Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 mars 2019

L'actualité de la chanson française du 1er au 7 mars

Les artistes de la semaine : Clarika, Guillo, Michel Korb, Marc Delmas, Victoire Chose, Johan Papaconstantino et SiAu prix Moustaki 2019 et Leïla Huissoud, prix du public Moustaki 2019.

L'album de la semaine : Clarika, Lisière

Le clip de la semaine : Emily Loizeau - Viens avec moi mon vieux pays

PRIX MOUSTAKI 2019

SiAu remporte le Prix du Jury 2019, et Leïla Huissoud remporte le Prix du Public et le Prix Catalyse 2019

La Croix - SiAu reçoit le prix Moustaki de la chanson française

Le Prix Georges-Moustaki 2019 de l’artiste indépendant de chanson française a récompensé jeudi 7 mars le musicien et chanteur SiAu (Simon Autain) qui compose une électro-pop introspective et tonique.

Tous les ans, le Prix Georges-Moustaki qui récompense un jeune artiste indépendant ou autoproduit de chanson française, engrange des propositions très différentes venues de la jeune scène hexagonale. La cérémonie finale de sa neuvième édition 2019 n’a pas dérogé à la règle.

Nos Enchanteurs - Prix Moustaki 2019 : scié par SiAu

.... Nous avons assisté à deux victoires, en tous points opposées, qui signent l’irréconciliable partage de la chanson : les professionnels du jury ont sans ambiguïté sacré SiAu au second tour de scrutin, tandis que le public (un tiers au préalable par internet ; deux tiers le soir dans la salle) a choisi Leïla Huissoud. On ne parlera même plus de deux conceptions de la chanson mais d’un fossé gigantesque, béant, irréconciliable. Si le public fait honneur à une chanson où la parole est importante (comme le sont les chansons entre autres de Georges Moustaki), les 41 membres du jury (environ deux tiers de journalistes pour un tiers d’organisateurs) qui sont en mesure de faire ou défaire l’opinion ont choisi une forme de musique sans trop de paroles, en tous cas où la parole n’est qu’un vague son parmi d’autres, un argument fragile, un prétexte ténu. Certains y verront la négation de la chanson, je ne suis pas loin d’en faire partie.

MICHEL KORB

Télérama - Michel Korb chante Francis Lemarque

Sur le papier, ce n’est pas le projet le plus excitant de l’hiver : des reprises de Francis Lemarque par son fils, ­Michel Korb. Mais on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise, et celle-ci dépasse tout ce qu’on pouvait espérer : sous réserve qu’on n’ait pas d’a­version pour les chan­sons de plus de cinquante ans ni pour le jazz manou­che, l’album pourra même se révéler addictif.

D’abord, il remet en lumière un ­répertoire éminemment populaire qui ne demandait qu’à se réveiller du fond de notre mémoire collective.

CLARIKA

Libé - Classe Clarika

Et si enfin le public rendait justice à la sensibilité et l’intelligence de cette chanteuse, qui revient avec un huitième album rayonnant ?

On a beau tourner le problème dans tous les sens, le mystère demeure. Pourquoi Clarika n’a-t-elle pas encore basculé en Ligue des champions des chanteuses ? Pourquoi ses audaces renouvelées ne trouvent-elles pas un écho plus marquant et le succès populaire qui devrait lui revenir de droit ?

Télérama - Clarika, A la lisière

« Quand passe le chagrin ? » Ces quelques mots échappés de ce huitième album en résument la teneur. Questions lancinantes : quand s’effa­cent les peines que l’on traîne malgré soi ? Les amours mortes qui pèsent encore, même lorsque de nouvelles apparaissent ? Clarika, l’une des plus belles plumes de la chanson française, interroge l’existence avec ce tact teinté d’ironie qu’elle manie si bien. Si, au fil des années, elle a perdu en légèreté (comme à peu près tout le monde), elle reste l’une des rares à savoir dire l’intime d’une façon à la fois claire, et joliment détournée

EMILY LOIZEAU

France Inter - Emily Loizeau, chanteuse et citoyenne engagée

Sur France Inter, nous suivons la carrière d’Emily Loizeau depuis ses tout débuts discographiques qui datent de 2005. Aujourd'hui, la chanteuse a choisi de s'engager contre les pesticides de synthèse et de soutenir l’appel lancé par le directeur de Charlie Hebdo : « Nous voulons des coquelicots ».

