Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 septembre 2018

L'actualité de la chanson française du 7 au 13 septembre

Les artistes de la semaine : Nino Ferrer, Boulevard des airs, Zazie, Grand Blanc, Madame Robert, Bruno Brel

L'album de la semaine : Boulevard des Airs, Je me dis que toi aussi

RACHID TAHA

RFI - Rachid Taha, l’arrêt du cœur du rocker au grand cœur

À quelques jours de ses 60 ans, Rachid Taha est mort d’une crise cardiaque dans la nuit du 11 au 12 septembre. Le rocker, né en Algérie et arrivé en France à l’âge de 10 ans, avait été le chanteur du groupe lyonnais Carte de Séjour, avant de s’imposer mondialement grâce à un répertoire riche de compositions et de reprises. Un nouvel opus était attendu au début 2019.

Dans quelques jours à peine, le 22 septembre prochain, Rachid Taha devait fouler la scène de l’Opéra National de Lyon, à l’occasion des 20 ans de la sortie de son premier Diwan. Album de reprises paru en 1998, ce 4e album de sa discographie avait été conçu comme une passation des savoirs, reliant la génération de ses parents venus du Maghreb à celles des enfants de France.

Nos Enchanteurs - Rachid Taha, 1958-2018

Outre Karim Kacel, Khaled et Faudel, la prise de parole de la banlieue et des beurs, dans les années 80, tint beaucoup de ce groupe que fut Carte de Séjour, composé initialement de Rachid Taha, Djamel Dif, Mokhtar Amini, Mohamed Amini, et Éric Vaquer, qui donnèrent leur premier concert en juillet 1981 à Rillieux-la-Pape, dans la banlieue lyonnaise. Rien que le nom était déjà une revendication politique, l’orientation musicale aussi : un raï mâtiné de rock.

RFI - Disparition de Rachid Taha

Rachid Taha vient de disparaitre brutalement à l'âge de 59 ans. Il venait de terminer l'enregistrement d'un nouvel album qui devait sortir début 2019.

L'esprit de révolte est aujourd'hui quelque chose qui manque cruellement à la chanson française. Heureusement, il y a Rachid Taha qui, lui, continuait à gueuler pour secouer les conformismes, le racisme, et toutes les formes d'exclusion. Le tout sur une musique inventive qui apporte un métissage très particulier, à nul autre comparable. À tous les niveaux, Taha dérangeait. Et c'est tant mieux !

NINO FERRER

Slate - Nino Ferrer, le mal-aimé de la chanson française

Disparu il y a vingt ans, Nino Ferrer n’est jamais parvenu à trouver sa place dans le paysage musical français malgré d’immenses succès. La faute à un caractère colérique, à une volonté artistique complexe, et à un milieu qui ne lui a pas fait de cadeau.

Nino Ferrer ne pouvait plus se sauver. Lorsqu’il se donne la mort l’avant-veille de ses 64 ans le 13 août 1998, il y a tout juste vingt ans, il a déjà perdu le goût de bien des choses. Un coup de carabine dans le cœur vient clore des années de réclusion passées à faire de la musique et à extraire les bienfaits de la nature dans cette maison du Lot qu’il aura passé la moitié de son existence à retaper. Il était désintéressé du monde qu’il avait connu de 1965 à 1975: le succès d’estime et critique, les belles femmes, les belles voitures, l’argent… Non, décidément, Nino Ferrer ne pouvait plus se sauver.

BOULEVARD DES AIRS

Mandor - Boulevard des Airs : interview de Sylvain Duthu pour Je me dis que toi aussi

Dès leur premier album, sorti en 2012, Paris-Buenos-Aires (certifié disque d’or), le groupe Boulevard des Airs, à l’époque considéré comme un groupe « festif » avec leurs cuivres mis en avant, a trouvé un large public. En 2013, avec leur deuxième album, Les apparences trompeuses, il était net qu’il se passait quelque chose autour d’eux. Une tournée de presque deux ans s’en est suivie ainsi que des critiques positives dans tous les médias.

Quand j’ai reçu le troisième album, Bruxelles, la claque ! J’ai compris que ce groupe était une perle et qu’il y avait une forte probabilité qu’il devienne un des nouveaux poids lourds de la scène française.

