Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 août 2020

Le concert confiné du dimanche : Séverin - Concert confiné et en famille (#Festivaljeresteàlamaison) (15 avril 2020)

A l'initiative du Festival Je Reste à La Maison, j'ai joué quelques chansons dans une salle de bain. Tracklisting : - Quand bien même - Contrôle ta samba (feat Chacha) - Samba Saravah (feat Kiwi da Gama) - La vie con (feat Sjoman) - Ca ira tu verras Filmé par Ambroise Tezenas le 2 avril 2020 en Vendée confinée LA CAUSE SOUTENUE PAR LE FESTIVAL Le Festival Je reste à La Maison soutient le Secours populaire

samedi, 08 août 2020

Souvenirs, souvenirs : Jeanne Moreau - J’ai la mémoire qui flanche (1963)

Jeanne Moreau est à Montreux en 1963 pour la Rose d’or. Pendant les répétitions, elle interprète la chanson J’ai la mémoire qui flanche pour les caméras de la TSR. L’écrivain iranien Serge Rezvani a écrit cette chanson sous le pseudonyme de Cyrus Bassiak.

Nour FDN 2020

Le cul de sac, L'impulsive (chansons, par l'auteure) 18ème Festival DécOUVRIR, édition numérique, chaque mercredi du 3 juin au 2 septembre En partenariat avec France 3 Nouvelle Aquitaine

L'album de la semaine - Dominique A, Le silence ou tout comme

Le concert à la fin de semaine - #ensembleàlamaison #togetherathome, Le concert de la fin de semaine -M- Matthieu Chedid -Un Grand Petit Concert en Live Stream à la maison

Replay du live diffusé en direct sur Facebook le 20/03/2020 #chanteàlamaison

Eric Frasiak, Le concert en pointillé du matin en DVD par Yves Le Pape

Dés le début du confinement, le 17 mars 2020, Eric Frasiak voit une première vidéo d'un artiste qui chante sur les réseaux sociaux depuis son domicile. Il décide aussitôt de se lancer mais ne choisit pas le direct qui ne lui paraissait pas satisfaisant techniquement. Il enregistre une première chanson dans son studio personnel, chez lui à Bar-le-Duc et la met en ligne le 20 mars. Il a pris le parti de la légèreté et chante donc son Chat.

Tout de suite, un public répond présent et la vidéo est vue des centaines de fois, commentée et partagée. Au mois d'août 2020 cette première chanson avait été vue par près de 12 000 personnes et partagées 600 fois. Eric se lance donc dans l'aventure de ce qu'il appelle dès le 23 mars son « concert en pointillé du matin » qui va se poursuivre pendant tout le confinement. Une option qui s'avère pertinente car très peu d'artistes ont fait le choix de la vidéo matinale, préférant souvent le direct ou en tout cas la diffusion en soirée.

Eric interprète donc son propre répertoire et des reprises. Pour son répertoire il puise dans la plupart de ses albums. Chaque vidéo est accueillie avec admiration et enthousiasme. Le jardin de papa diffusé le 31 mars provoque beaucoup de commentaires très émus, et une Sophie lui écrit joliment «  mon papa avait semé tes chansons dans son jardin ». Au programme le 1er avril c'est une nouvelle chanson écrite en plein confinement, L'ennemi invisible vu par près de 5000 personnes.

Bien sûr Frasiak ne laisse pas de côté ses propres idées avec, par exemple, Mon anarchie le 27 mars. Il n'est d'ailleurs pas étonnant que notre artiste trouve chez Léo Ferré quelques unes de ses reprises et bien sûr Graine d'ananar le 29 mars, mais aussi L'âge d'or, une chanson particulièrement marquante des semaines confinées. En effet Dominique Babilotte avec Marie et Eric Pellerin en ont fait une immense chanson collaborative avec près d’une centaine de chanteurs professionnels ou amateurs, et Eric y a participé. L'âge d'or, une sorte d'utopie pour ce qu'on a appelé « le monde d'après ».

