Web Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 novembre 2016

Grand Prix du Centre de la Chanson : Clio - Haussmann à l'envers

L'actualité de la chanson française du 4 au 10 novembre

Le clip de la semaine - Mell, Au cinéma

L'album de la semaine : Patricia Kaas

A LA UNE : ET LA CHANSON VA !

Centre de la chanson : Après l’écoute des 226 candidatures et l'audition publique des 16 artistes retenus, nous sommes en mesure de vous communiquer la liste des 7 artistes sélectionnés pour la finale le 14 novembre à la MPAA - Auditorium Saint-Germain à Paris - 19h30 : Bonbon Vodou, Carole Masseport, Clio, Diplomic', Jeanne Rochette, Lou Casa et Mèche.

MECHE

Nos Enchanteurs - Décalage immédiat !

..... C’est maintenant à Mèche de mettre le feu aux poudres, fièrement harnachée de sa guitare électrique blanche, en petite robe sage et couettes idoines, pour une version candidement perverse d’Ophélie est zoophile de Jad Wio. Poussant le jeu du décalage jusqu’à l’absurde abscon, elle fait de ce texte déjà bien barré à la base une délicieuse comptine troublante au-delà de la déraison, en un jeu de séduction sulfureux et languide… Nul doute n’est permis, cette fille fonctionne à piles

BONBON VODOU

Bonbon Vodou - " Fruit de voyages autour du monde, de sons glanés ça et là, de pistes parcourues et de sentiers dévalés, "African discount" a la couleur de l'escapade. Afrique de l'ouest ou Océan Indien, on retrouve le son du dombolo, du soukouss et du séga car leur rythmes s'en prennent directement à nos bassins. JereM et sa voix haut perchée, Oriane Lacaille et ses choeurs cristallins déroulent tout en nuances de bien jolies histoires [...] et proposent un billet pour aller se rafraichir au soleil ."     Julian Babou  -  FRANCOFANS  - mars 2016

LOU CASA

Nos Enchanteurs - Barbara par Lou Casa : l’exemplaire reprise

Le regret c’est que, soyez en sûr, on ne consacrera pas autant d’énergie pour saluer comme il se doit, comme il se devrait d’être, le travail de Lou Casa. Lou Casa ? Un groupe à géométrie variable, pour l’heure un trio masculin composé de Julien Aellion (basse), Fred Casa (piano, orgue, percussions, chœurs) et Marc Casa (chant et direction). De leur travail scénique sur Barbara ne nous parvient que cet EP, comprenant trois chansons de la longue dame brune (Perlimpinpin, Le bel âge et J’entends sonner les clairons), une de Brel que Barbara chanta (Sur la place) et deux autres dont Barbara signa (Tous les passants, paroles de Françoise Lo) ou co-signa la musique (La belle amour, paroles de Georges Bérard, musique que Charles Algarra et Barbara). C’est peu et terriblement frustrant. Mais suffisant pour se jurer mordicus d’aller voir Lou Casa en scène, toute affaire cessante.

JEANNE ROCHETTE

Chanson Boum - Jeanne Rochette

Elle chante depuis toujours et a pris des cours de jazz et de lyrique -et de comédie-.
Elle est restée quatorze ans au Québec où elle s'est mise à écrire pour elle, dans un groupe de Jazz.
Son premier album a été écrit là-bas.

Jeanne Rochette est inclassable, sa voix est disciplinée mais part dans toutes les influences. Ses chansons sont dessinées d'un trait fin, des personnages des situations saisies sur le vif. Une originalité charmante assez joyeuse...

DIPLOMLIC'

Les Inrocks - DIPLOMIC’

DIPLOMIC’ est un groupe de chanson Française. Les textes sont pensés et réfléchis, ils sont porteurs de messages profondément touchant racontant une banlieue que les gens ne connaissent pas ou peu. Une banlieue romantique, une banlieue volontaire, une banlieue émouvante. Le tout magnifié par une composition inspirée de toutes les couleurs qui se cachent derrière ses murs apparemment gris. Les DIPLOIMIC’ sont inspirés par ce que la chanson Française a fait de plus beau selon eux, Brel, Piaf, Montant, Aznavour. On retrouve dans les interprétations d’Ali beaucoup de Brel dans sa façon d’offrir ses textes à son public.

CAROLE MASSEPORT

Entrons d’abord doucement dans l’hiver… récit du concert de Carole Masseport

Des rythmes originaux prenant les mouvements du corps au dépourvu (non, non, on ne se balance pas bêtement de droite à gauche en suivant le poum poum ronronnant de la batterie) aux jeux de mots / jeux de liaison / phrases qui s’inventent une nouvelle mécanique… C’est une découverte de bout en bout, et on a parfois même le sentiment de voir s’écrire, là devant nos yeux, un nouveau joli genre. Un genre à elle. Avec tout de même, et ce n’est pas pour nous déplaire, des airs de Barbara dans l’interpellation et la prise à témoin de son public : « voyez et ressentez ce que je porte en moi ! »

CLIO

Nos Enchanteurs - Premier disque de Clio : pas assez cher, mon fils !

..... C’est tout doux, des images, quelques émotions, des idées jetées sur le papier, phrases bien tournées, des personnages esquissés, peints, dépeints, brossés (surtout Simon, qui sent mauvais tant qu’elle hésite à l’embrasser). C’est une chanson d’équilibriste et de mécanicien, qui effleure les sens, dessus dessous, tactile, qui nous touche du bout des doigts, avec ou sans gouache, à fleur de peau ou de pinceau. C’est nature, sans trop de sophistication et, pour tout dire, assez épatant, réjouissant.
____________________________________________________________________________________

VERONIQUE SANSON

Libé - Véronique Sanson : «Est-ce que je suis à la hauteur de ce que j’étais ?»

Rencontre avec la pionnière de la pop hexagonale, à l’occasion de la sortie de «Dignes, dingues, donc…», son premier album après six ans de silence.

Difficile à imaginer aujourd’hui. L’arrivée de Véronique Sanson au tout début des années 70 fut une formidable déflagration dans l’univers variétoche des chanteuses de l’époque, réduit à un duel Dalida vs Sheila. Lorgnant résolument vers la pop anglo-saxonne à la différence des précitées, les chansons de Véronique Sanson se sont pourtant, au fil du temps, inscrites dans l’imaginaire populaire. Toutes générations confondues, qui n’a pas fredonné au moins une fois dans sa vie, comme lors d’une soirée karaoké plus ou moins arrosée, Besoin de personne, Ma révérence ou Chanson sur une drôle de vie en essayant d’imiter ce légendaire vibrato ? Même si on oublie trop souvent qu’elle a signé, en 1974 avec l e Maudit, un des plus grands albums de la pop française, pour ne retenir que la caricature d’une vie personnelle secouée.

SOLLEVILLE

Nos Enchanteurs - Francesca Solleville, bonne mine, bonne pioche

« Il y a beaucoup de Lola dans mes chansons parce que c’est ma petite fille » dit-elle avant de chanter Les petits cailloux de Pierre Crosz. De la toute petite à la grand-mère, c’est tout un monde sur cette scène par elles magnifiée. Où se croisent et presque s’interpellent Gustave Nadaud et Allain Leprest, Louis Aragon et Jean-Michel Piton, Anne Sylvestre et Jean-Max Brua… Un récital sans temps mort, fait de pics d’émotion, de colères jamais rentrées et de grands espaces de pure tendresse que prolongent les touches graciles de Nathalie Fortin. Telle est Solleville, toujours aussi grande dame qu’à ses débuts. Excellente ! Et sans âge.

PATRICIA KAAS

Culturebox - Patricia Kaas marquée par les attentats : "On a juste envie de dire les choses"

Patricia Kaas revient avec un nouvel album éponyme dans lequel la chanteuse interprète des chansons inédites, ce qui n’était pas arrivé depuis 2003. Elle y aborde des thèmes parfois graves avec le recul que lui donne la cinquantaine et la traversée de certaines épreuves. Dès janvier prochain, une tournée permettra au public de retrouver la Mademoiselle qui chante le blues depuis trente ans.

 

ISABELLE BAZIN

Nos Enchanteurs - Isabelle Bazin, dérive de sons et de sentiments

..... Là, avec Isabelle Bazin, c’est plus compliqué : elle vous surprend, vous emmène là où vous ne vous attendez pas, en des contrées musicales a priori incompatibles entre elles, qu’elle associe pourtant avec finesse, avec talent. Il y a à l’évidence une survivance de la chanson trad’ en filigranne : on n’est alors pas loin de La Bergère, de Gabriel Yacoub aussi. Le clin d’oeil est plus appuyé encore quand elle nous chante Le luneux, repris à Malicorne. Il y a du jazz. Du jazz et du trad’ en liberté, comme un free-folk qui unie, marie les portées et les instruments : la clarinette, la clarinette basse et le nickelharpa de Marie Mazille, orfèvre s’il en est de la musique, la contrebasse de Stéphane Arbon, les clavier et samples de Sylvain Berger. Et le diatonique d’Isabelle Bazin.

LOUIS VILLE

Norbert Gabriel - Louis Ville, le blues de l’imprécateur…

En suite indirecte à Prison’s Blues (hier samedi) quelques lignes et quelques chansons de ce formidable Louis Ville, un des grands guitaristes du genre, quand la guitare sonne comme un tocsin, quand c’est un blues d’aujourd’hui qui vous donne la rage de vivre, et une envie irrésistible de changer un monde qui devient détestable, voyez les actualités, et ce qui se passe dehors, ici et maintenant, et en France… Et on voudrait que je sois heureux et tranquille ?

SAEZ

C'est déjà ça - Saez, après et avant le Bataclan

Le plus secret et intense des artistes français poursuit son projet pharaonique, de juillet 2016 à juillet 2017, mêlant sortie d'album, tournée et une année parsemée d'interventions via son site. Prônant la lutte par la poésie et l'art en général, son "Manifeste" a livré ses deux premiers extraits ces jours-ci, empreints des attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo.

