Web Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juillet 2017

Monsieur Lune - Deuxième Génération

L'actualité de la chanson française du 23 au 30 juin

Les artistes de l'été : Georges Chelon et Barbara

La playlist de l'été : la scène lyonnaise, de Frédéric Bobin à Benjamin Biolay, de Michèle Bernard à Carmen Maria Vega

Le clip de la semaine : Lavilliers, Croisières méditeranéennes

Les artistes de la semaine : Circé Deslandes, Monsieur Lune, Anita Farmine....

Les vidéos du mois : Chansons en Avignon avec les artistes du Off 2017

L'album de la semaine : Monsieur Lune, Un Renaud pour moi tout seul

AMELIE LES CRAYONS

Nos Enchanteurs - Amélie-les-crayons : à nouveau frôler la perfection

Amélie-les-crayons est décidemment à part dans la chanson, à contre-courant de tout ce qui se fait. À elle seule elle y fait niche. Et singulière et agréable marge. Il y a en elle la résurgence d’une chanson traditionnelle (ça crève l’écran ne serait-ce qu’à l’écoute du Vent dans les éoliennes ou de ce Mille ponts, très « yacoubien » dans le sujet, l’écriture et l’interprétation). Pas tout à fait bien sûr, car pas polie par la transmission, encore que (c’est un de ses thèmes de prédilection), mais qui en a souvent la sagesse, l’inspiration et, au final, l’élégante et superbe patine.

Claude Fèvre - Amélie – les – crayons, la magie du bal des vivants

Aux premières heures de l’été, quand la Fête de la musique a laissé ses effluves, son haleine brûlante, voilà que vous arrive un album comme un souffle d’air frais.

Il est blanc, juste illustré de traits de crayons pastel. La couverture offre l’image d’une fille accroupie à tête d’oiseau de profil, bras écartés comme pour mieux s’envoler ou danser. Des petites  plumes – des feuilles ? – s’envolent. Les lettres majuscules « AMELIE – LES – CRAYONS » traversent le dessin et le titre Mille ponts d’un gris pâle se devine à peine. A l’intérieur, le livret n’est qu’une seule page de papier glacé, pliée au format carré de la pochette. Le graphisme du fidèle Samuel Ribeyron offre toujours, dans les mêmes tons de douceur,  les branches d’un arbre où s’est perchée une ribambelle de personnages à corps de garçons et de filles et à têtes d’animaux : renard, hibou, cerf, sanglier, singe, chat, chien, antilope… et l’oiseau de la couverture. Tout ce petit monde semble deviser gentiment, joignant le geste à la parole.

MONSIEUR LUNE

RFI - Monsieur Lune satellise Renaud

Voilà un disque qui devrait réconcilier ceux qui avaient goûté que très modérément aux disques hommage consacrés à Renaud. Les onze reprises réussies de Nicolas Pantalacci, alias Monsieur Lune, s'inscrivent dans une veine uniquement sociétale et permettent de redécouvrir des titres plus confidentiels de cette figure majeure de la chanson française.

Nos Enchanteurs - Monsieur Lune : un disque de Renaud à lui tout seul

.... Monsieur Lune (Nicolas Pantalacci, de son vrai blaze) ne fait pas semblant. Tout nous renvoie à ce fameux Un Olympia pour moi tout seul de janvier 1982, tant le titre de l’album que son visuel avec ce fameux totem qu’est le bandana rouge : tout pour bien identifier la démarche. Qui plus est la voix de Monsieur Lune n’est pas bien éloignée de celle de Séchan, avec ce voile qui pour le coup fait gage d’authenticité. Un timbre juste un peu plus lumineux (c’est imperceptible, mais) et plus « jeune » que l’original dans sa meilleure période.

GERALD GENTY

Hexagone - Gérald Genty à l’Essaïon

Il arrive grotesquement caché sous un drap noir, effet fantômatico-pathétique de film fauché. Au sol, des ustensiles qui serviront de bruitages pouêt-pouêt en cours de spectacle. Un landau branlant relié à des câbles dissimule mal un synthétiseur-jouet. Au mur, un collage doré de couronnes de galette des rois encadre une photo rapiécée de notre humble héros en compositeur Deutsch Gramophone. La première chanson (« Une fois rangé mon appartement, il a l’air dix fois plus grand ») donne le ton : en 1h30, le chanteur va transformer la petite salle en chaudron incandescent, faire de ses bouts-de-ficelle une symphonie en gags majeurs.

ANITA FARMINE

Nos Enchanteurs - Anita Farmine, femme du monde en liberté

Next est l’album éclectique d’une franco-iranienne sous multiples influences. D’abord sa culture d’origine et celle française, à partir de ses sept ans. Puis la musique anglo-saxonne, du jazz au reggae en passant par la pop. La culture africaine enfin, plus par ses concerts au Mali et au Burkina Faso que par son séjour en Algérie, fuyant l’Iran des ayatollahs. C’est dire si le terme musique du monde lui convient particulièrement.

SARATOGA

RFI - Saratoga, séduction par la douceur

Le duo de chanson folk Saratoga tourne sans cesse depuis la parution de Fleur l’automne dernier. Retour sur ce premier album chaleureux et sur la formule de concert épurée qui ne cesse de faire ses preuves, au Québec comme en France.

Rencontré avant son spectacle aux Francofolies (à la 5e Salle de la Place des arts, en programme double avec Albin de la Simone), et peu avant de prendre la route pour le Festival de la chanson de Tadoussac, le musicien et écrivain Michel-Olivier Gasse se montre à la fois ravi et étonné de l’accueil réservé au projet musical qu’il a formé avec sa "blonde", l’auteur-compositrice-interprète Chantal Archambault, en 2015.

BABX

Nos Enchanteurs - Babx, là-haut, tout là-haut !

.... Disque exigeant que celui-là. Qui flirte avec le free-jazz mais dans une formule dépouillée s’articulant autour du piano-voix. Appelant même la légende du sax Archie Shepp à la rescousse, pour un ultime morceau en liberté. Nous sommes loin des standards pop ou du rock rentre-dedans. Pas de révolte ou de colère tonitruante, mais des larmes contenues. Pas de battements de pieds trépignants, mais une mélancolie noire, une tristesse digne, une foi dans la vie, une spiritualité bienveillante.

RONAN

Claude Fèvre - Ronan, élégies du passager solitaire

Voici un album contre vents et marées, contre déferlante « pop –folk – électro » qui parfois laisserait croire qu’elle peut tout emporter… Et pourtant, certains tracent leur chemin coûte que coûte, écrivent, mettent en musique des textes qui sont empreints d’une haute tradition poétique qui les inspire. Ronan Le Guennec est de ceux-là.

Son nom et son prénom, éminemment celtes, s’harmonisent étrangement avec son  visage, avec la profondeur de son regard, avec sa réserve, quand il vous aborde, et surtout avec sa voix et son chant qui pourraient rappeler par instants ceux de Serge Reggiani. Seule la prononciation de certains vocables dénonce une longue fréquentation de terres occitanes.

CIRCE DESLANDES

Baptiste Vignol - Les élans de Circé

...... Circé Deslandes n'a pas la reconnaissance que ses audaces et son talent méritent. Elle est pourtant la chanteuse française la plus poétique-fertile-dingue et neuve des années récentes. L'écouter, c'est partir en plongée, équipé d'un scaphandrier, au cœur d'une féminité mise à nue. 

CALI

Nos Enchanteurs - Cali : pensons à l’avenir, bébé

..... Il y a foule devant la grande scène dressée face à l’église, place du Breuil. C’est fête de la musique et chaque année voit une grande vedette y participer. Ce jeudi, c’est Cali. Toutes les générations sont présentes, même si les quadras et les quinquas prédominent. Même de tout jeunes enfants, dans des poussettes : juste devant la sono, c’est pas bien malin, les bouchons d’oreille n’existent pas en taille nourrisson.

lundi, 03 juillet 2017

L'actualité de la chanson française du 23 au 30 juin

Les artistes de l'été : Georges Chelon et Barbara

La playlist de l'été : la scène lyonnaise, de Frédéric Bobin à Benjamin Biolay, de Michèle Bernard à Carmen Maria Vega

Le clip de la semaine : Lavilliers, Croisières méditeranéennes

Les artistes de la semaine : Circé Deslandes, Monsieur Lune, Anita Farmine....

