Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 août 2016

L'actualité de la chanson française du 15 au 28 juillet (revue de presse et du web bimensuelle en été)

Les vidéos du mois d'août : pendant le mois d'août, la chanson à Cinq colonnes à la une, cette belle émission "historique" de la télévision française
 
L'album de la quinzaine : Séverin, Ca ira tu verras
 
Le clip de la semaine - Séverin, Ça ira tu verras
 
SEVERIN
 
 
Non seulement son troisième album, ÇA IRA TU VERRAS, paru début 2016, est l'un des quatre ou cinq plus beaux disques de chanson française sorti depuis l'an 2000, non seulement son concert donné à Paris le 7 avril dernier aux Étoiles figure parmi les plus séduisants vus ces vingt-cinq derniers années, non seulement il possède tous les atouts pour devenir immense: la gueule, l'identifiable grain de voix, la plume claire et taillée, l'inestimable capacité de décocher des mélodies arc-en-ciel (il est probablement le meilleur compositeur français en activité), mais son nouveau clip, Les hommes à la mer, tourné par Aurélie Saada du binôme Brigitte, devrait déjà recevoir la Victoire de la meilleure vidéo 2016.
 
 
On avait suivi de loin ses débuts discrets dans la chanson, l’oreille distraite par le "trop" d’électro pop qui prenait le pas sur une écriture hésitant encore à se frotter au français. Trois disques plus tard, Séverin a pris ses marques. Résultat : beaucoup de ballades, un peu de samba, et un très abouti Ça ira tu verras.
 
 
Quatre ans après un premier essai salué par la critique, l'auteur-compositeur-producteur revient sur le devant de la scène avec Ça ira tu verras, une pop élégante qui annonce les beaux jours ou fait espérer des lendemains qui chantent.
 
 
Voilà un disque d’été en plein mois de février, un album chaloupé, quelques rythmes brésiliens au coin du feu. Ainsi coule Ç a ira tu verras, quatrième LP solo du chanteur et guitariste Séverin (ex-One-Two), dont la saudade pop peut être comparée à celle d’Alain Souchon, d’Yves Simon, et, parfois, de William Sheller.
 
 
 
BRASSENS

France Inter - [Re]découvrez la série consacrée des Médias Francophones Publics consacrée à Georges Brassens.

Les médias francophones publics vous proposent de [re] découvrir cette série qui vous emmène dans un voyage musical, sur les traces de Georges Brassens. Diffusée pour la première fois en 2000, elle fut produite par Fabienne Chauvière.

COLLOQUE

Fabula - Espaces de la chanson contemporaine. Cartographie d’un genre en mutation (Aix-Marseille)

Le réseau de recherche international fondé à AMU en 2015 et intitulé “Chanson. Les ondes du monde” tiendra en 2017 deux colloques jumeaux dans le sud et dans le nord de la France autour du sujet “Espaces de la chanson contemporaine. Cartographie d’un genre en mutation”. Ces colloques sont fondateurs d’une biennale d’étude de la chanson que nous souhaitons pérenniser. Les universités d’Aix-Marseille d’une part et de Lille/Valenciennes/Amiens d’autre part espèrent pouvoir compter pour cette première occurrence de la biennale sur la collaboration de deux musées de rayonnement national, le MUCEM pour AMU (participation acquise), et le Louvre-Lens pour le “pôle Nord” du réseau (négociation en cours). Le colloque AMU a pour autre partenaire le Conservatoire Darius Milhaud. De nombreuses universités partenaires s’associent au projet, en France et en Europe, comme en témoigne le comité scientifique.

GILLES SERVAT
 
 
A l’écoute des infos, on est très souvent amené à croire (c’est le cas de le dire) que la société française ne se compose plus désormais que de catholiques, de protestants, de musulmans, de juifs. Pour tous ceux qui se situent hors ces catégories, au mieux entend-on parfois parler de « laïques », terme employé faussement pour désigner les non-croyants puisqu’on peut tout à la fois être croyant ET laïque. D’athées, jamais ou presque il n’est question, bien que leur nombre soit loin d’être négligeable en ce pays.
 
BARJAC
 

Barjac m’en chante, une première et quelle première !