FRANCOISE HAUTFENNE

Claude Févre - Françoise Hautfenne, âme insulaire de la chanson

.... L’objet même entre nos mains offre une atmosphère qui nous tire par la manche vers des lacs et des rivières baignés d’éclats de lune. Paysage baigné  de la douceur surannée d’un paysage de Jean-Baptiste Corot, un souvenir de Mortefontaine où se glisserait la chanteuse aux gestes aériens. Elle égraine paisible  les jours. Ephéméride dit le titre. La chanson éponyme apparaît au milieu de l’album. Cette chanson là s’ouvre comme beaucoup d’autres sur quelques notes graciles  de la harpe de Claire Galo-Place. L’instrument  donne incontestablement sa couleur singulière à cet univers où la voix de Françoise Hautfenne se promène sans effets, douce comme pour nous emporter dans des valses légères où nos pieds ne toucheraient même pas terre. « A petits pas cahin-caha / La vie qui va la vie s’en va… »  et se dessine alors l’écoulement de saisons en images poétiques « L’émoi des arbres est à se pâmer / Quand ils éclaboussent le ciel… » au printemps et quand vient l’automne « Tout s’engourdit, tout s’assourdit… » On ferme les yeux et l’on écoute ses rêves… On écrit peut-être aussi, comme aujourd’hui.

lundi, 14 novembre 2016

L'actualité de la chanson française du 4 au 10 novembre

Le clip de la semaine - Mell, Au cinéma

A LA UNE : ET LA CHANSON VA !

Centre de la chanson : Après l’écoute des 226 candidatures et l'audition publique des 16 artistes retenus, nous sommes en mesure de vous communiquer la liste des 7 artistes sélectionnés pour la finale le 14 novembre à la MPAA - Auditorium Saint-Germain à Paris - 19h30 : Bonbon Vodou, Carole Masseport, Clio, Diplomic', Jeanne Rochette, Lou Casa et Mèche.

MECHE

Nos Enchanteurs - Décalage immédiat !

..... C’est maintenant à Mèche de mettre le feu aux poudres, fièrement harnachée de sa guitare électrique blanche, en petite robe sage et couettes idoines, pour une version candidement perverse d’Ophélie est zoophile de Jad Wio. Poussant le jeu du décalage jusqu’à l’absurde abscon, elle fait de ce texte déjà bien barré à la base une délicieuse comptine troublante au-delà de la déraison, en un jeu de séduction sulfureux et languide… Nul doute n’est permis, cette fille fonctionne à piles

BONBON VODOU

Bonbon Vodou - " Fruit de voyages autour du monde, de sons glanés ça et là, de pistes parcourues et de sentiers dévalés, "African discount" a la couleur de l'escapade. Afrique de l'ouest ou Océan Indien, on retrouve le son du dombolo, du soukouss et du séga car leur rythmes s'en prennent directement à nos bassins. JereM et sa voix haut perchée, Oriane Lacaille et ses choeurs cristallins déroulent tout en nuances de bien jolies histoires [...] et proposent un billet pour aller se rafraichir au soleil ."     Julian Babou  -  FRANCOFANS  - mars 2016

LOU CASA

Nos Enchanteurs - Barbara par Lou Casa : l’exemplaire reprise

Le regret c’est que, soyez en sûr, on ne consacrera pas autant d’énergie pour saluer comme il se doit, comme il se devrait d’être, le travail de Lou Casa. Lou Casa ? Un groupe à géométrie variable, pour l’heure un trio masculin composé de Julien Aellion (basse), Fred Casa (piano, orgue, percussions, chœurs) et Marc Casa (chant et direction). De leur travail scénique sur Barbara ne nous parvient que cet EP, comprenant trois chansons de la longue dame brune (Perlimpinpin, Le bel âge et J’entends sonner les clairons), une de Brel que Barbara chanta (Sur la place) et deux autres dont Barbara signa (Tous les passants, paroles de Françoise Lo) ou co-signa la musique (La belle amour, paroles de Georges Bérard, musique que Charles Algarra et Barbara). C’est peu et terriblement frustrant. Mais suffisant pour se jurer mordicus d’aller voir Lou Casa en scène, toute affaire cessante.

JEANNE ROCHETTE

Chanson Boum - Jeanne Rochette

Elle chante depuis toujours et a pris des cours de jazz et de lyrique -et de comédie-.
Elle est restée quatorze ans au Québec où elle s'est mise à écrire pour elle, dans un groupe de Jazz.
Son premier album a été écrit là-bas.

Jeanne Rochette est inclassable, sa voix est disciplinée mais part dans toutes les influences. Ses chansons sont dessinées d'un trait fin, des personnages des situations saisies sur le vif. Une originalité charmante assez joyeuse...

DIPLOMLIC'

Les Inrocks - DIPLOMIC’

DIPLOMIC’ est un groupe de chanson Française. Les textes sont pensés et réfléchis, ils sont porteurs de messages profondément touchant racontant une banlieue que les gens ne connaissent pas ou peu. Une banlieue romantique, une banlieue volontaire, une banlieue émouvante. Le tout magnifié par une composition inspirée de toutes les couleurs qui se cachent derrière ses murs apparemment gris. Les DIPLOIMIC’ sont inspirés par ce que la chanson Française a fait de plus beau selon eux, Brel, Piaf, Montant, Aznavour. On retrouve dans les interprétations d’Ali beaucoup de Brel dans sa façon d’offrir ses textes à son public.

CAROLE MASSEPORT

Entrons d’abord doucement dans l’hiver… récit du concert de Carole Masseport

Des rythmes originaux prenant les mouvements du corps au dépourvu (non, non, on ne se balance pas bêtement de droite à gauche en suivant le poum poum ronronnant de la batterie) aux jeux de mots / jeux de liaison / phrases qui s’inventent une nouvelle mécanique… C’est une découverte de bout en bout, et on a parfois même le sentiment de voir s’écrire, là devant nos yeux, un nouveau joli genre. Un genre à elle. Avec tout de même, et ce n’est pas pour nous déplaire, des airs de Barbara dans l’interpellation et la prise à témoin de son public : « voyez et ressentez ce que je porte en moi ! »

CLIO

Nos Enchanteurs - Premier disque de Clio : pas assez cher, mon fils !

..... C’est tout doux, des images, quelques émotions, des idées jetées sur le papier, phrases bien tournées, des personnages esquissés, peints, dépeints, brossés (surtout Simon, qui sent mauvais tant qu’elle hésite à l’embrasser). C’est une chanson d’équilibriste et de mécanicien, qui effleure les sens, dessus dessous, tactile, qui nous touche du bout des doigts, avec ou sans gouache, à fleur de peau ou de pinceau. C’est nature, sans trop de sophistication et, pour tout dire, assez épatant, réjouissant.
____________________________________________________________________________________

VERONIQUE SANSON

Libé - Véronique Sanson : «Est-ce que je suis à la hauteur de ce que j’étais ?»

Rencontre avec la pionnière de la pop hexagonale, à l’occasion de la sortie de «Dignes, dingues, donc…», son premier album après six ans de silence.

Difficile à imaginer aujourd’hui. L’arrivée de Véronique Sanson au tout début des années 70 fut une formidable déflagration dans l’univers variétoche des chanteuses de l’époque, réduit à un duel Dalida vs Sheila. Lorgnant résolument vers la pop anglo-saxonne à la différence des précitées, les chansons de Véronique Sanson se sont pourtant, au fil du temps, inscrites dans l’imaginaire populaire. Toutes générations confondues, qui n’a pas fredonné au moins une fois dans sa vie, comme lors d’une soirée karaoké plus ou moins arrosée, Besoin de personne, Ma révérence ou Chanson sur une drôle de vie en essayant d’imiter ce légendaire vibrato ? Même si on oublie trop souvent qu’elle a signé, en 1974 avec l e Maudit, un des plus grands albums de la pop française, pour ne retenir que la caricature d’une vie personnelle secouée.

SOLLEVILLE

Nos Enchanteurs - Francesca Solleville, bonne mine, bonne pioche

« Il y a beaucoup de Lola dans mes chansons parce que c’est ma petite fille » dit-elle avant de chanter Les petits cailloux de Pierre Crosz. De la toute petite à la grand-mère, c’est tout un monde sur cette scène par elles magnifiée. Où se croisent et presque s’interpellent Gustave Nadaud et Allain Leprest, Louis Aragon et Jean-Michel Piton, Anne Sylvestre et Jean-Max Brua… Un récital sans temps mort, fait de pics d’émotion, de colères jamais rentrées et de grands espaces de pure tendresse que prolongent les touches graciles de Nathalie Fortin. Telle est Solleville, toujours aussi grande dame qu’à ses débuts. Excellente ! Et sans âge.

PATRICIA KAAS

Culturebox - Patricia Kaas marquée par les attentats : "On a juste envie de dire les choses"

Patricia Kaas revient avec un nouvel album éponyme dans lequel la chanteuse interprète des chansons inédites, ce qui n’était pas arrivé depuis 2003. Elle y aborde des thèmes parfois graves avec le recul que lui donne la cinquantaine et la traversée de certaines épreuves. Dès janvier prochain, une tournée permettra au public de retrouver la Mademoiselle qui chante le blues depuis trente ans.

ISABELLE BAZIN

Nos Enchanteurs - Isabelle Bazin, dérive de sons et de sentiments

..... Là, avec Isabelle Bazin, c’est plus compliqué : elle vous surprend, vous emmène là où vous ne vous attendez pas, en des contrées musicales a priori incompatibles entre elles, qu’elle associe pourtant avec finesse, avec talent. Il y a à l’évidence une survivance de la chanson trad’ en filigranne : on n’est alors pas loin de La Bergère, de Gabriel Yacoub aussi. Le clin d’oeil est plus appuyé encore quand elle nous chante Le luneux, repris à Malicorne. Il y a du jazz. Du jazz et du trad’ en liberté, comme un free-folk qui unie, marie les portées et les instruments : la clarinette, la clarinette basse et le nickelharpa de Marie Mazille, orfèvre s’il en est de la musique, la contrebasse de Stéphane Arbon, les clavier et samples de Sylvain Berger. Et le diatonique d’Isabelle Bazin.

LOUIS VILLE

Norbert Gabriel - Louis Ville, le blues de l’imprécateur…

En suite indirecte à Prison’s Blues (hier samedi) quelques lignes et quelques chansons de ce formidable Louis Ville, un des grands guitaristes du genre, quand la guitare sonne comme un tocsin, quand c’est un blues d’aujourd’hui qui vous donne la rage de vivre, et une envie irrésistible de changer un monde qui devient détestable, voyez les actualités, et ce qui se passe dehors, ici et maintenant, et en France… Et on voudrait que je sois heureux et tranquille ?

