Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 04 octobre 2018

Nos Enchanteurs - CharlElie Couture, la classe de l’inclassable

Bruxelles, le W:Halll, 21 septembre 2018,

C’est con : le concert auquel nous avons eu le plaisir d’assister était l’avant-dernier de la tournée (l’ultime ayant eu lieu le lendemain 22 septembre) ! Si ça se trouve, vous qui lisez ces lignes, vous allez mourir d’envie de le voir et vous ne pourrez plus. Heureusement, l’artiste nous a annoncé la sortie en janvier 2019 de son nouvel album, qui sera suivi d’une tournée dès le mois de mars. L’occasion d’une séance de rattrapage.

Lire la suite
_________________
_________________

jeudi, 27 septembre 2018

Nos Enchanteurs - Toulis fait Volt face

Eric Toulis et Lou Volt, « Un gars et une fille », 21 septembre 2018 à La Ricane, café-théâtre, Saint-Etienne,

Nous avions quitté Lou Volt et Eric Toulis, l’une dans son spectacle présenté à Avignon, l’autre au sein des Escrocs, entre Avignon et Barjac.

Les voici tout deux, unis en un récital équitable (une chanson l’une, une chanson l’autre) puisé dans le répertoire de chacun des deux : Le diner aux chandelles, La teuf à la touf’, Botox blues, Cinq minutes douche comprise… pour Lou, l’ex du Grand Orchestre du Splendid ; Chromosome breton, Le célibataire, Le blues du trompettiste, Gare aux morilles… pour Toulis, un des trois Pieds Nickelés des Escrocs, qui exhume parfois quelques vieux titres de derrière les fagots, des inoxydables, inaltérables.

Lire la suite
__________________
__________________

mercredi, 26 septembre 2018

Nos Enchanteurs - Fête de l’Humavortée

A la Fête de L’Humanité, depuis toujours, on s’y sent bien. C’est sans doute un des rares lieux qui défend les valeurs que nous soutenons depuis toujours sur NosEnchanteurs, autour de la chanson, du spectacle vivant de la culture sous tous ses aspects. Au travers nos reportages, depuis de nombreuses années, nous n’avons jamais caché notre sympathie pour les courants de pensées qui animent la Fête de L’Humanité (à titre d’exemples, voir nos articles de 2017 et de 2016). Chaque année les artistes que nous aimons viennent soutenir cette fête, à la fois pour y rencontrer un public chaleureux mais aussi comme un acte militant. Ils viennent se produire sur les petites scènes contre un simple défraiement. Et, même pour les têtes d’affiche, sur la grande scène, les cachets sont parfois négociés à la baisse.

Lire la suite
___________________
___________________

mercredi, 19 septembre 2018

C'est déjà ça - Léo hurle à "Sud Ouest" puis à la guinguette

Le groupe bordelais des Hurlements d'Léo vient de sortir au printemps son douzième album, l'excellent "Luna de papel". Ils étaient ce vendredi matin dans les locaux du journal pour quelques titres et seront ce soir à la guinguette Chez Alriq

Lire la suite
__________________
__________________

lundi, 17 septembre 2018

Claude Févre - 1ères Estivades poétiques, la poésie sinon rien !

Honneur à notre ami Matthias Vincenot et à son festival DécOuvrir de Concèze car il ne fait aucun doute que c’est bien son éternel combat pour la poésie qui a donné son impulsion à l’équipe de l’association La Voix du Scribe. Même si l’on connaît la passion de Florence Cortès pour les mots, leurs caravanes sans fin, pour les rencontres humaines sans frontières, sa détermination qui se suffit à elle-même pour avancer, inventer.

On trouvait sur ces premières Estivades les fidèles de Concèze , anges protecteurs, bonnes fées, ou petits démons ? Ils choisiront… Dans la programmation en effet les incontournables, les fidèles : le chanteur  Eric Guilleton et le comédien Antoine Coesens. Il faudra attendre la soirée de samedi pour qu’ils nous apparaissent dans leur talent respectif, précédés de Pascale Anglès, en poétesse superbe. Élégante, douce et non moins engagée, sa parole a donné le ton. Hommage à la vie, dans son dernier recueil, publié chez Vox Scriba (Florence Cortès encore !) dédié aux martyrs d’Alep. Et cette question lancinante du sort des femmes…

Lire la suite
____________________
____________________

mardi, 11 septembre 2018

Nos Enchanteurs - Claudine Lebègue restaure Dalida

« Hôtel Dalida », 8 septembre 2018, Centre culturel Le Sou à La Talaudière (42),

Sur le bord de la scène, un autel dressé à l’effigie de l’idole. Le rituel poster à la longue chevelure, aux dents éclatantes, un boa en synthétique rouge pétant, quelques bougies et menus colifichets, une boule à facettes. Et des offrandes à venir. Au fond de la scène, une platine, avec quelques quarante-cinq tours sur le présentoir, pour le karaoké auquel les « Babette et Michel » d’un soir se prêteront. Ce soir, on célèbre Iolanda…

Lire la suite
_____________________
_____________________

dimanche, 02 septembre 2018

Namur 2018. Des Négresses vertes et des bien mûres

Les Solidarités, Namur, 25 août 2018.

Enfourchons notre machine à remonter le temps et rejoignons la fin des années 80. En ces temps heureux, le rock français se découvrait un nouveau visage et une véritable identité, loin des influences stoniennes de Téléphone, du hard rock gentillet de Trust ou de la new-wave d’Indochine. La France se réveillait soudainement métissée et se lançait dans un melting pot musical de rythmes orientaux, de musette traditionnelle et de rock déconneur. Les groupes phares s’appelaient Mano Negra, les Garçons bouchers, Pigalle, Les Satellites ou les V.R.P. Tous synthétisés dans ce sketch immortel des Inconnus : la Négra Bouchbeat.

Lire la suite
______________
______________

mercredi, 22 août 2018

Nos enchanteurs - Barjac 2018. Erwan Pinard… Un vent de folie sur Barjac

Vent de folie, douche écossaise, propos orageux ou coup de foudre, le concert d’Erwan Pinard, bien avant que la météo ne s’en mêle et secoue le chapiteau du Pradet, aura bousculé le public de Barjac. Erwan Pinard cogne, éructe, assène ses mots comme des uppercuts, laissant le public groggy, sidéré, ulcéré ou bouleversé. Solitaire, guitare au poing, entre blessures et colères, se livrant tout entier, au corps à corps avec le public tel un boxeur sur un ring, inondé de sueur, s’ébrouant comme un animal sauvage, il va le chercher, le provoquer, Mais qu’on ne s’y trompe pas, le seul qu’il affronte, c’est lui-même, homme transi, homme déchiré, homme blessé, homme éperdu d’aimer.

Lire la suite
__________________
__________________