On assiste bien volontiers au rituel de l’ouverture du festival à laquelle l’équipe des « mutants d’Octobre » – dixit Monsieur le maire –  n’a pas changé grand-chose. On est sous les platanes, place Charles Guynet. Par grappes, par petits groupes, seul ou bien à deux, les festivaliers se retrouvent, s’embrassent… Ce sont des retrouvailles pour beaucoup. On vient en juillet à Barjac de partout … de partout où la Chanson fait des siennes, quoi qu’on dise. On se demande seulement à  bien se regarder, quand donc la jeunesse viendra se joindre à nous…  On ne peut s’empêcher de songer à ce renouvellement, cet élargissement  du public qui devient une urgence.

Nos Enchanteurs - Barjac 2016. Michèle Bernard, sauvée des eaux

..... D’autant que nous n’attendions pas forcément cette livraison de nouvelles chansons, toutes tirées d’un album, Tout’ manières, à sortir à la mi septembre mais déjà en vente ici, en exclusivité. Et largement éventé sur scène. Huit chansons en primeur, ça vous modifie en profondeur un tour de chant, ça contrarie les habitudes, ça vous fait écarquiller plus encore les oreilles pour accueillir ces nouvelles chanson qui, soyez en sûr, deviendront dans pas longtemps des classiques de la Mimi de Saint-Julien.

BARRY/LAFORET
 

Initiative salutaire et inattendue que de consacrer un album entier aux chansons parfois oubliées de Marie Laforêt, interprète-comédienne qui préfère désormais l’ombre à la lumière.

Barry, 35 ans, s’y colle avec panache et emmène ce riche répertoire dans un autre espace-temps parallèle.

Si proche, si lointaine. Marie Laforêt, énigmatique discrète, ermite retranchée en Suisse. Désinvolte et indomptable. Exigeante dans son art. Femme libre, assurément. Qui, sans marchandage aucun, se prête à une carrière faite de rencontres et d’absence. C’est sur son éclatant charisme de tragédienne qu’elle a bâti sa réputation. Vertigineuse Marie Callas d’ailleurs sur les planches, ce qui restera à ce jour sa dernière apparition artistique. C’était en 2008.

INSTITUT

Télérama - Institut, Spécialiste mondial du retour d'affection

Aussi underground qu'expérimental, Institut aime créer le malaise. Et dire l'enfermement. Voix monocorde, parlée, mélodies répétitives, phrases chocs. « Ici je n'ai pas assez de voix, je regarde un homme qui se noie. » Histoires de névrosés coincés dans leur entreprise, leur solitude, leurs impossibilités. Une chanson est rédigée comme une petite annonce de site de rencontres (Parler de moi) ; une autre égrène une liste de non-choix (« Tu préfères fermer ta gueule ou que personne ne te voie ? Tu préfères passer pour un con ou disparaître à jamais ? »). Très houellebecquien, entre précision clinique et dérision désespérée.

ROSIE VALLAND
 
RFI - La folk atmosphérique de Rosie Valland

Elle est une des dernières bonnes nouvelles en provenance du Québec. Avec ses chansons tourmentées et organiques, Rosie Valland conjugue technique et fragilité, savoir-faire et mélancolie. Se plonger dans son univers et celui de son premier album, Partir avant a des vertus enivrantes.

EMILIE MARSH

Hexagone - Découvertes Pause Guitare : une Marsh plus haute pour Emilie

Dans ma précédente chronique, je te présentais le festival Pause Guitare et ses différentes programmations. Aujourd’hui je vais te parler de ce que j’ai vu pendant deux jours, de ce que j’aime beaucoup : la découverte d’artistes.

OBISPO

Nos Enchanteurs - Pascal Obispo, le chauve qui peut !

Voilà un titre de chronique qui devrait me valoir, soit le Grand prix annuel de la meilleure vanne pourrie décernée conjointement par l’Almanach Vermot et les blagues Carambar, soit la haine instantanée et sans rémission possible des nombreuses admiratrices de notre vedette de variété.

Et pourtant… Sont-ils si nombreux, les artistes actuels pouvant compter à la fois sur le soutien de leur public et de leur firme de disques, pour pouvoir mettre sur pied un spectacle comme celui que Pascal Obispo nous a offert hier soir ?

