Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 mars 2016

L'actualité de la chanson française de la semaine du 4 au 10 mars

Le clip de la semaine : Séverin, France-Brasil

Les vidéos de la semaine : Makja, Sandrine Cabadi, Philémon Cimon, Séverin et les artistes du festival des Chants de Mars à Lyon

A la une

Télérama, Valérie Lehoux - Arman Méliès, Vertigone

Sa voix est toujours chaude et écorchée. Mais avec des guitares psyché et une batterie martelante, le chanteur se fait plus direct, plus sauvage.

Encore un. Un qui façonne dans l'ombre médiatique une chanson distinguée, labyrinthique parfois mais plus souvent enivrante, inquiète toujours et pourtant pas sombre. Un qui cherche, qui avance, au risque de s'égarer un peu (les sons très synthétiques de son dernier album désincarnaient son chant), et qui réapparaît aujourd'hui avec un cinquième disque incandescent, aussi riche que concis. Plus direct et plus droit que les précédents. Moins sophistiqué. Presque abrupt. Disque sauvage, cinglant, à la tonalité rock, aux tentations psyché, aux mélodies-mélopées d'une redoutable envergure, aux tempos martelés comme des certitudes ou des désirs impossibles à enterrer.

C'est déjà ça - Méliès : voyage sur le volcan

Après quatre albums assez radicaux, Arman Méliès éblouit toujours mais y ajoute l'émotion dans "Vertigone". En concert ce soir à Bordeaux, demain à Cognac.

Arman pour le peintre plasticien, Méliès pour le cinéaste. Le premier accumulait les produits manufacturés pour mieux illustrer le productivisme. Le second a inventé le rêve et l’audace au cinéma. L’auteur-compositeur Arman Méliès chante entre ces deux pôles, avec la précision d’un musicien chevronné, avec l’onirisme d’une plume imagée.

Le Figaro - Arman Méliès, vers les hauteurs

Vertigone, son cinquième album, est sans conteste le meilleur disque de la jeune carrière d'Arman Méliès. Cet ancien membre du groupe Enola s'est lancé en solo il y a un peu plus de dix ans et a su affirmer progressivement une identité forte, tout comme une exigence jamais prise en défaut.

Son site Web

Sur Facebook

BALTHAZE

Hexagone - Balthaze, un visible animal

Balthaze sera sur la scène du Zèbre de Belleville le 24 mars pour le concert de sortie de son premier album. C’est un artiste que je connais maintenant depuis quelques mois. Dès que j’ai découvert quelques uns de ses morceaux, son projet m’a tout de suite parlé. Depuis, je l’ai revu sur scène régulièrement, dans des formules différentes et avec de nombreux instruments. En solo, en trio, avec pleins de copains sur scène, invité par d’autres artistes, à la guitare, au banjo, au mandole… Et à chaque fois, il fait mouche. Avec des textes forts et des sonorités remplies de multiples influences, son répertoire est très riche. Il y a quelque chose qui me touche tout spécialement dans ce qu’il fait. Je ne saurais dire si c’est son approche de la musique, la façon dont il nous emmène voyager avec, la sincérité de l’interprétation, l’importance du contenu ou l’authenticité de l’artiste. Certainement l’association de tout ça à la fois. Alors forcément, j’ai eu envie de lui poser quelques questions.

BAPTISTE W.HAMON

Télérama - Baptiste W. Hamon, L'insouciance

A Nashville, un jeune baladin bien entouré chante dans sa langue ses fantasmes d'Amérique sur fond de violon et de pedal steel. Fin et habité.

Un signe qui ne trompe pas à l'écoute du tout premier morceau : après l'intro, au joli trot country des guitares, au bourdon du violon, on s'attend à ce que sonne une voix ad hoc, américaine. Et puis non, voici le candide et crâne Baptiste : « Moi j'aime une fille, son nom c'est Joséphine. » Le Grand Meaulnes est à Nashville et il apprend vite.

SANDRINE CABADI

Claude Fèvre - Sandrine Cabadi, un album qui fait boum

Avec Sandrine Cabadi, on a bien l’impression qu’il se passe quelque chose dans le monde du disque depuis qu’elle l’a fait entendre. On lit ici et là des chroniques enthousiastes et voilà qu’Hélène Hazera l’invite sur France Culture. C’est dire !