..... Elle a décidé de soutenir l’appel « Nous voulons des coquelicots » qui vise à interdire tous les pesticides de synthèse dont la pétition a déjà recueilli plus de 536 000 signataires. Cette association a été créée à l’été 2018 par un groupe de bénévoles qui a pour président le journaliste de Charlie Hebdo, Fabrice Nicolino. 

Pour élargir la mobilisation, Emily Loizeau a offert une chanson porteuse d’espoir, un hymne symbolique pour le mouvement, intitulé « Viens avec moi, mon vieux pays ». Le clip de la chanson a été réalisé par Cyril Dion, coréalisateur du film « Demain » et fondateur du mouvement Colibris.

Baptiste Vignol - La prière d'Emily

.... Emily Loizeau, qu’on n’avait plus connue aussi simple et nature depuis L’autre bout du monde, vient d’enregistrer une chanson (Viens avec moi mon vieux pays) mise en images par Cyril Dion, dont l’écologie est le combat. Double réussite. Qui dit les choses intuitivement. En filmant avec force l’émouvante espérance dans le regard des enfants. Les pesticides sont des poisons et nos gamins en crèveront, tous. A moins que l’homme ne prenne miraculeusement sa survie en main.

GUILLO

Claude Févre - Guillo, « Nous aimions la terre »

Nous avions quitté Guillo avec ce bel ouvrage édité chez LamaOEditions au printemps 2017, un récit, des histoires intimes qui ont fait naître  ses  chansons, celles de l’album Soulage paru un an avant. Nous avions tant aimé Je ne suis pas un long fleuve tranquille,  ce pas de côté dans la littérature.

Aujourd’hui le voilà qui s’en est retourné en studio avec pas moins d’une quinzaine de participants, et des arrangements à faire pâlir d’envie.

Certes, l’atmosphère pop –rock, les jeux de la voix  qui vont  de la confidence parlée au chant proclamé, des refrains qui deviennent très vite familiers, en font toujours la signature. Notons aussi que l’on peut très bien imaginer chaque chanson interprétée en acoustique, avec le seul accompagnement de la guitare, tant le texte et la mélodie ont cette exigence de clarté nécessaire.

VICTOIRE CHOSE

 
Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel sortent en album les chansons de leur spectacle fou «Grande».
Janvier 2017 : sur la scène du Centquatre, à Paris, Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel présentent une revue «tellement vaste, de tellement de choses, qu’elle pourrait ne jamais finir»Un sujet émerge entre les prodiges blindés de dinguerie, l’humain en détresse, qu’il souffre en solitaire ou s’écharpe dans son couple. Aussi, à la périphérie du fatras de quincailleries qui gît sur le plateau, une table présente un monceau d’instruments de musique. Là, le duo s’extirpe à l’occasion de l’action et fait de la musique, en sus de tout le reste, des instrumentaux turbo mélancoliques et des chansons, entraînantes et déprimées qui ironisent ou appuient le trait des sentiments qui circulent dans les numéros.
Après leur spectacle Grande, les comédiens-circassiens signent un album foutraque et poétique, où fanfare et techno se mêlent à leurs ritournelles.

« J’ai rien fait. Et ça, ça me fait penser… à l’ambition, à la défaite, à la culpabilité, que c’est lourd (parfois). » Sur fond de synthétiseurs chuintants, de beats électro et de claps aléatoires, et d’une trompette séquencée, dupliquée, donnant l’illusion d’une fanfare qui, à la fin du morceau, déraille et ralentit comme le ferait un disque passé à la mauvaise vitesse, le texte de J’ai rien fait intrigue.