Les vidéos du mois : Chansons en Avignon avec les artistes du Off 2017

L'album de la semaine : Monsieur Lune, Un Renaud pour moi tout seul

AMELIE LES CRAYONS

Nos Enchanteurs - Amélie-les-crayons : à nouveau frôler la perfection

Amélie-les-crayons est décidemment à part dans la chanson, à contre-courant de tout ce qui se fait. À elle seule elle y fait niche. Et singulière et agréable marge. Il y a en elle la résurgence d’une chanson traditionnelle (ça crève l’écran ne serait-ce qu’à l’écoute du Vent dans les éoliennes ou de ce Mille ponts, très « yacoubien » dans le sujet, l’écriture et l’interprétation). Pas tout à fait bien sûr, car pas polie par la transmission, encore que (c’est un de ses thèmes de prédilection), mais qui en a souvent la sagesse, l’inspiration et, au final, l’élégante et superbe patine.

Claude Fèvre - Amélie – les – crayons, la magie du bal des vivants

Aux premières heures de l’été, quand la Fête de la musique a laissé ses effluves, son haleine brûlante, voilà que vous arrive un album comme un souffle d’air frais.

Il est blanc, juste illustré de traits de crayons pastel. La couverture offre l’image d’une fille accroupie à tête d’oiseau de profil, bras écartés comme pour mieux s’envoler ou danser. Des petites  plumes – des feuilles ? – s’envolent. Les lettres majuscules « AMELIE – LES – CRAYONS » traversent le dessin et le titre Mille ponts d’un gris pâle se devine à peine. A l’intérieur, le livret n’est qu’une seule page de papier glacé, pliée au format carré de la pochette. Le graphisme du fidèle Samuel Ribeyron offre toujours, dans les mêmes tons de douceur,  les branches d’un arbre où s’est perchée une ribambelle de personnages à corps de garçons et de filles et à têtes d’animaux : renard, hibou, cerf, sanglier, singe, chat, chien, antilope… et l’oiseau de la couverture. Tout ce petit monde semble deviser gentiment, joignant le geste à la parole.

MONSIEUR LUNE

RFI - Monsieur Lune satellise Renaud

Voilà un disque qui devrait réconcilier ceux qui avaient goûté que très modérément aux disques hommage consacrés à Renaud. Les onze reprises réussies de Nicolas Pantalacci, alias Monsieur Lune, s'inscrivent dans une veine uniquement sociétale et permettent de redécouvrir des titres plus confidentiels de cette figure majeure de la chanson française.

Nos Enchanteurs - Monsieur Lune : un disque de Renaud à lui tout seul

.... Monsieur Lune (Nicolas Pantalacci, de son vrai blaze) ne fait pas semblant. Tout nous renvoie à ce fameux Un Olympia pour moi tout seul de janvier 1982, tant le titre de l’album que son visuel avec ce fameux totem qu’est le bandana rouge : tout pour bien identifier la démarche. Qui plus est la voix de Monsieur Lune n’est pas bien éloignée de celle de Séchan, avec ce voile qui pour le coup fait gage d’authenticité. Un timbre juste un peu plus lumineux (c’est imperceptible, mais) et plus « jeune » que l’original dans sa meilleure période.

GERALD GENTY

Hexagone - Gérald Genty à l’Essaïon

Il arrive grotesquement caché sous un drap noir, effet fantômatico-pathétique de film fauché. Au sol, des ustensiles qui serviront de bruitages pouêt-pouêt en cours de spectacle. Un landau branlant relié à des câbles dissimule mal un synthétiseur-jouet. Au mur, un collage doré de couronnes de galette des rois encadre une photo rapiécée de notre humble héros en compositeur Deutsch Gramophone. La première chanson (« Une fois rangé mon appartement, il a l’air dix fois plus grand ») donne le ton : en 1h30, le chanteur va transformer la petite salle en chaudron incandescent, faire de ses bouts-de-ficelle une symphonie en gags majeurs.

ANITA FARMINE

Nos Enchanteurs - Anita Farmine, femme du monde en liberté

Next est l’album éclectique d’une franco-iranienne sous multiples influences. D’abord sa culture d’origine et celle française, à partir de ses sept ans. Puis la musique anglo-saxonne, du jazz au reggae en passant par la pop. La culture africaine enfin, plus par ses concerts au Mali et au Burkina Faso que par son séjour en Algérie, fuyant l’Iran des ayatollahs. C’est dire si le terme musique du monde lui convient particulièrement.

SARATOGA

RFI - Saratoga, séduction par la douceur

Le duo de chanson folk Saratoga tourne sans cesse depuis la parution de Fleur l’automne dernier. Retour sur ce premier album chaleureux et sur la formule de concert épurée qui ne cesse de faire ses preuves, au Québec comme en France.

Rencontré avant son spectacle aux Francofolies (à la 5e Salle de la Place des arts, en programme double avec Albin de la Simone), et peu avant de prendre la route pour le Festival de la chanson de Tadoussac, le musicien et écrivain Michel-Olivier Gasse se montre à la fois ravi et étonné de l’accueil réservé au projet musical qu’il a formé avec sa "blonde", l’auteur-compositrice-interprète Chantal Archambault, en 2015.

BABX

Nos Enchanteurs - Babx, là-haut, tout là-haut !

.... Disque exigeant que celui-là. Qui flirte avec le free-jazz mais dans une formule dépouillée s’articulant autour du piano-voix. Appelant même la légende du sax Archie Shepp à la rescousse, pour un ultime morceau en liberté. Nous sommes loin des standards pop ou du rock rentre-dedans. Pas de révolte ou de colère tonitruante, mais des larmes contenues. Pas de battements de pieds trépignants, mais une mélancolie noire, une tristesse digne, une foi dans la vie, une spiritualité bienveillante.

RONAN

Claude Fèvre - Ronan, élégies du passager solitaire

Voici un album contre vents et marées, contre déferlante « pop –folk – électro » qui parfois laisserait croire qu’elle peut tout emporter… Et pourtant, certains tracent leur chemin coûte que coûte, écrivent, mettent en musique des textes qui sont empreints d’une haute tradition poétique qui les inspire. Ronan Le Guennec est de ceux-là.

Son nom et son prénom, éminemment celtes, s’harmonisent étrangement avec son  visage, avec la profondeur de son regard, avec sa réserve, quand il vous aborde, et surtout avec sa voix et son chant qui pourraient rappeler par instants ceux de Serge Reggiani. Seule la prononciation de certains vocables dénonce une longue fréquentation de terres occitanes.

CIRCE DESLANDES

Baptiste Vignol - Les élans de Circé

...... Circé Deslandes n'a pas la reconnaissance que ses audaces et son talent méritent. Elle est pourtant la chanteuse française la plus poétique-fertile-dingue et neuve des années récentes. L'écouter, c'est partir en plongée, équipé d'un scaphandrier, au cœur d'une féminité mise à nue. 

CALI

Nos Enchanteurs - Cali : pensons à l’avenir, bébé

..... Il y a foule devant la grande scène dressée face à l’église, place du Breuil. C’est fête de la musique et chaque année voit une grande vedette y participer. Ce jeudi, c’est Cali. Toutes les générations sont présentes, même si les quadras et les quinquas prédominent. Même de tout jeunes enfants, dans des poussettes : juste devant la sono, c’est pas bien malin, les bouchons d’oreille n’existent pas en taille nourrisson.

dimanche, 02 juillet 2017

L'album de la semaine - Monsieur Lune, Un Renaud pour moi tout seul

L'actualité de la chanson française du 23 au 30 juin

Les artistes de l'été : Georges Chelon et Barbara

Les artistes de la semaine : Circé Deslandes, Monsieur Lune, Anita Farmine....

Les vidéos du mois : Chansons en Avignon avec les artistes du Off 2017

Le clip de la fin de semaine - Camille Hardouin, Ma retenue

L'album de la semaine : Monsieur Lune, Un Renaud pour moi tout seul

Le concert de la fin de semaine : Le pont des artistes #16 - Paris combo / Soan / Camille Hardouin

CIRCE DESLANDES

Baptiste Vignol - Les élans de Circé

...... Circé Deslandes n'a pas la reconnaissance que ses audaces et son talent méritent. Elle est pourtant la chanteuse française la plus poétique-fertile-dingue et neuve des années récentes. L'écouter, c'est partir en plongée, équipé d'un scaphandrier, au cœur d'une féminité mise à nue. 