ZAZIE

RFI - Zazie, mise à nue

Avec Essenciel, le 10e disque de sa carrière, Zazie explore, en compagnie de la réalisatrice Édith Fambuena, des pistes aventureuses, hors cadre, pop et rock : une musique audacieuse et exploratoire, en patchwork, tissée de jeux et de liberté. Sur ses cavalcades et ses climats sonores, sa poésie apaisée se pose. Car, sur cet album, Zazie se livre, en toute intimité. Telle une blueswoman, l’artiste incarne son essentiel : les valeurs fondamentales et les questionnements d’une femme de 50 ans, bien dans sa peau et dans son chant. Rencontre.

MADAME ROBERT

Nos Enchanteurs - Aux seins de Madame Robert

Malgré son format qui est loin de celui d’une affiche, une pochette de CD a les mêmes obligations : attirer et retenir l’attention. Parfois même informer mais convenons qu’avec le visuel de ce disque-là, nous sommes de prime abord loin de cette mission, encore que : c’est mis « Madame Robert » (c’est le nom de ce groupe) et, en guise de Roberts, s’étalent les roploplos d’une dame plantureuse à souhait, à l’écoute sur une platine de 45 tours des Rolling Stone et de Nino Ferrer, de soul aussi.

ALBIN DE LA SIMONE

Télérama - Albin de la Simone : “C’est quand je n’ai plus attendu le succès qu’il a commencé à venir !”

Après une longue tournée dans toute la France, Albin de la Simone donnera deux derniers concerts, les 16 et 17 septembre à la Philharmonie de Paris, avec des invités surprise. Retour sur le parcours sans fautes d’un chanteur chic, doublé d’un artiste complet, et de son irrésistible ascension.

BRUNO BREL

Nos Enchanteurs - Brel ! Un nom qui claque et résonne belge comme aucun autre

Dans quelques semaines on fêtera les 40 ans de sa disparition. Pour être exact, cela n’aura échappé à personne, les commémora- tions ont commencé depuis un certain temps déjà avec quelques émissions télé, plusieurs livres et de nombreux spectacles par monts et par vaux. Si certains n’ont pas à rougir de leurs interprétations du Grand Jacques, d’autres, il faut bien le dire, ressemblent plus à des enterrements de seconde classe qu’à de véritables hommages. Inutile de m‘arracher des noms, je ne cafterai pas.

En revanche, qui mieux que Bruno Brel lui-même peut porter bien haut le flambeau familial ? Avec son talent et son timbre de voix qui ne peuvent cacher la fibre familiale, avec cette façon bien à lui de faire le Jacques sans être taxé d’imitateur, Bruno, après quelques reprises sur l’un ou l’autre album et sur scène, nous livre cette fois, quelques mois après Flammes, un album presque 100% BB – les quelques autres % étant constitués d’un inédit de Leprest -, un opus dédié entièrement à son oncle.

GRAND BLANC

Magic - Grand Blanc : « On comprendra vraiment cet album quand on aura fini la tournée »

Grand Blanc publie ce vendredi Images au Mur. Cet album,

Grand Blanc publie ce vendredi Images au Mur. Cet album, inflexion stylistique notable, refuse à dessein de choisir entre rupture et continuité, et traduit les questions identitaires d’un groupe très souvent étiqueté.

Depuis 2011, ce quatuor porte les espoirs d’une presse toujours pas remise de la disparition d’Alain Bashung, s’est vu coincer dans une case new wave, pas forcément inadéquate, quoi franchement limitante en 2018, et affublé de comparaisons, parfois excessives et hasardeuses.

Ils furent accablés de mots-clés, parmi lesquels « messins », « Paris », « new wave », « topographique » trônaient en bonne position.  Jusqu’à disparaître derrière. Ce storytelling forcément réducteur semble avoir orienté cette formation qui est bien plus que ça. La rencontre se déroule en plein été. Sur la terrasse du studio Luna Rossa. Ils préparent la tournée qui débute à la rentrée. Extérieur jour.

ALEX LUTZ

C'est déjà ça - "Guy", formidable chance aux chansons

Dans son deuxième film actuellement en salles, Alex Lutz incarne un vieux chanteur de variétés avec une authenticité et des nuances extraordinaires. Sans mépris facile, avec une drôlerie et une émotion pour un bel hommage à la chanson.