SAEZ

C'est déjà ça - Saez, après et avant le Bataclan

Le plus secret et intense des artistes français poursuit son projet pharaonique, de juillet 2016 à juillet 2017, mêlant sortie d'album, tournée et une année parsemée d'interventions via son site. Prônant la lutte par la poésie et l'art en général, son "Manifeste" a livré ses deux premiers extraits ces jours-ci, empreints des attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo.

FRANCOISE HAUTFENNE

Claude Févre - Françoise Hautfenne, âme insulaire de la chanson

.... L’objet même entre nos mains offre une atmosphère qui nous tire par la manche vers des lacs et des rivières baignés d’éclats de lune. Paysage baigné  de la douceur surannée d’un paysage de Jean-Baptiste Corot, un souvenir de Mortefontaine où se glisserait la chanteuse aux gestes aériens. Elle égraine paisible  les jours. Ephéméride dit le titre. La chanson éponyme apparaît au milieu de l’album. Cette chanson là s’ouvre comme beaucoup d’autres sur quelques notes graciles  de la harpe de Claire Galo-Place. L’instrument  donne incontestablement sa couleur singulière à cet univers où la voix de Françoise Hautfenne se promène sans effets, douce comme pour nous emporter dans des valses légères où nos pieds ne toucheraient même pas terre. « A petits pas cahin-caha / La vie qui va la vie s’en va… »  et se dessine alors l’écoulement de saisons en images poétiques « L’émoi des arbres est à se pâmer / Quand ils éclaboussent le ciel… » au printemps et quand vient l’automne « Tout s’engourdit, tout s’assourdit… » On ferme les yeux et l’on écoute ses rêves… On écrit peut-être aussi, comme aujourd’hui.

dimanche, 13 novembre 2016

L'actualité de la chanson française du 4 au 10 novembre

Le mémorial du « Monde » aux victimes des attentats du 13-Novembre

Le Monde - Un an après les attentats du 13-Novembre, « le fantôme du terrorisme plane toujours »

Au cours de cette année, émaillée par d’autres attaques terroristes, les stigmates des attentats de Paris et Saint-Denis restent vifs. Le sentiment de l’habitude n’efface pas celui de l’insécurité.

L'Humanité - #13 novembre. Vos chansons pour résister, pour vivre

Quelques heures après les attentats du 13 novembre 2015, des jeunes ont pris la parole en chansons sur internet.

L'album de la fin de semaine : Clio

Le clip de la fin de semaine : A la fin de l'hiver, Carole Masseport

Les vidéos de la fin de semaine : découverte de tous les finalistes de Et la chanson va ! du Centre de la Chanson

Le concert de la fin de semaine : Vincent Delerm, Yannaël Quenel, Jeanne Cherhal, Adrien Soleiman, FNAC Festival le 21 juillet 2016

L'album de la semaine : Serge Lama, Où sont passés nos rêves

Le clip de la semaine - Cyril Mokaiesh, Bernard Lavilliers - La loi du marché

A LA UNE : VERONIQUE SANSON

Libé - Véronique Sanson : «Est-ce que je suis à la hauteur de ce que j’étais ?»

Rencontre avec la pionnière de la pop hexagonale, à l’occasion de la sortie de «Dignes, dingues, donc…», son premier album après six ans de silence.

Difficile à imaginer aujourd’hui. L’arrivée de Véronique Sanson au tout début des années 70 fut une formidable déflagration dans l’univers variétoche des chanteuses de l’époque, réduit à un duel Dalida vs Sheila. Lorgnant résolument vers la pop anglo-saxonne à la différence des précitées, les chansons de Véronique Sanson se sont pourtant, au fil du temps, inscrites dans l’imaginaire populaire. Toutes générations confondues, qui n’a pas fredonné au moins une fois dans sa vie, comme lors d’une soirée karaoké plus ou moins arrosée, Besoin de personne, Ma révérence ou Chanson sur une drôle de vie en essayant d’imiter ce légendaire vibrato ? Même si on oublie trop souvent qu’elle a signé, en 1974 avec l e Maudit, un des plus grands albums de la pop française, pour ne retenir que la caricature d’une vie personnelle secouée.

SOLLEVILLE

Nos Enchanteurs - Francesca Solleville, bonne mine, bonne pioche

« Il y a beaucoup de Lola dans mes chansons parce que c’est ma petite fille » dit-elle avant de chanter Les petits cailloux de Pierre Crosz. De la toute petite à la grand-mère, c’est tout un monde sur cette scène par elles magnifiée. Où se croisent et presque s’interpellent Gustave Nadaud et Allain Leprest, Louis Aragon et Jean-Michel Piton, Anne Sylvestre et Jean-Max Brua… Un récital sans temps mort, fait de pics d’émotion, de colères jamais rentrées et de grands espaces de pure tendresse que prolongent les touches graciles de Nathalie Fortin. Telle est Solleville, toujours aussi grande dame qu’à ses débuts. Excellente ! Et sans âge.

PATRICIA KAAS

Culturebox - Patricia Kaas marquée par les attentats : "On a juste envie de dire les choses"

Patricia Kaas revient avec un nouvel album éponyme dans lequel la chanteuse interprète des chansons inédites, ce qui n’était pas arrivé depuis 2003. Elle y aborde des thèmes parfois graves avec le recul que lui donne la cinquantaine et la traversée de certaines épreuves. Dès janvier prochain, une tournée permettra au public de retrouver la Mademoiselle qui chante le blues depuis trente ans.

 

ISABELLE BAZIN

Nos Enchanteurs - Isabelle Bazin, dérive de sons et de sentiments

..... Là, avec Isabelle Bazin, c’est plus compliqué : elle vous surprend, vous emmène là où vous ne vous attendez pas, en des contrées musicales a priori incompatibles entre elles, qu’elle associe pourtant avec finesse, avec talent. Il y a à l’évidence une survivance de la chanson trad’ en filigranne : on n’est alors pas loin de La Bergère, de Gabriel Yacoub aussi. Le clin d’oeil est plus appuyé encore quand elle nous chante Le luneux, repris à Malicorne. Il y a du jazz. Du jazz et du trad’ en liberté, comme un free-folk qui unie, marie les portées et les instruments : la clarinette, la clarinette basse et le nickelharpa de Marie Mazille, orfèvre s’il en est de la musique, la contrebasse de Stéphane Arbon, les clavier et samples de Sylvain Berger. Et le diatonique d’Isabelle Bazin.

LOUIS VILLE

Norbert Gabriel - Louis Ville, le blues de l’imprécateur…

En suite indirecte à Prison’s Blues (hier samedi) quelques lignes et quelques chansons de ce formidable Louis Ville, un des grands guitaristes du genre, quand la guitare sonne comme un tocsin, quand c’est un blues d’aujourd’hui qui vous donne la rage de vivre, et une envie irrésistible de changer un monde qui devient détestable, voyez les actualités, et ce qui se passe dehors, ici et maintenant, et en France… Et on voudrait que je sois heureux et tranquille ?

SAEZ

C'est déjà ça - Saez, après et avant le Bataclan

Le plus secret et intense des artistes français poursuit son projet pharaonique, de juillet 2016 à juillet 2017, mêlant sortie d'album, tournée et une année parsemée d'interventions via son site. Prônant la lutte par la poésie et l'art en général, son "Manifeste" a livré ses deux premiers extraits ces jours-ci, empreints des attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo.

FRANCOISE HAUTFENNE

Claude Févre - Françoise Hautfenne, âme insulaire de la chanson

.... L’objet même entre nos mains offre une atmosphère qui nous tire par la manche vers des lacs et des rivières baignés d’éclats de lune. Paysage baigné  de la douceur surannée d’un paysage de Jean-Baptiste Corot, un souvenir de Mortefontaine où se glisserait la chanteuse aux gestes aériens. Elle égraine paisible  les jours. Ephéméride dit le titre. La chanson éponyme apparaît au milieu de l’album. Cette chanson là s’ouvre comme beaucoup d’autres sur quelques notes graciles  de la harpe de Claire Galo-Place. L’instrument  donne incontestablement sa couleur singulière à cet univers où la voix de Françoise Hautfenne se promène sans effets, douce comme pour nous emporter dans des valses légères où nos pieds ne toucheraient même pas terre. « A petits pas cahin-caha / La vie qui va la vie s’en va… »  et se dessine alors l’écoulement de saisons en images poétiques « L’émoi des arbres est à se pâmer / Quand ils éclaboussent le ciel… » au printemps et quand vient l’automne « Tout s’engourdit, tout s’assourdit… » On ferme les yeux et l’on écoute ses rêves… On écrit peut-être aussi, comme aujourd’hui.
________________________________________________________________________________________

ET LA CHANSON VA !

Centre de la chanson : Après l’écoute des 226 candidatures et l'audition publique des 16 artistes retenus, nous sommes en mesure de vous communiquer la liste des 7 artistes sélectionnés pour la finale le 14 novembre à la MPAA - Auditorium Saint-Germain à Paris - 19h30 : Bonbon Vodou, Carole Masseport, Clio, Diplomic', Jeanne Rochette, Lou Casa et Mèche.

MECHE

Nos Enchanteurs - Décalage immédiat !

..... C’est maintenant à Mèche de mettre le feu aux poudres, fièrement harnachée de sa guitare électrique blanche, en petite robe sage et couettes idoines, pour une version candidement perverse d’Ophélie est zoophile de Jad Wio. Poussant le jeu du décalage jusqu’à l’absurde abscon, elle fait de ce texte déjà bien barré à la base une délicieuse comptine troublante au-delà de la déraison, en un jeu de séduction sulfureux et languide… Nul doute n’est permis, cette fille fonctionne à piles

BONBON VODOU

Bonbon Vodou - " Fruit de voyages autour du monde, de sons glanés ça et là, de pistes parcourues et de sentiers dévalés, "African discount" a la couleur de l'escapade. Afrique de l'ouest ou Océan Indien, on retrouve le son du dombolo, du soukouss et du séga car leur rythmes s'en prennent directement à nos bassins. JereM et sa voix haut perchée, Oriane Lacaille et ses choeurs cristallins déroulent tout en nuances de bien jolies histoires [...] et proposent un billet pour aller se rafraichir au soleil ."     Julian Babou  -  FRANCOFANS  - mars 2016

LOU CASA

Nos Enchanteurs - Barbara par Lou Casa : l’exemplaire reprise

Le regret c’est que, soyez en sûr, on ne consacrera pas autant d’énergie pour saluer comme il se doit, comme il se devrait d’être, le travail de Lou Casa. Lou Casa ? Un groupe à géométrie variable, pour l’heure un trio masculin composé de Julien Aellion (basse), Fred Casa (piano, orgue, percussions, chœurs) et Marc Casa (chant et direction). De leur travail scénique sur Barbara ne nous parvient que cet EP, comprenant trois chansons de la longue dame brune (Perlimpinpin, Le bel âge et J’entends sonner les clairons), une de Brel que Barbara chanta (Sur la place) et deux autres dont Barbara signa (Tous les passants, paroles de Françoise Lo) ou co-signa la musique (La belle amour, paroles de Georges Bérard, musique que Charles Algarra et Barbara). C’est peu et terriblement frustrant. Mais suffisant pour se jurer mordicus d’aller voir Lou Casa en scène, toute affaire cessante.

