Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 avril 2018

L'Obs - Rose Laurens, la chanteuse du tube des années 80 "Africa", est décédée à 65 ans

La chanteuse Rose Laurens, qui s'illustra avec le morceau "Africa", tube des années 80, est décédée à 65 ans dans la nuit de dimanche à lundi des suites d'une longue maladie, a indiqué son compagnon Christian Soulié à l'AFP.

Lire la suite
________________
________________

mercredi, 25 avril 2018

Le Monde - A la recherche de Mercy, la fillette qui a inspiré la chanson française à l’Eurovision

L’enfant est née sur un bateau qui vient en aide aux migrants, en mars 2017. Le duo Madame Monsieur, qui défendra les couleurs de la France lors du concours, avait décidé d’en faire une chanson.

« Je suis née ce matin/Je m’appelle Mercy/Au milieu de la mer. » Les trois premières phrases de la chanson Mercy, écrite par le duo français Madame Monsieur, racontent l’histoire de la petite fille nigériane née sur l’Aquarius au mois de mars 2017, trois jours après le sauvetage de sa mère, Taiwo, par l’équipage du bateau humanitaire.
 
Lire la suite
___________________
___________________

jeudi, 12 avril 2018

L'Humanité - « Jacques Higelin, un artiste citoyen qui va manquer au monde »

Archie Shepp témoigne. Le légendaire musicien et activiste américain avait joué avec Higelin et Lubat au concert de soutien à l’Huma, en 2010, au Bataclan.

Quand, avec Patrick Le Hyaric, Patrick Apel-Muller et Silvère Magnon, nous avons décidé , nous avons décidé, en 2010, d’organiser un concert de soutien à notre journal, nous avons aussitôt eu envie d’y convier l’ami Jacques Higelin. Quelques mois auparavant, j’avais enfin pu mettre sur pied une rencontre entre Archie Shepp et Jacques, à laquelle je rêvais depuis longtemps. En effet, ces deux astres de la galaxie artistique avaient à mes yeux une démarche proche sur le plan de la création artistique et de la contestation de la pensée dominante.
 
Lire la suite
________________
________________

mercredi, 11 avril 2018

Libé - Derniers doux délires pour Jacques Higelin, Par Luc Le Vaillant

Au revoir sifflotant au chanteur surréaliste et facétieux, dont on aurait bien vécu la vie, même en rêve, plutôt que celle de Johnny.

Il est assez étonnant de se souvenir précisément du verbiage parlé d’un chanteur et moins de son phrasé mélodique, même si souvent ils se superposaient. Jacques Higelin avait le timbre de la contre-culture des années 70-80, comme Booba a le flow contemporain du rap couillu, doré sur tranche de cake.

Le grand Jacques avait une gouaille moins canaille qu’underground, un lâché moins parigot de Ménilmuche qu’Apache de contre-allée avec gapette de récup relevée sur un front de frondeur que tout déride.

Lire la suite
___________________
___________________

mardi, 10 avril 2018

Le Figaro - La lettre d'adieu de son ex-femme à Jacques Higelin : «On s'était dit à la vie, à la mort»

Dans les colonnes du Journal du Dimanche, ce 8 avril, Kuêlan N'Guyen a adressé un dernier mot au chanteur, rocker et poète disparu vendredi à l'âge de 77 ans. Elle décrit un «messager du ciel» et raconte les vingt-cinq années «hors-norme» passées avec lui.

«Adieu l'artiste, l'ami, l'amour», titre le Journal du Dimanche . Ce 8 avril, deux jours après la disparition du rocker et poète à l'âge de 77 ans, l'hebdomadaire publie une touchante lettre d'adieu signée Kuêlan N'Guyen, ex-femme de Jacques Higelin.

Lire la suite
____________________
____________________

dimanche, 11 mars 2018

France Info : C'est toujours la même chanson (Claude François)

"J'ai écrit un mot pour Claude, mais j'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois. La feuille était à chaque fois trempée de mes larmes." Quarante ans après la mort de Claude François, la plaie est toujours béante dans le cœur de Fabienne. Pour la messe commémorant le 40e anniversaire de la disparition du chanteur, qui sera célébrée samedi 10 mars, au sein de l'église Notre-Dame d'Auteuil, à Paris, cette fan de la première heure a surmonté son chagrin pour rédiger un texte à lire lors de cette commémoration.

C'est sous la pluie et dans le froid du cimetière de Dannemois (Essonne), où repose la star, que nous l'avons retrouvée, le 1er février, en compagnie de ses trois amies, fans inconditionnelles elles aussi. Toutes étaient venues remplacer les chapelets volés, déposer des fleurs, des petits angelots et un baiser sur la statue de leur idole, à la date de son anniversaire. Entre larmes, photos sépia et pattes d'eph', plongée dans des vies entièrement consacrées au chanteur, où le temps semble comme suspendu depuis sa mort, le 11 mars 1978.

Lire la suite
__________________
__________________

L'Obs - Claude François, un chanteur antifrançais ?

Dans l'intégrale de l'artiste, on recense 185 adaptations étrangères. Notre Cloclo national était Cocardier-Cosmopolite : un CoCo.

"C'est une romance écrite en France", chantait Claude François, décédé le 11 mars 1978. "Ecrite en France ?" Pas sûr. En écoutant les 20 CD de son intégrale, on redécouvre que le François Ier de la variété française était un grand importateur de chansons étrangères. A la scie identitaire, aux ariettes nationalistes de la France aux Français, aux chassieuses ritournelles du "c'était mieux avant", ce chanteur populaire préférait le "ça s'en va et ça revient" d'une identité migrante, impure, ouverte. Au pays clos s'oppose le pays Cloclo.

Un livre d'Olivier Delavault, "Claude François, l'intégrale de ses adaptations" (éditions Trédaniel), recense ses 185 emprunts à la soul, au funk, au reggae, à la country-music, etc. 185 chansons étrangères. Un afflux massif de créatures extra-européennes, allogènes, voire jamaïcaines. Presque un "déferlement migratoire", comme dit l'extrême droite ou la droite extrême.

Lire la suite
______________________
______________________

vendredi, 16 février 2018

Culturebox - Claude François : une fille cachée, le succès intact, 40 ans après sa mort le chanteur fascine toujours

Le chanteur est aussi l'objet d'un documentaire sur France 3 (diffusé le 16 février, à 20H55) qui revient sur sa postérité aux allures de revanche. Le lendemain de la disparition du chanteur, électrocuté dans sa salle de bains le 11 mars 1978 à 39 ans, alors qu'il s'apprêtait à rejoindre les studios de Michel Drucker, Libération titre en une "Claude François a volté". "Rien ne pouvait réconcilier ce chanteur populaire et l'intelligentsia parisienne. Il était de bon ton de ne pas l'aimer. Il a été raillé au-delà de la mort", soulignent François Chaumont et Laurent Portes, auteurs du documentaire nourri de témoignages et d'images d'archives le plus souvent inédits.

Lire la suite
__________________
__________________