Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 octobre 2019

L'actualité de la chanson française du 4 au 10 octobre

Les artistes de la semaine : Alex Beaupain, Rita Mitsouko, Robinsonne, Gérard Yung, Samir Barris

L'album de la semaine : Alex Beaupain, Pas plus le jour que la nuit

ALEX BEAUPAIN

Télérama - Alex Beaupain, Pas plus le jour que la nuit

« La vie est courte, les choix nombreux/Et choisir, c’est mourir un peu »… Voici la clé de ce sixième album dense et ambitieux. À 45 ans, Alex Beaupain cherche à s’affranchir de son image d’héritier pop de Barbara. Mais sans rompre les liens… Pour se renouveler, il s’est entouré des jeunes producteurs électro en vogue, Ambroise « Sage » Willaume et Gabriel « Superpoze » Legeleux. Jamais envahissantes, les sonorités de synthé du premier et les fines batteries aux toms effleurés du second affleurent joliment au fil des écoutes

Nos Enchanteurs - Alex Beaupain, pétri de talent

Alex Beaupain nous revient ce 4 octobre avec Pas plus le jour que la nuit. Celui qui, de son propre aveu, a bien failli ne jamais devenir chanteur (c’est le décès subit, à l’âge de 26 ans, de sa fiancée qui sera l’élément déclencheur) nous livre, avec ce sixième album, une œuvre plus singulière, plus aboutie. Plus personnelle, et paradoxalement moins narcissique.

SAMIR BARRIS

Nos Enchanteurs - Samir Barris, passeur de poésie

Clairvoyance ou opportunisme ? Toujours est-il que c’est ce 20 septembre, veille de l’automne, que nous est arrivé cet album intitulé Fin d’été. Timing parfait. Son auteur ? Un quadra bruxellois au passé déjà copieux : Samir Barris. Chanteur à double tranchant – pour les enfants avec son projet Ici Baba, pour les adultes sous son propre nom – il cultive pour l’heure la mélancolie élégante et la nostalgie discrète. Quoi d’étonnant dès lors que son disque rassemble 13 chansons dont l’absence et le temps qui passe forment le fil conducteur ? Des titres joliment écrits. Il faut dire que la moitié d’entre eux sont des poèmes mis en musique. Pas trop difficile, me direz-vous, de chanter de belles choses quand le parolier se nomme Victor Hugo, Paul Verlaine ou Charles Baudelaire, et qu’on y ajoute en outre une reprise de Barbara, Septembre ! Certes, mais encore faut-il le faire avec justesse et intelligence.

ROBINSONNE

Nos Enchanteurs - Robinsonne, quête de l’amour

Tous les titres de ce nouvel album de Robinsonne (son troisième) se conjuguent à la première personne. Au féminin. Et à l’amour, qui est ici comme en recherche. C’est une goualante portée par une voix faite de sincérité et d’émotion, une voix forte qui se sait rien du minaudage, qui n’est pas là particulièrement pour séduire mais convaincre : et c’est réussi. Quand je dis goualante, c’est sans parenté aucune avec des Damia ou Fréhel, que du reste Robinsonne interprète dans un spectacle, Les Scandaleuses. De tels consœurs vont bien à Robinsonne, elle qui en est un peu l’exacte contraire, insoumise qu’elle est. On imagine d’ailleurs ce que donnerait Le Tango des sanglots, chanson nouvelle de Robinsonne, dans la voix et le répertoire de ces vieilles dames-là : « Pourquoi fuient-ils dès qu’on les aime ? / Moi je ne comprends rien aux hommes… »
 
HEXAGONE
 
Nos Enchanteurs - Hexagone, ça passe ou ça cesse

Si encore cet horripilant Bernard Canetti, fils du fameux directeur artistique Jacques Canetti (eh oui, celui qui cornaqua Brel, Brassens, Béart, Reggiani, Aznavour, Jeanne Moreau, Higelin et bien d’autres ), s’était acheté une pleine page de pub* sur Hexagone pour son nauséeux et indigeste régime Comme j’aime... Ben non. N’empêche que, d’un numéro à l’autre, Hexagone vient de perdre 143 grammes, passant de 685 à 542. Cure d’amaigrissement pour le coup efficace ? Non, seulement un grammage de papier inférieur, sans nullement nuire à la qualité de cet estimable trimestriel. En terme de communication, ça peut toutefois rappeler aux abonnés de feu Chorus le funeste souvenir des n°61 et 62, bien moins épais, amputés de la moitié de leur pagination, grave alerte s’il en fut. Rappelons que Chorus disparut sept numéros plus tard.

GERARD YUNG

Nos Enchanteurs - Gérard Yung : Paris, Delhi et autres escales de l’amour

Voyages, voyages. De Paris à Delhi, on ne sait par quels moyens de locomotion (il y a les mots et les musiques, déjà, et c’est particulièrement conducteur…) mais c’est en toutes classes, du populaire au lettré. C’est un disque – le quatrième ; de neuf titres, seulement, hélas – chaleureux, réconfortant. Un dépaysement. Géographique, c’est évident. Mais pas que. Hors des tracas du moment, des sujets mille fois ressassés, si ce n’est l’amour, encore et toujours.

RITA MITSOUKO

RFI - Tout le monde est-il devenu Rita Mitsouko ?

Alors que la Philharmonie de Paris organise un week-end spécial consacré aux Rita Mitsouko, 12 ans après la disparition de Fred Chichin, la moitié du duo, RFI Musique revient sur le vent de créativité et de liberté qu'a soufflé ce groupe sur la musique française à partir du début des années 80.

Certaines aventures passées glissent peu à peu dans l’oubli. D’autres semblent devenir plus vastes et plus imposantes à mesure qu’elles s’éloignent dans le temps. Ainsi des Rita Mitsouko, qui furent ce qui était le plus branché à l’époque où "branché" signifiait quelque chose. Aujourd’hui, débarbouillés des frénésies de la mode et de la surexcitation volatile qui les accompagnent, ils appartiennent à l’Histoire – celle que l’on enseigne aux jeunes gens avec plein d’"à l’époque, tu vois"… Car à l’époque, voyez-vous, les Rita Mitsouko ne furent pas considérés comme vraiment importants.

 

 

mardi, 08 octobre 2019

L'actualité de la chanson française du 27 septembre au 3 octobre

Les artistes de la semaine : Debout sur le zinc, Louis Ville, Anne Sila, Jehan, Guilam, Le Hache

Les vidéos de la fin de semaine : Boris Vian

L'album de la fin de semaine : Boris Vian Le déserteur

DEBOUT SUR LE ZINC

Nos Enchanteurs - Debout sur le Zinc : et Vian, passe-moi le punch…

..... Toutefois, l’intérêt majeur de l’album réside dans les reprises de chansons bien moins connues, nous permettant de les (re)découvrir d’une oreille quasi neuve. Dans cette catégorie : La Valse jaune, chantée jadis par Mouloudji. A l’origine valse lente aux accents poulbot, elle devient dans les mains du groupe une poétique ballade ensoleillée, légère comme une brise d’été, entraînante comme une chanson de Sinsemilia. Coup de cœur aussi pour la méconnue Il oublia d’oublier d’oublier, petit conte d’humour noir, dont la version actualisée, chantée naïvement à la manière d’un Philippe Katerine, est tout simplement épatante. Citons enfin De velours et de soie, toute en sensualité et douceur, ou L’année à l’envers (interprétée en son temps par Jacques Higelin), lancinante et surréaliste remontée temporelle.

RFI - Tous debout pour Vian !

Pour célébrer le centenaire de naissance de Boris Vian, le collectif Debout sur le Zinc s’est allié à la productrice Françoise Canetti. Ensemble, ils ont forgé un album-hommage, où se dévoilent les contours d’un poète en clair-obscur : un artiste visionnaire et tendre, un amoureux éperdu de la vie.

