Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 janvier 2018

"Le pull-over" chanté par Allain Leprest en duo avec Clarika (2010)

Le clip de la semaine : Clarika - La cible (Live 2017)

L'actualité de la chanson française du 5 au 11 janvier

Le clip de la semaine : Clarika - La cible (Live 2017)

L'album de la semaine : Yves Duteil, Respect

Les artistes de la semaine : Rémo Gary, Frasiak, Clarika, Yves Duteil, François Puyalto, Barrio Populo ....

YVES DUTEIL

France Inter - Yves Duteil te prend par la main !

Il vient de fêter ses 45 ans de carrière. Après 5 ans d’absence, son album, "Respect", sort vendredi – un disque d'aujourd'hui, d'ouverture et de tolérance, né après le rassemblement du 11 janvier 2015. Yves Duteil est l'invité d'Augustin Trapenard.

REMO GARY

Nos Enchanteurs - Rémo Gary en double Cie

N’attendez pas d’un disque de Gary qu’il soit réédité : quitte à en presser un, autant le créer plutôt que d’en ressortir un épuisé, même s’il n’était pas fatigué. Quand le monde aura du talent, chanson-titre de son album d’il y a quinze ans, échappe à ce sort et fait à nouveau partie du lot, de ce lot-là. À la demande générale, sans doute. Ainsi que L’éléphance, tirée de l’album La rue du monde, paru en 1998, au siècle passé. Deux titres parmi les vingt-et-un de ce double album où, à côté de chansons de Rémo Gary, on trouve de l’Eugène Bizeau, du Jacques Debronckart (quatre chansons, tout de même, des inédites qui plus est, en avant-poste, avant-garde d’un CD tout entier consacré à Debronckart que Rémo devrait bientôt enregistrer, plaisir qui déjà s’annonce), du Raoul Ponchon (à qui Gary avait consacré il y a cinq ans tout un livre-disque : Ponchon et Cie), de l’Henri Barbusse et de l’Edmond Haraucourt.

MICHELE BERNARD

Francofans - Un p'tit rêve très court de Michèle Bernard et Monique Brun

Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon le 19 décembre 2017

C'est toujours une belle surprise de retrouver Michèle Bernard sur une scène. Je l'ai vue avec les élèves de plusieurs écoles à Lyon et à Annecy, en spectacle avec ses musiciens à Lyon, sur la place de son village de Saint-Julien-Molin-Molette pour une fête de la musique. Et maintenant avec Monique Brun dans l'intimité du studio du Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon pour leur spectacle commun, Un p'tit rêve très court. C'est chaque fois une nouvelle occasion de découvrir l'artiste sous un œil neuf et d'explorer son si riche répertoire.

Etonnant projet que celui qu'elles ont construit ensemble : Monique Brun déclame avec finesse des textes de Jules Supervielle, Norge, Louise Michel et quelques autres beaux poètes. Michèle parcours son répertoire et elles chantent en duo. Elles nous offrent au total un délicieux mille-feuille de chansons et de poésie.

BARRIO POPULO

Télérama - Barrio Populo, Cris d'écrits

Alléluia, la poésie a encore ses mots à dire et à chanter ! Les Stéphanois de Barrio Populo, qui s’adonnent depuis plus de dix ans au rock alternatif et cuivré, ont décidé de s’emparer de textes du patrimoine pour nourrir leur quatrième album : des poèmes de ­Rimbaud, Artaud, Paul Fort ou Prévert mis en musique par leurs soins, ou des chansons du répertoire — Barbara, Léo Ferré ou Pierre Perret — dont l’éclat ne se ternit guère.

MORICE BENIN

Nos Enchanteurs - Morice Benin, dans l’escarcelle d’un instant

 
.... Lui, c’est Morice Benin. Médias et programmateurs l’ont oublié depuis des lustres, le reléguant avec condescendance à d’anciens et victorieux combats, Larzac et Plogoff, qui furent naguère ce que Notre-Dame des Landes et Sivens sont aujourd’hui. Les années ont défilé, le public est passé à d’autres artistes, autres esthétiques. Seule une bande d’irréductibles amateurs de chanson le savent et le suivent encore. Depuis cinq décennies il creuse son sillon sur disques et sur scène, questionne le monde en vers et presque contre tous.

FRANCE GALL

Le Monde - « Ella, elle l’a », « Sacré Charlemagne »... Pourquoi France Gall a marqué la chanson française en 5 titres

Avec ses tubes, l’interprète préférée de Michel Berger, a profondément marqué l’histoire de la variété hexagonale. Retour sur les moments forts de sa carrière en quelques grandes compositions.