C’est en scène que depuis des années elle s’accroche coûte que coûte à son rêve. De petite scène en petite scène, elle y va de sa goualante derrière son clavier, jamais sans sa casquette, version p’tit gars à qui on ne l’a fait pas, avec sa voix de chanteuse des années 30, des « R » qui roulent jusqu’à vos pieds et leur donnent envie de danser la java !

Nos Enchanteurs - C’est dit, c’est Cabadi !

Car ce nouvel opus, totale rupture qui signe l’arrivée d’une chanteuse sur laquelle il faudra désormais compter, est sincèrement un pavé, pas comme ceux qu’on s’envoyait à la figure jadis au quartier latin, mais comme un disque qui déjà nous marque, nous touche pile dans le mille. Sincère, enjouée, d’une voix assurée, qui parfois fait songer à Juliette la diva, notre trentenaire Cabadi (c’est l’âge qu’elle se donne en se plaignant du Complexe de la trentenaire) fait bonne impression par une galette où tout est bon : les musiciens, l’orchestration, les arrangements, l’interprétation (on se dit que Cabadi est capable de tout chanter, de la douceur à la furie, de la mélancolie à l’humour…), les textes… Tout !

SEVERIN

RFI - Séverin, chansons d’amour et de samba, Nouvel album, Ça ira tu verras

On avait suivi de loin ses débuts discrets dans la chanson, l’oreille distraite par le "trop" d’électro pop qui prenait le pas sur une écriture hésitant encore à se frotter au français. Trois disques plus tard, Séverin a pris ses marques. Résultat : beaucoup de ballades, un peu de samba, et un très abouti Ça ira tu verras.

Culturebox - Séverin : un clip génial et un bel album aux saveurs brésiliennes

Séverin lance son deuxième album solo de la plus belle des manières : avec un clip très réussi qui met en scène le dialogue joyeusement difficile d’un couple franco brésilien, à l’aide de l'outil Google de traduction automatique.

BERNARD JOYET

Chansons que tout cela - Bernard Joyet, à auteur d’âme

Qui l’ignore encore ? Bernard Joyet est l’une de nos plus fines plumes de la chanson. S’il s’y est mis un brin « tardivement » courant 1985 en duo rigolard avec le batteur Roland Salomon (Joyet et Roll Mops), les choses « sérieuses » ont commencé en solo avec le nouveau millénaire. L’an dernier est sorti son quatrième album, AUTODIDACTE II, un cru haut de grappe à apprécier d’abord en scène (notamment le 14 mars au Vingtième Théâtre*, à Paris) en compagnie de la pianiste Nathalie Miravette.

GAINSBOURG

Double Note, Victor Hache - Serge Gainsbourg, 25 ans après, toujours à la page

Victor  Hache,  25 ans de la mort de Serge Gainsbourg. À l’occasion du 25e anniversaire de la mort du chanteur, le journaliste Bertrand Dicale publie Tout Gainsbourg. Une somme de plus de 1 000 pages qui explore l’œuvre d’un artiste qui a souvent connu l’échec avant de triompher en 1979 avec la Marseillaise en reggae, Aux armes et cætera.

MAJKA

Hexagone - Makja – Un camp

Makja, est une de mes belles découvertes aux Rencontres d’Astaffort de mai 2015. Il m’avait touché par l’intensité de son interprétation. Basé en Aquitaine, on le voit malheureusement trop peu en région parisienne, mais depuis j’ai gardé un œil attentif sur l’évolution de ses projets. C’est donc avec joie que j’ai appris la sortie d’un EP en mars !

PHILEMON CIMON

Il y a deux ans, une chanson venue du Québec (Moi, j'ai confiance) nous saisissait par sa grâce androgyne. Qui pouvait chanter de cette voix à peine juste mais captivante l'irrépressible envie de croire en l'amour ? Philémon Cimon, trentenaire gracile, auteur à l'époque de deux disques — le premier aux ­accents cubains ; le deuxième, très pop dépouillée — passés inaperçus ici. Ce nouvel album, au son vintage un peu yéyé, saupoudré d'embruns de surf musique, devrait permettre au jeune homme de se faire remarquer. Ses ­petites histoires, moins innocentes que ses textes naturalistes et son timbre ­angélique ne le laissent supposer, ont le don de déclencher de mini-tornades sentimentales.