ANSALONI

Norbert Gabriel - Gérard Ansaloni Le Banquet

C’est en 1995 qu’est publié chez Saravah, « Le banquet » de Gérard Ansaloni. Et c’est en 1997, pour les 30 ans de Saravah aux Francos de la Rochelle, que Gérard Ansaloni fait découvrir en scène un spectacle unique en son genre, 20 ans d’avance sur le slam 2015 qui découvre que le spoken word, avec de la musique prend une dimension nouvelle. Mais Ansaloni l’a fait en 1995, Saravah toujours précurseur.

KENDJI GIRAC

Nos Enchanteurs - Spa 2016. Kendji Girac s’invite au bal des nazes

Le pouvoir de la télévision… C’est à l’aune d’une soirée comme celle-ci que l’on peut réellement en mesurer l’importance. Pour cette édition 2016, ni Polnareff, ni Obispo n’ont réussi à atteindre le sold-out. Non pas qu’ils ont chanté devant une assemblée clairsemée, mais il restait encore des places disponibles. Par contre, l’affiche programmée pour ce 21 juillet s’est avérée gagnante puisque la jauge maximale (un gros 10.000 personnes) a été atteinte. Et par qui ? Kendji Girac, un jeune chanteur de 20 ans découvert en 2013, suite à sa participation à l’émission The Voice ! Quand on pense que certains artistes rament pendant des années avant d’obtenir un léger succès…

JESERS

Claude Févre - Jesers, Les mots battent de l’aile

Jesers c’est un duo, au sens plein du mot. On ne saurait parler des textes et de la voix de Serge Moniz sans évoquer son partenaire, ami, complice à la guitare classique. Une guitare dont il tire tous les effets sensibles. Il nous entraîne aussi bien sur les rives du classique que sur celles de la bossa-nova, de la valse ou du reggae. Parfois, à elle seule  elle offre le dépaysement, l’émotion vive. On se prend à la suivre, presque à quitter le texte qui continue de se dérouler comme un long fleuve. L’homme est réservé, il ne s’éloigne pas de sa place derrière son micro, comme s’il voulait laisser toute la dimension à Serge qui chante, dit ses textes, et les porte de tout son corps… Nous aurions parfois envie que les deux artistes se rapprochent, se rassemblent davantage pour une expression corporelle,  quelques pas de  danse.

ANGELE ET BALTHAZE

Hexagone - Angèle et Balthaze au Forum Léo Ferré

Mi-juin, Angèle et Balthaze étaient en co-plateau sur la scène du Forum Léo Ferré. Le Forum soutient beaucoup les jeunes artistes et essaie vraiment de leur faire une belle place dans ce lieu, avec des premières parties et des soirées « découverte » régulièrement au programme. Ce soir-là, il y avait foot à la télé, et malgré ça, le public a répondu présent pour ce chouette co-plateau, et il a bien eu raison ! Les deux talentueux artistes ont offert une bien belle soirée.

NINO FERRER

Claude Févre - Tribute to Nino Ferrer, chanteur méconnu

Belle la vie, oui, belle ! Saisissons vite l’occasion de partager cet instant éphémère, unique dans un beau soir d’été, dans un lieu somptueux en bord de Garonne, avec un public réunissant les générations.

Tribute to Nino Ferrer fête un répertoire alliant chansons populaires et chansons plus confidentielles, sensibles, profondes. On peut s’époumoner à chanter en chœur, taper joyeusement dans les mains tout à la joie de partager puis, simplement frissonner, s’émouvoir  de cette part intime, presque douloureuse parfois qui nous est confiée et que beaucoup découvrirons ce soir. Une vie d’homme en somme, belle et fragile.

mercredi, 10 août 2016

Le clip de la semaine - Séverin / France-Brasil

samedi, 06 août 2016

Le clip de la semaine - Séverin, Ça ira tu verras

L'album de la quinzaine : Séverin, Ca ira tu verras

vendredi, 08 juillet 2016

Le clip de la fin de semaine : Séverin - Les Hommes à la mer

jeudi, 07 juillet 2016

Severin - Samba Saravah (Froggy's Session)

08 avril 2016, Froggy's Session de Severin, Paris
Titre : Samba Saravah (Pierre Barouh)
Cette session a été enregistrée par Froggy's Delight avec l'aimable autorisation des artistes.
Enregistrement son et Mastering : Marie Gransac
Cadrage : David Didier, Sylvain Barraux, Laurent Coudol
Montage : David Didier
Photos : Thomy Keat (http://www.tasteofindie.com/severin-p...)
http://www.froggydelight.com
© Froggy's Delight 2016

mercredi, 06 juillet 2016

Severin - Ca Ira Tu Verras (Froggy's Session)