Béranger est bien sûr plusieurs fois au programme de ces concerts en pointillé (Département 26, Tous ces mots terribles, Le vieux). Eric lui avait déjà dédié un album et un second est annoncé pour cet automne. Mais Frasiak aime bien surprendre son public et comme c'est un grand interprète, il réussit un bel exploit en reprenant le 30 mars Rêver de Mylène Farmer. Toutes les réactions sont positives. On admire cette chanson et beaucoup le disent « c'est la première fois que j'en comprends le texte ».

A côté de ces chansons en solo, Eric a réussi à réunir à distance ses musiciens pour quelques interprétations collectives. Techniquement, il précise que ce travail n'est pas plus compliqué que ce qui se fait habituellement en studio et, surprise, alors qu'en studio il faut toujours plusieurs prises pour aboutir à un bon résultat, c'est toujours du premier coup que fonctionne ces enregistrements à distance. Et dans ce contexte très particulier, c'est une énergie tout à fait impressionnante qui se dégage de ce travail à distance.  

C'est avec cette démarche que sera repris en mode confiné le clip Charleville, un extrait du dernier album de l'artiste. C'est aussi de cette façon que Frédéric Bobin accepte d'enregistrer en duo Novembre, un même duo qu'on retrouve sur l'album Charleville.

Au terme de cette expérience, Eric est encore surpris par «l 'accueil incroyable» de ses concerts en pointillé. Grâce aux centaines de partages, c'est un nouveau public qu'il a réussi à toucher pendant le confinement. Et par le biais des commentaires de Facebook, c'est un contact direct qui a pu se nouer avec chaque auditeur. Cette relation ne peut remplacer la relation qui se noue dans une salle à la fin d'un spectacle mais elle permet un contact très intime à un plus grand nombre de spectateurs. Et ce contact se noue autour de chaque chanson prise individuellement, ce qui n'est évidemment pas possible dans un spectacle en salle.

Toutefois Eric n'a pas voulu faire de concert en direct sur Facebook car il pense qu'il faut investir un important budget pour que la retransmission vidéo soit de qualité suffisante. C'est donc avec un immense plaisir qu'il a retrouvé en juillet ses premiers concerts en public. Il n'est pas impossible toutefois qu'Eric donne de temps en temps de façon impromptue un concert en pointillé pour conserver le contact avec tous ceux qui ont partagé ces moments si chaleureux pendant le confinement.

Il a vécu ses concerts en pointillé comme un véritable engagement, un acte de solidarité pour apporter quelque chose à tous les soignants et à tous ceux qui souffraient de l'enfermement. Il a senti que ce moment exceptionnel pouvait susciter une grande et belle créativité à l'image des magnifiques symphonies confinées de Valentin Vander.

Cet engagement solidaire imposait évidemment la gratuité et c'est à la demande explicite du public de ces concerts en pointillé qu'Eric a accepté d'en faire un DVD. Ce double DVD est encore disponible et il va rester longtemps comme un des meilleurs témoignages de ce que la musique a pu apporter pendant ces semaines qui vont aussi rester comme un moment tout à fait exceptionnel dans l'histoire même de la chanson française.

Frasiak, Le concert en pointillé du matin, double DVD, 59 chansons (20 euros). Il peut être commandé sur le site de Frasiak

Les prochains concerts et en particulier une série de concerts en Rhône-Alpes de fin août et début septembre, sont annoncés ici.

Frasiak photo.jpg

L'actualité de la chanson française en été (mise à jour du 7 août)

Les albums de l'été : Noémie Brigant, Bertrand Betsch, Dominique A, Michèle Bernard et François Morel, Marion Roch, Benjamin Biolay.

Souvenirs de confinement avec Cabrel, Frasiak, Marie Paule Belle, La Caravane Passe, Lili Cros et Thierry Chazelle, François Barriet....