C’est l’histoire d’un condamné à mort, qui dansait funambule sur les cordes de l’enfance. L’histoire d’un malade du cœur, qui conjuguait le temps restant au présent. Celle d’un assoiffé de la vie, qui remplissait le monde de chansons tendres, impertinentes et futées, de pages de littérature en couleurs vives. Celle d’un joueur de trompette, d’un ingénieur qui surfait sur l’écume des jours et philosophait l’air de rien. À 30 ans déjà, Boris Vian, voué à une mort prochaine, compensait son destin tragique par une urgence, un amour dingue de la vie.

JEHAN

Nos Enchanteurs - JeHaN, la parure et l’apparence du rock’n'roll

.... Est-ce son prénom tiré d’un lointain moyen-âge, la simple évocation du chanteur JeHaN (dont la singulière typographie, à bien y regarder, peut faire songer aux créneaux d’un château fort) nous ramène aux trouvères et troubadours, suggère un peu François Villon. Ce n’est pas faux : il suffit pour s’en convaincre plus encore d’aller le voir en tour de chant, seul ou avec son complice accordéoniste Lionel Suarez. JeHaN y a cette dimension sans âge, ce timbre de voix qui nous semble venir de loin, du fond de notre mémoire. C’est dire si le savoir poser sa voix sur des rythmiques rock’n'roll est en soit, sinon une révolution au moins un singulier événement dans le microcosme de la chanson.

ROSE

Télérama - Rose, chanteuse survivante : “Le dégoût de moi-même était tel que je ne pouvais plus continuer ainsi”

Treize ans après “La Liste”, énorme tube de 2006, la chanteuse Rose sort un album doublé d’un livre, levant le voile sur ce que fut sa vie : des fêtes pour combler la peur, de la cocaïne, de l’alcool... Jusqu’à la renaissance.

« Aller à un concert / Repeindre ma chambre en vert / Boire de la vodka / Aller chez Ikea »... C’était en 2006, une jeune femme à la voix douce et à la guitare, qui minaudait un peu (beaucoup), séduisait radios et public avec des chansons a priori inoffensives. C’était la grande vogue des nouvelles folkeuses françaises, dans la lignée d’une Carla Bruni qui n’avait encore qu’un disque à son actif. Rose, elle, avait 26 ans. Elle allait vendre son premier album à 650 000 exemplaires. Un énorme carton.

GUILAM

Nos Enchanteurs - Guilam, au coeur de chaque instant

.... Tout est doux, soyeux, pas la moindre batterie pour saper, ruiner le charme. Mais guitares, mandoline, basse, contrebasse, percussions, claviers. Tout est suspendu, même et surtout notre souffle. Hors le Skypons-nous, rien ne fixe ces chansons dans le temps, les mots sont quasi intemporels. Ils sont d’hier et de demain, l’aujourd’hui est pour « les histoires d’amours véritables / de celles qui sont courues d’avance / comme un décret, inévitable […] nos pieds plus avancés qu’hier / jouant de nos évanescences / de nos endroits, de nos envers ». Intemporels oui, mais d’une préoccupation contemporaine, urgente, cruciale : la communication, ce monde où chacun est chez soi, replié, frileux, où tout ne tient qu’à ces dérisoires fils qui nous relient. Sur le fil… Dimey ne donne pas sa langue au chat, qui participe sur un titre (Un jour je te connaîtrai mieux), Clémence Martinetti sur un autre (La robe de lin), Héloïse Combes sûre d’elle sur deux (Je chante, Les p’tits béguins). Tous à l’unisson d’un même ton, d’une précise émotion. Tout ça fait un disque rare, précis et précieux, presque unique (c’est tout de même la quatrième de Guilam), qui nivelle par le beau. Un disque déjà indispensable, qu’on aimerait être viral.

JEANNE CHERHAL

RFI - Jeanne Cherhal, en quarantaine épanouie

Avec L’an 40, Jeanne Cherhal dresse une sorte de bilan, en forme d’autoportrait, de sa quarantième année : des pistes joyeuses, sensuelles et libérées, servies par des mots justes et une musique puissante. Rencontre.

La presse féminine, les diktats, la publicité, les marques de cosmétiques voudraient nous le faire croire : pour une femme, à 40 ans, le déclin commence, et la vie se résume, dès lors, à un combat incessant contre les effets intolérables du temps. À mi-chemin entre le rire incrédule et l’indignation horrifiée, Jeanne Cherhal se souvient même de cette question épineuse en titre d’un article de magazine, plus féminin du capiton que du cerveau : "30 ans, le début de la fin ?".

LE HACHE

Nos Enchanteurs - LeHache (elle aime, nous aussi)

.... Folk-song à la française, oui, tant qu’on peut entrevoir en lui, par lui, un peu de la succession de Jean-Michel Caradec (le titre Jalousie en est presque confondant tant il aurait pu être chanté par le créateur de Ma petite fille de rêve). Et de cette époque où le folk-song fleurissait dru entre les pavés de la chanson, tant que LeHache emprunte ici Psylvia à Maxime Le Forestier et fume des taffs sur une Gauloise bleue d’Yves Simon. LeHache cite aussi Julos Beaucarne à propos de La Durance ; nous, nous y voyons aussi du Dick Annegarn… Ce détour par un passé partagé, culture commune, n’est pas le moindre intérêt de cet album.

ANNE SILA

Aficia - Anne Sila : faut-il écouter ‘Fruit défendu’, son nouvel album

Anne Sila est aujourd’hui de retour dans les bacs avec Fruit défendu, son second opus. Faut-il écouter cet album ? Réponse avec aficia.

Vous avez sans aucun doute découvert Anne Sila dans ‘The Voice’. C’était lors de la quatrième saison où la jeune artiste arrive à convaincre le jury mais également le public. En effet, elle aura le loisir d’arriver jusqu’à la finale, devant alors s’incliner face à Lilian Renaud.

mercredi, 02 octobre 2019

L'actualité de la chanson française du 20 au 26 septembre

Les artistes de la semaine : Thomas Fersen, Coline Malice,  Nicolas Jules, Rachid Taha, Téophile, BB Brunes

L'album de la semaine : Thomas Fersen, C'est tout ce qu'il me reste

Le clip de la semaine : Rachid Taha - Je suis Africain

BB BRUNES

RFI - BB Brunes, retour aux sources

On se rappelle d’eux à leurs débuts, "bébés rockeurs" encore sous l’influence de The Clash. 12 ans plus tard, les BB Brunes retrouvent leurs premières amours avec un 5e album en forme de retour vers le futur. Dans un café parisien, le chanteur Adrien Gallo et le guitariste Félix Hemmen affichent une trentaine épanouie. Adrien est papa depuis peu, mais il ne sera pas question de bébé – blues - ici, plutôt du disque qu’ils ont enregistré live sous le regard du producteur Samy Osta.

THOMAS FERSEN

Télérama - Thomas Fersen, C'est tout ce qu'il me reste

Ses chansons sont un grenier magique où l’on trouve encore des merveilles : des images de l’enfance et de l’adolescence, un « hi-hah » de cow-boy, « le gros ventre blanc d’une baignoire à pattes », une séance au cinéma Grand Rex où King Kong met la raclée au T-Rex… Et puis, sur presque chaque titre, remplaçant avantageusement le quatuor à cordes de son précédent Coup de queue de vache, il y a cette belle trouvaille : un entêtant banjo. Avec lui, on ne sait jamais dans quelle contrée ni dans quel état d’âme on sera propulsé l’instant d’après. Impression fugace, d’abord, d’être au Far West, farce et tristesse mêlées, comme chez Ennio Morricone.

Mandor - Thomas Fersen : interview pour C'est tout ce qu'il me reste

Faut-il encore présenter Thomas Fersen ? Je ne crois pas non.

26 ans que ce chanteur-poète accompli joue avec les mots et la musique, s’amusant des doubles sens, tout en jonglant avec des rimes et usant de métaphores avec une dextérité toujours aussi déroutante.

