Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 janvier 2018

Claude Févre - Mateo Langlois, « Et l’oiseau lyre joue »

5 janvier 2018 – Sortie de résidence – « La mouette libre » Concert solo de Matéo Langlois

Lauréat du Prix d’écriture Claude Nougaro 2016 catégorie Chanson

Avec

Mateo Langlois (Voix, piano, Rhodes, beat box, sax et pédales d’effets)


Le Relais de Poche – Verniolle (Ariège)

Ce soir nous assistons à une naissance, enfin presque…  Celle d’un jeune artiste repéré au Prix d’Ecriture Claude Nougaro en 2016. Matéo Langlois vient de se consacrer pendant quelques jours à ce qu’il est convenu d’appeler une « Résidence ».  Il a profité d’une scène, d’un plateau technique, et de l’accueil chaleureux et gastronomique ( !) du Relais de Poche  à Verniolle (09).  Sous le regard d’intervenants bienveillants et sensibles à son projet. La Chanson c’est tout un réseau de professionnels, peut-être ne le sait-on pas suffisamment, tant l’image de l’artiste, seul face à sa création et à ses défis, habite encore notre imaginaire. Ainsi la région Occitanie, son Réseau Musiques Actuelles Midi-Pyrénées Avant-Mardi s’est dotée d’une équipe d’intervenants scéniques, eux-mêmes artistes confirmés,  qui apportent « une approche technique de la voix, du texte, de la musique et du son », en s’appuyant sur un savoir en psychopédagogie. C’est avec Georges Veyres que Matéo Langlois a peaufiné ce que nous allons découvrir après avoir déjà bénéficié de l’approche scénique d’Eric Lareine en octobre dernier.

Lire la suite
_________________
_________________

L'actualité de la chanson du 12 au 18 janvier

En vidéo pour la fin de semaine : Charles Aznavour

L'album de la semaine : Adrienne Pauly, A vos amours

Les artistes de la semaine : Adrienne Pauly, Vendredi sur mer, Alcaz

Le concert de la fin de semaine : Jeanne Cherhal & Bachar Mar-Khalifé : hommage à Barbara

ADRIENNE PAULY

RFI, La Bande Passante - Adrienne Pauly, chanteuse impétueuse et attachante

La session live avec Adrienne Pauly pour son nouvel album À vos amours.

Neuf ans après J’veux un mec (80 000 albums vendus, deux nominations aux Victoires de la Musique), Adrienne Pauly revient ! Sa personnalité hors du commun intéresse le cinéma. Alors, elle joue dans plusieurs films, dont Belamy avec Claude Chabrol, Gérard Depardieu et Clovis Cornillac, Mystère au Moulin Rouge  avec Jacques Weber et Dominique Besnehard. Côté musique, elle participe à l’hommage aux Rita Mitsouko donné au Théâtre du Rond Point, chante avec Nouvelle Vague, Adamo et Bernard Lavilliers. Et puis, elle rencontre le compositeur Gaby Concato, compagnon de route de Franck Langolff. L’alchimie est parfaite. Le moment est venu pour Adrienne de reprendre le chemin du studio et de la scène !

Télérama (14/6/2016) - Adrienne Pauly : “Moi, ingérable ? Je déteste ce mot"

La chanteuse francilienne revient aux affaires après huit ans d'absence. Avant l'arrivée de son nouveau disque cet hiver, discussion sans filtre avec une fille qui n'a décidément pas la langue dans sa poche.

Disparue des radars depuis huit ans, la chanteuse volcanique qui clamait sans ambage « J'veux un mec »,  a amorcé son retour par une série de concerts de chauffe aux Trois Baudets à Paris. Avant le dernier demain, elle se confie sur ses amours, ses envies, ses emmerdes...

DOMINIQUE A

France Inter - 2018 sera une année qui comptera double pour Dominique A

Après s’être posé cette question existentielle et artistique : « pourquoi faire un album de plus ? » Dominique A est donc de retour, avec non pas avec un, mais deux albums.

France Inter vous fait découvrir aujourd'hui en exclusivité le premier clip qui accompagne ce nouvel album de Dominique A « Toute latitude » sous forme d'un film d’animation signé Sébastien Laudenbach. De magnifiques images oniriques pour porter une chanson sur l’insouciance de la jeunesse, où il est question d’une adolescence libre,  sans aucun engagement d’aucune sorte avec pour seule devise " peu importe... " comme le chante Dominique A.  L’heureuse espérance d’avoir toute latitude avec soudain, ce moment de bascule où les points de suspension sont mis en musique par un simple "et puis…" qui veut tant dire.