JOHAN PAPACONSTANTINO

Les Inrocks - Johan Papaconstantino compose la musique de mariage dont vous avez toujours rêvé

Johan jouera son premier gros concert parisien vendredi 23 novembre prochain à l'occasion des Inrocks Festival. On l'avait rencontré juste avant l'été dans son atelier de peinture pour parler euphorie, mélancolie et Vangelis Perpiniadis.

MARC DELMAS

Claude Févre - Marc Delmas, « Il pourrait y avoir enfin une trêve… »

Cet album pourrait être un rêve, une halte, « une trêve pour une heure alanguie … »  C’est aussi ce que suggère le visuel, entre rose et gris. Photo d’une navigation sauvée de l’oubli ? Du ciel, de l’eau, la terre au loin… Refus, c’est sûr, d’une réalité trop crue.

Écouter ces chansons de Marc Delmas, au clos de la chambre, bien à l’abri des rumeurs, des tumultes sans trêve autour. Nous « plonger [à leur] bain de jouvence ». C’est en effet un privilège que de pouvoir accéder à cette sensation d’arrachement à tout ce qui blesse, comme seuls savent le faire les enfants dans leurs jeux. C’est pourquoi, sans doute, il accorde une chanson à Nos garçons, invitant à les admirer, « beaux, dorés aux rayons de juillet »… capables de « défier l’océan… même fatigués, continuer à tuer le temps ».

L’artiste aime les mots, s’en délecte et laisse planer leur pouvoir d’enchantement, d’irréalité dès le choix des titres : Jouvence, Adret, Les roses trémières, Fifrelin… Mots mystérieux, comme Wattana, primate captif, orang-outang de la mén

 

 

 

 

lundi, 11 mars 2019

Prix Moustaki 2019 : SiAu - Ce soir Je sors

samedi, 09 mars 2019

Prix Moustaki 2019 : SiAu, A la lueur

Prix Moustaki 2019 : SiAu - De l'inconnu

jeudi, 07 mars 2019

L'actualité de la chanson française du 22 au 28 février

Les artistes de la semaine : Cléa Vincent, Soan, Dimoné, Frédéric Lo, Nawel Ben Kraïm.

L'album de la semaine : Dimoné, Mon Annonce

Le clip de la semaine : Dimoné & Kursed - C'est nickel

Les vidéos de la fin de semaine : les finalistes du Prix Moustaki 2019, Leïla Huissoud, K!, Bastien Lucas, Morisse, La Pieta, Rovski, Siau

PRIX GEORGES MOUSTAKI

La finale du 9ème Prix Georges Moustaki aura lieu le 7 mars 2019 à 20h00, au Centre Malesherbes Sorbonne Université, 108 Boulevard Malesherbes, 75017 Paris (métro Malesherbes, ligne 3), en présence de Jean Guidoni (Président du jury) et du duo Aliose (marraine et parrain de la promotion #9).

CLEA VINCENT

France Inter - Cléa Vincent ou la fausse ingénue

« Nuits sans sommeil » est le deuxième album de Cléa Vincent dont elle est l’auteur compositrice et interprète.

.... Lorsqu’on parle de Cléa Vincent, on est systématiquement ramené à Michel Berger et Véronique Sanson. C’est ainsi. Non pas pour évoquer la noirceur de leurs amours presque gémellaires, ou la plongée dans la mythologie sex, drogue & rock’n’roll de la Sanson française, mais plus pour caractériser chez Cléa Vincent, la précision méticuleuse qu’elle emploie pour réussir de vraies chansons pop bien charpentées comme le fit Michel Berger. 

FREDERIC LO

Télérama - Frédéric Lo, Hallelujah !