JEANNE ROCHETTE

Chanson Boum - Jeanne Rochette

Elle chante depuis toujours et a pris des cours de jazz et de lyrique -et de comédie-.
Elle est restée quatorze ans au Québec où elle s'est mise à écrire pour elle, dans un groupe de Jazz.
Son premier album a été écrit là-bas.

Jeanne Rochette est inclassable, sa voix est disciplinée mais part dans toutes les influences. Ses chansons sont dessinées d'un trait fin, des personnages des situations saisies sur le vif. Une originalité charmante assez joyeuse...

DIPLOMLIC'

Les Inrocks - DIPLOMIC’

DIPLOMIC’ est un groupe de chanson Française. Les textes sont pensés et réfléchis, ils sont porteurs de messages profondément touchant racontant une banlieue que les gens ne connaissent pas ou peu. Une banlieue romantique, une banlieue volontaire, une banlieue émouvante. Le tout magnifié par une composition inspirée de toutes les couleurs qui se cachent derrière ses murs apparemment gris. Les DIPLOIMIC’ sont inspirés par ce que la chanson Française a fait de plus beau selon eux, Brel, Piaf, Montant, Aznavour. On retrouve dans les interprétations d’Ali beaucoup de Brel dans sa façon d’offrir ses textes à son public.

CAROLE MASSEPORT

Entrons d’abord doucement dans l’hiver… récit du concert de Carole Masseport

Des rythmes originaux prenant les mouvements du corps au dépourvu (non, non, on ne se balance pas bêtement de droite à gauche en suivant le poum poum ronronnant de la batterie) aux jeux de mots / jeux de liaison / phrases qui s’inventent une nouvelle mécanique… C’est une découverte de bout en bout, et on a parfois même le sentiment de voir s’écrire, là devant nos yeux, un nouveau joli genre. Un genre à elle. Avec tout de même, et ce n’est pas pour nous déplaire, des airs de Barbara dans l’interpellation et la prise à témoin de son public : « voyez et ressentez ce que je porte en moi ! »

CLIO

Nos Enchanteurs - Premier disque de Clio : pas assez cher, mon fils !

..... C’est tout doux, des images, quelques émotions, des idées jetées sur le papier, phrases bien tournées, des personnages esquissés, peints, dépeints, brossés (surtout Simon, qui sent mauvais tant qu’elle hésite à l’embrasser). C’est une chanson d’équilibriste et de mécanicien, qui effleure les sens, dessus dessous, tactile, qui nous touche du bout des doigts, avec ou sans gouache, à fleur de peau ou de pinceau. C’est nature, sans trop de sophistication et, pour tout dire, assez épatant, réjouissant.

samedi, 12 novembre 2016

L'album de la fin de semaine : Clio

L'actualité de la chanson française du 4 au 10 novembre

L'album de la fin de semaine : Clio

Le clip de la fin de semaine : A la fin de l'hiver, Carole Masseport

Les vidéos de la fin de semaine : découverte de tous les finalistes de Et la chanson va ! du Centre de la Chanson

L'album de la semaine : Serge Lama, Où sont passés nos rêves

Le clip de la semaine - Cyril Mokaiesh, Bernard Lavilliers - La loi du marché

A LA UNE : VERONIQUE SANSON

Libé - Véronique Sanson : «Est-ce que je suis à la hauteur de ce que j’étais ?»

Rencontre avec la pionnière de la pop hexagonale, à l’occasion de la sortie de «Dignes, dingues, donc…», son premier album après six ans de silence.

Difficile à imaginer aujourd’hui. L’arrivée de Véronique Sanson au tout début des années 70 fut une formidable déflagration dans l’univers variétoche des chanteuses de l’époque, réduit à un duel Dalida vs Sheila. Lorgnant résolument vers la pop anglo-saxonne à la différence des précitées, les chansons de Véronique Sanson se sont pourtant, au fil du temps, inscrites dans l’imaginaire populaire. Toutes générations confondues, qui n’a pas fredonné au moins une fois dans sa vie, comme lors d’une soirée karaoké plus ou moins arrosée, Besoin de personne, Ma révérence ou Chanson sur une drôle de vie en essayant d’imiter ce légendaire vibrato ? Même si on oublie trop souvent qu’elle a signé, en 1974 avec l e Maudit, un des plus grands albums de la pop française, pour ne retenir que la caricature d’une vie personnelle secouée.

SOLLEVILLE

Nos Enchanteurs - Francesca Solleville, bonne mine, bonne pioche

« Il y a beaucoup de Lola dans mes chansons parce que c’est ma petite fille » dit-elle avant de chanter Les petits cailloux de Pierre Crosz. De la toute petite à la grand-mère, c’est tout un monde sur cette scène par elles magnifiée. Où se croisent et presque s’interpellent Gustave Nadaud et Allain Leprest, Louis Aragon et Jean-Michel Piton, Anne Sylvestre et Jean-Max Brua… Un récital sans temps mort, fait de pics d’émotion, de colères jamais rentrées et de grands espaces de pure tendresse que prolongent les touches graciles de Nathalie Fortin. Telle est Solleville, toujours aussi grande dame qu’à ses débuts. Excellente ! Et sans âge.

PATRICIA KAAS

Culturebox - Patricia Kaas marquée par les attentats : "On a juste envie de dire les choses"

Patricia Kaas revient avec un nouvel album éponyme dans lequel la chanteuse interprète des chansons inédites, ce qui n’était pas arrivé depuis 2003. Elle y aborde des thèmes parfois graves avec le recul que lui donne la cinquantaine et la traversée de certaines épreuves. Dès janvier prochain, une tournée permettra au public de retrouver la Mademoiselle qui chante le blues depuis trente ans.

 

ISABELLE BAZIN

Nos Enchanteurs - Isabelle Bazin, dérive de sons et de sentiments

..... Là, avec Isabelle Bazin, c’est plus compliqué : elle vous surprend, vous emmène là où vous ne vous attendez pas, en des contrées musicales a priori incompatibles entre elles, qu’elle associe pourtant avec finesse, avec talent. Il y a à l’évidence une survivance de la chanson trad’ en filigranne : on n’est alors pas loin de La Bergère, de Gabriel Yacoub aussi. Le clin d’oeil est plus appuyé encore quand elle nous chante Le luneux, repris à Malicorne. Il y a du jazz. Du jazz et du trad’ en liberté, comme un free-folk qui unie, marie les portées et les instruments : la clarinette, la clarinette basse et le nickelharpa de Marie Mazille, orfèvre s’il en est de la musique, la contrebasse de Stéphane Arbon, les clavier et samples de Sylvain Berger. Et le diatonique d’Isabelle Bazin.

LOUIS VILLE

Norbert Gabriel - Louis Ville, le blues de l’imprécateur…

En suite indirecte à Prison’s Blues (hier samedi) quelques lignes et quelques chansons de ce formidable Louis Ville, un des grands guitaristes du genre, quand la guitare sonne comme un tocsin, quand c’est un blues d’aujourd’hui qui vous donne la rage de vivre, et une envie irrésistible de changer un monde qui devient détestable, voyez les actualités, et ce qui se passe dehors, ici et maintenant, et en France… Et on voudrait que je sois heureux et tranquille ?

SAEZ

C'est déjà ça - Saez, après et avant le Bataclan

Le plus secret et intense des artistes français poursuit son projet pharaonique, de juillet 2016 à juillet 2017, mêlant sortie d'album, tournée et une année parsemée d'interventions via son site. Prônant la lutte par la poésie et l'art en général, son "Manifeste" a livré ses deux premiers extraits ces jours-ci, empreints des attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo.

FRANCOISE HAUTFENNE

Claude Févre - Françoise Hautfenne, âme insulaire de la chanson

.... L’objet même entre nos mains offre une atmosphère qui nous tire par la manche vers des lacs et des rivières baignés d’éclats de lune. Paysage baigné  de la douceur surannée d’un paysage de Jean-Baptiste Corot, un souvenir de Mortefontaine où se glisserait la chanteuse aux gestes aériens. Elle égraine paisible  les jours. Ephéméride dit le titre. La chanson éponyme apparaît au milieu de l’album. Cette chanson là s’ouvre comme beaucoup d’autres sur quelques notes graciles  de la harpe de Claire Galo-Place. L’instrument  donne incontestablement sa couleur singulière à cet univers où la voix de Françoise Hautfenne se promène sans effets, douce comme pour nous emporter dans des valses légères où nos pieds ne toucheraient même pas terre. « A petits pas cahin-caha / La vie qui va la vie s’en va… »  et se dessine alors l’écoulement de saisons en images poétiques « L’émoi des arbres est à se pâmer / Quand ils éclaboussent le ciel… » au printemps et quand vient l’automne « Tout s’engourdit, tout s’assourdit… » On ferme les yeux et l’on écoute ses rêves… On écrit peut-être aussi, comme aujourd’hui.
________________________________________________________________________________________

ET LA CHANSON VA !

Centre de la chanson : Après l’écoute des 226 candidatures et l'audition publique des 16 artistes retenus, nous sommes en mesure de vous communiquer la liste des 7 artistes sélectionnés pour la finale le 14 novembre à la MPAA - Auditorium Saint-Germain à Paris - 19h30 : Bonbon Vodou, Carole Masseport, Clio, Diplomic', Jeanne Rochette, Lou Casa et Mèche.