ALCAZ

Nos Enchanteurs - Alcaz, toujours par grand vent

De la suite dans les idées. Et des vents qui les portent… Est-ce Le vent fripon, disque tout entier consacré au père Brassens, que ce duo a réalisé il y a quelques années, toujours est-il que l’amour est de nouveau Porté[s] par les vents chez Alcaz. Des vents amoureux, des brises de baisers…

ALYSCE

Nos Enchanteurs - Alysce au pays des merveilles

On ne sait tout à fait son âge, encore moins son avenir, mais sa voix est volontairement gamine, comme fixée, rivée dans l’adolescence. On dirait bien « dans l’enfance » s’il n’y avait ces ardents désirs d’amour et de révolte (par révolte, entendez moins des nuits debout que des soirées de transgression). Sa bio trouve mieux que quiconque les mots qu’il faut pour nous parler d’elle, qui « rend hommage à l’adolescence, aux enfants désobéissants qui se révèlent au monde des adultes, s’aiment, deviennent des hommes, des femmes et des vieux pas tout à fait sages… ». Voici Alysce, forcément au pays des merveilles, des douceurs et des caresses, à la découverte de ce qu’il y a de l’autre côté du miroir. Et un premier album (un six titres) pleinement convaincant, attirant, troublant.

REMO GARY

Norbert Gabriel - Les oiseaux de passage

Quand Brassens a mis une musique  ce poème de Jean Richepin, il s’est attaqué à une œuvre majeure, mais très peu ont su donner toute son ampleur au texte et à la musique. Et au dessus de tous, Rémo Gary…

Rémo Gary a choisi de prendre le texte intégral, de le mettre en majesté, remarquablement accompagné ( dans la version ci dessous) par Nathalie Fortin une pianiste qui ne fait pas un pléonasme musical sur les vers mais qui amène la musique avec une finesse et une subtilité rares. C’est comme la BO d’un film, la musique n’est pas que le trait qui surligne comme c’est souvent le cas avec les artistes qui s’accompagnent, et qui parfois ne savent pas faire le choix entre les priorités d’où une valse hésitation entre les mots et les notes.

VILLA GINETTE

Nos Enchanteurs - Ça vit là, dans la Villa Ginette !

On dit le comité littéraire de chez Larousse en grande perplexité : va-t-il valider ou non le nouveau terme de Rap’n’Roll que La Villa Ginette lui propose ? Rap’n’Roll : le quatuor rémois a beau être assez jeune (pas même huit ans, et son nouvel album n’est que le troisième – le premier en 2011, l’autre en 2013) : il n’en sait pas moins poser des mots, des notes, des actes et ce concept de « rap’n'roll » qui semble en faire l’addition. Si, d’après leur bio, leur principe fondateur était « de mettre la musique au service des mots, du texte », leur patte s’est affinée, précisée, affirmée. Et « La Villa Ginette a pris une direction résolument plus hip-hop tout en gardant dans les textes le second degré et l’esprit de dérision qui les caractérisent » lit-on encore.

vendredi, 19 janvier 2018

Charles Aznavour "Tu t'laisses aller" (INA, 1959)

L'album de la semaine : Adrienne Pauly, A vos amours

Charles Aznavour "Désormais" (INA, 1969)

Nos Enchanteurs - Alain Sourigues, boxeur à profusion, chanteur à contusion

Alain Sourigues, 14 janvier 2018, Théâtre Clavel à Paris,

Si la programmation d’Edito/Noir Coquelicot au Théâtre Clavel (1) vit ces temps-ci quelques soubresauts (des annulations pour diverses raisons non imputables à l’organisateur), elle connaît la plupart du temps de bien belles satisfactions. Comme ce dimanche…

Là, nous sommes au terme du spectacle. La salle est presque comble et l’artiste anticipe les réactions du public. Et il supplie celui-ci de le laisser partir : il a fait son taff, ralenti même la cadence en fin de parcours pour être raccord avec son contrat mais pas plus. Il sait l’adhésion des spectateurs. Il les flatte, les cajole, s’agenouille devant eux, à presque pleurer. Il les culpabilise, les brusque même : il veut partir. Nous, le public, sommes censés le retenir. C’est vrai que nous avons notre dû : la ration fut généreuse, la pitance bonne. L’homme de lettres qu’il est (notons qu’il fut jadis facteur, à en distribuer en abondance) jongle avec le verbe sans jamais faire tomber le moindre mot.

Lire la suite
________________
________________

jeudi, 18 janvier 2018

"Le pull-over" chanté par Allain Leprest en duo avec Clarika (2010)

Remo Gary Le maréchal des sans logis

Rencontre avec Rémo Gary (2014)

Le clip de la semaine : Clarika - La cible (Live 2017)

L'album de la semaine : Yves Duteil, Respect