La chanteuse France Gall, 70 ans, est morte, dimanche 7 janvier, peu après 10 heures des suites d’un cancer. L’inoubliable interprète de Poupée de cire, poupée de son a marqué l’histoire de la chanson française avec ses dizaines de tubes populaires, impossible à ne pas fredonner. France Gall s’était retirée de la scène après le décès de sa fille Pauline de la mucoviscidose en 1997, mais même après vingt ans d’absence, nombre de ses morceaux restent des classiques de la variété française.
 
 
"Il jouait du piano debout", "Résiste", "Ella, elle l'a" ...: après les années yéyés, une nouvelle carrière s'est ouverte pour France Gall sous l'impulsion de Michel Berger dont elle fut l'épouse, la muse et l'interprète pendant près de 20 ans. On a appris le décès de la chanteuse dimanche matin.
 
 
La chanteuse France Gall, Isabelle de son vrai prénom, s'est éteinte ce dimanche 7 janvier 2018 à l'âge de 70 ans. Premier prix à l'Eurovision en 1965, elle laisse derrière elle une œuvre musicale immense, partie intégrante de la culture populaire française. « Babou » rejoint son ami Johnny Hallyday, disparu le mois dernier, mais aussi sa fille Pauline, morte précocement en 1997, ainsi que son mari, Michel Berger, terrassé par une crise cardiaque en 1992.
 
SPECTACLE JEUNESSE
 

Le jeune public est choyé. Les spectacles et disques qui lui sont réservés ne cessent de se propager. Une offre pléthorique, audacieuse et surtout de qualité. Aldebert, qui cartonne actuellement avec ses Enfantillages 3 en est la preuve vivante. Petit tour d'horizon.

Il n'en revient toujours pas de l'engouement autour de son projet. Lui, c'est Aldebert, fringant quadra, estampillé "nouvelle scène française" au début des années 2000 et cousin artistique de Bénabar. À son actif, il y eut quatre disques studio au succès d'estime, jusqu'à une première livraison d'Enfantillages en 2008.

VICTOIRES DE LA MUSIQUE
 
 
Comment rendre compte d’une année musicale hexagonale si ce n’est exceptionnelle, du moins foisonnante ? Les 33e Victoires de la musique ont tenté de répondre à cette question impossible en variant autant que possible les artistes nommés. Ils seront trente-deux en lice pour douze récompenses le 9 février lors de la soirée qui sera diffusée sur France 2 et France Inter en direct de la Seine Musicale, la nouvelle salle de spectacles de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
 
BRIGITTE

Baptiste Vignol - Cover-girls

NUES est donc leur troisième album studio. Et ce titre aguicheur ne leur aura pas porté chance. À peine trente mille disques vendus depuis sa sortie, mi-novembre. C’est le label Columbia qui ne doit pas être content. Faut-il s’étonner de cette indifférence? Entre une chanson sur Paris («Je suis ta gonzesse, t’es mon drapeau»), le portrait raté de Zelda Fitzgerald (quarante ans après le chef-d'œuvre d’Yves Simon), une énième prière contre les affres de l’insomnie (à quoi bon après Barbara?) et quelques complaintes amoureuses («Viens, on pleure, on pissera moins…» dans Palladium, la classe), l’ensemble s'avère d’un gnangnan vertigineux,

FRASIAK

Claude Févre - Frasiak, c’est la vie qui court…

Des applaudissements, quelques notes de piano qui s’envolent, rejointes par le frémissement d’une cymbale, puis des notes de guitare… Une valse lente où s’élève la voix du chanteur : Sous mon chapeau… C’est parti pour vingt et une chansons, deux albums d’un concert déjà paru en DVD.

On est bien près de fredonner avec Eric Frasiak. Ses chansons nous sont devenues familières. Dès le premier titre sa formation – un superbe quintet- donne avec ampleur, précision, harmonie, son délicat et sensible habillage musical. On imagine un instant les heures de répétition pour en arriver là.

On sait cet artiste, optimiste, libre et surtout travailleur obstiné. Un véritable homme de l’Est. Ces deux albums qu’il a produits, réalisés, mixés dans son studio de Bar-le-Duc, en est la preuve une fois encore.

SARDOU

RFI - Sardou, fin de chant

Le chanteur populaire va mettre un terme à sa carrière musicale pour se consacrer essentiellement au théâtre. Nous avons assisté à un de ses concerts à la Seine Musicale à Paris, salle dans laquelle il reviendra au mois de mars pour clore sa tournée. Récit.