MECHE

Nos Enchanteurs - Décalage immédiat !

..... C’est maintenant à Mèche de mettre le feu aux poudres, fièrement harnachée de sa guitare électrique blanche, en petite robe sage et couettes idoines, pour une version candidement perverse d’Ophélie est zoophile de Jad Wio. Poussant le jeu du décalage jusqu’à l’absurde abscon, elle fait de ce texte déjà bien barré à la base une délicieuse comptine troublante au-delà de la déraison, en un jeu de séduction sulfureux et languide… Nul doute n’est permis, cette fille fonctionne à piles

BONBON VODOU

Bonbon Vodou - " Fruit de voyages autour du monde, de sons glanés ça et là, de pistes parcourues et de sentiers dévalés, "African discount" a la couleur de l'escapade. Afrique de l'ouest ou Océan Indien, on retrouve le son du dombolo, du soukouss et du séga car leur rythmes s'en prennent directement à nos bassins. JereM et sa voix haut perchée, Oriane Lacaille et ses choeurs cristallins déroulent tout en nuances de bien jolies histoires [...] et proposent un billet pour aller se rafraichir au soleil ."     Julian Babou  -  FRANCOFANS  - mars 2016

LOU CASA

Nos Enchanteurs - Barbara par Lou Casa : l’exemplaire reprise

Le regret c’est que, soyez en sûr, on ne consacrera pas autant d’énergie pour saluer comme il se doit, comme il se devrait d’être, le travail de Lou Casa. Lou Casa ? Un groupe à géométrie variable, pour l’heure un trio masculin composé de Julien Aellion (basse), Fred Casa (piano, orgue, percussions, chœurs) et Marc Casa (chant et direction). De leur travail scénique sur Barbara ne nous parvient que cet EP, comprenant trois chansons de la longue dame brune (Perlimpinpin, Le bel âge et J’entends sonner les clairons), une de Brel que Barbara chanta (Sur la place) et deux autres dont Barbara signa (Tous les passants, paroles de Françoise Lo) ou co-signa la musique (La belle amour, paroles de Georges Bérard, musique que Charles Algarra et Barbara). C’est peu et terriblement frustrant. Mais suffisant pour se jurer mordicus d’aller voir Lou Casa en scène, toute affaire cessante.

JEANNE ROCHETTE

Chanson Boum - Jeanne Rochette

Elle chante depuis toujours et a pris des cours de jazz et de lyrique -et de comédie-.
Elle est restée quatorze ans au Québec où elle s'est mise à écrire pour elle, dans un groupe de Jazz.
Son premier album a été écrit là-bas.

Jeanne Rochette est inclassable, sa voix est disciplinée mais part dans toutes les influences. Ses chansons sont dessinées d'un trait fin, des personnages des situations saisies sur le vif. Une originalité charmante assez joyeuse...

DIPLOMLIC'

Les Inrocks - DIPLOMIC’

DIPLOMIC’ est un groupe de chanson Française. Les textes sont pensés et réfléchis, ils sont porteurs de messages profondément touchant racontant une banlieue que les gens ne connaissent pas ou peu. Une banlieue romantique, une banlieue volontaire, une banlieue émouvante. Le tout magnifié par une composition inspirée de toutes les couleurs qui se cachent derrière ses murs apparemment gris. Les DIPLOIMIC’ sont inspirés par ce que la chanson Française a fait de plus beau selon eux, Brel, Piaf, Montant, Aznavour. On retrouve dans les interprétations d’Ali beaucoup de Brel dans sa façon d’offrir ses textes à son public.

CAROLE MASSEPORT

Entrons d’abord doucement dans l’hiver… récit du concert de Carole Masseport

Des rythmes originaux prenant les mouvements du corps au dépourvu (non, non, on ne se balance pas bêtement de droite à gauche en suivant le poum poum ronronnant de la batterie) aux jeux de mots / jeux de liaison / phrases qui s’inventent une nouvelle mécanique… C’est une découverte de bout en bout, et on a parfois même le sentiment de voir s’écrire, là devant nos yeux, un nouveau joli genre. Un genre à elle. Avec tout de même, et ce n’est pas pour nous déplaire, des airs de Barbara dans l’interpellation et la prise à témoin de son public : « voyez et ressentez ce que je porte en moi ! »

CLIO

Nos Enchanteurs - Premier disque de Clio : pas assez cher, mon fils !

..... C’est tout doux, des images, quelques émotions, des idées jetées sur le papier, phrases bien tournées, des personnages esquissés, peints, dépeints, brossés (surtout Simon, qui sent mauvais tant qu’elle hésite à l’embrasser). C’est une chanson d’équilibriste et de mécanicien, qui effleure les sens, dessus dessous, tactile, qui nous touche du bout des doigts, avec ou sans gouache, à fleur de peau ou de pinceau. C’est nature, sans trop de sophistication et, pour tout dire, assez épatant, réjouissant.

vendredi, 11 novembre 2016

L'actualité de la chanson française du 4 au 10 novembre

L'album de la fin de semaine : Clio

Le clip de la fin de semaine : A la fin de l'hiver, Carole Masseport

Les vidéos de la fin de semaine : découverte de tous les finalistes de Et la chanson va ! du Centre de la Chanson

L'album de la semaine : Serge Lama, Où sont passés nos rêves

Le clip de la semaine - Cyril Mokaiesh, Bernard Lavilliers - La loi du marché

A LA UNE : VERONIQUE SANSON

Libé - Véronique Sanson : «Est-ce que je suis à la hauteur de ce que j’étais ?»

Rencontre avec la pionnière de la pop hexagonale, à l’occasion de la sortie de «Dignes, dingues, donc…», son premier album après six ans de silence.

Difficile à imaginer aujourd’hui. L’arrivée de Véronique Sanson au tout début des années 70 fut une formidable déflagration dans l’univers variétoche des chanteuses de l’époque, réduit à un duel Dalida vs Sheila. Lorgnant résolument vers la pop anglo-saxonne à la différence des précitées, les chansons de Véronique Sanson se sont pourtant, au fil du temps, inscrites dans l’imaginaire populaire. Toutes générations confondues, qui n’a pas fredonné au moins une fois dans sa vie, comme lors d’une soirée karaoké plus ou moins arrosée, Besoin de personne, Ma révérence ou Chanson sur une drôle de vie en essayant d’imiter ce légendaire vibrato ? Même si on oublie trop souvent qu’elle a signé, en 1974 avec l e Maudit, un des plus grands albums de la pop française, pour ne retenir que la caricature d’une vie personnelle secouée.

SOLLEVILLE

Nos Enchanteurs - Francesca Solleville, bonne mine, bonne pioche

« Il y a beaucoup de Lola dans mes chansons parce que c’est ma petite fille » dit-elle avant de chanter Les petits cailloux de Pierre Crosz. De la toute petite à la grand-mère, c’est tout un monde sur cette scène par elles magnifiée. Où se croisent et presque s’interpellent Gustave Nadaud et Allain Leprest, Louis Aragon et Jean-Michel Piton, Anne Sylvestre et Jean-Max Brua… Un récital sans temps mort, fait de pics d’émotion, de colères jamais rentrées et de grands espaces de pure tendresse que prolongent les touches graciles de Nathalie Fortin. Telle est Solleville, toujours aussi grande dame qu’à ses débuts. Excellente ! Et sans âge.

PATRICIA KAAS

Culturebox - Patricia Kaas marquée par les attentats : "On a juste envie de dire les choses"

Patricia Kaas revient avec un nouvel album éponyme dans lequel la chanteuse interprète des chansons inédites, ce qui n’était pas arrivé depuis 2003. Elle y aborde des thèmes parfois graves avec le recul que lui donne la cinquantaine et la traversée de certaines épreuves. Dès janvier prochain, une tournée permettra au public de retrouver la Mademoiselle qui chante le blues depuis trente ans.

 

ISABELLE BAZIN

Nos Enchanteurs - Isabelle Bazin, dérive de sons et de sentiments

..... Là, avec Isabelle Bazin, c’est plus compliqué : elle vous surprend, vous emmène là où vous ne vous attendez pas, en des contrées musicales a priori incompatibles entre elles, qu’elle associe pourtant avec finesse, avec talent. Il y a à l’évidence une survivance de la chanson trad’ en filigranne : on n’est alors pas loin de La Bergère, de Gabriel Yacoub aussi. Le clin d’oeil est plus appuyé encore quand elle nous chante Le luneux, repris à Malicorne. Il y a du jazz. Du jazz et du trad’ en liberté, comme un free-folk qui unie, marie les portées et les instruments : la clarinette, la clarinette basse et le nickelharpa de Marie Mazille, orfèvre s’il en est de la musique, la contrebasse de Stéphane Arbon, les clavier et samples de Sylvain Berger. Et le diatonique d’Isabelle Bazin.

LOUIS VILLE

Norbert Gabriel - Louis Ville, le blues de l’imprécateur…

En suite indirecte à Prison’s Blues (hier samedi) quelques lignes et quelques chansons de ce formidable Louis Ville, un des grands guitaristes du genre, quand la guitare sonne comme un tocsin, quand c’est un blues d’aujourd’hui qui vous donne la rage de vivre, et une envie irrésistible de changer un monde qui devient détestable, voyez les actualités, et ce qui se passe dehors, ici et maintenant, et en France… Et on voudrait que je sois heureux et tranquille ?

SAEZ

C'est déjà ça - Saez, après et avant le Bataclan

Le plus secret et intense des artistes français poursuit son projet pharaonique, de juillet 2016 à juillet 2017, mêlant sortie d'album, tournée et une année parsemée d'interventions via son site. Prônant la lutte par la poésie et l'art en général, son "Manifeste" a livré ses deux premiers extraits ces jours-ci, empreints des attentats du Bataclan et de Charlie Hebdo.