Le clip de la semaine, un souvenir confiné : Frasiak, Charleville (version confinée)

Le concert de la fin de semaine -M- Matthieu Chedid -Un Grand Petit Concert en Live Stream à la maison

Les albums de l'été : Noémie Brigant, Yamal - Dominique A, Le silence ou tout comme

Le concert confiné du dimanche : Séverin - Concert confiné et en famille (#Festivaljeresteàlamaison) (15 avril 2020)

COVID

The Conversation  - La pandémie de Covid-19 a renforcé l’hégémonie des plates-formes numériques globales

La pandémie mondiale affecte le fonctionnement des industries culturelles et les flux mondiaux du contenu culturel numérique.

Prenant comme cas d’analyse les plates-formes numériques et leur place dans les écosystèmes de l’audiovisuel et de la musique, nous pourrions constater que même si l’univers des nouvelles plates-formes affiche des opportunités majeures – telles que des gammes de biens culturels abondantes et abordables et une accessibilité accrue des contenus sur le web – le contexte actuel amplifie des dynamiques de concentration du secteur culturel due à l’action omniprésente de certaines plates-formes en ligne (Netflix, Disney Plus, Spotify ou YouTube Music entre autres).

Télérama - Concerts debout : “Nous nous sentons abandonnés” alertent mille cinq cents professionnels de la musique 

Dans une lettre ouverte publiée ce jeudi 23 juillet 2020, au moins mille cinq cents professionnels de la musique déplorent le mutisme des autorités quant à la reprise des concerts debout à la rentrée. Leur survie est en jeu après quatre mois d’arrêt complet de leur activité.

Depuis le 22 juin, date de la possible reprise des spectacles et concerts, une partie des salles a gardé portes closes. En cause, l’interdiction des concerts en station debout dans les établissements recevant du public, décrétée le 31 mai et confirmée le 10 juillet afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Les Inrocks - Bandcamp Friday : l'initiative de soutien aux artistes sera prolongée jusqu'à la fin de l'année

“Puisque la pandémie est loin d'être terminée”, la plateforme Bandcamp a annoncé que ses fameuses journées sans commission continueront jusqu'en décembre 2020.

On en aurait presque pris l'habitude. Depuis mars dernier, afin de soutenir les musiciens dans une situation économique difficile, Bandcamp, la plateforme de streaming et de vente de musique sur internet, a mis en place ses "Bandcamp Fridays".

Télérama - “Les conditions actuelles des concerts sont un pis-aller insoutenable”

À la tête du Centre national de la musique, Jean-Philippe Thiellay pointe le risque de faillite accru de nombreuses structures, faute de visibilité à la rentrée, mais ne se prononce pas pour un assouplissement des conditions d’accueil.

Un budget augmenté de 50 millions d’euros, dont 22 millions distribués en urgence depuis le mois de mars, le Centre national de la musique a pu tester en conditions réelles son efficacité auprès de ses affillés lors de la crise du Covid. Un baptème du feu pour cet établissement public à caractère industriel et commercial, opérationnel depuis janvier 2020.

FRASIAK

Yves Le Pape - Eric Frasiak, Le concert en pointillé du matin en DVD

Dés le début du confinemant, le 17 mars 2020, Eric Frasiak voit une première vidéo d'un artiste qui chante sur les réseaux sociaux depuis son domicile. Il décide aussitôt de se lancer mais ne choisit pas le direct qui ne lui paraissait pas satisfaisant techniquement. Il enregistre une première chanson dans son studio personnel, chez lui à Bar-le-Duc et la met en ligne le 20 mars. Il a pris le parti de la légèreté et chante donc son Chat.

Tout de suite, un public répond présent et la vidéo est vue des centaines de fois, commentée et partagée. Au mois d'août 2020 cette première chanson avait été vue par près de 12 000 personnes et partagées 600 fois. Eric se lance donc dans l'aventure de ce qu'il appelle dès le 23 mars son « concert en pointillé du matin » qui va se poursuivre pendant tout le confinement. Une option qui s'avère pertinente car très peu d'artistes ont fait le choix de la vidéo matinale, préférant souvent le direct ou en tout cas la diffusion en soirée.