Sardou, dernières. Refrain déjà entendu il y a une décennie, à la nuance près qu'il avait annoncé à l'époque ne plus vouloir entreprendre de tournées. Sauf que la dite révérence n'avait pas duré bien longtemps. Visite accrue des salles hexagonales entre 2011 et 2013.

CLARIKA

Nos Enchanyeurs - Clarika, premier disque en public

Ce CD est en soi un événement dans le landerneau clarikien : il s’agit, vingt-quatre ans après ses débuts discographi- ques, au bout de sept albums studio, de son premier « en public », histoire de témoigner de l’énergie de la dame, énergie qu’on sait à nulle autre pareille. Que ce disque restitue d’ailleurs assez mal, la présence de Clarika, son charisme et pas mal de ce qui fait l’intérêt de ses prestations passant difficilement la rampe d’une telle captation : eut-il fallu une DVD pour l’apprécier au plus juste ? Peut-on contenir et résumer une lionne, une tigresse sur une rondelle, fut-elle en laser ? D’autant que certains arrangements peuvent parfois un peu décontenancer qui n’est pas coutumier de la dame en scène. L’intérêt est que les titres prennent ici une ampleur, une durée, une liberté inégalée, affranchie du trop strict format discographique habituel.

PUYALTO

Claude Févre - François Puyalto, Marcher jusqu’au bout

Ce premier album de François Puyalto vous cueille d’abord avec sa pochette au bestiaire fantaisiste, sous le trait de l’auteur de BD Matthias Lehmann qui croque au passage le trio instrumental. Le message semble clair, il s’agit bien d’un voyage musical, d’une itinérance entre monts et vallées, villes et campagnes, mers et montagnes.

Pas vraiment ici, pas vraiment là-bas. Pas vraiment hier ou demain. Un peu  partout à la fois.

Pas vraiment hommes, pas vraiment bêtes. Un monde poétique, étrange, au croisement des imaginaires d’un Prévert et d’un Camille Saint Saëns d’aujourd’hui. On y ajouterait – pourquoi pas ?-  les poèmes de Francis Blanche et conclure. « Ne riez pas ! / Les bêtes ne sont pas / les plus bêtes, / en somme. / Et si vous en doutez un brin, / Rendez-vous dimanche prochain / Au Carnaval des hommes. »

VICTOR LAZLO

Nos Enchanteurs - La première classe de Viktor Lazlo

Viktor Lazlo. Le nom n’évoque probablement pas grand-chose aux jeunes générations. Il faut dire que Sonia Dronnier (de son vrai nom) a connu ses succès discographiques au milieu des années 1980, ce qui ne nous rajeunit guère… Depuis, la chanteuse a multiplié les activités (actrice, romancière…), sans quitter son domaine de prédilection, ayant juste déserté le terrain de la variété pour celui du jazz vocal avec ses spectacles consacrés à Billie Holiday, Sarah Vaughan ou Ella Fitzgerald.

mercredi, 17 janvier 2018

Clarika - Je suis Mille - Live @ Le Pont des Artistes

mardi, 16 janvier 2018

Clarika - Les garçons dans les vestiaires (Live 2017)

L'album du jour : De quoi faire battre ton cœur (Live 2017)

Clarika "De quoi faire battre mon coeur"

Clarika - L'inaperçue

vendredi, 05 janvier 2018

Hexagone - Clarika, en duo, fait battre le cœur du Bijou

Après Alexis HK et Camille Hardouin en septembre, on continue les retours de concert de cette exceptionnelle saison anniversaire au Bijou, retours enrichis d’un échange avec l’artiste. Et fin novembre, vingt-trois ans après son premier et précédent passage au Bijou, Clarika est revenue, pour trois soirées en duo, avec un formidable concert devant une salle pleine.

Avec comme seul musicien Ludovic Leleu – son orchestre – (guitare électrique, clavier, percussions et chœurs), Clarika reprend à l’identique le spectacle joué habituellement avec son groupe : même liste de chansons et même changement de tenue. Elle entre sur scène avec Je suis mille : « Je suis le vent et la mitraille /Je suis toute la misère du monde / Je suis le bonheur à la ronde/ Je suis la douceur, la colère ». En fait, ce début consiste en une véritable présentation du concert qui propose du profond et de la légèreté, de l’humour et de la lucidité, du noir et de la lumière.

Lire la suite
_________________
_________________

dimanche, 08 octobre 2017

Clarika et Bernard lavilliers "ça se peut pas" (INA, 2002)