08 avril 2016, Froggy's Session de Severin, Paris
Titre : Ca Ira Tu Verras
Cette session a été enregistrée par Froggy's Delight avec l'aimable autorisation des artistes.
Enregistrement son et Mastering : Marie Gransac
Cadrage : David Didier, Sylvain Barraux, Laurent Coudol
Montage : David Didier
Photos : Thomy Keat (http://www.tasteofindie.com/severin-p...)
http://www.froggydelight.com
© Froggy's Delight 2016

mardi, 05 juillet 2016

Severin - France (Froggy's Session)

08 avril 2016, Froggy's Session de Severin, Paris
Titre : France
Cette session a été enregistrée par Froggy's Delight avec l'aimable autorisation des artistes.
Enregistrement son et Mastering : Marie Gransac
Cadrage : David Didier, Sylvain Barraux, Laurent Coudol
Montage : David Didier
Photos : Thomy Keat (http://www.tasteofindie.com/severin-p...)
http://www.froggydelight.com
© Froggy's Delight 2016

lundi, 04 juillet 2016

L'album de la semaine : Séverin, Ça ira tu verras

jeudi, 30 juin 2016

L'actualité de la chanson française du 17 au 23 juin

La vidéo de la semaine : La prochaine fois, je ne vous le chanterai plus, Le Billet de François Morel

Le clip de la semaine : Louis-Jean Cormier, Si je reviens

Le concert de la fin de semaine : Acoustic avec Salvatore Adamo - L’intégrale / TV5MONDE

A LA UNE : ALMA FORRER

Froggy's Delight - Alma Forrer, L'international (Paris) mercredi 11 mai 2016

Dans un coin de Ménilmontant, dehors, on attend la musicienne française qui a volé l'âme du songwriting américain : Alma Forrer. La programmation de l'International prévoit aussi Nazca, folk et pop tribale made in Lyon et Clou, parisienne à l'attitude folk nostalgique.

Froggy's Delight - Alma Forrer, Ne dis rien

Les souvenirs de sables brûlants et de jours plus longs que nos nuits sont encore présents, mais désormais les plages se font plus douces, plus pures, désertées par les touristes. C’est par ici qu’Alma Forrer nous emmène, dans une lumière bleutée qui apaise. Sur une plage de fin d’été, au cœur d’une forêt sur une branche, dans un champ de blé encore debout ou d’herbe fraîche, elle nous allonge dans un décor qui remplit nos poumons de joie. Le cœur n’est ni serré, ni battant la chamade, il bat juste à son propre rythme et personne ne peut venir l’atteindre dans le paysage ici planté ("Comme avant"). Fermez les yeux, laissez-vous emporter par la musique et la voix d’Alma…

Froggy's Delight - Alma Forrer (interview, octobre 2015)

Il ne faut pas se fier à l’apparente douceur et timidité d’Alma Forrer, sous ses allures de douce jeune fille sensible se cache une chanteuse lettrée, curieuse, pétillante et pleine d’humour, rencontre à l’occasion de Ne dis Rien, son second EP.

TADOUSSAC

Francofans - 33e Festival de la Chanson de Tadoussac au Québec

Pour tous les amoureux de nature et de scène francophone, un festival au Québec est incontournable, celui de Tadoussac. Nichée entre le fleuve Saint-Laurent et des montagnes boisées, la commune recèle bien des richesses allant des plages de sable pour flemmarder aux baleines pour s’extasier mais surtout un festival pour découvrir toute l’étendue de la scène majoritairement francophone de nos cousins…

ENGAGEMENT

Longeur d'Ondes - Musique française engagée : où sont les indignés ?

Sois rebelle et tais-toi ? La musique française engagée ? Beaucoup d’intentions pour un discours qui ne sert à rien. Trop d’égos affichés, de naïvetés exaspérantes, de schématismes ne s’adressant à personne, trop d’arrivistes donneurs de leçons.

Pourquoi la France est-elle si mauvaise en chansons revendicatrices ? Cela tient d’abord aux assonances liées à la langue : le discours frontal peine à dépasser une simplicité pas très loin de l’évidence. Même la voie de l’humour (“Chirac en prison” des Wampas) ne gravite jamais au-delà du potache éphémère — seul Katerine, avec “Le 20.04.2005” (qui a pour protagoniste Marine Le Pen), contourne la question politique pour mieux clamer une vérité : cette femme est imbaisable !