FRANCOISE HAUTFENNE

Claude Févre - Françoise Hautfenne, âme insulaire de la chanson

.... L’objet même entre nos mains offre une atmosphère qui nous tire par la manche vers des lacs et des rivières baignés d’éclats de lune. Paysage baigné  de la douceur surannée d’un paysage de Jean-Baptiste Corot, un souvenir de Mortefontaine où se glisserait la chanteuse aux gestes aériens. Elle égraine paisible  les jours. Ephéméride dit le titre. La chanson éponyme apparaît au milieu de l’album. Cette chanson là s’ouvre comme beaucoup d’autres sur quelques notes graciles  de la harpe de Claire Galo-Place. L’instrument  donne incontestablement sa couleur singulière à cet univers où la voix de Françoise Hautfenne se promène sans effets, douce comme pour nous emporter dans des valses légères où nos pieds ne toucheraient même pas terre. « A petits pas cahin-caha / La vie qui va la vie s’en va… »  et se dessine alors l’écoulement de saisons en images poétiques « L’émoi des arbres est à se pâmer / Quand ils éclaboussent le ciel… » au printemps et quand vient l’automne « Tout s’engourdit, tout s’assourdit… » On ferme les yeux et l’on écoute ses rêves… On écrit peut-être aussi, comme aujourd’hui.
________________________________________________________________________________________

ET LA CHANSON VA !

Centre de la chanson : Après l’écoute des 226 candidatures et l'audition publique des 16 artistes retenus, nous sommes en mesure de vous communiquer la liste des 7 artistes sélectionnés pour la finale le 14 novembre à la MPAA - Auditorium Saint-Germain à Paris - 19h30 : Bonbon Vodou, Carole Masseport, Clio, Diplomic', Jeanne Rochette, Lou Casa et Mèche.

MECHE

Nos Enchanteurs - Décalage immédiat !

..... C’est maintenant à Mèche de mettre le feu aux poudres, fièrement harnachée de sa guitare électrique blanche, en petite robe sage et couettes idoines, pour une version candidement perverse d’Ophélie est zoophile de Jad Wio. Poussant le jeu du décalage jusqu’à l’absurde abscon, elle fait de ce texte déjà bien barré à la base une délicieuse comptine troublante au-delà de la déraison, en un jeu de séduction sulfureux et languide… Nul doute n’est permis, cette fille fonctionne à piles

BONBON VODOU

Bonbon Vodou - " Fruit de voyages autour du monde, de sons glanés ça et là, de pistes parcourues et de sentiers dévalés, "African discount" a la couleur de l'escapade. Afrique de l'ouest ou Océan Indien, on retrouve le son du dombolo, du soukouss et du séga car leur rythmes s'en prennent directement à nos bassins. JereM et sa voix haut perchée, Oriane Lacaille et ses choeurs cristallins déroulent tout en nuances de bien jolies histoires [...] et proposent un billet pour aller se rafraichir au soleil ."     Julian Babou  -  FRANCOFANS  - mars 2016

LOU CASA

Nos Enchanteurs - Barbara par Lou Casa : l’exemplaire reprise

Le regret c’est que, soyez en sûr, on ne consacrera pas autant d’énergie pour saluer comme il se doit, comme il se devrait d’être, le travail de Lou Casa. Lou Casa ? Un groupe à géométrie variable, pour l’heure un trio masculin composé de Julien Aellion (basse), Fred Casa (piano, orgue, percussions, chœurs) et Marc Casa (chant et direction). De leur travail scénique sur Barbara ne nous parvient que cet EP, comprenant trois chansons de la longue dame brune (Perlimpinpin, Le bel âge et J’entends sonner les clairons), une de Brel que Barbara chanta (Sur la place) et deux autres dont Barbara signa (Tous les passants, paroles de Françoise Lo) ou co-signa la musique (La belle amour, paroles de Georges Bérard, musique que Charles Algarra et Barbara). C’est peu et terriblement frustrant. Mais suffisant pour se jurer mordicus d’aller voir Lou Casa en scène, toute affaire cessante.

JEANNE ROCHETTE

Chanson Boum - Jeanne Rochette

Elle chante depuis toujours et a pris des cours de jazz et de lyrique -et de comédie-.
Elle est restée quatorze ans au Québec où elle s'est mise à écrire pour elle, dans un groupe de Jazz.
Son premier album a été écrit là-bas.

Jeanne Rochette est inclassable, sa voix est disciplinée mais part dans toutes les influences. Ses chansons sont dessinées d'un trait fin, des personnages des situations saisies sur le vif. Une originalité charmante assez joyeuse...

DIPLOMLIC'

Les Inrocks - DIPLOMIC’

DIPLOMIC’ est un groupe de chanson Française. Les textes sont pensés et réfléchis, ils sont porteurs de messages profondément touchant racontant une banlieue que les gens ne connaissent pas ou peu. Une banlieue romantique, une banlieue volontaire, une banlieue émouvante. Le tout magnifié par une composition inspirée de toutes les couleurs qui se cachent derrière ses murs apparemment gris. Les DIPLOIMIC’ sont inspirés par ce que la chanson Française a fait de plus beau selon eux, Brel, Piaf, Montant, Aznavour. On retrouve dans les interprétations d’Ali beaucoup de Brel dans sa façon d’offrir ses textes à son public.

CAROLE MASSEPORT

Entrons d’abord doucement dans l’hiver… récit du concert de Carole Masseport

Des rythmes originaux prenant les mouvements du corps au dépourvu (non, non, on ne se balance pas bêtement de droite à gauche en suivant le poum poum ronronnant de la batterie) aux jeux de mots / jeux de liaison / phrases qui s’inventent une nouvelle mécanique… C’est une découverte de bout en bout, et on a parfois même le sentiment de voir s’écrire, là devant nos yeux, un nouveau joli genre. Un genre à elle. Avec tout de même, et ce n’est pas pour nous déplaire, des airs de Barbara dans l’interpellation et la prise à témoin de son public : « voyez et ressentez ce que je porte en moi ! »

CLIO

Nos Enchanteurs - Premier disque de Clio : pas assez cher, mon fils !

..... C’est tout doux, des images, quelques émotions, des idées jetées sur le papier, phrases bien tournées, des personnages esquissés, peints, dépeints, brossés (surtout Simon, qui sent mauvais tant qu’elle hésite à l’embrasser). C’est une chanson d’équilibriste et de mécanicien, qui effleure les sens, dessus dessous, tactile, qui nous touche du bout des doigts, avec ou sans gouache, à fleur de peau ou de pinceau. C’est nature, sans trop de sophistication et, pour tout dire, assez épatant, réjouissant.

jeudi, 19 mai 2016

L'actualité de la chanson française du 6 au 12 mai (revue de presse et du web hebdomadaire)

Le clip de la semaine - Juliette Armanet - Manque d'amour

Les vidéos de la semaine : Luc Alenvers, Radio Elvis, Juliette Armanet.....

A LA UNE : JULIETTE ARMANET

Mais qu'est ce qu'on nous chante - L'aisance d'une chanson

Ciel, ces instants rares où le talent éclôt, incarnant avec grâce un possible futur. La première télé de Juliette Armanet, dans C à vous, mardi 19 avril, avait cette magie, ce pouvoir d'arrêter le temps, un peu. Une jeune femme assise à son piano et qui rappelle que la chanson, plus ça semble fragile, plus ça touche. Souvenons-nous, les premières apparitions de Barbara sur le petit écran, unique et féline, le feu dans son regard. Juliette Armanet possède cet éclat, tout en retenue, cette faculté de convoquer à la fois le souvenir divin de Sanson, de Sheller, de Christophe, de Françoise et de Michel B sans en être la copie, ni l'enfant, mais une nouvelle lune.

Télérama - Juliette Armanet, du journalisme à la chanson

Elle cite Sheller et Sanson parmi ses principales influences. Et semble à l'aise sur scène, où son mix de piano et d'électro fait merveille.

L'Express - Juliette Armanet, ponette de la pop

Son mini-album, Cavalier seule, est un manège désenchanté, gracieux et réussi.

Une chanson, L'Amour en solitaire (200000 écoutes en streaming depuis 2014) a présenté sa pop mélancolique et espiègle. Juliette Armanet se dévoilait avec ses mots à double sens et ses jeux de doubles. Des photos, signées de son grand ami le plasticien Théo Mercier, la représentaient sage en pull rose avec des avant-bras d'homme velu. "C'est le fantasme d'une fille seule qui s'imagine enlacée par un gars", sourit-elle.

Libé - L’élégant chant de Juliette Armanet

Il y a des musiciens qui d’un coup d’éclat gagnent les ondes et la renommée dès leurs premiers pas, et il y a ceux, comme Juliette Armanet, qui prennent leur temps. Il lui aura fallu deux bonnes années pour boucler ce premier maxi, pour tourner autour de ses chansons jusqu’à leur sculpter la forme parfaite. Bien lui en a pris, puisque Cavalier seule, aussi varié soit-il, arrive poli dans les moindres détails. Une affaire de chanson française élégante, articulée autour d’un piano délicat et d’une voix aussi haut perchée que totalement intemporelle. Dans ces quatre titres, les références s’égrènent, évidentes, sans jamais faire de l’ombre à son talent. On y croise une pop façon France Gall, un saxophone qui nous rappellerait presque le Careless Whisper de George Michael et un peu de Christophe, décidément incontournable aujourd’hui.

BLACK M
 

« Des voix déchaînées ont obtenu l’annulation d’un concert au nom d’un ordre moral nauséabond et décomplexé. N’acceptons jamais cela. » La ministre de la culture, Audrey Azoulay, a dénoncé samedi 14 mai depuis Cannes l’annulation d’un concert du rappeur Black M, qui devait se produire après la cérémonie de commémoration de la bataille de Verdun fin mai. « Ce n’est pas la première fois que l’autocensure succède à ces coups de forces inacceptables », a-t-elle ajouté, alors qu’elle s’exprimait devant des professionnels du cinéma à l’occasion du Festival de Cannes.
 
ALORS CHANTE

Festival Alors chante! (1): la renaissance à Castel'

La 30e édition du festival en Tarn-Garonne a vraiment débuté hier avec une réjouissante Fête à Pierre Perret, l'enfant du pays de retour. Dans un contexte fragile, le nouveau biotope de Castelsarrasin est néanmoins riche de promesses

Festival Alors chante ! (2): de la variété, du swing et deux promesses

La deuxième journée du festival de Castelsarrasin a vu arriver un public plus nombreux sur le port-canal. Vianney et Thomas Dutronc ont assuré le show tandis que la Grande Sophie (photo) confirmait sur scène la réussite de son dernier album. JB Noche et le Danny Buckton trio se distinguaient aux découvertes

Festival Alors chante! (3): le Boss est passé

Ce vendredi à Castelsarrasin a été marqué par le concert d'Hubert-Félix Thiéfaine, la délicatesse de Marcie, la pêche fraternelle de Debout sur le zinc et un joli goût de Pomme.