AMELIE LES CRAYONS

Nos Enchanteurs - Amélie-les-crayons : à nouveau frôler la perfection

Amélie-les-crayons est décidemment à part dans la chanson, à contre-courant de tout ce qui se fait. À elle seule elle y fait niche. Et singulière et agréable marge. Il y a en elle la résurgence d’une chanson traditionnelle (ça crève l’écran ne serait-ce qu’à l’écoute du Vent dans les éoliennes ou de ce Mille ponts, très « yacoubien » dans le sujet, l’écriture et l’interprétation). Pas tout à fait bien sûr, car pas polie par la transmission, encore que (c’est un de ses thèmes de prédilection), mais qui en a souvent la sagesse, l’inspiration et, au final, l’élégante et superbe patine.

Claude Fèvre - Amélie – les – crayons, la magie du bal des vivants

Aux premières heures de l’été, quand la Fête de la musique a laissé ses effluves, son haleine brûlante, voilà que vous arrive un album comme un souffle d’air frais.

Il est blanc, juste illustré de traits de crayons pastel. La couverture offre l’image d’une fille accroupie à tête d’oiseau de profil, bras écartés comme pour mieux s’envoler ou danser. Des petites  plumes – des feuilles ? – s’envolent. Les lettres majuscules « AMELIE – LES – CRAYONS » traversent le dessin et le titre Mille ponts d’un gris pâle se devine à peine. A l’intérieur, le livret n’est qu’une seule page de papier glacé, pliée au format carré de la pochette. Le graphisme du fidèle Samuel Ribeyron offre toujours, dans les mêmes tons de douceur,  les branches d’un arbre où s’est perchée une ribambelle de personnages à corps de garçons et de filles et à têtes d’animaux : renard, hibou, cerf, sanglier, singe, chat, chien, antilope… et l’oiseau de la couverture. Tout ce petit monde semble deviser gentiment, joignant le geste à la parole.

MONSIEUR LUNE

RFI - Monsieur Lune satellise Renaud

Voilà un disque qui devrait réconcilier ceux qui avaient goûté que très modérément aux disques hommage consacrés à Renaud. Les onze reprises réussies de Nicolas Pantalacci, alias Monsieur Lune, s'inscrivent dans une veine uniquement sociétale et permettent de redécouvrir des titres plus confidentiels de cette figure majeure de la chanson française.

Nos Enchanteurs - Monsieur Lune : un disque de Renaud à lui tout seul

.... Monsieur Lune (Nicolas Pantalacci, de son vrai blaze) ne fait pas semblant. Tout nous renvoie à ce fameux Un Olympia pour moi tout seul de janvier 1982, tant le titre de l’album que son visuel avec ce fameux totem qu’est le bandana rouge : tout pour bien identifier la démarche. Qui plus est la voix de Monsieur Lune n’est pas bien éloignée de celle de Séchan, avec ce voile qui pour le coup fait gage d’authenticité. Un timbre juste un peu plus lumineux (c’est imperceptible, mais) et plus « jeune » que l’original dans sa meilleure période.

GERALD GENTY

Hexagone - Gérald Genty à l’Essaïon

Il arrive grotesquement caché sous un drap noir, effet fantômatico-pathétique de film fauché. Au sol, des ustensiles qui serviront de bruitages pouêt-pouêt en cours de spectacle. Un landau branlant relié à des câbles dissimule mal un synthétiseur-jouet. Au mur, un collage doré de couronnes de galette des rois encadre une photo rapiécée de notre humble héros en compositeur Deutsch Gramophone. La première chanson (« Une fois rangé mon appartement, il a l’air dix fois plus grand ») donne le ton : en 1h30, le chanteur va transformer la petite salle en chaudron incandescent, faire de ses bouts-de-ficelle une symphonie en gags majeurs.

ANITA FARMINE

Nos Enchanteurs - Anita Farmine, femme du monde en liberté

Next est l’album éclectique d’une franco-iranienne sous multiples influences. D’abord sa culture d’origine et celle française, à partir de ses sept ans. Puis la musique anglo-saxonne, du jazz au reggae en passant par la pop. La culture africaine enfin, plus par ses concerts au Mali et au Burkina Faso que par son séjour en Algérie, fuyant l’Iran des ayatollahs. C’est dire si le terme musique du monde lui convient particulièrement.

SARATOGA

RFI - Saratoga, séduction par la douceur

Le duo de chanson folk Saratoga tourne sans cesse depuis la parution de Fleur l’automne dernier. Retour sur ce premier album chaleureux et sur la formule de concert épurée qui ne cesse de faire ses preuves, au Québec comme en France.

Rencontré avant son spectacle aux Francofolies (à la 5e Salle de la Place des arts, en programme double avec Albin de la Simone), et peu avant de prendre la route pour le Festival de la chanson de Tadoussac, le musicien et écrivain Michel-Olivier Gasse se montre à la fois ravi et étonné de l’accueil réservé au projet musical qu’il a formé avec sa "blonde", l’auteur-compositrice-interprète Chantal Archambault, en 2015.

BABX

Nos Enchanteurs - Babx, là-haut, tout là-haut !

.... Disque exigeant que celui-là. Qui flirte avec le free-jazz mais dans une formule dépouillée s’articulant autour du piano-voix. Appelant même la légende du sax Archie Shepp à la rescousse, pour un ultime morceau en liberté. Nous sommes loin des standards pop ou du rock rentre-dedans. Pas de révolte ou de colère tonitruante, mais des larmes contenues. Pas de battements de pieds trépignants, mais une mélancolie noire, une tristesse digne, une foi dans la vie, une spiritualité bienveillante.

RONAN

Claude Fèvre - Ronan, élégies du passager solitaire

Voici un album contre vents et marées, contre déferlante « pop –folk – électro » qui parfois laisserait croire qu’elle peut tout emporter… Et pourtant, certains tracent leur chemin coûte que coûte, écrivent, mettent en musique des textes qui sont empreints d’une haute tradition poétique qui les inspire. Ronan Le Guennec est de ceux-là.

Son nom et son prénom, éminemment celtes, s’harmonisent étrangement avec son  visage, avec la profondeur de son regard, avec sa réserve, quand il vous aborde, et surtout avec sa voix et son chant qui pourraient rappeler par instants ceux de Serge Reggiani. Seule la prononciation de certains vocables dénonce une longue fréquentation de terres occitanes.

CALI

Nos Enchanteurs - Cali : pensons à l’avenir, bébé

..... Il y a foule devant la grande scène dressée face à l’église, place du Breuil. C’est fête de la musique et chaque année voit une grande vedette y participer. Ce jeudi, c’est Cali. Toutes les générations sont présentes, même si les quadras et les quinquas prédominent. Même de tout jeunes enfants, dans des poussettes : juste devant la sono, c’est pas bien malin, les bouchons d’oreille n’existent pas en taille nourrisson.

vendredi, 30 juin 2017

L'actualité de la chanson française du 23 au 30 juin

Les artistes de l'été : Georges Chelon et Barbara

Les artistes de la semaine : Circé Deslandes, Monsieur Lune, Anita Farmine....

Les vidéos du mois : Chansons en Avignon avec les artistes du Off 2017

Le clip de la fin de semaine - Camille Hardouin, Ma retenue

L'album de la semaine : Monsieur Lune, Un Renaud pour moi tout seul

Le concert de la fin de semaine : Le pont des artistes #16 - Paris combo / Soan / Camille Hardouin

CIRCE DESLANDES

Baptiste Vignol - Les élans de Circé

...... Circé Deslandes n'a pas la reconnaissance que ses audaces et son talent méritent. Elle est pourtant la chanteuse française la plus poétique-fertile-dingue et neuve des années récentes. L'écouter, c'est partir en plongée, équipé d'un scaphandrier, au cœur d'une féminité mise à nue. 

AMELIE LES CRAYONS

Nos Enchanteurs - Amélie-les-crayons : à nouveau frôler la perfection

Amélie-les-crayons est décidemment à part dans la chanson, à contre-courant de tout ce qui se fait. À elle seule elle y fait niche. Et singulière et agréable marge. Il y a en elle la résurgence d’une chanson traditionnelle (ça crève l’écran ne serait-ce qu’à l’écoute du Vent dans les éoliennes ou de ce Mille ponts, très « yacoubien » dans le sujet, l’écriture et l’interprétation). Pas tout à fait bien sûr, car pas polie par la transmission, encore que (c’est un de ses thèmes de prédilection), mais qui en a souvent la sagesse, l’inspiration et, au final, l’élégante et superbe patine.

Claude Fèvre - Amélie – les – crayons, la magie du bal des vivants

Aux premières heures de l’été, quand la Fête de la musique a laissé ses effluves, son haleine brûlante, voilà que vous arrive un album comme un souffle d’air frais.