Je l’ai interviewé très souvent (je vous invite à lire la mandorisation de 2013 et celle de 2017) avant de déguster celle qu’il m’a accordée le 25 juin dernier dans un café (Sans Nom) de la capitale). Il y évoque sans langue de bois son nouvel album, C’est tout ce qu’il me reste (qui sort le 27 septembre prochain), sa condition d’artiste, l’industrie du disque, la chanson française d’aujourd’hui, son affection pour Jacques Higelin, la chanson engagé et l’art en général.

TEOPHILE

Mandor - Théophile : interview pour son futur premier EP

Nous sommes au début du mois d’août. J’en profite pour vous parler de Théophile. A seulement 26 ans, ce jeune homme originaire d'Angers va beaucoup faire parler de lui à la rentrée. Il a sorti coup sur coup, trois clips, « Face Caché », « Andy » et « Laisse-moi » tiré d'un premier EP (à paraitre cet automne). Sa voix profonde et ses textes ciselés me touchent beaucoup… et je suis certain que je ne vais pas être le seul à apprécier ce nouveau venu dans la pop/chanson française. Naissance d’un futur grand.

COLINE MALICE

Nos Enchanteurs - Coline Malice, une chanson pour améliorer le monde

Vous connaissez Coline Malice, cette belge qui, sans malice, a choisit naguère les collines et volcans d’Auvergne pour y faire son nid. Et y construire ce qui, album après album, s’apparente à une œuvre. C’est son sixième album que voici. Si ce n’est deux d’autrui (l’un de Jean-Louis Pinna, l’autre de Gilles Michel), toutes les chansons sont de Coline. On reconnaît son écriture d’ailleurs, par ses vers drôlement alambiqués, façon originale de placer ses mots, construire ses vers, plus encore quand ils sont sévères.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, quand la musique est bonne…

Il le dit de lui-même, Nicolas Jules, et il a bien raison, ce n’est pas de la « chanson qui colle ». Entendre : pas sirupeux, pas guimauve, pas variétoche. A l’écoute de son dernier album, Les Falaises, on abonde complètement dans son sens ; la chanson de Nicolas Jules, ça ne se donne pas comme ça, ce n’est pas de la ritournelle qu’on se mettrait à seriner toute la journée en regrettant d’avoir ouvert la radio. D’abord, parce que Nicolas Jules ne passe pas sur les grandes ondes (et c’est bien dommage, on le regrette pour les auditeurs) et ensuite parce que la chanson de Nicolas Jules, c’est tout le contraire, ça vous décolle bien les esgourdes…

RACHID TAHA

RFI - Rachid Taha, un dernier album avant de partir

Un peu plus d'un an après sa disparition, sort l'ultime album de Rachid Taha, intitulé Je suis africain, réalisé avec Toma Feterman, qui nous raconte l'aventure artistique que ce fut.

Un bandeau gris sur les yeux comme un signe de deuil sur un regard vivant, espiègle, curieux, passionné, furieux, généreux et fraternel à la fois, et cette bouille de mec partout chez lui, de mec pas tout à fait à sa place, de mec qui ne reste pas en place, de libéro qui désarçonne par sa simple présence, ce visage de Rachid Taha annonce Je suis africain, son dernier album, dix titres pensés, conçus et réalisés par Rachid Taha et Toma Feterman, dix titres validés de son vivant par l’artiste qui nous a quittés le 12 septembre 2018, il y a un an déjà.

Télérama - Rachid Taha, Je suis africain

Débordant de niaque, le rockeur mêle guitares western et guembri gnawa sur cet album posthume poignant, où il chante en français, arabe et anglais.

Avouons-le : cet album posthume, né après un voyage au Mali et publié un an après la mort de Rachid Taha, ne nous inspirait pas confiance. La faute notamment au morceau-titre dévoilé cet été, dont le refrain mollasson à l’humanisme bon teint laissait craindre un mordant émoussé. C’était compter sans la niaque naturelle du rockeur, qui revient au galop sur des chansons jubilatoires comme Minouche, Andy Waloo,Striptease ou Like a Dervish. Ironique et ­bluesy sous la cuirasse rock’n’roll, Rachid le marlou africain y convoque les figures de son panthéon, de Khalil Gibran à Bo Diddley, de Nelson Mandela à Jacques Derrida.

jeudi, 26 septembre 2019

André Bonhomme et Mathilde Braure, les nouveaux albums

ANDRE BONHOMME

Nos Enchanteurs - André Bonhomme, malgré la bise qui mord

"Une question se pose cependant / Sont-ils de leur temps / Ou d’un autre temps / Je crois qu’ils s’en fichent éperdument ». Les années passent et « l’enthousiasme est toujours là », nous dit-il. André est sans âge, comme ses chansons, tant que c’en est rassurant : quand, dans vingt ou dans cent ans, la chanson pop-mode qui prévaut de nos jours aura été oubliée, bannie depuis longtemps, on pourra toujours écouter ce Bonhomme-là. Qui nous offre son nouvel album (le dixième) : Pourquoi ?, visuel de paysage nocturne au ciel étoilé. Mais, même dans le livret, pas la moindre photo de lui. Le rimeur-chanteur qu’il est est déjà dans le paysage, d’où ses mots peuvent surgir, impromptus, drôles, pertinents, impertinents, amoureux encore. D’une voix certes vieille mais dansante, d’une énergie qui ne peut que faire songer à celle de Vigneault.

MATHILDE BRAURE

Nos Enchanteurs - Mathilde Braure, la vérité toute nue ?

La vie en rose c’est pour les filles / Dès le départ c’est déterminé / Pour que chacun y retrouve ses billes / Il s’agit de bien se préparer… ». L’entame de cet album est le seul titre écrit et composé par Mathilde Braure, en peu comme la préface de l’opus. Et presque un regret : « J’aimerai bien en avoir deux / Pourvoir marcher sur la lune / Pouvoir me faire appeler Monsieur ».

mercredi, 25 septembre 2019

Jeanne Cherhal, L'An 40, le nouvel album

RFI - De vive(s) voix Podcast : «L'an 40» de Jeanne Cherhal

L’an 40 : « Ce beau point d’équilibre entre ce qu’on a déjà accompli et tous les possibles encore à venir ». À peine revenue de quatre ans de tournée, Jeanne Cherhal se sent déjà convoquée par un nouvel album. Ses quarante ans lui inspirent des « mots-bilan », un bilan pour le moins épanoui. Dont acte. Nous sommes en 2018 : elle entreprend d’écrire une chanson par mois jusqu’à ce que… l’album s’en suive. Jeanne Cherhal nous raconte.

Télérama - Jeanne Cherhal, L'An 40

Ne pas trop dévoiler d’emblée. D’abord, c’est le piano, compagnon attendu, qui nous guide dans un prélude donnant à l’ensemble son titre, L’An 40, et son thème — comment se situer dans la vie, quand on a depuis peu franchi la quarantaine. Cinq ans et demi déjà que Jeanne Cherhal n’avait pas sorti de disque. Ce sixième s’ouvre sur un titre sage, qui à la fois nous rassure (son toucher de piano, son écriture maligne, sa voix claire sont bien là) et nous inquiète : réussira-t-elle à grandir, en continuant de creuser le sillon d’un classicisme qu’elle affectionne ?