Festival Alors chante! (4): un royal bouquet final et de bonnes raisons d'espérer

Chloé Lacan et Jamait ont bouclé avec éclat la 30e édition du festival, la première à Castelsarrasin. La deuxième naissance d'Alors chante! a bien eu lieu, riche et modeste, porteuse de lendemains

LUDEAL

Mais qu'est ce qu'on nous chante ? Plutôt Ludéal

Pourquoi certains chanteurs immenses n'ont pas la reconnaissance publique qu'ils méritent, ni le soutien périphérique des radios d'envergure? Julien Baer, Vincent Baguian, Jacques Bertin, Bertrand Betsch, ces grands B de la chanson française, brillant à leur façon parmi l'écume inconnue et les cieux… Mais citons encore Monsieur McNeil - David de son prénom, Pierre Schott, Bastien Lallemant, ou bien encore la Québécoise Ariane Moffatt sous nos longitudes. Parmi d'autres, sûrement. Membre du club, Vincent Ludéal stationne lui aussi par-dessus la couche d'ozone. S'il compte déjà quatre albums de haut vol, son plus récent, PLUTON, date de février 2016. Et c'est probablement, rayon pop éclatante, le disque le plus jouissif atterrit ces derniers mois, avec ÇA IRA TU VERRAS de Séverin, autre étoile méconnue, et les nouveautés sidérantes des stars que sont Benjamin Biolay et Christophe.

FESTIVAL DIMEY

Claude Févre - Festival Bernard DIMEY 2016, Les Didoudingues, Y a d’l’amour dans l’air

Pouvait-on imaginer plus belle façon de terminer ces quatre jours de festival déjà nourris d’intenses émotions ? Retrouver sur la même scène, pour deux heures de spectacle, la fine fleur de la chanson d’aujourd’hui, c’est cadeau inestimable !

Huit noms qui déclinent chacun un univers singulier, se trouvent rassemblés par la volonté initiale de Di Dou Da qui confie à Hervé Lapalud le soin de composer une équipe capable de répondre au défi : on échange, on accompagne, de guitares en kora, de mélodica, en piano, de percussions en accordéon diatonique. On dit ses joies et ses colères, sa fantaisie, sa tendresse, son bonheur d’être là… Simplement à l’écoute de l’autre, des autres, et pour ce public sans qui plus rien n’aurait de sens.

Claude Fèvre - Festival Bernard DIMEY 2016, Jean-Michel Piton cœur ouvert pour Dimey

Quand s’installent Nathalie Fortin au piano, Bertrand Lemarchand aux percussions, dessinant ainsi un espace sonore, où « l’homme de la manche » s’installera, une voix nous parvient des coulisses. Haute, profonde, vibrante, intelligible voix. Elle envahit soudain la salle entière. C’est une prière qui s’élève à Ste Sara, la « sainte de pierre noire », invoquée par celui qui se sent « noir de l’intérieur »… C’est donc dans une atmosphère quasi liturgique que s’ouvre ce spectacle. Elle appelle à l’élévation et nous n’échapperons plus à cette puissance-là. Il s’agit bien de cette dimension dans ce spectacle. Par le choix des textes, il nous transporte au bord du vide, aux limites de la vie, aux portes de l’au-delà. Seul échappatoire, la fréquentation d’« amis très chers, pour échapper un peu à l’époque où [il] vit ». Ils ont pour prénoms Honoré, Victor, Alexandre… Peut-on imaginer plus bel hommage à la littérature ?

Claude Févre - Festival Bernard DIMEY 2016, avec Katrin Waldteufel le bonheur existe

..... Katrin Waldteufel entre en scène, petite femme menue, sobrement vêtue de noir, avec juste ce qu’il faut de fantaisie pour capter votre attention : chanteuse aux pieds nus,  un petit plumet sur la tête, ou plutôt une mèche de cheveux qu’elle a dressée sur son front et une grosse fleur rouge au-dessus de l’oreille. C’est joli. Bastien Lucas l’escorte, à la guitare électrique, ou au clavier, se pose à distance respectueuse du duo femme-violoncelle. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

CLIO

 
Elle semble tout droit sortie d'un film de Rohmer, auquel elle emprunte la fraîcheur et la délicatesse littéraire. Un premier album plein de charme.

Vous ne le saviez pas ? Vincent Delerm et Alex Beaupain ont une fille. Elle ressemble vaguement à sa grand-mère — Barbara — et à deux de ses cousines un peu perdues de vue, Carla et Berry. La petite se prénomme Clio. Vingt-huit ans, un univers d'éternelle étudiante en lettres, un goût prononcé pour les décors parisiens et pour le cinéma d'auteur... comme ses deux papas. Beaupain cite Pialat, Delerm vénère Truffaut ; elle, c'est Eric Rohmer qu'elle salue dans la plus belle chanson de son disque : « Eric Rohmer est mort, et moi, j'en veux encore »...

ALEX BEAUPAIN

Les Inrocks - Avec son nouvel album, Alex Beaupain précise sa place dans la chanson contemporaine

Chanteur de variété.” Alex Beaupain ne se pince pas le nez, ni ne tord la bouche en s’inscrivant de lui-même dans cette catégorie que la plupart de ses confrères fuient généralement comme le virus Zika. Même si on devine qu’il vise plutôt le haut du panier (Delpech, Souchon ou Sheller) que le cul de basse fosse (Pagny, Bruel…), ce quadragénaire en place depuis dix ans assume d’appartenir à cette zone floue située entre France Inter et Drucker, deux pôles qu’ils sont finalement peu nombreux à savoir faire rimer.

CHRISTOPHE

RFI - Christophe, un artiste visionnaire, Décryptage d'un phénomène

Salué à l’unanimité, le dernier disque de Christophe, Les Vestiges du Chaos, installe définitivement son créateur au rang des chanteurs hexagonaux les plus branchés et assurément aussi, les plus géniaux. Effet de mode ? Echos d’une époque ? Quatre témoins de la carrière de Christophe, quatre proches issus de différentes périodes de sa vie, décryptent sa carrière et son art, qu’ils décrivent profondément enraciné et visionnaire.

ALENVERS

Nos Enchanteurs - Le monde Alenvers, gravement joyeux

Quand on porte un tel patronyme et qu’on aime jouer avec les mots, que le stylo est habile et les vers grouillent, l’écriture est imagée et Luc Alenvers (il a tombé le prénom sur la pochette) use et abuse de cet argument, de cette dualité. À son endroit Alenvers l’espère « le cul par terre à l’envers ». sur des notes hidalgesques, presque tauro-macho. La conquête de la citadelle est donc l’entame de ce disque résolument joyeux (même si c’est fait de pas mal de dérision, de rire tragique, de tragicomédies et d’une cérémonie funèbre), très cuivré, ce quelque soit le sujet, même quand notre héros fait ses longueurs dans la piscine de Fukushima, là où « les requins deviennent marteaux / la baleine verte se cache à l’eau / les espadons font les marsouins / les loups de mer aboient soudain… » Prémices d’apocalypse ? Oui, l’avant dernière chanson décrit l’après explosion, quand plus ne rien en subsiste sur la terre si ce n’est ce vieux pommier qui, pour mémoire, nous le raconte. Un disque joliment écolo que celui-ci : faites-le écouter à vos mômes, ils adoreront à plus d’un titre.

KATEL

RFI - Katel, chansons d'hypnose, Nouvel album, Élégie

À chaque disque, Karen Lohier, alias Katel, visite des territoires inexplorés. Nouvelle preuve avec ce troisième essai confectionné entièrement par elle-même et qui n'est pas facile d'accès au premier abord, Elégie. Au rythme d'écoutes répétées, le vertige nous gagne tant la voix se révèle fascinante et les harmonies d'une belle richesse.

KATERINE

Mais qu'est ce qu'on nous chante ? Triste cinéma

LE FILM de Katerine, beaucoup de branlette pour pas grand chose. «Une goutte de sperme», comme il le chante lui-même ici. On attendait tant du Nantais, il avait tout pour devenir immense. Le plus grand de sa classe. Ses huit premiers albums traçaient une trajectoire presque idéale, imprévisible, des MARIAGES CHINOIS (1991) à ROBOTS APRÈS TOUT (2005). Mais à coups d'éloges affectés auxquels, étonnamment, il a dû finir par croire, «t'es un génie», ce genre, Katerine est tombé dans l'improbable caricature, s'égarant dans des bidules ineptes déifiés par deux ou trois rédacteurs pansus qui n'en peuvent plus de penser à la marge.

LES ESCROCS

Nos Enchanteurs - Les Escrocs en flagrant délit de récidive

Le métier manque d’humour. L’une des plus grandes escroqueries du showbizness, les Victoires de la musique, n’a jamais honoré en son sein ses héros : Les Escrocs, réincar-damnation des Croquignol, Filochard et Ribouldingue, nos Pieds Nickelés de papier. Par bonheur, et sans doute pour accomplir un destin contrarié par des tas de concurrents (politiques, banquiers, garagistes, médef, cancérologues… la liste est longue), nos Escrocs se reforment après dix ans d’absence. Pour d’autres escroqueries il va sans dire. Avec dans leurs bagages, venus tant de Genève que du Panama, un disque tout beau tout… En fait, pas neuf du tout même s’il vient tout juste de sortir, mais fait de trucs ramassés par ci par là : des singles, des bouts de live. Et des inédits. Largement de quoi ranimer la flamme du chanteur inconnu.

MONSIEUR PARALLELE

Objectif Gard - Monsieur Parallèle, talent et professionnalisme

Ils sont jeunes, ils sont quatre et forment le groupe vainqueur de d’édition 2014 de la Bourse Jeunes Talents de Nîmes : mais qui est Monsieur Parallèle ?