Il est blanc, juste illustré de traits de crayons pastel. La couverture offre l’image d’une fille accroupie à tête d’oiseau de profil, bras écartés comme pour mieux s’envoler ou danser. Des petites  plumes – des feuilles ? – s’envolent. Les lettres majuscules « AMELIE – LES – CRAYONS » traversent le dessin et le titre Mille ponts d’un gris pâle se devine à peine. A l’intérieur, le livret n’est qu’une seule page de papier glacé, pliée au format carré de la pochette. Le graphisme du fidèle Samuel Ribeyron offre toujours, dans les mêmes tons de douceur,  les branches d’un arbre où s’est perchée une ribambelle de personnages à corps de garçons et de filles et à têtes d’animaux : renard, hibou, cerf, sanglier, singe, chat, chien, antilope… et l’oiseau de la couverture. Tout ce petit monde semble deviser gentiment, joignant le geste à la parole.

MONSIEUR LUNE

RFI - Monsieur Lune satellise Renaud

Voilà un disque qui devrait réconcilier ceux qui avaient goûté que très modérément aux disques hommage consacrés à Renaud. Les onze reprises réussies de Nicolas Pantalacci, alias Monsieur Lune, s'inscrivent dans une veine uniquement sociétale et permettent de redécouvrir des titres plus confidentiels de cette figure majeure de la chanson française.

Nos Enchanteurs - Monsieur Lune : un disque de Renaud à lui tout seul

.... Monsieur Lune (Nicolas Pantalacci, de son vrai blaze) ne fait pas semblant. Tout nous renvoie à ce fameux Un Olympia pour moi tout seul de janvier 1982, tant le titre de l’album que son visuel avec ce fameux totem qu’est le bandana rouge : tout pour bien identifier la démarche. Qui plus est la voix de Monsieur Lune n’est pas bien éloignée de celle de Séchan, avec ce voile qui pour le coup fait gage d’authenticité. Un timbre juste un peu plus lumineux (c’est imperceptible, mais) et plus « jeune » que l’original dans sa meilleure période.

GERALD GENTY

Hexagone - Gérald Genty à l’Essaïon

Il arrive grotesquement caché sous un drap noir, effet fantômatico-pathétique de film fauché. Au sol, des ustensiles qui serviront de bruitages pouêt-pouêt en cours de spectacle. Un landau branlant relié à des câbles dissimule mal un synthétiseur-jouet. Au mur, un collage doré de couronnes de galette des rois encadre une photo rapiécée de notre humble héros en compositeur Deutsch Gramophone. La première chanson (« Une fois rangé mon appartement, il a l’air dix fois plus grand ») donne le ton : en 1h30, le chanteur va transformer la petite salle en chaudron incandescent, faire de ses bouts-de-ficelle une symphonie en gags majeurs.

ANITA FARMINE

Nos Enchanteurs - Anita Farmine, femme du monde en liberté

Next est l’album éclectique d’une franco-iranienne sous multiples influences. D’abord sa culture d’origine et celle française, à partir de ses sept ans. Puis la musique anglo-saxonne, du jazz au reggae en passant par la pop. La culture africaine enfin, plus par ses concerts au Mali et au Burkina Faso que par son séjour en Algérie, fuyant l’Iran des ayatollahs. C’est dire si le terme musique du monde lui convient particulièrement.

SARATOGA

RFI - Saratoga, séduction par la douceur

Le duo de chanson folk Saratoga tourne sans cesse depuis la parution de Fleur l’automne dernier. Retour sur ce premier album chaleureux et sur la formule de concert épurée qui ne cesse de faire ses preuves, au Québec comme en France.

Rencontré avant son spectacle aux Francofolies (à la 5e Salle de la Place des arts, en programme double avec Albin de la Simone), et peu avant de prendre la route pour le Festival de la chanson de Tadoussac, le musicien et écrivain Michel-Olivier Gasse se montre à la fois ravi et étonné de l’accueil réservé au projet musical qu’il a formé avec sa "blonde", l’auteur-compositrice-interprète Chantal Archambault, en 2015.

BABX

Nos Enchanteurs - Babx, là-haut, tout là-haut !

.... Disque exigeant que celui-là. Qui flirte avec le free-jazz mais dans une formule dépouillée s’articulant autour du piano-voix. Appelant même la légende du sax Archie Shepp à la rescousse, pour un ultime morceau en liberté. Nous sommes loin des standards pop ou du rock rentre-dedans. Pas de révolte ou de colère tonitruante, mais des larmes contenues. Pas de battements de pieds trépignants, mais une mélancolie noire, une tristesse digne, une foi dans la vie, une spiritualité bienveillante.

RONAN

Claude Fèvre - Ronan, élégies du passager solitaire

Voici un album contre vents et marées, contre déferlante « pop –folk – électro » qui parfois laisserait croire qu’elle peut tout emporter… Et pourtant, certains tracent leur chemin coûte que coûte, écrivent, mettent en musique des textes qui sont empreints d’une haute tradition poétique qui les inspire. Ronan Le Guennec est de ceux-là.

Son nom et son prénom, éminemment celtes, s’harmonisent étrangement avec son  visage, avec la profondeur de son regard, avec sa réserve, quand il vous aborde, et surtout avec sa voix et son chant qui pourraient rappeler par instants ceux de Serge Reggiani. Seule la prononciation de certains vocables dénonce une longue fréquentation de terres occitanes.

CALI

Nos Enchanteurs - Cali : pensons à l’avenir, bébé

..... Il y a foule devant la grande scène dressée face à l’église, place du Breuil. C’est fête de la musique et chaque année voit une grande vedette y participer. Ce jeudi, c’est Cali. Toutes les générations sont présentes, même si les quadras et les quinquas prédominent. Même de tout jeunes enfants, dans des poussettes : juste devant la sono, c’est pas bien malin, les bouchons d’oreille n’existent pas en taille nourrisson.

jeudi, 13 avril 2017

L'actualité de la chanson française du 31 mars au 6 avril

Les artistes de la semaine : Mendelson, Gérard Delahaye, Cora Vaucaire, Carme Maria Vega, De Calm, Juliette Armanet, Da Silva ....
 
L'album du jour : Petite Amie par Juliette Armanet
 
L'album de la semaine : Carmen Maria Vega, Santa Maria
 
Le clip de la semaine : Camille - Fontaine de lait
 
JULIETTE ARMANET
 
 
Son premier album, “Petite amie”, est un coup de force. Portrait de l’une des tenantes de la nouvelle garde de la chanson française.
 
Récemment, Juliette Armanet a mis de l’ordre dans ses papiers. Elle est retombée sur des lettres, des petits mots accumulés depuis l’adolescence, lorsqu’elle vivait encore dans une maison de la banlieue de Lille avec ses parents et ses deux grands frères.
 
CARMEN MARIA VEGA

Francofans - Carmen Maria Vega à Lyon : la star est de retour, Par Yves Le Pape

Il y a quelques semaines Carmen Maria Vega était remontée sur la scène de ses débuts lyonnais. Elle était venue à A Thou Bout d'Chant pour participer en toute discrétion au spectacle que ses amis lyonnais avaient monté pour faire connaître le répertoire de Mathieu Côte, mort si jeune à 30 ans. Elle était de retour tout récemment, à l'affiche du festival des Chants de Mars, dans le cadre de la tournée de présentation de son nouvel album annoncé pour le 7 avril. Sur la scène du Transbordeur elle était accompagnée du seul Kim Giani, qui a réalisé avec elle Santa Maria, cet album.

Le Progrès - Carmen Maria Vega se raconte... grave

Sur son 3e album, la chanteuse lyonnaise évoque ses origines personnelles, d’un trafic d’enfants au Guatemala à l’adoption à Lyon. Un sujet grave, mais un disque solaire et réussi.

RFI - Carmen Maria Vega, Santa Maria de la résilience

Après avoir incarné le rôle-titre de la comédie musicale Mistinguett en 2014, la chanteuse électrique est de retour à son répertoire avec Santa Maria, un troisième album de chansons originales qui s’articulent autour de la thématique de l’identité, et font écho à sa propre histoire.

USAParis - Carmen Maria Vega divine allumeuse avec Santa Maria ! #livereport

 
Ce mardi, aux alentours de 20h, une longue file d’attente remonte la rue des Martyrs. Le public parisien est venu nombreux pour célébrer la sortie de l’album Santa Maria de Carmen Maria Vega au Divan du Monde. Il faut dire que cet album était très attendu. Début 2016, la chanteuse présente ses nouveaux titres lors de sa tournée Ultra Vega, mais ce n’est que le 7 avril de cette année que l’album sortira. Carmen aime roder ses chansons avant de les enregistrer. Et puis c’est une artiste qu’il faut absolument découvrir sur scène !
 