Europe 1 - Jeanne Cherhal : "Mes 40 ans était une année de grâce ! Je les revendique comme un état joyeux"

Jeanne Cherhal est l'invitée de Patrick Cohen pour son nouvel album, "L'An 40" chez Barclay. L'histoire d'une femme qui entre dans ses 40 ans, un disque en autoportrait.

mardi, 24 septembre 2019

La Grande Sophie, le nouvel album : Cet instant

Nos Enchanteurs - La Grande Sophie, les jours s’en vont, elle demeure…

Le temps qui passe est probablement, avec l’amour, le sujet le plus couru en chanson. Certains, comme Souchon ou Renaud, s’en sont même fait une spécialité. La nostalgie n’est plus ce qu’elle était, écrivait jadis Simone Signoret. Allez savoir. Elle est en tout cas devenue un leitmotiv chansonnier et, symptôme d’une époque où tout va (trop ?) vite, elle frappe de plus en plus tôt : Bigflo et Oli ne chantent-ils pas déjà, du haut de leur vingtaine d’années, la beauté de leur enfance passée

RFI - Dans le miroir de La Grande Sophie

Chanteuse toujours en mouvement, impeccable mélodiste, La Grande Sophie ausculte ici avec une conscience aiguë le temps qui passe. Sur ce huitième album court Cet instant – neuf titres – mais à l'intensité imparable, l'électronique cohabite avec l'acoustique et la voix s'autorise toutes les audaces. Une belle variation des plaisirs.

Télérama - La Grande Sophie, Cet instant

À 50 ans, la chanteuse explore, troque sa guitare pour un clavier. Et se renouvelle, encore, avec grâce.

Un souvenir, remontant aux années 1990 et au rock « alternatif ». Elle joue en solo dans un bar parisien, jeune fille longiligne à l’univers quasi punk tirant de sa guitare des accords nerveux et enjoués : « Il me plaît ton foulard/Il te donne un air léger/[…] Tu l’as beaucoup serré/C’est fait exprès/[…] Je voudrais le même. » Un quart de siècle a passé depuis qu’elle a composé Ton foulard, effrayante et entraînante histoire d’un suicide par pendaison — elle ne dit jamais le mot. Avec les années, se serait-elle laissée aller à la facilité ou du moins à une certaine routine ?

mardi, 17 septembre 2019

L'actualité de la chanson française du 6 au 12 septembre

Les artistes de la semaine : Georges Chelon, Le Flegmatic, Les soeurs Boulay, Buzy, Yannick Noah

L'album de la semaine : Georges Chelon, Essayez dieu

Le clip de la semaine - Pomme - Je sais pas danser

SOUCHON

C'est déjà ça - Avant le nouvel album, deux nouvelles chansons et révisons le Souchon

La sortie, le 18 octobre, des 10 morceaux du 13e album d'Alain Souchon est un événement à plus d'un titre : les nouvelles chansons d'un des monuments vivants du genre, mais aussi les onze ans sans production solo inédite. L'occasion de revenir en quelques points sur les dernières années du chanteur de... "C'est déjà ça".

Il l'avait confié un an plus tôt, des collègues proches comme Maxime Le Forestier l'avaient confirmé : Souchon était en écriture. Après la tournée-marathon avec Laurent Voulzy, chacun était reparti poursuivre son aventure solo... où l'alter ego n'est jamais bien loin. Pour une fois, Voulzy avait été plus prompt en sortant dès 2017, un album aux couleurs brésiliennes. Souchon ramait, le disait, Le Forestier s'en amusait : "Il était vert parce que j'avais fini avant lui", nous disait l'auteur de "Bille de verre" en mai dernier à la sortie de son nouvel et très bel album.

Boomerang - Chanson Souchon

Voilà plus de dix ans que l’on attendait un nouvel album de chansons originales. Le quinzième, "Âme fifties", sortira le 18 octobre prochain. En attendant, on écoute en boucle, les deux premiers titres révélés vendredi. Alain Souchon est l'invité d'Augustin Trapenard.

LES SOEURS BOULAY

Baptiste Vignol - Les sœurs Boulay se déploient

Il aura suffi d’une chanson, d’une seule, Âme fifties, pour qu’Alain Souchon, en évoquant les années N&B d’une société qui bourgeonnait, rappelle à ses apôtres, et sans forcer son talent, qu’il demeure, en 2019, le patron. De l’autre côté de l’Atlantique, au Québec, deux sœurs, debout dans leur époque, dépeignent avec une finesse «souchonnante» le crépuscule apocalyptique d’une décennie en flammes. Car LA MORT DES ETOILES de Mélanie et Stéphanie Boulay s’impose comme le premier grand disque francophone post #MeToo et #GretaThunberg !

FLEGMATIC

Télérama - Flegmatic, Ruines Nouvelles

Au moins un chanteur qui porte bien son pseudo ! Nonchalance affichée, voix langoureuse et presque chuchotée, rythmes tranquilles bordés d’arrangements veloutés… Rien ne semble pouvoir contrarier le calme détaché de ces chansons harmonieuses — de loin, elles rappellent tantôt celles de Louis Chedid, tantôt celles de Jean-Louis Murat. C’est compter sans ce qu’elles racontent : l’implosion imminente ; le basculement incontrôlé ; la pâleur de nos quotidiens faussement civilisés (C’est une ville est d’une noirceur savoureuse).

BUZY

Nos Enchanteurs - Chassez Buzy qu’elle revient au galop d’un cheval fou

Remontons le temps de la variété. Dyslexique et Body Physical en 1981, Adrian et Adrénaline en 1983… Vous y êtes ? Désormais à l’écart des radars du showbiz, Marie-Claire Buzy n’a jamais vraiment cessé d’écrire. Pour d’autres, mais en vain. Au tout début de cette décennie, en 2010, elle sortait un nouvel album, Sous X ; l’année suivante, une poignée d’artistes (dont Prohom et Clarika et pas mal d’une scène indépendante pour nous inconnue) la célébrait en un disque-hommage, Tous Buzy (disque alors proposé uniquement dans les bars-tabacs !). Depuis, nous n’avions plus aucune nouvelle d’elle, tant que son nom s’estompait dans nos souvenirs. Ça fait presque deux décennies qu’elle exerce comme psychothérapeute, la chanson s’est éloignée. Le métier n’est plus pareil, le marché du disque n’est plus que l’ombre de son ombre. Mais chassez la chanson qu’elle revient au galop. Voici Cheval fou, le nouvel opus de la dame, un très bel ouvrage, qui vaut votre écoute, la nôtre.

YANNICK NOAH

France Info - Yannick Noah : "Je n'ai pas envie de raconter mes douleurs et mes peines, il y a un sourire en chacun de nous"

Tous les jours, une personnalité s'invite dans le monde d'Élodie Suigo, et se confie. Aujourd'hui, le chanteur, artiste et ancien tennisman professionnel, Yannick Noah nous présente son nouvel album "Bonheur indigo".

Cinq ans après Combats ordinaires, Yannick Noah est de retour avec son nouvel album intitulé Bonheur indigo. Pour ce dernier, le chanteur et ancien tennisman professionnel s’est entouré du groupe à succès Boulevard des airs. Au micro d’Élodie Suigo, le chanteur reconnaît avoir voulu produire un album résolument positif et inspirant."Le bonheur pour moi, c'est d'avoir envie de sourire. Cet album, c'est mon retour dans une position d'acteur. C'est optimiste car c'est ce que j'ai envie de raconter. Je n'ai pas envie de raconter mes douleurs et mes peines. Il y a un sourire en chacun de nous", explique-t-il.

Europe 1 - Nouvel album, vie en mer et réchauffement climatique : Yannick Noah se confie à Europe 1

Après avoir entraîné les équipes de France de Coupe Davis et de Fed Cup, mais aussi sillonné le monde en bateau, l'artiste fait son grand retour vendredi avec son 12e album, "Bonheur Indigo". 

INTERVIEW

C'est le grand retour d'un des artistes préférés des Français. Après cinq ans d'absence, Yannick Noah revient dans les bacs avec son 12e album, Bonheur Indigo, qui sort vendredi. Un album ensoleillé, joyeux et optimiste, et par lequel l'artiste avait envie "qu’à la fin de l’écoute, les gens se sentent un peu mieux", explique-t-il au micro d'Europe 1, lors d'une interview pendant laquelle l'ancien champion de tennis a également évoqué sa vie en mer et son inquiétude pour l'avenir de la planète

POMME

C'est déjà ça - Le nouveau Pomme pour le 1er novembre

Le deuxième album de la chanteuse a été réalisé avec la référence Albin de la Simone, et le premier clip est de très bon augure. Déjà plus de 155.000 vues pour "Je sais pas danser"...