Ils étaient peu à les connaître avant la Bourse. Il faut dire que Monsieur Parallèle est un groupe récent, fondé en septembre dernier par Jérémy (chant et violon électrique, 24 ans), Antonin (violoncelle, 23 ans), Luc (guitare électrique, 20 ans) et Arthur (batterie, 19 ans).

mardi, 10 mai 2016

Clio - Éric Rohmer est mort

vendredi, 06 mai 2016

L'actualité de la chanson française du 29 avril au 5 mai (revue de presse et du web hebdomadaire)

Le concert de la fin de semaine : Stromae - Racine Carrée Live (Concert complet)

Le clip de la fin de semaine - Jean-Louis Murat, French Lynx

HUBERT MOUNIER

 
Personnalité attachante de la scène pop et chanson française, tout en clair-obscur, le chanteur Hubert Mounier est mort lundi 2 mai à l’âge de 53 ans, d’une crise cardiaque selon son avocat. Avec sa voix tendre de crooner, il était connu essentiellement comme chanteur du groupe L’Affaire Louis’ Trio, sous un pseudonyme à calamiteux jeu de mots, Cleet Boris. Un personnage qui semblait droit sorti des planches d’une bande dessinée à ligne claire avec sa houpette à la Tintin, ses costumes cintrés et des chaussures bicolores. Mounier menait lui-même en parallèle une carrière de dessinateur.
 
 
«Amis terriens, amies terriennes» chantait L'Affaire Louis'Trio, l'un des groupes français qui a connu un grand succès dans les années 80. Avec sa banane, son look sixties et son intonation fun, le chanteur Hubert Mounier, décédé ce lundi, a participé aux grandes heures de la pop française des eighties dont les tubes trottent dans la tête pendant toute une journée, comme le fameux «Chic planète».
 
 
Tout fut affaire de lyonnais : le duo de deux frères lycéens, Hubert et Vincent, le premier surnommé Cleet Boris, par ailleurs dessinateur de BD (on lui doit notamment Le temple de la paix en 1986 et La maison de pain d’épice en 2011, tous deux publiés chez Dupuis) qui dès 1981 publiera sous ce blaze dans Rock & BD, et son cadet Kart Niagara. Nous sommes en 1979. Le duo prend le nom (en fait le pseudo) du créateur : Cleet Boris. Une petite annonce deux ans plus tarde leur amène le troisième larron et luron, Bronco Junior. L’Affaire Louis trio est née mais ne prendra ce blaze qu’en 1984 sur les conseils tant de Kent (lui aussi lyonnais, lui aussi chanteur-rockeur – à Starshooter -, lui aussi dessinateur de BD) et de Ramon Pipin, qui produit les premiers enregistrements.

Culturebox - Hubert Mounier de l'Affaire Louis Trio est mort

Hubert Mounier, le chanteur-leader de l'Affaire Louis Trio, est mort lundi matin à l'âge de 53 ans. Son entourage l'a confirmé dans l'après-midi sur sa page Facebook en précisant qu'il était mort d'"une rupture aortique foudroyante". C'est Benjamin Biolay, grand admirateur de Mounier, qui a d'abord annoncé la nouvelle dans un post sur Instagram saluant son "ami" et son "grand-frère".

LYON

Hexagone - En mai, à Lyon

Le mois de mai annonce la fin de saison pour les amateurs de chanson lyonnais. Le Radiant de Caluire donne rendez-vous en octobre avec un concert de Lavilliers et se concentre sur d’autres genres de spectacles jusqu’à l’été. A Agend’Arts, à la Croix-Rousse, mai est un mois très jazz avec Quart Têtes, Les Pipelettes et Blue Liz Station. Le prochain grand rendez-vous chanson est annoncé le 1er juin avec Nicolas Jules.

CHARLELIE

Sud Ouest - Nouvel album "Lafayette" de CharlElie Couture, un pont entre les Etats-Unis et le France

Pour ses 60 ans et son  vingtième opus en studio,  CharlÉlie Couture est de retour, toujours là où on ne l’attend pas. Son nouvel album, " Lafayette ", enregistré en Louisiane avec des musiciens locaux, sortira le 29 avril.

Rencontre au milieu du bayou avec un artiste hors du commun qui va jusqu’au bout de ses idées et de ses envies.

Mediapart - Un jour, les anges ont mis CharlElie dans le bayou …

Dans ce petit bout des États-Unis où, bon an mal an, survit une jolie petite pousse de la langue française, non pas noyée dans un univers américain, mais en parfaite harmonie avec la langue anglaise et la culture « pop- rock-folk-blues », que CharlElie Couture parvient, avec talent, à nous faire partager.

Rollingstone avec CharlElie Couture en Louisiane

A quelques semaines de la sortie de son nouvel album enregistré en pays cajun, Rolling Stone a suivi CharlElie Couture au Festival International de Lafayette où il se produisait

FRANCOIZ BREUT

Nos Enchanteurs - Les zoos sauvages de Françoiz Breut

Attention : disque rare ! De ceux dont il est difficile d’extraire un morceau isolé, tant l’ensemble forme un tout cohérent, à prendre ou à laisser, à consommer sur place ou à emporter, mais pas par petits bouts. Il est donc réservé à un public averti, disposé à se laisser envahir durant 45 minutes (ajoutez-y 15 minutes de décompression, qu’il serait prudent de prévoir) et à courir le risque d’être foudroyé par des éclairs de beauté.

FESTIVAL DIMEY

Hexagone - Le festival Dimey à Nogent du 4 au 7 mai

Festival Dimey à Nogent (52) : 16ème édition du 4 au 7 mai. Souvent attiré par la programmation, j’y retourne cette année (et pourtant ce n’est pas à côté de Toulouse !). J’y retourne car j’ai trouvé un festival convivial avec une programmation de grande qualité, une superbe ambiance, de mémorables découvertes artistiques et de belles rencontres humaines.

CLIO

Télérama - Clio

Vous ne le saviez pas ? Vincent Delerm et Alex Beaupain ont une fille. Elle ressemble vaguement à sa grand-mère — Barbara — et à deux de ses cousines un peu perdues de vue, Carla et Berry. La petite se prénomme Clio. Vingt-huit ans, un univers d'éternelle étudiante en lettres, un goût prononcé pour les décors parisiens et pour le cinéma d'auteur... comme ses deux papas. Beaupain cite Pialat, Delerm vénère Truffaut ; elle, c'est Eric Rohmer qu'elle salue dans la plus belle chanson de son disque : « Eric Rohmer est mort, et moi, j'en veux encore »...

ANNE SILA

Le JDD - Anne Sila : "Il fallait que je me libère pour aller de l'avant"

INTERVIEW - On retrouve Anne Sila, la chanteuse de la Drôme révélée par l’émission The Voice, avec un album et un rôle dans la série Falco. Rencontre avec une artiste qui signe son destin.

BUENAVENTURA

Culturebox - "Paroles", l'hommage de Yuri Buenaventura à la chanson française

Il est rentré chez lui en Colombie en 2009 mais ne s'est jamais détourné de la France, son pays d’adoption. Le prince de la salsa Yuri Buenaventura est de retour avec un nouvel album intitulé "Paroles". Un disque en hommage à la chanson française sur lequel il reprend Aznavour, Brel, Brassens ou encore Nougaro. Il est actuellement en tournée

SOIT DIT EN PASSANT

Nos Enchanteurs - Soit dit en passant, la vie comme elle va

Cet album de la maturité, selon le terme consacré, est un joli travail artisanal d’un groupe de passionnés amateurs de sons et de mots, dans le sens étymologique du mot : qui aiment. C’est le résultat d’un long chemin de vie autour de son auteur compositeur guitariste, Jean-Claude Roger, qui se consacre désormais à sa passion, la musique. Toujours entre deux projets, il allie le jazz à  la chanson française. Lance des ponts en direction du Théâtre, ou de la musique classique avec le Massalia Orchestra de l’Opéra de Marseille où des solistes lyriques et de jazz interprètent des chansons.

POLNAREFF

Culturebox - Neuf ans après, Michel Polnareff repart en tournée

Michel Polnareff reprend du service pour une quarantaine de concerts, à partir de samedi à Epernay, dans la Marne, de quoi faire patienter ses fans qui attendent toujours un nouvel album plusieurs fois repoussé.

Le dernier album studio du père de "La poupée qui fait non" et de "Goodbye Marylou", qui fêtera ses 72 ans le 3 juillet, remonte à 1990 ("Kâma Sûtra"). D'abord annoncé pour décembre 2014, le nouvel album devrait réunir sept à neuf nouvelles chansons dont il a écrit tous les textes, et plusieurs instrumentaux.
 
CECILEM
 
 
Cecilem est une femme généreuse, impliquée, charmante. Pas une charmeuse, non, elle n’use pas d’artifices, sa première qualité est la sincérité. « Émue mais sans inquiétude / Réservée mais pas timide », telle se présente-t-elle en vers sur son livret. Généreuse, cela saute aux yeux au vu de ce CD,  très beau petit livre illustré par la peintre Marie Morel aux tableaux oniriques, tendres et naïfs qui vont si bien à Cecilem. Une telle connivence se sent entre les deux femmes, apparaissant dans ce titre dédié : « Marie tisse le temps / Sur de grands canevas / Nouant étrangement/ La vie et le trépas »

BERTRAND BELIN

Le Figaro - Bertrand Belin, voix plurielles

Chanteur, auteur, compositeur, acteur... Qu'ils soient chantés, joués ou lus, ses mots forment un langage bien singulier. Discrètement célèbre dans le milieu de la chanson française, à 45 ans, Bertrand Belin a signé cinq albums. Après Hypernuit (2011) et Parcs (2013), direction Cap Waller en octobre dernier. Quelques mois plus tôt, il publiait son deuxième roman, Requin (éd. P.O.L). Et il sera bientôt au cinéma, aussi, à l'affiche d'un film du réalisateur Dominique Choisy. «L'écriture dans la chanson, la littérature ou le théâtre, c'est comme l'eau sous ses différents états (solide, liquide, gazeux)...»: à chaque discipline ses particularités mais ces arts restent «voisins». À part en chanson, il se qualifie de «néophyte» dans les autres domaines.

ZAZ

RFI, La Bande Passante - Zaz exporte la chanson française dans le monde entier

Zaz, la petite fée à la voix rauque, repart, espiègle et déterminée, le long de la route. Les faits sont là, depuis quatre ans, elle est l’une des artistes françaises qui a vendu le plus de disques à travers le monde. Plus de trois millions d’exemplaires de ses deux premiers albums ont comblé des fans dans plus de cinquante pays. En août 2014, elle achève une grande tournée mondiale passant par les cinq continents. Elle décide de repartir en tournée pour présenter son disque concept « Paris », lui aussi couronné de succès.
Elle vient aujourd'hui nous présenter « Sur la route », le disque capturé en live pendant cette tournée.