 

lundi, 17 septembre 2018

Bruno Brel - Quelque part en novembre (1978)

mardi, 13 février 2018

L'actualité de la chanson française du 2 au 10 février

Les artistes de la semaine : Colette Magny, Léonard Lasry, Bruno Brel, Pierrick Vivares, Serge Lama.....

COLETTE MAGNY

Nos Enchanteurs - Colette Magny : on n’a pas tous les jours vingt ans

.... Qui se rappelle que Magny, au sortir d’un triomphe à La Contrescarpe puis d’un passage remarqué au Petit conservatoire de la Chanson se hissa au hit-parade de Salut les copains puis fit l’Olympia au même programme que Sylvie Vartan. Magny y vole le show, et la vedette à la jeune chanteuse, remportant là un triomphe inattendu. Mais y’a comme erreur sur l’étiquette… Car son premier disque ne laisse place à aucune ambiguïté : si l’elliptique Mélocoton nous parle d’enfance, deux reprises de Bessie Smith signent le blues de Magny, et le quatrième titre ce qui sera la dominante de l’œuvre de cette dame : la politique. C’est Co-opération : « Lorsque l’humanité sera enfin sage / Nous passerons de la compétition dans l’individualisme / A l’individualité dans la co-opération. » Le ton est donné : jamais plus il ne variera. Son chemin était tout tracé dans le métier où elle serait la chanteuse Bleu blanc blues. Elle qui venait déjà de fuir le trajet trop balisé d’une carrière de fonctionnaire n’allait pas repiquer au truc et docilement (!) faire là où on le lui demandait. Qui matera Magny n’était pas, n’était plus né. Quitte à avoir un micro, autant gueuler et c’est ce qu’elle fit. Elle le paya au prix fort, mise en quarantaine et pour toujours des sunlights.

PIERRICK VIVARES

Claude Févre - Ȼôme / Pierrick Vivares, Oser encore… Plus loin…

Oser encore… Avec ce troisième album Pierrick Vivarès tente des  paris un peu fous. Regardons-le un instant aller de porte en porte, chanter une chanson chez de braves gens qui ne l’attendent pas. Chanson d’appartement, en vrai !

Regardons –le changer de nom, orienter plus encore son univers musical, déjà amorcé dans son EP, Ph[o]enix, vers l’approfondissement  ce que l’on peut nommer une quête identitaire. La sienne, la nôtre.

En somme il nous désoriente, offrant à nos oreilles et nos idées une forme de paradoxe. Quand l’habillage sonore électrique emprunte résolument aux sons pop rock, et que  le banjo comme la « lap steel » guitare ne sont pas loin de nous entraîner vers la country, résolument dansante, dynamique, énergique,  les textes, eux, ne cessent d’approfondir un cheminement intime, très intérieur, profond…

DAPHNE

Mandor - Daphné : interview pour Iris Extatis

Ça fait longtemps que je suis fasciné par le monde merveilleux de Daphné. Il me semble avoir été le tout premier journaliste musical à l’avoir interviewé pour son premier album, L’émeraude, pour le magazine des magasins Virgin. C’était en 2005. Elle était encore timide mais résolue. Déjà, son univers mystérieux et féerique m’envoûtait. Elle était habitée par une vision singulière comme on n'en entend que trop rarement. Sur ce premier disque, violoncelles et autres arrangements de cordes fantasmagoriques portaient une voix fragile, mélancolique et remuante qui délivrait des textes intenses. Cinq albums plus tard, Daphné reste la même… en mieux. Avec Iris Extatis, le charme continue d’opérer.

LEONARD LASRY

RFI - La ligne pop de Léonard Lasry

Grâce à un quatrième album foisonnant, Avant la première fois, le chanteur parisien semble avoir trouvé sa voie au large de la pop et de la variété orchestrée. Et quand il n’est pas derrière le micro, Léonard Lasry compose pour la mode et travaille pour la marque de lunettes qu’il dirige avec son frère aîné. Rencontre.

En ce mois de janvier, le Café de Flore est bien rempli. Léonard Lasry nous attend à l’étage, dans une salle plus au calme. Le chanteur est un habitué des lieux, où il vient parfois le matin. Si l’institution de Saint-Germain-des-Prés est désormais un repère pour les touristes en visite dans la capitale, elle dégage un charme suranné.