A force, on avait fini par douter qu’il existe vraiment, ce Frédéric Lo dont le nom résonne comme un label qualité dans la chanson pop et chic depuis quinze ans — plus précisément depuis sa réalisation du miraculeux Crève-cœur de Daniel Darc (2004). Car si son nom revient souvent, on ne le voit jamais ; et s’il n’y avait Wikipédia, on ignorerait qu’en 1997 et 2000 il avait déjà sorti deux albums.

NAWEL BEN KRAIEM

Nos Enchanteurs - Nawel Ben Kraïem, entre racines et modernité

Nawel Ben Kraïem n’avait pas la bonne voix…trop grave, trop voilée, dans la Tunisie de son enfance. Pas le bon physique, quelle idée de porter des cheveux blonds. Pas l’envie de rentrer dans des cases, pas l’envie d’oublier ses racines : « J’ ai pas de soleil / J’ ai pas de vent / J’ai pas de sable / J’ai pas d’ enfants » (Par mon nom).

BIOLAY

Télérama - Benjamin Biolay : “Certains voudraient qu’on déteste les Gilets jaunes. Ce n’est pas mon cas.”

Dans les coulisses de l’Olympia, alors qu’il s’apprête à donner le dernier concert de sa tournée en duo avec Melvil Poupaud, Benjamin Biolay, détendu mais un peu accablé, raconte la France troublée qu’il vient de traverser. 

Mercredi 20 février, l’Olympia. Trois personnes font le pied de grue devant l’entrée des artistes. Elles guettent quoi, une star ou un Uber ? Pas le temps de le leur demander, je m’engouffre dans le sas sécurité.

LEILA HUISSOUD

Soul Kitchen - Auguste et Popeye

Leïla, ne t’inquiète pas, cette histoire finit bien.
Jeudi dans la nuit, j’avais écrit les premières lignes de ma chronique consacrée à ton album. Auguste. Ça attaquait méchant. Ça attaquait comme ça. Tout avait commencé la veille…

Berges du Rhône, je questionne.
— Si tu veux, je m’occupe de l’album de Leïla Huissoud.
Lui sourit. Il aurait même pu se marrer. Il se doute. Cette « chanson française » n’a rien pour m’attirer. Cette chanson française me passe au-dessus. Je ne parle pas des chansons qui viennent de France. Non, je parle de cette chanson qui se fait appeler française, s’érigeant en monopole. De cette chanson, là, qui se reconnait de loin. Au même immuable accord de guitare sèche. Au premier phrasé. Cette chanson qui manque de tout, sauf d’ennui. Mais on se justifie, on se proclame alors chanson à textes. Comme si les autres chansons de France, elles, n’en avaient pas. Elles en ont.

LA PIETA

Longueur d'ondes - La Pieta

Beats hip hop, textes méchants, voix slam, La Pietà fracasse rock et rap,puise dans sa propre existence pour mieux divulguer l’universel. Derrière cette évidence se niche cependant le parcours de toute une vie. Très secrète par crainte de l’exposition, La Pietà accepte ici de se dévoiler. Un peu.

La Pietà ne surgit pas de l’inconnu. Compositrice de nature, elle agrippe une guitare à quinze ans, puis, après avoir œuvré au sein d’un groupe, se lance, en 2012, dans une première carrière solo (sous une identité qu’elle souhaite désormais garder secrète). La Pietà en conserve aujourd’hui un sentiment amer : « Je fais de la musique depuis une quinzaine d’années. Il y a eu pas mal d’aventures, dont une avec une maison de disques qui ne s’est pas très bien passée puisqu’elle m’a rendu mon contrat (ce qui arrive à beaucoup d’artistes). Évidemment, quand tu es en plein développement de ton projet et que tu essaies de sortir un album, cela devient compliqué. Du coup, j’étais un peu perdue, tout simplement. À cette époque, je m’étais dit que j’allais arrêter la musique, que j’en avais fait le tour. Car même si je prenais du plaisir à jouer, le côté business me déplaisait. J’ai donc stoppé ce projet pour partir vers autre chose… Mais on ne peut jamais choisir d’arrêter ou pas la musique ! »

