chica Belleville, 17 février 2018, Le petit-Duc, Aix-en-Provence,

Sophie Fustec est née à Paris, à Belleville d’une maman vénézulienne et d’un papa français. Baignée d’une double culture, elle l’est également de musique avec le violon, puis le piano au conservatoire, écoutant tant les musiques traditionnelles de son pays maternel que les Beatles, Radiohead ou Debussy. Ingénieur du son, formée au jazz, on la voit accompagner des artistes de la scène actuelle tels Christophe Maé ou Pauline Croze, ou au sein du quatuor 3SomeSisters, en collaboration avec Yaël Naïm. Depuis 2013 elle a lancé son propre projet, La Chica Belleville, où elle marie influences traditionnelles et urbaines, acoustiques et électro, classiques et pop, autour de claviers, piano, synthé analogiques, pads, stomp box et baguettes, samplant des rythmiques folkloriques, des extraits parlés de discours, s’autosamplant et utilisant sa voix comme le premier des instruments.

Lire la suite
_____________________
_____________________

mardi, 13 mars 2018

Norbert Gabriel - Nilda chante Lorca…

Et c’est dans le très attachant cirque Romanès qu’on aura le bonheur de découvrir ce spectacle le 7 Avril.

Sur scène :  le son flamenco de  deux jeunes guitaristes virtuoses, des échanges avec les spectateurs autour de citations distribuées avant le concert.
Quinze poèmes  merveilleusement mis en musique par Nilda Fernández.

Lire la suite
___________________
___________________

jeudi, 08 mars 2018

C'est déjà ça - "Qu'est-ce que vous faites chez moi?"

Dans son appartement, Juliette recevait ses potes et le public hier à l'Espace Compostelle du Bouscat. Mise en scène décalée et musiciens au service de ce clown drolatique et tendre, déclinant son dernier album "J'aime pas la chanson".

Un maillot de rugby, une paire de pompes, une bouteille de poire, une console de jeux. Des percussions, une contrebasse, des cuivres. Et un piano. L'appartement de Juliette est un beau bordel. Elle déboule dans le séjour et s'étonne que 375 personnes blindant la salle fassent office de quatrième mur. La "ronde du cul, frisé du tif" s'assied devant le clavier: "chez moi, c'est là que je suis en core plus chez moi". Va pour Dans mon piano droit" sur un piano à queue, l'une de ses 12 nouvelles chansons, toutes livrées dans un concert truculent et délicat, à son image.

Lire la suite
__________________
__________________

mercredi, 07 mars 2018

Nos Enchanteurs - Eskelina, nature de femme

Quatuor Eskelina, 24 février 2018, Le petit-Duc, Aix-en-Provence 

Deux ans après, voici revenue Eskelina en formation complète, avec Alexis Campet aux percussions et clavier, s’ajoutant à Christophe Bastien, aux guitares (et à la composi- tion), et à Nolwenn Leizour à la contrebasse. Pour ne rien oublier, il faudrait mentionner les participants virtuels, les auteurs Florent Vrintrigner et Batlik.

Lire la suite
___________________
___________________

mardi, 06 mars 2018

Nos enchanteurs - Barcella, l’hymne à la joie

Woluwé-Saint-Pierre (Belgique), le W:Halll, 23 février 2018,

Il y a des artistes, c’est terrible ! Par exemple, Barcella. Dans un monde idéal, mon article pourrait s’arrêter là. Barcella serait tellement populaire et aurait déjà été applaudi par tellement de gens, qu’il suffirait de ces quelques mots pour que tout un chacun se remémore le jour où il l’a vu, sur scène ou à la télé, et se dise « waoh, c’est vrai qu’il est génial !». Comme ce n’est pas encore le cas (mais cela ne saurait tarder, ou alors il n’y a plus de justice), je me vois forcé de pousser l’explication un peu plus avant, ce qui ne m’arrange pas forcément, j’ai piscine dans 2 heures !

Lire la suite
____________________
____________________

samedi, 03 mars 2018

Nos Enchanteurs - Laurent Berger, Delphine Coutant, Nico* : à l’amitié, l’amour, la joie

Laurent Berger, Delphine Coutant et Nico*, 24 février 2018, Agend’Arts à Lyon (Rhône),

« Je m’appelle fantaisie / Je suis née d’une envie / D’un péché d’un plaisir / De la loi du désir… » Que peut-il y avoir en commun entre le lyonnais Nico* (si vous lisez cet article à voix haute, prononcez Nico Etoile), la nantaise Delphine Coutant et le voironnais Laurent Berger (la chanson ci-dessus est de lui), aux univers si différents, si ce n’est l’amour de la chanson bien écrite, bien interprétée. Et l’amitié. C’est sur ce matériau-là que s’est construit cette soirée complice, où le répertoire de l’un et des autres se mélange, s’intercale, précède ou succède. Se partage aussi, se combine.

Lire la suite
____________________
____________________

jeudi, 01 mars 2018

Nos Enchanteurs - Barcella, l’hymne à la joie

Woluwé-Saint-Pierre (Belgique), le W:Halll, 23 février 2018,

Il y a des artistes, c’est terrible ! Par exemple, Barcella.

Dans un monde idéal, mon article pourrait s’arrêter là. Barcella serait tellement populaire et aurait déjà été applaudi par tellement de gens, qu’il suffirait de ces quelques mots pour que tout un chacun se remémore le jour où il l’a vu, sur scène ou à la télé, et se dise « waoh, c’est vrai qu’il est génial !». Comme ce n’est pas encore le cas (mais cela ne saurait tarder, ou alors il n’y a plus de justice), je me vois forcé de pousser l’explication un peu plus avant, ce qui ne m’arrange pas forcément, j’ai piscine dans 2 heures !

Lire la suite
____________________
____________________

mercredi, 28 février 2018

Le blog du doigt dans l'oeil : Xavier Merlet aux ACP…

Caustique, et tendre, narquois et souriant, vous avez toutes les bonnes raisons d’aller écouter Xavier Merlet quand il passera près de chez vous… C’était aux ACP à Paris début Février… Et garanti AOC, m’sieurs dames !

AOC  c’est ça, l’album d’une une sorte de voltigeur du verbe et de la note qui fait danser des fables acidulées, un chansonniste incisif et narquois, sans en faire des caisses dans l’emphatique pompeux ou intellichiant pour dispenser la bonne parole, les mots sont là, les musiques balladines et swingantes, et le tout vous éveille les neurones au cas où ils se seraient laissés engourdir par les discours frelatés des pinocchios de la politicom’ formatée. Lui c’est plutôt Figaro, l’insolent, le rebelle subtil qui lance ses banderilles verbales et à la fin de l’envoi, Cyrano souriant, il touche. On imagine le trait du fleuret qui trace un X comme le Z de Zorro.

Lire la suite
__________________
__________________