LES VICTOIRES DE LA MUSIQUE

Interminable et poussive, la 33e édition de la cérémonie a affirmé la domination de la culture hip hop sur la production française.

Le palmarès de ces Victoires de la musique marquera un tournant. On imaginait que celui-ci refléterait la disparition inéluctable des frontières entre les genres. Cela a été le cas, bien au-delà des prévisions. En 2018, le vote des professionnels aura été une leçon de représentativité accrue de la réalité des usages.

Après avoir circonscrit «les musiques urbaines» à une seule catégorie, de plus en plus décriée au fil des années, les suffrages leur ont donné une belle longueur d'avance.

33eme Victoires de la Musique 2018,
Bien sûr Michèle Bernard ou Monique Brun n’ont aucune chance d’être nommées Artistes de l’année aux Victoires de la… quoi ? de la Musique. La première a dû se contenter d’un plus confidentiel quoique très prestigieux Prix Charles-Cros 2016 du  meilleur album (pour la quatrième fois), après avoir aussi été récompensée en 2013 pour son spectacle. Cependant dans ce millésime nous trouvons nommés quelques artistes que nous suivons régulièrement ou remarquons au passage, tel Bernard Lavilliers, Gauvain Sers, Catherine Ringer, Mathieu Chedid, Aliose, Gaël Faye, Fishbach, Albin de la Simone, qui paraît bien étrange avec sa délicate chanson d’amour entre MC Solaar et les Brigitte… Même Orelsan et Lomepal en musique urbaine…
 
 
Le rappeur de 35 ans a remporté vendredi soir sur France 2 trois Victoires, dont celle de l'artiste de l'année, lors d'une cérémonie qui a également récompensé Charlotte Gainsbourg.
 
Et un, et deux, et trois trophées. Orelsan a fait un sans faute, vendredi soir, aux Victoires de la musique : artiste de l'année, clip de l'année et album de musiques urbaines, appellation pompeuse pour parler de rap, de hip-hop. Un style enfermé dans une case, une seule pendant longtemps, mais qui a défoncé des portes, est passé par la fenêtre pour être désormais partout.
 
 
Les 33e Victoires de la musique ont sacré le rap français et son nouveau chef de file Orelsan, auteur d’un triplé et désigné artiste masculin de l’année, vendredi lors d’une soirée dédiée à Johnny Hallyday qui a également couronné pour la première fois Charlotte Gainsbourg.

SERGE LAMA

Culturebox - Serge Lama à l'Olympia : "Je suis fragile, sur scène j'ai peur tous les soirs"

Serge Lama a repris la route pour une tournée qui passera par l'Olympia du 9 au 14 février. L'auteur de "Femmes, femmes, femmes" et de "Je suis malade" était l'invité de Laurent Delahousse dans 20h30 le dimanche. De la gloire aux Victoires de la musique, de l'accident à Brassens, Il revient sur les moments forts d'une carrière de plus de cinquante ans.

Serge Lama aura 75 ans le 11 février. Une date dans le calendrier qui n'altère pas son plaisir de chanter : "J'ai encore ce désir de chanter qui est un besoin viscéral chez moi et qui est lié au besoin d'écrire. J'écris tout le temps et il faut que ces chansons aillent quelque part. je suis le seul qui peut les porter."

LIMINANAS

RFI - The Limiñanas, la touche française

Adopté par l’Amérique underground, le rock à l’ancienne de The Limiñanas a séduit les Anglais de Primal Scream comme Anton Newcombe. Produit par le leader du Brian Jonestown Massacre, leur nouvel album, Shadow People, devrait encore faire grandir la notoriété du prolifique duo perpignanais. Guitare fuzz, parlé/chanté en français et culture rock’n’roll profondément ancrée, voilà la recette de l’un des groupes français les plus "fun" de l’époque.

JULIETTE

Culturebox - Juliette - "J'aime pas la chanson" : rencontre avec la drôle et caustique Juliette

A l'occasion de son passage à Toulouse, sa ville natale, la chanteuse Juliette est revenue pour nous sur sa carrière et son envie toujours intacte de composer, écrire et chanter. A 55 ans, elle perpétue la tradition de la chanson "rive gauche". Un style qui fait la part belle à l'humour, au piano et à la qualité de l'écriture. "J'aime pas la chanson" son nouvel album sort le 9 février 2018.