GIEDRE

L'Obs - GiedRé : "C'est dur d'être une femme, c'est dur d'être un nain..."

A 30 ans, la chanteuse de "Toutes des putes" s'est spécialisée dans la comptine trash pour dénoncer le sexisme. Portrait, en musique. 

ans "Belle au bois dormant", GiedRé remixe les contes de fées de notre enfance en y ajoutant une touche sodomite : un homme rencontre dans une forêt une princesse transexuelle qui a un fort accent brésilien et un pénis. Il part en courant : "Elle le rattrapa bien vite/ Et contre un épicéa/ La belle sortie sa bite/ Et l'encula."

Dans une autre chanson, "les Petits enfants", GiedRé raconte l’histoire d’une petite fille et d’un pédophile à l’arrière de son camion ("L’un pleurant, l’autre chantant/ Ainsi va la vie, ainsi font les gens").

ORELSAN

Libé - De Ferré à Orelsan, brève chronologie du sexisme dans la chanson française

L'affaire Orelsan, accusé de faire l'apologie de violences contre les femmes, s'est close jeudi par la relaxe de l'artiste. Pour autant, elle ne doit pas faire oublier que l'histoire de la chanson française, à l'image de la société dont elle se fait souvent le miroir, a été émaillée de paroles sexistes, plus ou moins assumées.

EDDY LA GOOYATSH

Nos Enchanteurs - Eddy La Gooyatsh, le doux et le méchant

Oui, des chansons chez l’Eddy. Pas de celles de circonstance, pas d’éclats de voix, mais l’observation poétique de notre quotidien, de notre environnement, de nos sentiments, de nos émotions. Un peu hors du temps, « au temps du joli temps… », celui « qui feint de n’être que de passage », hors des mouvements… Des chansons comme toujours contemplatives, comme des tableaux : un disque de La Gooyatsh est une cimaise, onze œuvres y sont cette fois accrochées.
 
DAVID KILEMBE
 
 
La biographie de Davy Kilembé nous dit que cet artiste indépendant (nombreux le sont) est « reconnu par beaucoup pour son talent. » Pour son talent indéniablement, mais pas que. Car le talent ne fait pas tout. S’il est si apprécié tant du public que de ses collègues, c’est qu’il développe d’autres qualités, la générosité n’étant pas la moindre.

lundi, 14 mars 2016

Philémon Cimon - Je t'ai jeté un sort

mardi, 29 décembre 2015

L'actualité de la chanson française du 21 décembre au 3 janvier (mise à jour)

Le clip de la semaine - Pierre Lapointe, Tous les visages (Paris tristesse)

Les vidéos du jour : les artistes présents dans le dernier numéro de Francofans comme Davy Poulin (Le Paysagiste), le groupe Swing, La Gale, Les Banquettes Arrières, Morgane Imbeaud, Wally, La Gâpette, Tony Melvil, Boulevard des Airs, Manset, Aldebert, Nino Ferrer, .... et les 5 meilleurs albums de l'année selon Francofans : Pierre Lapointe (Paris Tristesse), Frédéric Fromet (Ca Fromet), Sages comme des sauvages (Largue la peau), Les Innocents (Mandarine), Mansfield TYA (Corpo Inferno).

A la une

Culturebox - Juliette Gréco se dévoile dans un portrait inédit sur France 2

Icône de la chanson française, Juliette Gréco incarne la liberté, l'impertinence, la sensualité et les grandes heures d'un Saint-Germain-des-Près en pleine effervescence. Un portrait, diffusé mercredi sur France 2, raconte le parcours de cette artiste singulière.