SEVERIN

Le blog de Baptiste Vignol - Jeu, set et match Séverin

Non seulement son troisième album, ÇA IRA TU VERRAS, paru début 2016, est l'un des quatre ou cinq plus beaux disques de chanson française sorti depuis l'an 2000, non seulement son concert donné à Paris le 7 avril dernier aux Étoiles figure parmi les plus séduisants vus ces vingt-cinq derniers années, non seulement il possède tous les atouts pour devenir immense: la gueule, l'identifiable grain de voix, la plume claire et taillée, l'inestimable capacité de décocher des mélodies arc-en-ciel (il est probablement le meilleur compositeur français en activité), mais son nouveau clip, Les hommes à la mer, tourné par Aurélie Saada du binôme Brigitte, devrait déjà recevoir la Victoire de la meilleure vidéo 2016.

DICALE

RFI - Un amour de chanson française, Dictionnaire amoureux de la Chanson française

Publié en mai aux éditions Plon, le Dictionnaire amoureux de la Chanson française de Bertrand Dicale* a pour but de faire le point sur les nombreux écrits de l’auteur concernant la chanson française. À la fois divertissant et instructif, le livre est porté par la passion de son écrivain. Revue de détail.

EDF

Nos Enchanteurs - Ewen Delahaye Favennec : pas fini le Finistère !

Leur chanson est comme cette 2cv qui illustre tant la pochette que le livret : un peu vieille mais solide. Pas à la mode et sans électronique mais d’une mécanique qui jamais n’a trahit. C’est du folk, pas de ce « folk » dont on nomme désormais chaque chanson à la rudimentaire orchestration. On a galvaudé ce mot. Non, le « folk » des années soixante-dix, le trad si vous voulez, qui n’hésite pas ici à se farder, un peu comme leurs copains de Tri Yann, de colorations plus actuelles, par adhési

CHEVALREX

Libé - Chevalrex en mouvements

Avec «Futurisme», Rémy Poncet poursuit sa quête lo-fi de collages sonores.

«Debout sur la cime du monde, nous lançons encore une fois le défi aux étoiles», écrivait Marinetti dans son manifeste futuriste en 1909. Rémy Poncet, lui, est plutôt un petit caillou de l’underground qu’un artiste parvenu à la dernière ligne de son manifeste, mais son nouvel album pour son projet Chevalrex porte toutefois le nom de Futurisme et entre dans le mouvement. Presque aussi chevaleresque qu’un défi aux astres, il slalome entre les poncifs de la chanson française avec des titres express. L’ombre de ses aînés (de Dominique A à Superflu) se détache alors, comme l’atteste la pochette du disque au visage dédoublé.

RENE TROUIN

Crapauds et rossignols - Hommage à l’ami

Les deux sympathiques repreneurs d’A Thou Bout d’chant, à Lyon, Lucas Roullet-Marchand et Matthias Bouffay, avaient mis gracieusement à notre disposition leur salle de spectacle, au pied du quartier de la Croix-Rousse, dimanche 29 mai, pour l’hommage que nous tenions à rendre à notre ami René Troin, l’un des trois gars de Crapauds et Rossignols, disparu en janvier dernier. Cette ville de Lyon et cette salle en particulier s’imposaient pour cela comme une évidence car c’est là, en effet, qu’en janvier 2013 les trois gars se trouvèrent pour la première fois réunis, avant même, quelque temps plus tard, de se rencontrer à nouveau, non loin de là, pour « poser la première pierre » de ce qui allait devenir notre site commun, consacré à la chanson.

SOAN

Nos Enchanteurs - Il est libre Soan

Vous allez être déstabilisés c’est sûr, avec cet album qui ne rentre pas dans les cases. Ça dépasse, et c’est tant mieux. Soan a repris sa liberté, a quitté son gros label pour produire ce nouvel opus, le bien nommé Retourné vivre.  Il s’est auto financé sur une plate-forme participative afin de pouvoir enfin faire la musique qu’il a envie de faire, sans devoir se soucier de rentabilité immédiate ou de correspondance à un genre imposé. Il ne part pas complètement à l’aventure puisque son nouveau label indépendant, Note à bene est géré par l’ancien directeur artistique du précédent, avec qui il a enregistré trois disques, et que ses musiciens sont de la partie. On connaît le franc-parler de Soan, sa voix éraillée qui prend aux tripes, passons à l’album, vivant, inclassable, multiple comme lui.