CORA VAUCAIRE

Télérama - Récital au Théâtre de la Ville, Cora Vaucaire

Un enregistrement public de 1973 remet en lumière la voix claire et le répertoire hors mode de Cora Vaucaire.

Née aux derniers soubresauts de la Grande Guerre, elle fut l'une des grandes « diseuses » des années 50 et 60. Celle qui créa Trois Petites Notes de musique, La Complainte de la Butte. Et qui, sans doute, chanta la première Les Feuilles mortes sur scène. « La Dame blanche » de Saint-Germain-des-Prés, disait-on - à l'inverse d'une Gréco, toujours vêtue de noir. Mais il n'y a pas que la couleur du vêtement qui les distinguait : Gréco la théâtrale a toujours imposé sa présence par la force d'un charisme presque viril. Vaucaire la délicate n'a jamais rien imposé : son pouvoir était intérieur. Elle avait le don de faire venir à elle ceux qui l'écoutaient, animée par une grâce qu'elle leur transmettait un peu à la manière de la Barbara des débuts.

RENAUD
 
 
Ils ont l’âge des artères de celui qui fut, non forcément leur idole, un compagnon de vie. Avoir eu vingt ans quand il chantait Hexagone, ça vous fait bien dans les soixante à présent. Y’en a un p’tit peu plus, m’sieur dame, j’vous le laisse ? C’est ce public-là qui est présent et aucun autre, pas un jeune, pas un. Pas un de ceux qui bondent et blindent les Zéniths de ce chanteur triomphant mais finissant qui, pour l’heure, se consomme et se consume, nouveau culte païen, veau d’or commercial dont on ne comprend plus le traître mot.
 
CAMILLE
 
 
Des images nous arrivaient. D'elle, dans un monastère. Recouverte d'un tissu. Décoiffée par le vent. Charnelle et vivante. Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça. Rester moderne dans de vieilles pierres. Dont la surface est mouchetée d'un lichen sombre. Se souvenir de la Roche-Charles... Ne pas chanter pour tromper ses regrets ni remâcher ses rêves.

DA SILVA
 
 
Les premières ritournelles sous tension sont loin : le 6e album de Da Silva a l’amplitude symphonique et l’écriture renouvelée
 
Une petite salle de 80 places dans le centre de Bastia pour le beau festival des Musicales. Nous sommes au début des années 2000 et Emmanuel Da Silva donne le premier concert de sa carrière. Dans un délicat format minimaliste où les cordes d’un ukulélé ou d’une guitare se détachent avec cette voix au puissant chuchotement, on ne soupçonne guère le passé punk-électro du gars, via les projets Punishment Park ou Mitsu.
 
MENDELSON
 
 

.... Chansons politiques donc, mais non militantes ou engagées. N’espérez pas y trouver la moindre consigne de vote ou le plus infime mot d’ordre. S’il est question de politique, c’est au sens large et noble que le terme doit être compris. Douze morceaux pour décrire notre monde actuel, dans toute sa noirceur et son déficit d’espoir. Il sera donc question de guerre, de chômage, de migrants et de S.D.F., d’héritiers nantis et de laissés-pour-compte… Les titres des morceaux, par leur laconisme et le systématisme utilisé, parlent d’eux-mêmes et claquent comme un manifeste artistique : La nausée, La guerre, La panique, Le capitalisme, La liberté… Album conceptuel s’il en est.

 
BIRKIN
 
 
C'est ce même sentiment qui préside à l'écoute du disque : la sensation d'un sur-mesure. D'un équilibre naturel. Si l'orchestre déploie sa puissance sur des intros opératiques (parfois impossibles à reconnaître) ou des intermèdes très cinématographiques, il se fait d'une légèreté pointilliste dès que la chanteuse entre en jeu. Jamais écrasée et jamais en force, Birkin chante alors à fleur de voix, sur un fil de cordes ou de vents, dans un exercice de haute voltige.
 
DE CALM
 

De Calm est un duo nous venant de Toulouse. Guillaume Carayol aux textes et au chant, Mickaël Serrano aux compositions. Leur troisième album, Disparue Juliette, est dans les bacs depuis le 31 mars. Celui de la reconnaissance ?

mercredi, 12 avril 2017

L'actualité de la chanson française du 31 mars au 6 avril

Les artistes de la semaine : Mendelson, Gérard Delahaye, Cora Vaucaire, Carme Maria Vega, De Calm, Juliette Armanet, Da Silva ....
 
L'album du jour - Disparue Juliette par De Calm
 
L'album de la semaine : Carmen Maria Vega, Santa Maria
 
Le clip de la semaine : Camille - Fontaine de lait
 
DE CALM
 

De Calm est un duo nous venant de Toulouse. Guillaume Carayol aux textes et au chant, Mickaël Serrano aux compositions. Leur troisième album, Disparue Juliette, est dans les bacs depuis le 31 mars. Celui de la reconnaissance ?

JULIETTE ARMANET
 
 
Son premier album, “Petite amie”, est un coup de force. Portrait de l’une des tenantes de la nouvelle garde de la chanson française.
 
Récemment, Juliette Armanet a mis de l’ordre dans ses papiers. Elle est retombée sur des lettres, des petits mots accumulés depuis l’adolescence, lorsqu’elle vivait encore dans une maison de la banlieue de Lille avec ses parents et ses deux grands frères.
 
CARMEN MARIA VEGA

Francofans - Carmen Maria Vega à Lyon : la star est de retour, Par Yves Le Pape

Il y a quelques semaines Carmen Maria Vega était remontée sur la scène de ses débuts lyonnais. Elle était venue à A Thou Bout d'Chant pour participer en toute discrétion au spectacle que ses amis lyonnais avaient monté pour faire connaître le répertoire de Mathieu Côte, mort si jeune à 30 ans. Elle était de retour tout récemment, à l'affiche du festival des Chants de Mars, dans le cadre de la tournée de présentation de son nouvel album annoncé pour le 7 avril. Sur la scène du Transbordeur elle était accompagnée du seul Kim Giani, qui a réalisé avec elle Santa Maria, cet album.

Le Progrès - Carmen Maria Vega se raconte... grave

Sur son 3e album, la chanteuse lyonnaise évoque ses origines personnelles, d’un trafic d’enfants au Guatemala à l’adoption à Lyon. Un sujet grave, mais un disque solaire et réussi.

RFI - Carmen Maria Vega, Santa Maria de la résilience

Après avoir incarné le rôle-titre de la comédie musicale Mistinguett en 2014, la chanteuse électrique est de retour à son répertoire avec Santa Maria, un troisième album de chansons originales qui s’articulent autour de la thématique de l’identité, et font écho à sa propre histoire.

USAParis - Carmen Maria Vega divine allumeuse avec Santa Maria ! #livereport

 
Ce mardi, aux alentours de 20h, une longue file d’attente remonte la rue des Martyrs. Le public parisien est venu nombreux pour célébrer la sortie de l’album Santa Maria de Carmen Maria Vega au Divan du Monde. Il faut dire que cet album était très attendu. Début 2016, la chanteuse présente ses nouveaux titres lors de sa tournée Ultra Vega, mais ce n’est que le 7 avril de cette année que l’album sortira. Carmen aime roder ses chansons avant de les enregistrer. Et puis c’est une artiste qu’il faut absolument découvrir sur scène !
 
CORA VAUCAIRE

Télérama - Récital au Théâtre de la Ville, Cora Vaucaire

Un enregistrement public de 1973 remet en lumière la voix claire et le répertoire hors mode de Cora Vaucaire.

Née aux derniers soubresauts de la Grande Guerre, elle fut l'une des grandes « diseuses » des années 50 et 60. Celle qui créa Trois Petites Notes de musique, La Complainte de la Butte. Et qui, sans doute, chanta la première Les Feuilles mortes sur scène. « La Dame blanche » de Saint-Germain-des-Prés, disait-on - à l'inverse d'une Gréco, toujours vêtue de noir. Mais il n'y a pas que la couleur du vêtement qui les distinguait : Gréco la théâtrale a toujours imposé sa présence par la force d'un charisme presque viril. Vaucaire la délicate n'a jamais rien imposé : son pouvoir était intérieur. Elle avait le don de faire venir à elle ceux qui l'écoutaient, animée par une grâce qu'elle leur transmettait un peu à la manière de la Barbara des débuts.