BASTIEN LUCAS

Claude Févre - Bastien Lucas, « Ce que je veux, c’est la mer… »

Un concert de rentrée, c’est l’opportunité de se pencher davantage sur l’univers d’un artiste. Voici que s’annonce le prochain  passage à Toulouse (6 septembre) et à Gaillac (7 septembre)  de Bastien Lucas en ouverture de  la prochaine saison de Chantons sous les Toits.  (https://loiseaulyrecompagnie.wixsite.com/chantonssouslest...)

Le nom de Daran se rattache au dernier album de Bastien Lucas. Une rencontre ne saurait être fruit du hasard… Songeons à celle de ces deux musiciens. Comme une évidence. Quinze ans déjà. En 2004, en effet,  Bastien est invité par Daran  à jouer la reprise de sa chanson Extrême, lors de ses concerts à l’Européen.  

Voilà qu’ils ont fini par collaborer pour tout un album, par conjuguer leurs univers faits de mots, de voix et de notes dans Fracanusa.

OXMO PUCCINO

RFI - Oxmo Puccino défie le temps

Avec La nuit du réveil, le rappeur-poète Oxmo Puccino réfléchit sur le temps qui passe, le rythme du présent et celui du monde : des pistes zen servies par une écriture aussi simple que puissante.

Il pèse chaque mot, laisse planer les silences, gère son tempo. Lento. Une étincelle amusée traverse son regard. Dans le flow des gens agités, ce jour au Ground Control, high-spot de la hype parisienne, où il se produit pour une émission de radio, Oxmo Puccino s’impose, hermétique à la bousculade, au temps qui court. Comme son rap enraciné, tissé d’une poignée de mots-clés, ce rappeur déclaré "outsider", apparaît tel un bouddha. Tranquillement, mais sûrement, ses mots magiques apaisent. Comme ses rimes dans La nuit du réveil, son dernier disque. Son rap solide, sa voix des profondeurs, nonchalamment posée sur du grime aux racines afro, y défient le temps. Ainsi dans À ton âge, jaillit cette formule, pleine du mystère de la réincarnation : "Je suis né trop âgé." Demandez d’ailleurs son âge au rappeur, il répondra sans hésitation : "Quarante-cinq, mais dans ma tête, dix ou quinze de plus".

GERALD GENTY

Nos Enchanteurs - Gérald Genty, si proche là-haut…

On connaissait Gérald Genty comme un habile mélodiste, bidouilleur de sons de première, auteur de textes joliment troussés et contrebandier de jeux de mots capillotractés. Des chansons teintées de mélancolie parfois, débordantes de tendresse souvent, bourrées d’humour toujours. Son CD de 38 chansons paru en 2017, intitulé Hippopopopopopopopopopopotame, est à cet égard un sommet de loufoquerie, que tout amateur de chansons fines et drôles se doit de posséder. C’est dire combien son nouvel opus nous a surpris.

A LA RADIO

Demorand - Quand Vincent Delerm met en musique Edgar Morin

Clin d’œil à Edgar Morin, l’invité du grand entretien du 7/9 aujourd’hui. On connaît son œuvre de sociologue, de philosophe, mais Edgar Morin s’est aussi intéressé au cinéma. Chronique d’un été est un film qu’il a réalisé avec Jean Rouch, une forme d’enquête sur la vie de ses concitoyens en 1961.

Boomerang - Sardou en douceur

Il fait partie de ces artistes que l'on entend peu sur France Inter. Pourtant, certaines de ses chansons sont devenues cultes - des "Lacs du Connemara", à "La maladie d'amour", en passant par "En chantant". C'est au théâtre qu'on le retrouve désormais. Michel Sardou est l'invité d'Augustin Trapenard.

Nougavisions

Florilège et feu d'artifice, ce dernier portrait de Claude Nougaro nous donne à entendre sa belle voix scandant son amour de la Vie, de la Femme et de l'Art. Ce dernier volet rend aussi un bel hommage à la femme de sa vie, Hélène Nougaro, qui l'accompagna pendant vingt ans.

jeudi, 12 septembre 2019

L'actualité de la chanson française du 30 août au 5 septembre

Les artistes de la semaine : Clio, Joseph Chédid, Oxmo Puccino, Gerald Genty, Vanille, Debieuvre

La Fin de semaine en vidéo avec Petula Clark et Francesca Solleville

georges-chelon-affiche-concert-olympia-paris2.png

CLIO

Télérama - Clio, Déjà Venise

Autant son premier album, dans le sillage de Barbara, Beaupain ou Delerm, nous avait séduite, autant celui-ci nous laisse perplexe. Aux orchestrations sobres et acoustiques d’hier Clio préfère les claviers synthétiques et les boîtes à rythme. Sur un titre (Des pas dans la neige), elle use même du vocoder afin de modifier le son de sa voix, à la manière des hip-hopeurs... A quoi bon ? Ses chansons se distinguent surtout par le raffinement de leurs textes (y compris dans les jeux de mots) ; or la production vaguement électro a une fâcheuse tendance à les dévitaliser — d’autant que le chant, en finesse, n’impose pas de contrepoids.

Nos Enchanteurs - Clio, dans ses romans d’amour

Essayez de trouver « Clio » sur un moteur de recherche, une fois passé les multiples occurrences sur Renault, le constructeur automobile, pas le chanteur. Mais il n’est pas dit qu’un jour, bientôt, notre jeune chanteuse grille la politesse, fasse une queue de poisson à cette file d’autos. Car, à l’occasion de son second album, Clio est distribuée par une major, Sony Music : grande distribution, presse, radios et télés à venir, le succès semble être à portée de voix. Même si, paradoxalement, sa voix est fluette.

LE FORESTIER

Télérama - De Brassens à Mendelssohn, les airs de jeunesse de Maxime Le Forestier

Un musicien se remémore les chansons qui ont bercé son enfance. Aujourd’hui, Maxime Le Forestier dont les premières années furent bercées par la musique classique, avant sa découverte de la chanson grâce à Brassens.

Quelques semaines après la sortie de son nouvel album Paraître ou ne pas être, le chanteur nous parle de son rapport à la musique quand il était petit. Il sera au Casino de Paris les 14, 15 et 16 novembre, et en tournée dans toute la France dès le mois d’octobre.

PETULA CLARK

RFI - Petula Clark, toujours enjouée

Pétulante Petula qui, à 86 ans, déborde encore de projets. Un album enregistré au Québec, une comédie musicale à venir pour l'interprète inoubliable de Chariot, Downtown et La Gadoue. Nous l'avons rencontrée en juin dernier lors de son passage aux Francofolies de Montréal. Confessions pétillantes entre passé et présent.

VANILLE

Nos Enchanteurs - Vanille, tout sucre, tout crème

Il est des disques qui sentent bon l’été. Des disques peuplés de chansons ensoleillées qui nous embarquent vers ces pays imbéciles où jamais il ne pleut, où la misère y est moins pénible (semble-t-il). Des disques qu’on aime à écouter dans la fraîcheur tamisée de son salon, alors qu’au dehors sévissent le cagnard et le manque d’air. Des disques qui nous maintiennent au chaud lorsque la bise est revenue.

JOSEPH CHEDID

RFI - Joseph Chedid sort son premier album «Source»

Il est l'un des trois enfants musiciens de la célèbre famille Chedid. On connaissait Mathieu et Anna, alias M et Nach. Au tour de Joseph de donner de la voix après avoir œuvré pour les autres en tant que musicien et compositeur, notamment de Johnny Hallyday. Découvert sur scène sous le pseudo Selim, le jeune prodige sort enfin de l’ombre avec son premier album intitulé Source qu’il signe avec son propre nom. Un disque autoproduit à la fois pop et rock, habité par un univers psychédélique orienté chanson française protéiforme.