COLLOQUE

Appel de conférences – 3e Biennale internationale d’études sur la chanson – 18 septembre 2020

Appel de conférences pour la 3e Biennale internationale d’études sur la chanson, porté par le réseau de recherches Les Ondes du monde, sur le thème « Chanson pour… Chanson contre », Aix-Marseille Université, 14-15 avril 2021, Sorbonne Nouvelle et Philharmonie de Paris, 26-27 avril 2021. Date limite de soumission : 18 septembre 2020.

BETSCH

Nos Enchanteurs - Bertrand Betsch, au bonheur de vivre

Bertrand Betsch continue avec le dernier album de ce triptyque (La vie apprivoisée, Tout doux, La Traversée) son œuvre reconstructrice. La vie n’est pas un long fleuve tranquille ? Qu’importe, puisque c’est la Vie. La Traversée était une chanson-poème de son album Pour mémoire (2017), des écrits de vingt ans, un réservoir d’inspiration pour ses futurs albums : « J’ai traversé le temps pour habiter le présent ». Il en reprend le thème pour tout un album infiniment réconfortant qui nous apporte la sérénité, avec cette voix tendre et enveloppante et cet environnement musical riche de ses cordes, violons (Emile Cazebas et Salomé Perli, également au piano), violoncelles, contrebasse, flûte et clarinette (Mirabelle Perry), et la batterie de Léo Faubert. Le tout sous le contrôle de Marc Denis qui ajoute ses guitares et basse et la programmation, dans une alternance de danse et de prière obsédante et douce, addictive. 

DELPECH

L'Huma - On connaît la chanson, pas les paroles (5/14). Michel Delpech. Inventaire 66 : sous les paillettes, la France s’ennuie

Cette chanson qui ouvre le premier album de Michel Delpech dissimule un regard aigu sur l’actualité sous les abords d’une déclaration d’amour pour son « p’tit raton laveur » qu’il vient d’épouser. Pour le chanteur de Chez Laurette, c’est l’occasion de juxtaposer des faits d’actualité pour dépeindre un pays tiraillé, deux ans avant Mai 68.

Inventaire 66 est une chanson d’amour où est affectueusement nommée sa femme, Chantal Simon, qu’il vient d’épouser, « mon p’tit raton laveur ». Inventaire 66 s’inspire des énumérations à la Prévert pour brosser un air du temps, qui commence chez Delpech par « Une minijupe, deux bottes Courrèges », égrène une France en pleine transformation

SANSON

Le JDD - Véronique Sanson et Grand Corps Malade : "Nos soeurs, nos mères et la chanson"

D'un côté, un grand gaillard de 1,95 mètre, slameur et réalisateur. De l'autre, un petit bout de femme de 1,56 mètre, icône de la chanson française, pianiste, auteure, compositrice et interprète de classiques inscrits dans la mémoire collective. A priori, tout oppose Grand Corps Malade et Véronique Sanson*. Il aura 43 ans à la fin du mois, elle en a 71 ; il a grandi en Seine-Saint-Denis, elle est issue d'une famille plus aisée des Hauts-de-Seine. Tout sauf l'essentiel : un amour des mots et une force de vie qui leur auront permis de surmonter bien des épreuves.

BERNARD ET MOREL

Nos Enchanteurs - Michèle Bernard et François Morel : des chansons à poire

Un pari gagné, comme toujours avec la grande Michèle, d’autant plus que cette nouvelle mouture a été enregistrée avec le non moins grand François Morel dans le rôle du poirier. La participation d’une chorale d’enfants, avec des arrangements de Jean-Luc Michel (qui a notamment travaillé pour Michel Arbatz et Claudine Lebègue), embellissent textes et mélodies. Le livre-CD est une très belle réussite, grâce entre autres aux illustrations de Valérie Dumas. Les thèmes évoqués sont la solidarité ou l’environnement. Les chansons sont entrecoupées de textes narratifs, qui ajoutent à l’intelligence et à l’accessibilité pour les plus jeunes (dès le CP).