 
RENAUD
 
 
Ils ont l’âge des artères de celui qui fut, non forcément leur idole, un compagnon de vie. Avoir eu vingt ans quand il chantait Hexagone, ça vous fait bien dans les soixante à présent. Y’en a un p’tit peu plus, m’sieur dame, j’vous le laisse ? C’est ce public-là qui est présent et aucun autre, pas un jeune, pas un. Pas un de ceux qui bondent et blindent les Zéniths de ce chanteur triomphant mais finissant qui, pour l’heure, se consomme et se consume, nouveau culte païen, veau d’or commercial dont on ne comprend plus le traître mot.
 
CAMILLE
 
 
Des images nous arrivaient. D'elle, dans un monastère. Recouverte d'un tissu. Décoiffée par le vent. Charnelle et vivante. Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça. Rester moderne dans de vieilles pierres. Dont la surface est mouchetée d'un lichen sombre. Se souvenir de la Roche-Charles... Ne pas chanter pour tromper ses regrets ni remâcher ses rêves.

DA SILVA
 
 
Les premières ritournelles sous tension sont loin : le 6e album de Da Silva a l’amplitude symphonique et l’écriture renouvelée
 
Une petite salle de 80 places dans le centre de Bastia pour le beau festival des Musicales. Nous sommes au début des années 2000 et Emmanuel Da Silva donne le premier concert de sa carrière. Dans un délicat format minimaliste où les cordes d’un ukulélé ou d’une guitare se détachent avec cette voix au puissant chuchotement, on ne soupçonne guère le passé punk-électro du gars, via les projets Punishment Park ou Mitsu.
 
MENDELSON
 
 

.... Chansons politiques donc, mais non militantes ou engagées. N’espérez pas y trouver la moindre consigne de vote ou le plus infime mot d’ordre. S’il est question de politique, c’est au sens large et noble que le terme doit être compris. Douze morceaux pour décrire notre monde actuel, dans toute sa noirceur et son déficit d’espoir. Il sera donc question de guerre, de chômage, de migrants et de S.D.F., d’héritiers nantis et de laissés-pour-compte… Les titres des morceaux, par leur laconisme et le systématisme utilisé, parlent d’eux-mêmes et claquent comme un manifeste artistique : La nausée, La guerre, La panique, Le capitalisme, La liberté… Album conceptuel s’il en est.

BIRKIN
 
 
C'est ce même sentiment qui préside à l'écoute du disque : la sensation d'un sur-mesure. D'un équilibre naturel. Si l'orchestre déploie sa puissance sur des intros opératiques (parfois impossibles à reconnaître) ou des intermèdes très cinématographiques, il se fait d'une légèreté pointilliste dès que la chanteuse entre en jeu. Jamais écrasée et jamais en force, Birkin chante alors à fleur de voix, sur un fil de cordes ou de vents, dans un exercice de haute voltige.
 
DELAHAYE
 

...... C’est un disque joyeux, aventureux on s’en doute, et tendre à la fois, avec ces chansons qu’on reprend longtemps dans les cours d’école. Et chez soi, avant de se coucher, pour mieux préparer encore ses rêves de flibuste où on peut tout transgresser sans la moindre réprimande. Qui plus est, c’est un régal musical !

mardi, 11 avril 2017

L'actualité de la chanson française du 31 mars au 6 avril

L'album du jour : Hip hip hip... Pirates ! par Gérard Delahaye
 
Les artistes de la semaine : Mendelson, Gérard Delahaye, Cora Vaucaire, Carme Maria Vega, De Calm, Juliette Armanet, Da Silva ....
 
L'album de la semaine : Carmen Maria Vega, Santa Maria
 
Le clip de la semaine : Camille - Fontaine de lait
 
DELAHAYE
 

...... C’est un disque joyeux, aventureux on s’en doute, et tendre à la fois, avec ces chansons qu’on reprend longtemps dans les cours d’école. Et chez soi, avant de se coucher, pour mieux préparer encore ses rêves de flibuste où on peut tout transgresser sans la moindre réprimande. Qui plus est, c’est un régal musical !

CARMEN MARIA VEGA

Francofans - Carmen Maria Vega à Lyon : la star est de retour, Par Yves Le Pape

Il y a quelques semaines Carmen Maria Vega était remontée sur la scène de ses débuts lyonnais. Elle était venue à A Thou Bout d'Chant pour participer en toute discrétion au spectacle que ses amis lyonnais avaient monté pour faire connaître le répertoire de Mathieu Côte, mort si jeune à 30 ans. Elle était de retour tout récemment, à l'affiche du festival des Chants de Mars, dans le cadre de la tournée de présentation de son nouvel album annoncé pour le 7 avril. Sur la scène du Transbordeur elle était accompagnée du seul Kim Giani, qui a réalisé avec elle Santa Maria, cet album.

Le Progrès - Carmen Maria Vega se raconte... grave

Sur son 3e album, la chanteuse lyonnaise évoque ses origines personnelles, d’un trafic d’enfants au Guatemala à l’adoption à Lyon. Un sujet grave, mais un disque solaire et réussi.

RFI - Carmen Maria Vega, Santa Maria de la résilience

Après avoir incarné le rôle-titre de la comédie musicale Mistinguett en 2014, la chanteuse électrique est de retour à son répertoire avec Santa Maria, un troisième album de chansons originales qui s’articulent autour de la thématique de l’identité, et font écho à sa propre histoire.

USAParis - Carmen Maria Vega divine allumeuse avec Santa Maria ! #livereport

 
Ce mardi, aux alentours de 20h, une longue file d’attente remonte la rue des Martyrs. Le public parisien est venu nombreux pour célébrer la sortie de l’album Santa Maria de Carmen Maria Vega au Divan du Monde. Il faut dire que cet album était très attendu. Début 2016, la chanteuse présente ses nouveaux titres lors de sa tournée Ultra Vega, mais ce n’est que le 7 avril de cette année que l’album sortira. Carmen aime roder ses chansons avant de les enregistrer. Et puis c’est une artiste qu’il faut absolument découvrir sur scène !
 
CORA VAUCAIRE

Télérama - Récital au Théâtre de la Ville, Cora Vaucaire

Un enregistrement public de 1973 remet en lumière la voix claire et le répertoire hors mode de Cora Vaucaire.

Née aux derniers soubresauts de la Grande Guerre, elle fut l'une des grandes « diseuses » des années 50 et 60. Celle qui créa Trois Petites Notes de musique, La Complainte de la Butte. Et qui, sans doute, chanta la première Les Feuilles mortes sur scène. « La Dame blanche » de Saint-Germain-des-Prés, disait-on - à l'inverse d'une Gréco, toujours vêtue de noir. Mais il n'y a pas que la couleur du vêtement qui les distinguait : Gréco la théâtrale a toujours imposé sa présence par la force d'un charisme presque viril. Vaucaire la délicate n'a jamais rien imposé : son pouvoir était intérieur. Elle avait le don de faire venir à elle ceux qui l'écoutaient, animée par une grâce qu'elle leur transmettait un peu à la manière de la Barbara des débuts.

RENAUD
 
 
Ils ont l’âge des artères de celui qui fut, non forcément leur idole, un compagnon de vie. Avoir eu vingt ans quand il chantait Hexagone, ça vous fait bien dans les soixante à présent. Y’en a un p’tit peu plus, m’sieur dame, j’vous le laisse ? C’est ce public-là qui est présent et aucun autre, pas un jeune, pas un. Pas un de ceux qui bondent et blindent les Zéniths de ce chanteur triomphant mais finissant qui, pour l’heure, se consomme et se consume, nouveau culte païen, veau d’or commercial dont on ne comprend plus le traître mot.
 
CAMILLE
 
 
Des images nous arrivaient. D'elle, dans un monastère. Recouverte d'un tissu. Décoiffée par le vent. Charnelle et vivante. Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça. Rester moderne dans de vieilles pierres. Dont la surface est mouchetée d'un lichen sombre. Se souvenir de la Roche-Charles... Ne pas chanter pour tromper ses regrets ni remâcher ses rêves.
 
JULIETTE ARMANET
 
 
Son premier album, “Petite amie”, est un coup de force. Portrait de l’une des tenantes de la nouvelle garde de la chanson française.
 
Récemment, Juliette Armanet a mis de l’ordre dans ses papiers. Elle est retombée sur des lettres, des petits mots accumulés depuis l’adolescence, lorsqu’elle vivait encore dans une maison de la banlieue de Lille avec ses parents et ses deux grands frères.
 