LOIC LANTOINE

Mandor - Loïc Lantoine et le Very Big Experimental Toubifri : interview pour l'album Nous

Grégoire Gensse, jeune homme d’à peine 30 ans est mort l’année dernière. Il était le compositeur du Cirque Plume. Il était aussi à la tête du Very Big Experimental Toubifri Orchestra, fanfare iconoclaste de dix-huit musiciens. Un jour Gensse a rencontré Loïc Lantoine… et l’osmose fut parfaite. En 2015, un spectacle autour de l’univers de ce dernier, mêlant d’anciennes et nouvelles chansons, tout en y ajoutant quelques morceaux inédits créés pour l’occasion, est né. Cette collaboration existe aussi désormais sur disque… et ça déménage !

BRUNO BREL

Nos Enchanteurs - Bruno Brel, retour de flammes

..... Il y a deux décennies, Bruno Brel, accueillant les chansons de son oncle au sein de son répertoire, nous parlait d’héritage et de descendance. L’héritage semble désormais digéré et on peut ne plus pouvoir faire la différence entre ce que chantait l’oncle et ce que chante désormais le neveu, ni dans l’intention ni dans l’intonation, la démonstration. Chassons de suite le mauvais procès instruit par les médiocres : non, un Brel ne clone ni ne singe l’autre, mais les gènes sont identiques et on n’y peut rien. Même si, aux yeux et aux oreilles des chroniqueurs et programmeurs qui ne savent fonctionner que par a priori, le procès est déjà bouclé, le verdict prononcé.

ALICE LEWIS

Télérama - Alice Lewis, Imposture

Passé l’agacement premier (encore une trentenaire qui recycle la pop des années 80 pour nous raconter ses galères amoureuses), on s’est senti gagné par une certaine mansuétude. Ou peut-être par l’habileté d’Alice Lewis. Car, au fond, elle n’est pas la pire représentante de cette vague néo-eighties qui s’étend sur la production française. Et elle, au moins, assume ses influences : autant du côté de Mylène Farmer (qu’il va bien falloir reconsidérer un jour ou l’autre) que des plus chics Elie et Jacno. Est-ce donc une « imposture » que ce disque ? Pas tant que cela…

OLIVIER RECH

Nos Enchanteurs - Olivier Rech, au cœur du monde

En l’appelant Engagé engageant, Olivier Rech nous avait prévenus : son album allait faire le tour de ses préoccupations, et tenter de faire la synthèse de toutes les causes auxquelles il est sensible, et pour lesquelles il s’est déjà impliqué dans sa vie d’homme et d’artiste. C’est le leitmotiv de sa première chanson, sur une musique folk plutôt dansante, Le monde a du souci. Engagements écologiques, défense du patrimoine, respect des animaux, soutien aux combats contre les maladies parsèment sa carrière. En quelque sorte mettre en chansons ses engagements, tout en gardant l’aménité qu’on lui connaît. C’est tâche difficile, si l’on veut que l’ensemble ne soit pas réductible à un ensemble de bons sentiments, ni à une suite de tracts militants.

 

lundi, 12 février 2018

Bruno Brel en concert

L'album du jour : Bruno Brel, L'esprit de Jacques

Bruno Brel "Chante Marieke"

Présentation DVD Bruno Brel

dimanche, 11 février 2018

Un concert de Bruno Brel

mercredi, 18 octobre 2017

Nos Enchanteurs - Plus qu’un carton, Brel fait une cartonnerie !

C’est une franchise familiale à peu de succursales. Le siège social doit se trouver aux Marquises ou à Bruxelles. En Picardie peut-être, que le neveu chante comme s’il s’agissait de l’extension du plat pays. Celui de l’oncle Jacques. C’est beau, c’est beau, même sans lui. Ils ont le même accent, le même timbre, la même fougue, portée par une voix impétueuse, un peu des mêmes rêves aussi. C’est l’héritage, la descendance. Voir l’un n’est pas seulement se consoler de ne pas avoir vu l’autre, c’est prolonger l’aventure, le désir, le plaisir. C’est repartir pour un tour…

Lire la suite
__________________
__________________