BASTIEN LUCAS

Mandor - Bastien Lucas : interview pour Fracanusa

J’ai connu artistiquement Bastien Lucas avec un EP 4 titres sorti en 2014, L’autre bout du globe. Puis je l’ai rencontré et vu sur scène car il a participé au Pic d’Or en 2015 (où  il a remporté le Pic d’Argent).  J’ai apprécié ses mélodies mélancoliques, sa poésie et la douceur qui émanait de lui. « Un petit quelque chose du monde de Mathieu Boogaerts qui aurait croisé celui des musiques élaborées d’un William Sheller » explique à juste titre le dossier de presse de l’artiste.

SIAU

La Parisienne - Rencontre Parisienne avec SiAu un talent à suivre de très près !

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je suis SiAu, auteur, compositeur et interprète. Je chante des chansons électroniques assez planantes, contemplatives avec des sons qui craquent et qui grésillent un peu par moment. J’aime que cela ne soit pas linéaire et qu’il y ait un peu de relief. Je viens de Montpellier à la base et je suis maintenant banlieusard.

K!

Mandor - K! (Karina Duhamel) : interview pour La femme en boîte

Karina Duhamel sort un disque, humain, organique et intense. Celui d’une femme en quête de renouveau, de vérité et de simplicité, qui cueille sur son passage tous les possibles. La femme en boite prend pied dans l’intimité pour mieux s’élancer dans l’immensité. De la vie, du monde, des gens. D’un quotidien bouleversé, d’amours contrariées aussi. Une quête d’absolu, un appel d’air en souffle continu. Ce premier album produit par Fabien Tessier, « brave ses propres démons, empoigne le sentiment amoureux pour le tordre, le distordre et lui faire rendre l'âme ». Il vient de rentrer directement à la 7eme place dans le classement francophone QUOTA. Quant à K!, elle sera au Nouveau Casino en "release party" le 5 avril 2018 (co-plateau avec Tony Melvil).

LEO FERRE

Nos Enchanteurs - Léo Ferré, pour longtemps d’actualité

Ferré n’a beau plus manger que des racines sous le ballast, il n’en est pas moins d’actualité. En fait tout le temps. Tant que, régulièrement, nous consacrons dans ces colonnes la place pour chroniquer les disques et livres qui causent de Ferré et nous le chantent.

JEANNE PLANTE

Nos Enchanteurs - Jeanne Plante, couchée dans le chafouin…

Pour une belle plante, c’est une belle Plante. « Avec une grande robe rouge à paillettes fendue à la Sylvie Vartan et une perruque rouge avec des cheveux qui vont toucher les étoiles. Ridicule et femme fatale. Et sensuelle, qui ne se prend pas au sérieux » dit-elle d’elle-même. Qui plus est « chafouin », pas même au féminin, même si elle fouine ici, si elle couine là.

ARLETTE KOTCHOUNIAN

Télérama - L’amoureuse de Ray Charles, l’amie de Nougaro et d’Higelin, nous ouvre ses dossiers

Arlette Kotchounian fut l’intime de géants de la musique française et internationale, qu’elle a photographiés pendant des années. A 77 ans, elle nous a montré un peu de ses archives, pour le plaisir, dans l’intimité de son appartement aux allures de caverne d’Ali Baba…

Ce midi, je déjeune avec Arlette. Ceux qui fréquentent un tant soit peu les concerts parisiens de chanson ou de jazz l’ont forcément croisée. Arlette, un petit gabarit de 77 ans d’une vivacité sidérante

dimanche, 03 mars 2019

SiAu - De l'inconnu

samedi, 02 mars 2019

SiAu - Ce soir Je sors