GERALD GENTY

C'est déjà ça - Triste, Gérald Genty? Que nenni

Derrière le tournant apparent d'une mélancolie baignant un sixième album marqué par le thème de la disparition, le chanteur trouve l'équilibre idéal entre fantaisie des mots et inspiration musicale.

Les négligents ont eu vite fait de le ranger dans la catégorie des auteurs à textes marrants, rapport aux calembours à foison qui peuplent ses chansons. Les plus attentifs savaient déjà que Genty savait dire le blues, l'angoisse du temps, la place que chacun cherche, les destins délicats. Dans chacun de ses cinq premiers disques, une ou deux chansons laissaient entendre que jouer avec les mots n'empêchait pas d'écrire juste. Même dans "Hippopopopopopopopopopopotame", recueil de chansons courtes sorti voilà deux ans, les pochades attendues n'étaient pas forcément au rendez-vous.

OXMO PUCCINO

La Croix - "La nuit du réveil": Oxmo Puccino en "clair-obscur"

"C'est mon album en clair-obscur, à la Caravage": Avec "La nuit du réveil", qui sort ce vendredi, Oxmo Puccino livre un album-bilan, après 20 ans de carrière, sombre "car il n'y a pas de lumière sans obscurité", comme il l'explique à l'AFP.

Le rappeur dessine toujours une carte sonore sans frontières - des éclairs de trompette jazz, avec Erik Truffaz en guest, aux orages de beats lourds - mais se dévoile comme jamais.

DEBIEUVRE

Nos Enchanteurs - Francis Debieuvre, dedans nos failles

Si vous pouvez vous targuer de l’avoir applaudi cet été à Barjac m’en chante, ce n’était pas sur les scènes officielles, si ce n’est en scène ouverte, mais sur les pavés de cette cité renaissance. Avec cette année le renfort de son nouvel album, le troisième : Le vent dans les broussailles, douze titres finement ouvragés, joliment musiqués. Certes en solo à Barjac, mais avec nombre de musiciens sur les plages de ce disque. Contrebasse, violoncelle, violons, guitares (même flamenca), piano, trompette et batterie : y’a du monde sur le pont pour une orchestration sobre, intelligente, qui jamais ne prend le pas sur les textes mais, habilement, participe à la dramaturgie de chaque chanson, en souligne les mélodies.

SOLLEVILLE

Nos Enchanteurs - Francesca Solleville sonne les treize coups de minuit

Dans les yeux de Francesca, il y a la force et la détermination d’une artiste dont l’engagement ne s’est jamais éteint, soixante ans de combat poétique et politique, une exigence toujours présente de justice, d’humanité. Bien avant l’écoute de cet album, c’est ce visage sur la pochette qui marque l’esprit, un regard farouche, celui d’une femme toujours debout, libre et fière, un regard qui plonge dans la mémoire mais qui nous appelle toujours à croire en l’avenir.

BOUCAN

Nos Enchanteurs - Boucan d’enfer !!!

On peut légitimement craindre le pire au moment de glisser dans son lecteur le premier CD d’un groupe nommé Boucan. Ne risque-t-on pas de se farcir une galette post-punk, certes débordante d’énergie, mais ô combien fatigante pour nos pauvres oreilles qui, après tous ces festivals gorgés d’électro-pop sautillant, n’aspirent plus qu’à écouter du Salvador susurré par Carla Bruni ? Toutefois, dans le trio qui compose ledit groupe, il y a Mathias Imbert, alias Imbert Imbert, qui a toujours su nous faire vibrer par sa poésie urbaine et sa contrebasse. Les deux autres sont certes moins connus (Brunoï Zarn et Piero Pipin), mais si ce sont des potes à Mathias, c’est qu’ils sont bons ! D’autant que le disque a été réalisé par John Parish himself, mythique producteur anglais. Que du beau monde, quoi.

Télérama, Boucan, Déborder

Jazz, fanfare, chanson française… Ou le cocktail bien frappé d’un premier album « néo alterno », parfaitement orchestré par le John Parish de PJ Harvey.

L’angoisse, d’abord : serait-ce un nouveau « groupe fanfare » comme on en a trop entendu au tournant des années 2000 ? Le fait qu’il s’appelle Boucan n’arrange rien au pressentiment. Et la phrase d’ouverture ne nous rassure guère sur la finesse de l’ensemble (« les hommes naissent cons, aucune raison que ça change »)… Pourtant, ce premier album restera l’un des plus étonnants de l’été français.

A LA RADIO

Qui êtes-vous, Christophe Miossec ?

Une excellente biographie de Christophe Miossec, signée Thierry Jourdain et intitulée 'Miossec - Une bonne carcasse', vient de paraître aux éditions Le Mot et Le Reste. Pour l'occasion, Pop N' Co revient ce lundi sur la carrière et la trajectoire de cet auteur-compositeur-interprète singulier... et brestois.

 

jeudi, 05 septembre 2019

La chanson Française au mois d'août

Les artistes de la semaine : Boucan,Jérôme Minière, Manu Chao, Yvan Dautin, Gwen Soli, Fantine Leprest et Saint Hilaire

La fin de semaine en vidéo avec Yvan Dautin et Manu Chao

L'album de la fin de semaine : Manu Chao, Clandestino (2019)

Le clip de la semaine - Yoanna - Balance

chelon

GOLDMAN

France Info - Jean-Jacques Goldman désormais disponible sur les plateformes musicales

"C'est officiel depuis cette nuit à minuit (...) Jean-Jacques Goldman est disponible en streaming", a annoncé un porte-parole de Spotify

Très engagé pour la défense du droit d'auteur, le populaire compositeur et interprète faisait partie des irréductibles qui refusaient jusqu'alors d'apparaître sur les plateformes musicales de streaming. La discographie complète de Jean-Jacques Goldman est donc dorénavant disponible depuis vendredi 23 août sur les plateformes musicales comme Deezer ou Spotify,

JM LE BIHAN

Nos Enchanteurs - Jean-Marc Le Bihan, 1953-2019

Tant que des gens se souviendront de ce chanteur de rue, tant que son portrait figurera sur le Mur des Canuts, à la Croix-Rousse, à Lyon, alors Jean-Marc Le Bihan se survivra. Pour l’heure, après pas mal d’années de maladie, le cœur de Le Bihan vient de lâcher prise. C’était en partie le cœur des gens, comme le nom de ce café-concert qu’il tint à Lyon de 2001 à 2003.

BOUCAN

Télérama, Boucan, Déborder

Jazz, fanfare, chanson française… Ou le cocktail bien frappé d’un premier album « néo alterno », parfaitement orchestré par le John Parish de PJ Harvey.

L’angoisse, d’abord : serait-ce un nouveau « groupe fanfare » comme on en a trop entendu au tournant des années 2000 ? Le fait qu’il s’appelle Boucan n’arrange rien au pressentiment. Et la phrase d’ouverture ne nous rassure guère sur la finesse de l’ensemble (« les hommes naissent cons, aucune raison que ça change »)… Pourtant, ce premier album restera l’un des plus étonnants de l’été français.