DA SILVA
 
 
Les premières ritournelles sous tension sont loin : le 6e album de Da Silva a l’amplitude symphonique et l’écriture renouvelée
 
Une petite salle de 80 places dans le centre de Bastia pour le beau festival des Musicales. Nous sommes au début des années 2000 et Emmanuel Da Silva donne le premier concert de sa carrière. Dans un délicat format minimaliste où les cordes d’un ukulélé ou d’une guitare se détachent avec cette voix au puissant chuchotement, on ne soupçonne guère le passé punk-électro du gars, via les projets Punishment Park ou Mitsu.
 
MENDELSON
 
 

.... Chansons politiques donc, mais non militantes ou engagées. N’espérez pas y trouver la moindre consigne de vote ou le plus infime mot d’ordre. S’il est question de politique, c’est au sens large et noble que le terme doit être compris. Douze morceaux pour décrire notre monde actuel, dans toute sa noirceur et son déficit d’espoir. Il sera donc question de guerre, de chômage, de migrants et de S.D.F., d’héritiers nantis et de laissés-pour-compte… Les titres des morceaux, par leur laconisme et le systématisme utilisé, parlent d’eux-mêmes et claquent comme un manifeste artistique : La nausée, La guerre, La panique, Le capitalisme, La liberté… Album conceptuel s’il en est.

BIRKIN
 
 
C'est ce même sentiment qui préside à l'écoute du disque : la sensation d'un sur-mesure. D'un équilibre naturel. Si l'orchestre déploie sa puissance sur des intros opératiques (parfois impossibles à reconnaître) ou des intermèdes très cinématographiques, il se fait d'une légèreté pointilliste dès que la chanteuse entre en jeu. Jamais écrasée et jamais en force, Birkin chante alors à fleur de voix, sur un fil de cordes ou de vents, dans un exercice de haute voltige.
 
DE CALM
 

De Calm est un duo nous venant de Toulouse. Guillaume Carayol aux textes et au chant, Mickaël Serrano aux compositions. Leur troisième album, Disparue Juliette, est dans les bacs depuis le 31 mars. Celui de la reconnaissance ?

lundi, 10 avril 2017

L'actualité de la chanson française du 31 mars au 6 avril

Les artistes de la semaine : Mendelson, Gérard Delahaye, Cora Vaucaire, Carme Maria Vega, De Calm, Juliette Armanet, Da Silva ....
 
L'album de la semaine : Carmen Maria Vega, Santa Maria
 
Le clip de la semaine : Camille - Fontaine de lait
 
CARMEN MARIA VEGA

Francofans - Carmen Maria Vega à Lyon : la star est de retour, Par Yves Le Pape

Il y a quelques semaines Carmen Maria Vega était remontée sur la scène de ses débuts lyonnais. Elle était venue à A Thou Bout d'Chant pour participer en toute discrétion au spectacle que ses amis lyonnais avaient monté pour faire connaître le répertoire de Mathieu Côte, mort si jeune à 30 ans. Elle était de retour tout récemment, à l'affiche du festival des Chants de Mars, dans le cadre de la tournée de présentation de son nouvel album annoncé pour le 7 avril. Sur la scène du Transbordeur elle était accompagnée du seul Kim Giani, qui a réalisé avec elle Santa Maria, cet album.

Le Progrès - Carmen Maria Vega se raconte... grave

Sur son 3e album, la chanteuse lyonnaise évoque ses origines personnelles, d’un trafic d’enfants au Guatemala à l’adoption à Lyon. Un sujet grave, mais un disque solaire et réussi.

RFI - Carmen Maria Vega, Santa Maria de la résilience

Après avoir incarné le rôle-titre de la comédie musicale Mistinguett en 2014, la chanteuse électrique est de retour à son répertoire avec Santa Maria, un troisième album de chansons originales qui s’articulent autour de la thématique de l’identité, et font écho à sa propre histoire.

USAParis - Carmen Maria Vega divine allumeuse avec Santa Maria ! #livereport

 
Ce mardi, aux alentours de 20h, une longue file d’attente remonte la rue des Martyrs. Le public parisien est venu nombreux pour célébrer la sortie de l’album Santa Maria de Carmen Maria Vega au Divan du Monde. Il faut dire que cet album était très attendu. Début 2016, la chanteuse présente ses nouveaux titres lors de sa tournée Ultra Vega, mais ce n’est que le 7 avril de cette année que l’album sortira. Carmen aime roder ses chansons avant de les enregistrer. Et puis c’est une artiste qu’il faut absolument découvrir sur scène !
 
CORA VAUCAIRE

Télérama - Récital au Théâtre de la Ville, Cora Vaucaire

Un enregistrement public de 1973 remet en lumière la voix claire et le répertoire hors mode de Cora Vaucaire.

Née aux derniers soubresauts de la Grande Guerre, elle fut l'une des grandes « diseuses » des années 50 et 60. Celle qui créa Trois Petites Notes de musique, La Complainte de la Butte. Et qui, sans doute, chanta la première Les Feuilles mortes sur scène. « La Dame blanche » de Saint-Germain-des-Prés, disait-on - à l'inverse d'une Gréco, toujours vêtue de noir. Mais il n'y a pas que la couleur du vêtement qui les distinguait : Gréco la théâtrale a toujours imposé sa présence par la force d'un charisme presque viril. Vaucaire la délicate n'a jamais rien imposé : son pouvoir était intérieur. Elle avait le don de faire venir à elle ceux qui l'écoutaient, animée par une grâce qu'elle leur transmettait un peu à la manière de la Barbara des débuts.

 
RENAUD
 
 
Ils ont l’âge des artères de celui qui fut, non forcément leur idole, un compagnon de vie. Avoir eu vingt ans quand il chantait Hexagone, ça vous fait bien dans les soixante à présent. Y’en a un p’tit peu plus, m’sieur dame, j’vous le laisse ? C’est ce public-là qui est présent et aucun autre, pas un jeune, pas un. Pas un de ceux qui bondent et blindent les Zéniths de ce chanteur triomphant mais finissant qui, pour l’heure, se consomme et se consume, nouveau culte païen, veau d’or commercial dont on ne comprend plus le traître mot.
 
CAMILLE
 
 
Des images nous arrivaient. D'elle, dans un monastère. Recouverte d'un tissu. Décoiffée par le vent. Charnelle et vivante. Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça. Rester moderne dans de vieilles pierres. Dont la surface est mouchetée d'un lichen sombre. Se souvenir de la Roche-Charles... Ne pas chanter pour tromper ses regrets ni remâcher ses rêves.
 
JULIETTE ARMANET
 
 
Son premier album, “Petite amie”, est un coup de force. Portrait de l’une des tenantes de la nouvelle garde de la chanson française.
 
Récemment, Juliette Armanet a mis de l’ordre dans ses papiers. Elle est retombée sur des lettres, des petits mots accumulés depuis l’adolescence, lorsqu’elle vivait encore dans une maison de la banlieue de Lille avec ses parents et ses deux grands frères.
 
DA SILVA
 
 
Les premières ritournelles sous tension sont loin : le 6e album de Da Silva a l’amplitude symphonique et l’écriture renouvelée
 
Une petite salle de 80 places dans le centre de Bastia pour le beau festival des Musicales. Nous sommes au début des années 2000 et Emmanuel Da Silva donne le premier concert de sa carrière. Dans un délicat format minimaliste où les cordes d’un ukulélé ou d’une guitare se détachent avec cette voix au puissant chuchotement, on ne soupçonne guère le passé punk-électro du gars, via les projets Punishment Park ou Mitsu.
 
MENDELSON
 
 

.... Chansons politiques donc, mais non militantes ou engagées. N’espérez pas y trouver la moindre consigne de vote ou le plus infime mot d’ordre. S’il est question de politique, c’est au sens large et noble que le terme doit être compris. Douze morceaux pour décrire notre monde actuel, dans toute sa noirceur et son déficit d’espoir. Il sera donc question de guerre, de chômage, de migrants et de S.D.F., d’héritiers nantis et de laissés-pour-compte… Les titres des morceaux, par leur laconisme et le systématisme utilisé, parlent d’eux-mêmes et claquent comme un manifeste artistique : La nausée, La guerre, La panique, Le capitalisme, La liberté… Album conceptuel s’il en est.

BIRKIN
 
 
C'est ce même sentiment qui préside à l'écoute du disque : la sensation d'un sur-mesure. D'un équilibre naturel. Si l'orchestre déploie sa puissance sur des intros opératiques (parfois impossibles à reconnaître) ou des intermèdes très cinématographiques, il se fait d'une légèreté pointilliste dès que la chanteuse entre en jeu. Jamais écrasée et jamais en force, Birkin chante alors à fleur de voix, sur un fil de cordes ou de vents, dans un exercice de haute voltige.
 