LE JAZZ

Télérama - Gainsbourg, Ferré, Montand, Piaf... Quand le jazz puise dans la variété

Le jazz et la chanson ne se regardent pas toujours en chiens de faïence. Au contraire, bien des airs populaires, de Barbara à Joe Dassin, ont inspiré adaptations et improvisations. Retour sur dix réussites notables.

Entre la chanson française et le jazz, c’est une longue histoire. Suivant l’exemple des jazzmen américains, qui ont pour tradition de s’emparer de tout air à la mode pour stimuler leurs improvisations, les musiciens français n’ont pas négligé de se plonger dans les chansons de Piaf, Trénet, Gainsbourg ou Nougaro. Une certaine tendance, observable depuis une vingtaine d’années, prouve cependant que ce n’est pas seulement la grande chanson francophone que les jazzmen aiment à revisiter, mais aussi la variété la plus commune, l’hommage sincère le disputant souvent à l’ironie.

HUGUES AUFRAY

Nos Enchanteurs - Hugues Aufray, ces chansons qui nous rassemblent

Le temps passe, les chansons restent. Tiens, revoilà Hugues Aufray avec un nouvel album de douze titres ; dont quatre reprises de titres connus urbi et orbi, de camps en veillées, de chœurs en chorales. Et j’en passe ! Faut le faire quand même. Le chanteur a donné son nom à des écoles mais refuse de ralentir. Pensez donc, il est dit dans un récent palmarès que la capricante Santiano serait la chanson le plus connue des Français. Cette chanson de marins, d’origine anglaise, adaptée en 1961, a navigué jusqu’aujourd’hui, inscrite dans les mémoires.

MANO NEGRA

L'Huma - On connaît la chanson, pas les paroles 9/14. Mano negra. Ronde de nuit, un hymne à la préservation du Paris noctambule

Ce n’est pas le morceau qui a fait la renommée de la Mano Negra. Mais, dès son premier album, il identifie le groupe comme un défenseur du milieu alternatif. Il aurait pu s’appeler « Paris est une fête », mais porte la rage d’une époque qui déjà, quand le titre est sorti en 1988, s’effaçait.

Après la Ronde des lutins, d’Antonio Bazzini, la Ronde des jurons, de Georges Brassens, en cet automne 1988, la jeunesse découvre un nouveau son. Le premier album de la Mano Negra, Patchanka, vient de sortir. Et si le tube Mala Vida est le plus joué du groupe en radio, c’est bien Ronde de nuit, le deuxième morceau de l’album, qui tente de réveiller une France endormie par ce début de second septennat mitterrandien. La proclamation de l’envie de faire la fête, autant qu’une tentative de faire reconnaître la vivacité d’une culture underground, dont le groupe de Sèvres est un des piliers

DOMINIQUE A

Nos Enchanteurs - Dominique A, du confinement aux jours d’après

Une bonne surprise et un étape logique dans son parcours. Dominique A (Ané) fait connaître sous forme digitale ces jours un EP de 4 titres à l’inspiration ancrée dans les humeurs et expériences du moment, « Le silence ou tout comme ». Dominique A s’en est expliqué souvent : il injecte sa vie dans ses chansons au fil des années ». A chacun d’en saisir les contours, entre réalisme, littérature et onirisme. C’est ainsi que confiné durant la pandémie à Nantes, la ville où il est revenu vivre après son étape bruxelloise, Dominique A s’est livré en solo sur ses sentiments. Il s’en explique brièvement en guise d’avertissement : « Puisque la période rebat toutes les cartes, profitons-en pour faire les choses différemment. Après avoir enregistré et diffusé au début du confinement une reprise de L’éclaircie de Marc Seberg (un groupe connu de 1981 à 1992, NDLR) j’ai eu l’envie de traduire musicalement la façon dont je ressentais ce que nous traversions, l’atmosphère qui se dégageait d’une période entre autres marquée par la disparition d’un chanteur aux mots bleus ». Et l’auteur-compositeur de préciser que « Délaissant un travail d’écriture au long cours (qui devrait aboutir à un nouvel album en 2022. NDLR), l’idée m’est ainsi venue d’improviser des morceaux avec claviers et boite à rythme, sur des textes écrits dans l’instant, et chantés à très faible volume : comme lorsqu’on ne veut pas réveiller quelqu’un, et comme pour ne pas troubler le silence que je percevais tout autour dans les rues. ». Dans la longue série des chansons nées au fil des jours d’enfermement ou quasi, Dominique A. joue en solo sur le ton de la confidence et de l’expérimental.