DAUTIN

Nos Enchanteurs - Yvan Dautin, lanceur d’alerte, en vers et contre tous

Bien sûr il y a la joie de retrouver Yvan Dautin, sa voix intacte, grave et douce à la fois, mélancolique, aux intonations changeantes selon l’humeur, qui parfois font songer à Jean-Roger Caussimon, à Julien Clerc… Ces trois dernières décennies, Dautin ne nous avait offert que deux albums (le précédent, Un monde à part, remonte à 2012), c’est dire si celui-ci est événement, qui nous rappelle utilement l’immense artiste qu’il est et qu’on avait quelque peu oublié, bien souvent abandonné à nos souvenirs de la chanson d’auteur des années soixante-dix

JEROME MINIERE

Nos Enchanteurs - Jérôme Minière, le débroussailleur

Voici un disque qui risque d’éveiller quelques souvenirs chez les quinquas. Rappelez-vous, dans les années 90, une bande de francs-tireurs avait décidé de faire du rock en France autrement. Un label les regroupait fièrement : Lithium. En tête de proue, celui qui est devenu un maître de la chanson française : Dominique A. Dans son sillage, des artistes comme Françoiz Breut et Bertrand Betsch, ou des groupes comme Diabologum, Holden ou Mendelson… Que du beau monde, à haute exigence artistique et à popularité plus aléatoire. Parmi eux également, Jérôme Minière, avec son ambitieux double album La nuit éclaire le jour qui suit (un CD de chansons, un Cd d’instrumentaux) enregistré at home.

Mandor - Jérôme Minière : interview pour Une clairière

Exilé au Québec depuis 25 ans, Jérôme Minière y a construit une belle carrière mais le revoici en France avec Une clairière, signé sur le label monté par Rémy « Chevalrex » Poncet (qui a réalisé ce nouvel album), Objet Disque. « On y retrouve la poésie rare des sons et des mots, abrupte mais lumineuse, d’un des artistes les plus attachants et singuliers de ce côté ou l’autre de l’océan », dixit sa biographie. « Perles pop entêtantes, groove foutraque ou longue balade en clair-obscur, entrer dans Une clairière va donner envie de redécouvrir toute une œuvre synthétisée ici avec brio ».

ALMA FORRER

Baptiste Vignol - Alma Forrer

« Entrée maladroite au milieu de la piste / Et celui que j’aimais déjà se désiste…» (Conquistadors) Les chansons romantiques d’Alma Forrer possèdent le charme incendiaire des premiers succès d'Etienne Daho, période POP SATORI. Ce serait gentil pour nos oreilles que les radios s'en rendent compte. Le 21 mai 2019, sur la scène de La Maroquinerie, la chanteuse fit une apparition pour accompagner à la guitare Baptiste W. Hamon. Ceux qui ne la connaissaient pas découvrirent une jeune femme à la présence indéniable, avec quelque chose dans son être de sensuel et d’animal dont elle donne l’air d’ignorer les effets.

GWEN SOLI

Nos Enchanteurs - Gwen Soli : en marge d’Évasion, se faire la belle

Serait-elle en délit de fuite, d’Évasion ? L’an passé Gwénaëlle Baudin nous présentait, non sous le manteau mais presque, un premier CD (de cinq titres), sous le pseudo de Gwen Soli. Comme un premier jet, un pari sur l’avenir. Un an plus tard, c’est tout un album, un vrai, qui reprend les cinq titres déjà pressés et en ajoute sept autres, dont un interprété par le groupe Évasion (dont elle est membre depuis l’origine).

SAINT HILAIRE

Mandor - Saint Hilaire : interview de Fabien Tourrel pour Has Been

Après un album éponyme (en juin 2016), le groupe rouennais Saint Hilaire a sorti en février 2019 son deuxième disque : Has been (ils ont tous les deux été classés au Top 10 en chansons française sur iTunes à la sortie, 27ème toutes catégories). On y retrouve de la chanson française à texte, bourrée de second degrés, d’humour et d’ironie, le tout, sur des mélodies pop/rock entêtantes.

FANTINE LEPREST

Nos Enchanteurs - Fantine, un nouvel album signé Leprest

Pour juger avec honnêteté ce disque tout beau tout neuf, il faudrait oublier. Oublier de qui elle tient, cesser de présupposer que les chats ne font pas des chiens, ni les hamsters des colibris. De son papa, de cet incontestable phare, Fantine ne retient que La Cigarette, qui se consume en dernière plage : « Peut-être demain j’arrête / De fabriquer des nuages / De cracher la fumée d’mes rêves / D’enfumer le matin qui se lève… » Les onze titres précédents, c’est elle, paroles et musiques. Elle qui chante depuis une décennie mais dont c’est le premier album. Sa patience et la nôtre sont ici récompensées.

 

jeudi, 29 août 2019

La chanson française en juillet, dans la presse et sur le web

L'album de la semaine : Le meilleur de 2018/19 - La Sido, Pour tout bagage on a 20 ans

JM LE BIHAN

Nos Enchanteurs - Jean-Marc Le Bihan, 1953-2019

Tant que des gens se souviendront de ce chanteur de rue, tant que son portrait figurera sur le Mur des Canuts, à la Croix-Rousse, à Lyon, alors Jean-Marc Le Bihan se survivra. Pour l’heure, après pas mal d’années de maladie, le cœur de Le Bihan vient de lâcher prise. C’était en partie le cœur des gens, comme le nom de ce café-concert qu’il tint à Lyon de 2001 à 2003.

AVIGNON OFF

Francofans - Avignon Off 2019 en chansons, Par Yves Le Pape

Ils sont nombreux les artistes à venir chanter dans le cadre du Festival Off à Avignon. Ce sont des chanteurs et des chanteuses mais aussi des comédiens et des troupes qui proposent une belle variété de programmes. A côté des auteurs-compositeurs-interprètes, on peut découvrir de nombreuses propositions autour du patrimoine de la chanson qui de La Goulue à Brel, Brassens et Barbara permettent de redécouvrir des répertoires sous des angles parfois très originaux.

- Buridane, le chant et la poésie de l'existence

- Marjolaine Piémont sans le superflu

- Yoanna : le grand choc d'Avignon Off en chansons 2019

- Gatica et Laurent Lamarca à l'Arrache Coeur

SUZANE

Télérama - Suzane, nouveau phénomène de la chanson électro, en concert privé

C’est l’une des artistes les plus programmés de l’été. Suzane nous interprète, dans l'intimité du studio Harcourt, deux titres en live : “Anouchka”, et “L’insatisfait”.

La très dynamique Suzane (avec un seul n, et ce n’est pas son unique originalité) chante ce jeudi 25 juillet soir à Civray, dans la Vienne, au festival Au fil du son. En moins de six mois, sans même encore sortir d’album (juste un EP), elle est devenue l’un des nouveaux petits phénomènes de la chanson électro : ses clips font immédiatement mouche sur le net. Rythmes soutenus, textes directs et souvent autobiographiques, voix puissante (qui pourrait même évoquer celle de Piaf), gestuelle tendue et graphique…

PRINCE MIAOU

C'est déjà ça - Le Prince Miiaou: "Vivre de la musique est un combat"

Avec "Victoire", Maud-Elisa Mandeau a signé l'un de ses meilleurs disques, sans retrouver la couverture médiatique qu'elle avait réussi à attirer par le passé. Elle se prépare à tourner la page Dans "Victoire", il y a tout ce qui fait la griffe du Prince Miiaou. Une musique pop rock triturée avec inventivité, des angoisses enrobées de fantaisie, une démarche sensible et ambitieuse. "Je t'offre des parpaings toi des roses, tu m'offres des bouquets de ronces", chante-t-elle, retrouvant le goût des textes en français.
 
Sorti en septembre 2018, c'est peut-être son meilleur disque avec "Fill the blank with your own emptiness", l'album qui lui a valu une jolie notoriété nationale, en 2011. Mais cette fois, la couverture médiatique a été maigre. Encore trois concerts, et Maud-Elisa Mandeau passera à autre chose. Sans s'interdire de retrouver sa cape de Prince. Entretien avant un passage à la Fête du cognac, samedi 27 juillet.

ANGELE

Télérama - Quand Angèle s’alarme du réchauffement climatique en chanson

Dans une vidéo postée sur Instagram, la chanteuse dévoile une chanson, courte et spontanée, sur le réchauffement climatique et les critiques dont a été victime cette semaine la jeune Suédoise Greta Thunberg.