DE CALM
 

De Calm est un duo nous venant de Toulouse. Guillaume Carayol aux textes et au chant, Mickaël Serrano aux compositions. Leur troisième album, Disparue Juliette, est dans les bacs depuis le 31 mars. Celui de la reconnaissance ?

DELAHAYE
 

...... C’est un disque joyeux, aventureux on s’en doute, et tendre à la fois, avec ces chansons qu’on reprend longtemps dans les cours d’école. Et chez soi, avant de se coucher, pour mieux préparer encore ses rêves de flibuste où on peut tout transgresser sans la moindre réprimande. Qui plus est, c’est un régal musical !

dimanche, 09 avril 2017

L'actualité de la chanson française du 31 mars au 6 avril

Les vidéos de la fin de semaine avec Cora Vaucaire et Carmen Maria Vega

Le concert du jour : Carmen Maria Vega au Divan du Monde le 21 mars 2017 (extrait du concert)

Le concert de la fin de la semaine : Le pont des artistes #13-Carmen Maria Vega / Karimouche / Marie-Laure Béraud

Les artistes de la semaine : Mendelson, Gérard Delahaye, Cora Vaucaire, Carme Maria Vega, De Calm, Juliette Armanet, Da Silva ....

L'album de la fin de semaine : Isabelle Bazin, Vivante

Le clip de la fin de semaine : Leïla Huissoud - La Niaise

CORA VAUCAIRE

Télérama - Récital au Théâtre de la Ville, Cora Vaucaire

Un enregistrement public de 1973 remet en lumière la voix claire et le répertoire hors mode de Cora Vaucaire.

Née aux derniers soubresauts de la Grande Guerre, elle fut l'une des grandes « diseuses » des années 50 et 60. Celle qui créa Trois Petites Notes de musique, La Complainte de la Butte. Et qui, sans doute, chanta la première Les Feuilles mortes sur scène. « La Dame blanche » de Saint-Germain-des-Prés, disait-on - à l'inverse d'une Gréco, toujours vêtue de noir. Mais il n'y a pas que la couleur du vêtement qui les distinguait : Gréco la théâtrale a toujours imposé sa présence par la force d'un charisme presque viril. Vaucaire la délicate n'a jamais rien imposé : son pouvoir était intérieur. Elle avait le don de faire venir à elle ceux qui l'écoutaient, animée par une grâce qu'elle leur transmettait un peu à la manière de la Barbara des débuts.

CARMEN MARIA VEGA

Francofans - Carmen Maria Vega à Lyon : la star est de retour, Par Yves Le Pape

Il y a quelques semaines Carmen Maria Vega était remontée sur la scène de ses débuts lyonnais. Elle était venue à A Thou Bout d'Chant pour participer en toute discrétion au spectacle que ses amis lyonnais avaient monté pour faire connaître le répertoire de Mathieu Côte, mort si jeune à 30 ans. Elle était de retour tout récemment, à l'affiche du festival des Chants de Mars, dans le cadre de la tournée de présentation de son nouvel album annoncé pour le 7 avril. Sur la scène du Transbordeur elle était accompagnée du seul Kim Giani, qui a réalisé avec elle Santa Maria, cet album.

Le Progrès - Carmen Maria Vega se raconte... grave

Sur son 3e album, la chanteuse lyonnaise évoque ses origines personnelles, d’un trafic d’enfants au Guatemala à l’adoption à Lyon. Un sujet grave, mais un disque solaire et réussi.

RFI - Carmen Maria Vega, Santa Maria de la résilience

Après avoir incarné le rôle-titre de la comédie musicale Mistinguett en 2014, la chanteuse électrique est de retour à son répertoire avec Santa Maria, un troisième album de chansons originales qui s’articulent autour de la thématique de l’identité, et font écho à sa propre histoire.

USAParis - Carmen Maria Vega divine allumeuse avec Santa Maria ! #livereport

 
Ce mardi, aux alentours de 20h, une longue file d’attente remonte la rue des Martyrs. Le public parisien est venu nombreux pour célébrer la sortie de l’album Santa Maria de Carmen Maria Vega au Divan du Monde. Il faut dire que cet album était très attendu. Début 2016, la chanteuse présente ses nouveaux titres lors de sa tournée Ultra Vega, mais ce n’est que le 7 avril de cette année que l’album sortira. Carmen aime roder ses chansons avant de les enregistrer. Et puis c’est une artiste qu’il faut absolument découvrir sur scène !
 
RENAUD
 
 
Ils ont l’âge des artères de celui qui fut, non forcément leur idole, un compagnon de vie. Avoir eu vingt ans quand il chantait Hexagone, ça vous fait bien dans les soixante à présent. Y’en a un p’tit peu plus, m’sieur dame, j’vous le laisse ? C’est ce public-là qui est présent et aucun autre, pas un jeune, pas un. Pas un de ceux qui bondent et blindent les Zéniths de ce chanteur triomphant mais finissant qui, pour l’heure, se consomme et se consume, nouveau culte païen, veau d’or commercial dont on ne comprend plus le traître mot.
 
CAMILLE
 
 
Des images nous arrivaient. D'elle, dans un monastère. Recouverte d'un tissu. Décoiffée par le vent. Charnelle et vivante. Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça. Rester moderne dans de vieilles pierres. Dont la surface est mouchetée d'un lichen sombre. Se souvenir de la Roche-Charles... Ne pas chanter pour tromper ses regrets ni remâcher ses rêves.
 
JULIETTE ARMANET
 
 
Son premier album, “Petite amie”, est un coup de force. Portrait de l’une des tenantes de la nouvelle garde de la chanson française.
 
Récemment, Juliette Armanet a mis de l’ordre dans ses papiers. Elle est retombée sur des lettres, des petits mots accumulés depuis l’adolescence, lorsqu’elle vivait encore dans une maison de la banlieue de Lille avec ses parents et ses deux grands frères.
 
DA SILVA
 
 
Les premières ritournelles sous tension sont loin : le 6e album de Da Silva a l’amplitude symphonique et l’écriture renouvelée
 
Une petite salle de 80 places dans le centre de Bastia pour le beau festival des Musicales. Nous sommes au début des années 2000 et Emmanuel Da Silva donne le premier concert de sa carrière. Dans un délicat format minimaliste où les cordes d’un ukulélé ou d’une guitare se détachent avec cette voix au puissant chuchotement, on ne soupçonne guère le passé punk-électro du gars, via les projets Punishment Park ou Mitsu.
 
MENDELSON
 
 

.... Chansons politiques donc, mais non militantes ou engagées. N’espérez pas y trouver la moindre consigne de vote ou le plus infime mot d’ordre. S’il est question de politique, c’est au sens large et noble que le terme doit être compris. Douze morceaux pour décrire notre monde actuel, dans toute sa noirceur et son déficit d’espoir. Il sera donc question de guerre, de chômage, de migrants et de S.D.F., d’héritiers nantis et de laissés-pour-compte… Les titres des morceaux, par leur laconisme et le systématisme utilisé, parlent d’eux-mêmes et claquent comme un manifeste artistique : La nausée, La guerre, La panique, Le capitalisme, La liberté… Album conceptuel s’il en est.

BIRKIN
 
 
C'est ce même sentiment qui préside à l'écoute du disque : la sensation d'un sur-mesure. D'un équilibre naturel. Si l'orchestre déploie sa puissance sur des intros opératiques (parfois impossibles à reconnaître) ou des intermèdes très cinématographiques, il se fait d'une légèreté pointilliste dès que la chanteuse entre en jeu. Jamais écrasée et jamais en force, Birkin chante alors à fleur de voix, sur un fil de cordes ou de vents, dans un exercice de haute voltige.
 
DE CALM
 

De Calm est un duo nous venant de Toulouse. Guillaume Carayol aux textes et au chant, Mickaël Serrano aux compositions. Leur troisième album, Disparue Juliette, est dans les bacs depuis le 31 mars. Celui de la reconnaissance ?

DELAHAYE
 

...... C’est un disque joyeux, aventureux on s’en doute, et tendre à la fois, avec ces chansons qu’on reprend longtemps dans les cours d’école. Et chez soi, avant de se coucher, pour mieux préparer encore ses rêves de flibuste où on peut tout transgresser sans la moindre réprimande. Qui plus est, c’est un régal musical !