30 décembre

Hexagone - 3 minutes sur mer au Limonaire par Mad et Fred

En tant que « serial concert man,« * je me suis fait un devoir de parcourir l’ensemble des scènes de mon territoire. J’avais bien identifié Au Limonaire comme un repaire de farouches défenseurs de la chanson cocardière, sans nul doute prompts à enduire de goudrons et de plumes tout mélomane anglophile avéré… Mais tel Rambo, qui ne peut s’empêcher de gaspiller chaque été la totalité de ses congés payés en voyages touristiques au Viet-Nam, je me sentais investi d’une mission. Saint Joe Strummer étant pour toujours et à jamais dans mon coeur, je ne doutais pas qu’il serait à mes côtés durant ce périple dans le no man’s land francophone. J’étais quand même loin de me douter de ce qui m’attendait ce soir là, pour cette carte blanche accordée à 3 Minutes sur mer.

Nos Enchanteurs - Stephan Eicher, l’amour à la machine

Stephan Eicher n’en fait qu’à sa tête ! Mais comme il l’a plutôt bien pleine, on ne s’en plaindra pas… Nous l’avions quitté voici deux ans, dans la tournée qui avait suivi son Envolée de belle facture. Il y parcourait son album et revisitait son répertoire avec l’appui d’une solide formation de quatre musiciens, dans de splendides orchestrations où le bugle et le trombone à coulisses se taillaient la part du lion. Poursuivant dans son refus de rouler sur les rails que d’autres ont posés, il nous offre aujourd’hui de le retrouver, sans aucun nouvel opus discographique à la clé, dans une formule en solo. Ou presque ! En effet, s’il est bien le seul être de chair et de sang à fouler la scène, il chante entouré d’un abondant orchestre mécanique, dont la présence vaut bien celle des requins de studios nageant dans les eaux du show-biz. Le spectacle s’intitule, en allemand dans le texte, Stephan Eicherund die Automaten.

29 décembre

Le Figaro - L'histoire secrète de la chanson Le Sud de Nino Ferrer

Retour sur le dernier grand succès d'un dandy hanté par le soleil noir de la mélancolie. Il se suicida le 13 août 1998, à deux jours de ses 64 ans.

28 décembre

Le blog du doigt dans l'oeil - Barbara l’intégrale (livre)

En cette fin d’année, Barbara est revenue à la une avec des débats enragés sur la légitimité qu’auraient certains de chanter ses chansons, et de les ré interpréter. Qui a le droit, qui ne l’a pas, c’est pas nouveau dans la chanson, toute reprise est la source de chicayas enflammées, parfois empoisonnées. Et il ne convient pas de contrarier certains maîtres de la bonne chanson dans leurs diktats impératifs. Laissons ces débats en marge, pour aller à l’essentiel : comprendre ce qu’on chante, et ne pas trahir l’auteur (avec des mots qui changent le sens, avec des vers inversés, avec des strophes oubliées, la liste des avanies est longue…)

Le blog du doigt dans l'oeil - Peau neuve, Lili&Thierry

La semaine dernière est arrivé un lot d’albums particulièrement jouissifs. Il y a en d’autres qui vont suivre dans ces chroniques parfois foutraques, et aujourd’hui, à la veille du solstice d’hiver, on fait Peau Neuve avec Lili et Thierry… Leur précédent album, c’était Tout va bien, je mettrai volontiers en sous-titre à celui-ci : Tout va de mieux en mieux… Sans vouloir être désobligeant avec ce qui a précédé, mais là, il y a une aura, un rayonnement encore plus contagieux qu’avant. Si-si, c’est possible.

Hexagone - Les Cabarettistes ressuscitent Le Cheval d’Or

Sans avoir l’âme plantée dans le rétroviseur, il est tout de même des périodes que l’on aurait aimé vivre. Enfin moi oui. A tort ou à raison, certes, que sais-je après tout, on n’est jamais que de son époque et il est bien impossible de faire la lumière sur ses fantasmes temporels. Ainsi, souvent me vient-il à songer, à rêver que j’aurais vécu la grande époque des cabarets parisiens… Ceux-là même qui participèrent de l’éclosion – de l’explosion – de nos fameuses légendes d’Épinal. Et d’ailleurs aussi. Les Brel, Barbara, Ferré, Brassens, Gainsbourg, Vian et j’en passe autant comme autant. Je n’ai pas ici l’ambition de dresser un mausolée, un monument aux morts glorieux. Tombés pour la chanson.