On la savait sensible au combat féministe (au point de le mettre en scène avec brio dans le clip de Balance ton quoi, en avril dernier), mais il est un autre sujet sociétal qui préoccupe Angèle : l’avenir écologique. Dans une petite vidéo postée ce jeudi 25 juillet sur Instagram, elle dévoile une courte chanson, aussi simple et directe qu’un cri d’alarme.

STEPHANIE BOULAY

Baptiste Vignol - Une étonnante clarté

« La corde à linge de mes cils / Pesante de gouttes à sécher… » (Ta fille) Dès la première plage de ce disque sorti en novembre 2018, Stéphanie Boulay impose sa poésie. Depuis combien d’années n’avait-on pas chanté la solitude avec autant de délicatesse? «Maman, tu sais, t’as fait ta fille / Pleine de défauts à cacher / Pleine de bobos à guérir…» Voilà une chanson rare. Aussi pure qu’un soleil naissant lorsqu’il couvre les champs d’une marée de clarté douce. Dans la chanson suivante, Des histoires qui ne seront jamais finies, la Québécoise parle du souvenir indélébile de certaines rencontres, lorsqu’elles se fixent en nous comme sur une plaque photographique.

DANIELE HEYMANN

Télérama - Mort de Danièle Heymann, grande critique de cinéma qui avait aussi côtoyé Brel et Barbara

La journaliste du “Monde” et “L’Express”, longtemps chroniqueuse dans l’émission “Le Masque et la plume”, avait aussi beaucoup fréquenté le monde de la chanson, en plus de celui du cinéma. Elle est morte à l’âge de 86 ans.

C’est l’une des plus grandes figures du journalisme culturel français qui vient de disparaître : Danièle Heymann, morte jeudi 25 juillet, à 86 ans. Il y a quelques mois encore, elle s’illustrait par sa vitalité et sa curiosité inextinguibles. Et en 2018, à l’occasion du quarantième anniversaire de la mort de Jacques Brel, Télérama lui avait ouvert les colonnes d’un hors série.

ANNE VANDERLOVE

Nos Enchanteurs - Anne Vanderlove, 1943-2019

Rien que de savoir qu’elle est de mère bretonne et d’un père peintre néerlandais, ça suggère en nous des effluves de pure poésie, de celle que, plus tard, chanteuse, Anne van der Leuwe, notre Anne Vanderlove, fit le miel de ses chansons. En 1965, de passage dans la Capitale, notre Bretonne découvre des chanteurs des rues et se met à écrire et composer des chansons. Qu’elle interprète Chez Georges, un cabaret d’alors. Deux ans plus tard, le grand public la découvre sur les ondes, quand s’y répand sa Ballade en novembre, qui fut un grand succès, son succès, incontestablement un titre d’importance légué pour toujours au patrimoine de la chanson

Télérama - Mort d’Anne Vanderlove, la “Joan Baez française” à la carrière cabossée

La chanteuse avait connu un succès fulgurant en 1967 avec sa “Ballade en novembre”. L’année suivante, elle chantait dans les usines en grève, portée par des idéaux de paix et de justice. Avant de se retirer du showbiz en 1972 pour se lancer dans la voie, finalement hasardeuse, de l’autoproduction..... En mai 1967, Anne Vandelove sort sa Ballade en novembre, qui se vendra à près de un million d’exemplaires. La France chavire au son de sa voix claire et vibrante, qui rappelle celle de Marie Laforêt. Et à sa mélancolie hors d’âge : « Il pleut/ Sur le jardin, sur le rivage/ Et si j’ai de l’eau dans les yeux/  C’est qu’il me pleut sur le visage… » Succès fulgurant.

PAUSE GUITARE

Hexagone - Pause Guitare 2019 : Les gagnants du Prix Magyd Cherfi

Le tremplin « Scène découverte », organisé à chaque édition du festival Pause Guitare depuis 2007, permet à chacun des groupes/artistes sélectionnés, issus de la francophonie, de jouer durant 25 minutes devant le public et un jury de professionnels. Notamment attribué, ces dernières années, à Barbara Weldens (2015), Emilie Marsh (2016), Dalton Télégramme (2017) et Govrache (2018), renommé Prix Magyd Cherfi en 2018, ce tremplin se déroule sur deux jours.

Le grand gagnant : Matéo Langlois

Prix du jury des professionnels et Prix du public, ce talentueux jeune toulousain remporte tout en 2019. Gagnant du tremplin de l’Entrepôt (voir ici) puis du Pic d’Or – double prix : jury et public – il est également retenu pour le Mégaphone Tour. Evoqué dans « Vu sur scène Détours de Chant » du dernier n° d’Hexagone, tout à la fois excellent musicien, amoureux des mots et showman, Matéo Langlois a délivré, à nouveau, une époustouflante prestation.

HOUELLEBECQ

Ouest-France - Aux Francofolies, Houellebecq se confie sur les chansons qui l'ont marqué

Michel Houellebecq était samedi aux Francofolies de La Rochelle pour évoquer les chansons qui l’ont marqué. Une bouffée de nostalgie puisqu'il a surtout évoqué des chansons d’enfance et d’adolescence. Dans une rencontre animée par le journaliste-écrivain Eric Fottorino, le public a écouté avec beaucoup d’intérêt ses réflexions inspirées par les chansons choisies.

La proposition lui a plu. Alors, il a accepté l’invitation des Francofolies à venir raconter les chansons qui l’ont marqué. L’occasion de découvrir que si le jeune Michel Houellebecq a passé beaucoup de temps à lire, la chanson venait juste après. « Le cinéma, non, je n’y allais pas. » Il se rappelle aussi qu’il n’a « pratiquement rien lu de contemporain ».

ASSARAF

Télérama - Ceux qui dorment dans la poussière

Archiclassique mais original : c’est la première réussite de ce disque. La deuxième, c’est qu’il ne parle quasi que de la mort… sans être morbide. Il mêle ­intrumentaux, chansons, ambiances ­sonores ; affiche une volonté poétique qui peut sembler pompeuse, mais témoigne d’un souci d’écriture assez rare.

MONSIEUR

Nos Enchanteurs - On va l’appeler Monsieur

C’est une voix androgyne qui nous surprend dès le premier titre, La cigale et le tzigane, idéalement placé pour définitivement accrocher nos oreilles et résolument explorer tout le dedans de l’album. Un album joyeux, ludique, accompagné d’un bout à l’autre d’une musique un rien vintage qui saute comme un jeune cabri au lait. En fait un bon swing coloré comme on n’en fait plus, comme on n’ose plus. Vous dire qu’on est ici loin du régime guitare-voix est un euphémisme.

LA PLANETE

Télérama - Vinyle ou streaming : quel support musical pollue le plus la planète ?

D’un côté, le vieux monde plastique du vinyle. De l’autre la modernité dématérialisée du streaming. Mais question impact écologique, le gagnant n’est pas forcément celui que l’on croit…

Guider le bras de la platine vers le glacis sombre du vinyle, puis laisser le diamant glisser sur ses sillons dans un crépitement familier. Chez beaucoup de puristes, c’est un geste sacralisé, un rituel presque.

KHÔL

Nos Enchanteurs - C’est Claire, c’est Khôl

Ce premier chapitre, cette première fois, c’est ce disque entre les mains. Un visuel dans le sombre de photos magnifiquement rendues dans la gamme des gris. Un nom, un titre d’album, mais est-ce un titre que ce Chapitre I ? Typo sobre, vernis sélectif. La classe. Le livret à l’intérieur est tout aussi beau, peuplé de photographies. Mais pas de la chanteuse. On ne sait rien d’elle, on ne la voit pas. Elle, c’est Khôl, comme cette poudre minérale qui pare le regard des femmes arabes. Si je vous parle de l’habillage du disque, c’est qu’on le regarde longuement, l’admire presque. On se dit que ce que contient le disque laser doit être aussi bien, aussi beau, que ce n’est pas possible qu’il ne le soit pas. Et on a raison.