JEREMIE BOSSONE

Claude Févre - Jérémie Bossone, Chansons pour « cœurs éveillés »

Et si ce 21 juin, fête de la musique était prétexte à  découvrir le contenu du courrier qui vient d’arriver : les deux premiers volumes des « Sessions intensives »  de Jérémie Bossone ?  Et si c’était tourner le dos à cette occupation de la place du Capitole à Toulouse, par France 2 ? A cette confiscation des valeurs de la fête populaire au point de réserver l’accès de la dite place aux seuls accrédités… Et si c’était oublier ces 200 000 €, cinq fois la somme investie par la ville en 2014 ?

Alors, écoutons ces « mixtapes », ces compilations, entièrement de la patte de l’artiste. Jetons un « regard par le trou de la serrure sur l’œuvre en train de naître…sous son versant le plus épuré, le plus râpeux, le plus intime ».

Pas moins de 43 titres, plus de deux heures d’immersion, en deux séquences  de création d’une quinzaine de jours.

Norbert Gabriel - Play List… et Mixtapes…

Souvent la play-list déplait fort à ceux qui la considèrent comme la plaie de la radio, avec ses complaisances suspectes aux colonisateurs anglo-saxons. Il y a du vrai, le débat est toujours animé avec plaies et bosses dans les vitupérations molto vivace. Une bonne raison de faire un grand tour dans les arcanes de la création chanson.. Comment naissent les chansons ? Dans les roses ou dans les choux ? Dans le sirop ou dans les alcools de vie les plus âpres ? Ces Mixtapes sont une réponse, une proposition originale… Et si vous ne connaissez pas Jérémie Bossone, c’était une occasion à ne pas rater. Pourquoi « c’était » ? Parce que l’offre a été limitée dans le temps et réservée aux souscripteurs, mais si un milliard deux cent trente cinq mille demandes affluent, peut-être que la Wolf Walk fera un geste…

BODH'AKTAN

Nos Enchanteurs - Bodh’aktan : vive le Québec celte !

« D’un pays lointain je suis parti / Sans femme ni enfants, j’étais libre comme le vent / A moi et ma jeunesse, j’avais fait promesse / De parcourir le monde, de vivre pour moi ». Leur physique de déménageurs ne les empêche pas de faire dans la finesse, presque de la dentelle, comme celle tatouée sur la peau ; leur tronche de biker, de hard-rockers, ne doit pas nous tromper : ce sont des folkeux. Des hard-folkeux si vous y tenez (ils se qualifient, eux, de « rock-celte-trad’ »). Encore que ce nouvel album soit vraiment apaisé.

YANN  PERREAU

RFI - Yann Perreau aux Francofolies de Montréal, Concert Le fantastique des astre

Il y a le Yann Perreau bête de scène et le Yann Perreau créateur d’ambiances intimistes; celui qui fait danser et celui qui émeut. Bien représentées dans son cinquième album, Le fantastique des astres, ces deux facettes étaient aussi au rendez-vous lors de son concert au Club Soda le 17 juin, dans le cadre des Francos de Montréal.

GUILLO

Nos Enchanteurs - Guillo, sensibilité commune

Parce que Guillaume Galiana, Guillo pour la scène, est de ce bois plein de sève sous l’écorce rugueuse, « Parce que toutes les Shéhérazade / Chérissent un désir d’aventure », parce qu’il y a des hommes qui n’ont pas besoin de jouer les gros bras pour être virils, parce qu’il sait déceler la parcelle d’humanité en chacun ou chacune, même dans ce Bar des  assassins qu’il chante avec vingt deux autres artistes, détaillant tous les crimes de l’humanité « Pour l’honneur, par amour / Pure folie, pour la cause. » Qui rappelle La tombe de Jérémie Bossone, pas par hasard l’une des vingt-trois voix de ce titre, avec  aussi Daguerre, Gérald Genty, Askehoug, Le Larron, Fabien Bœuf. Moins écorché, plus posé en apparence mais sensibilité commune.