Nos Enchanteurs - Sarah Quintana chez Raphaël Imbert : une sirène et le son des bayous

Originaire d’Aix en Provence et fidèle à sa région d’origine, le saxophoniste Raphaël Imbert est aussi grand voyageur, sans cesse à la rencontre de l’autre, musicien ou simplement humain. Lui préfère édifier des ponts et des passerelles plutôt que des murs. Sans cesse à la recherche de correspondances, classique et jazz, spirituel dans la musique, improvisation et interactivité.

Le blog du doigt dans l'oeil - Sortie du nouvel EP de Leitmotiv « Faites Vos Jeux » : entretien avec Pierre Estenaga

C’est le 10 octobre dernier que le groupe rock Leitmotiv avait convié son public à un concert exceptionnel au Comptoir du Jazz à Bordeaux pour fêter la sortie de son EP « Faites vos Jeux », et par là même remercier les contributeurs ayant aidé à le produire, via le site de financement participatif KissKissBankBank.

Le blog de Claude Févre - Gérard Morel chante l’hymne à l’amour

23 décembre 2015, Gérard Morel & la guitare qui l’accompagne Cave Poésie René Gouzenne, Toulouse

Gérard Morel n’est pas homme à cultiver sa solitude, enfin, du moins, on le devine à regarder son parcours. Homme de théâtre d’abord, c’est en termes de troupe, de clique, d’équipe, c’est d’abord au pluriel qu’il envisage son rapport à la scène. Alors le voir seul avec sa guitare, en acoustique, c’est en soi déjà un moment à savourer.

Du 23 au 27 décembre

C'est déjà ça - Cali, la fleur et le coeur au fusil

Alors qu'il vient de boucler la tournée de "L'âge d'or", le Catalan met en ligne un très beau clip illustrant "Le coeur chargé comme un fusil", l'un des plus beaux titres de ce sixième album. Avec en prime, la présence de l'immense et discret Denis Lavant.

Le blog de Claude Fèvre - Buridane, la délivrance en chansons

10 décembre 2015, Festival Comme ça nous chante, café Plum, Lautrec (Tarn)

Buridane, July dans la vraie vie, un petit bout de femme fleur, à peine sortie de l’enfance. La guitare paraîtrait presque trop grande pour elle… C’est ce que semblent dire la blondeur de ses cheveux ébouriffés, le rouge de ses lèvres, ses longues gambettes et ses bottines noires, son short effrangé et son long pull informe. Et son franc sourire aussi… Elle prend une longue respiration avant de se lancer dans sa première chanson, toute courte ; elle chante alors cet élan que l’on prend à chaque aube de nos vies. Soulignons la subtile métaphore de ce rendez-vous impudique avec le spectateur.

C'est déjà ça - Le nouveau Christophe pour avril

Sept ans après "Aimer ce que nous sommes", l'oiseau de nuit revient au jour: "Les vestiges du chaos" sortira le 1er avril prochain

Nos Enchanteurs - Grand Corps malade, puissance dix

Votre mission, si toutefois vous l’acceptez : placer dans une chanson la phrase « Il nous restera ça. » Vous avez trois quarts d’heure.

C’est peut-être ainsi que Fabien Marsaud (Grand Corps Malade) s’est adressé à dix auteurs, de la plus jeune, Luciole, (la seule à vraiment chanter, non à slammer) « Nos mots resteront là, gravés dans le décor / les mots sont nos trésors / il nous restera ça », au doyen toujours vert, Charles Aznavour, qui a choisi d’Écrire, et de dire en vieux sage ce magnifique texte qu’on peut étendre à l’art tout entier : « Désenchaîner le trait par mille variations / Tuant les habitudes / Changer, créer, détruire (…) Et puis l’œuvre achevée, tout remettre en question (…) Il nous restera ça. »

Le Figaro - Renaud: l'histoire secrète de la chanson Dans mon HLM

Après neuf ans d'absence, le chanteur revient avec un nouvel album studio. Dans son tube décapant, l'interprète de Mistral Gagnant passait en revue les classes moyennes de la France de 1980.