vendredi, 07 août 2020

Entretien avec Georges Brassens (1979) | Podcast | Musée Sacem

Nous sommes au printemps 1979, soit quatre ans après la disparition de la vieille ORTF. Et pourtant, voilà qu’une chaîne de télévision, en l’occurrence Antenne 2, est secouée par un mini scandale.  Au cours d’une émission de variétés présentée par l’ineffable Guy Lux à une heure de grande écoute, une chanson a écorché les prudes oreilles de nombreux téléspectateurs. Il s’agit de "Fernande", sémillant hymne érectile farouchement hétéro, interprété par son polisson d’auteur, Georges Brassens. 

Emoi, protestations, lettres indignées, standard téléphonique au bord de l’explosion, la rédaction du magazine dans lequel œuvre alors votre serviteur est sur le pied de guerre : mission, aller interviewer le pornographe du phonographe pour qu’il s’explique sur le tohu-bohu par lui involontairement provoqué.  Résultat, me voilà un beau matin devant les grilles de l’auteur du Gorille, magnétophone antédiluvien sous le bras, un vieux machin à K7 dont même un brocanteur ne voudrait plus aujourd’hui. 

Ce qui explique évidemment la piètre qualité technique de l’enregistrement de cette conversation, qui va pourtant prendre un tour inattendu : car un Brassens en verve fera durer l’interview pendant près de deux heures. Nous sommes dans le 15ème arrondissement de Paris, au n°42 de la rue Santos Dumont, domicile du célèbre barde anar moustachu.

14:25 Publié dans Audio | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

La Sieste acoustique : Bastien Lallemant "Berceuse (pour Oskar)"

Le 21 juin dernier, Bastien Lallemant présentait une sieste acoustique à la Maison de la Radio, accompagné de JP Nataf, Albin de la Simone, Babx, le duo Rosemary Standley & Dom La Nena (Birds On a Wire) ✨. Voici un premier extrait, “Berceuse (pour Oskar)”

Nos Enchanteurs - Festival chansons sous les étoiles, Les Jetés de l’encre, croqueurs de mots et de notes

17 juillet 2020, 22h20 Bouc-Bel-Air, esplanade du château.

Sous le ciel enfin piqueté d’étoiles, les musiciens des Jetés de l’encre ont installés leurs instruments : « trois guitares en folie, une  contrebasse qui vrombit dans la nuit, des chansons qui défrisent. » C’est ainsi que se présentent Gilles Maire, auteur-compositeur-interprète, musicien autodidacte, guitariste tendance manouche venu à la chanson par l’écriture, cœur du groupe qu’il a fondé en 2006, et Philippe Schwall à la contrebasse, qui apporte la note « américaine ». Dan Ifergan assure les contre-mélodies et les contre-rythmiques depuis 2018, et le benjamin Ulysse Loviat, aussi virtuose que discret sur scène, apporte depuis 2016 toute sa sensibilité aux musiques du monde. Un groupe à géométrie variable qui a vu se succéder de nombreux musiciens, au violon, aux percussions à la flûte, aux clarinettes et au trombone, et aux guitares bien sûr (salut à Joël Favreau au passage), au cours de 850 concerts en France et en Europe, et  à travers un répertoire de 3 albums. Ils nous apportent leurs « chansons à respirer », exactement ce qu’il nous faut en ce moment.

Lire la suite
____________________
____________________