21 et 22 décembre

Mediapart - Parution: «Chanson française et immigration»

Si la France est une terre d'immigration, peut-on en dire autant de la variété ? Ce numéro de Volume ! la revue des musiques populaires vise à retracer les parcours d'artistes d'origine étrangère en France, entre ceux qui ont intégré le patrimoine de la chanson française, et ceux qui ont marqué leur communauté en chantant l'exil.

Volume ! - Joëlle-Andrée Deniot, Édith Piaf. La voix, le geste, l’icône. Esquisse anthropologique

Isabelle Marc est maître de conférences au département d’Études françaises de l’Université Complutense de Madrid et Visiting Fellow à l’Université de Leeds, où elle co-dirige l’European Popular Musics Research Group. Elle s’intéresse à la culture populaire française en général et aux musiques actuelles en particulier. Dans ce domaine, elle a travaillé sur le rap et sur la chanson et sur les rapports entre esthétique et identité culturelle, notamment chez des artistes tels que Georges Brassens et Charles Aznavour. Sa recherche porte aussi sur les dynamiques transculturelles et sur les politiques publiques en Europe. Son prochain livre, The Singer Songwriter in Europe: Paradigms, Politics and Place, coédité avec Stuart Green, paraîtra chez Ashgate en mars 2016.

Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture des éditions Mélanie Seteun, fondée en 2002 par Samuel Etienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol.

Volume ! - Gilles Bonnet (dir.), La Chanson populittéraire. Texte, musique et performance

‪Michael ‪Spanu‪ est doctorant en sociologie au 2L2S (Université de Lorraine). Ses travaux portent sur les usages des différentes langues chantées dans les musiques populaires en France. Il a travaillé sur une partie de la scène indie parisienne, sur la scène occitane, ainsi que sur le metal français. Il fait éga- lement partie du comité de rédaction de ‪Volume !‪

Volume ! - Anaïs Fléchet, « Si tu vas à Rio… » La musique populaire brésilienne en France au xxe siècle

Panagiota Anagnostou est diplômée en science politique et en sociologie. Ses recherches relèvent de la sociologie politique et traitent des configurations identitaires et mémorielles dans la musique populaire. Elle a soutenu sa thèse de doctorat sur la musique populaire grecque (XIXe-XXe siècles), intitulée « Les représentations de la société grecque dans le rebetiko » (sous la direction de Denis-Constant Martin) à Sciences Po Bordeaux, en décembre 2011. Elle a participé depuis à différents programmes de recherche. Elle s’intéresse actuellement aux pratiques musicales de migrants comme expression et participation politiques et est chercheuse associée à l’Institut d’Histoire Culturelle Européenne (Château des Lumières, Lunéville).

C'est déjà ça - Le(s) top(s) 10 de 2015

Arman Méliès et Feu! Chatterton trônent au sommet de nos meilleures sensations du millésime 2015, assorties de quelques groupes que l'on suivra d'une oreille énamourée...

Hexagone - Le sortilège de Philémon Cimon

Ce mercredi 9 décembre, je suis allée aux Trois Baudets, ma salle fétiche, mon QG, pour mon plaisir personnel. Je m’y suis rendue les mains dans les poches, sans carnet ni appareil photo, comme cela ne m’était pas arrivé depuis longtemps. Cependant, quand je fais la découverte d’artistes qui m’ont séduite, la chroniqueuse que je suis reprend le dessus. Je me sermonne intérieurement d’avoir voulu y aller en mode touriste, mais me console, car mes dix doigts, eux, peuvent toujours retranscrire cette soirée. Parce qu’une claque artistique, ça se partage. La passer sous silence serait passible d’arrestation de la part de la B.A.C, je ne voudrais pas prendre le risque !

C'est déjà ça - Disques et livres: retards (de) chroniques

Dans le flot des sorties automnales, quelques galettes et feuilletés sont passés à travers les mailles du filet de ce blog. A quelques jours des cadeaux, quelques suggestions... ou pas.

lundi, 21 décembre 2015

Philémon Cimon - Je veux de la lumière

Philémon Cimon - Soleil blanc

Philémon Cimon - Je t'ai jeté un sort

samedi, 06 septembre 2014

Philémon Cimon - Soleil blanc