Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 juillet 2013

L'actualité de la chanson française du 15 au 21 juillet (mise à jour)

Après la dernière, un dimanche en vidéos avec Taratata

L'album de la fin de semaine - Presque Oui : On saura pas ?

Le clip de la fin de semaine - L'Art à Tatouille, La Pétanque 
__________________________________________ 

19, 20 et 21 juillet

Nos Enchanteurs - Philippe, à pas de (chasse) loup…

Philippe Chasseloup quitte la chanson discrètement, à pas feutrés, sans trop faire de bruit. Après vingt-cinq ans de carrière tout de même, il s’est dit qu’il avait fait le tour de la question et qu’il voulait changer de vie, de ville, de métier. On le savait du pays de Retz, il part pour l’Aveyron où il emménage en ce moment… On le connaissait chanteur et, s’il le reste un peu, un tout petit peu, ce sera désormais en amateur 

Pure Charts - Tour de France 2013 : "La chanson du Tour" de Michel Pruvot fait son petit effet !

Et si le tube de l'été était là où on ne l'attend pas ? Depuis le lancement du centième Tour de France cette année, "La chanson du Tour" fait mouche sur le bord des routes françaises. Avec l'accordéoniste Michel Pruvot et le commentateur sportif Daniel Mangeas, le titre n'est pourtant pas au top des charts... pour le moment. Découvrez le clip sur Pure Charts 

Nos Enchanteurs - Ce festival qui en fait tout un fromage…

Il était le « grand » festival des fromages de chèvres : le nouveau millésime le voit passer à « très grand » sans qu’il ne change ni son format, encore moins son public ni ses fondamentaux. Même si, pour les organisateurs au sein desquels on trouve l’ami Christian Paccoud « chaque année, chaque édition du Festival des fromages de chèvre nous conduit à nous dépasser encore un peu plus. Chacun a dans la tête les émotions de l’année passée, les mains qui tremblent, les voix qui s’ouvrent, les cœurs qui battent. Et cette poésie inattendue qui vient du cœur des hommes et des femmes, que l’on place en marge de la société. »

Nos Enchanteurs - Tubes, V.I.P. et vi-eil-les peaux

...... La belle énergie, on la trouve avec Emile et images, ces toulousains toujours en activité, qui tournent encore avec leur collection de succès, Les démons de minuit,Ville de lumière, Capitaine abandonné… Eux sont parmi les seuls à ne pas avoir recours à l’insupportable play-back dont la voix d’origine colle si mal aux lèvres désormais asséchées. Eux (et Lio, je vous le dis, c’est ma préférée… : quand elle reprend C’est l’amour à la plage de Niagara, je me verrais bien la masser de crème solaire, lui vider ses tubes) sauvent la soirée.

_______________________________________________________

Le clip de la semaine : Olivia Ruiz, Volver

L'album de la semaine : Sophie Tith, Premières rencontres
Sophie Tith est sur Facebook
_____________________________________

17 et 18 juillet

Le Devoir, Sylvain Cormier - FrancoFolies de Spa - Vingt ans de chanson qui pétille

C’est ce mercredi qu’ils déferlent dans le bourg aux jolités, perle bleue des Ardennes belges, ville tranquille aux sources de laquelle les têtes couronnées vinrent se purifier, tant et tellement que l’appellation Spa devint nom commun et synonyme de cure par les eaux. La population passera de 10 591 résidants pas énervés à quelque 100 000 francofous de chanson, et ce sera cinq jours de kermesse qui sent la frite. Comment en est-on arrivé là, s’il vous plaît ? Évocations d’un assidu et témoignage du patron.

Dh.be - «Les Francos, c’est la Mecque de la chanson française»

Du soleil et du rock «made in Belgium» pour ouvrir la scène Proximus des Francofolies de Spa. Joli cadeau pour le 20e anniversaire du Festival.
Pas facile de se lancer dans l’arène le premier. Mais sous les rayons de soleil, des festivaliers qui s’agglutinent au fur et à mesure des minutes et une ville en effervescence pour ce premier jour de fête de la chanson française, Oli F. a su donner le tempo de la 20e édition des Francofolies de Spa. France Bleu - Une chanson pour les 730 employés de Michelin menacés de perdre leur emploi

A l'heure des vacances, le moral est loin d'être au beau fixe chez Michelin à Joué les Tours, où 730 emplois vont disparaître d'ici deux ans. Un salarié vient d'écrire une chanson, avec des paroles très fortes

Nos Enchanteurs - Oh pétard qu’il fait beau avec L’Art à Tatouille

Festen’Oc à Saurat (Ariège), vendredi 12 août,

L’été s’est fait tellement désirer qu’il peut arriver que le gout de la fête, de la danse, l’envie de reprendre en chœur des chansons vous prennent brutalement au corps et au cœur un soir de grosse chaleur… et voilà que l’on vous y prend, rédacteur deNosEnchanteurs, avide de beaux textes, glaneur de talents en éclosion,  à écrire une chronique pour l’Art à Tatouille.  

Nos Enchanteurs - La « douce France » de Charles Trenet

C’est une des années où on lui fait sa fête à Trenet, né il y a cent ans : on ressort, on rénove, on raconte… on colporte aussi des histoires anciennes qui prouvent que les insinuations malveillantes résistent au temps, selon le vieil adage : « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » avec son corollaire, « Il n’y a pas de fumée sans feu » comme ça la boucle est bouclée. Parmi les amalgames plus ou moins calomnieux, il y a le Trenet qui aurait eu des complaisances pendant la guerre avec l’occupant, sous forme de spectacles… 

Les Inrocks - Eric Brunet diffuse une chanson d’extrême droite sur RMC

Le mardi 4 juin dernier, Eric Brunet a diffusé dans son émission sur RMC une chanson d’un ponte nationaliste associant l’immigration au déficit de la sécurité sociale

“Y’a bon ! Y’a bon la sécu, patron ! Y’a bon la sécu, là dis donc !” C’estl’étrange chanson qui a retenti dans l’émission Carrément Brunetdiffusée le mardi 4 juin dernier sur l’antenne de RMC. Avec un accent caricatural africain, elle associe sans équivoque l’immigration au déficit de la sécurité sociale.

15 et 16 juilletTélérama - Lisa LeBlanc, une serial folkeuse aux Francofolies Folk trash, textes ironiques, langue étrange et énergie folle : l'Acadienne Lisa LeBlanc poursuit sa conquête des cœurs français aux Francofolies de la Rochelle. Avis d'ouragan : cette fille-là secoue fort la chanson à texte, et plus encore la pop acidulée qui se déverse sur nos ondes ! Lisa LeBlanc, Acadienne de 22 ans, débarque en France après avoir affolé le Québec, puis les salles parisiennes en mars, avec son « folk trash », improbable mélange de rock et de country. Dès sa sortie, à Montréal, son premier album s'est hissé en haut des ventes. L'été dernier, on l'a même vue chanter à Montréal devant 40 000 personnes ! Ce lundi 15 juillet, elle sera aux Francofolies de La Rochelle.Télérama - Maissiat : “J'aimerais aller jouer au Printemps de Bourges l'an prochain”Considérée comme l'une des révélations de l'année, Maissiat sillonne la France et la Belgique cet été. Nous l'avions rencontrée à Montréal pour la soumettre à notre “Interview festival”.
Le blog de Fred Hidalgo - LÉO FERRÉ, LA VOIX SANS MAÎTRE Avec le temps… on n’oublie rien, de rien ! 
Pour deux générations au moins, depuis les années 1950, trois personnalités ont dominé la chanson française de la tête et des épaules : Georges Brassens, Jacques Brel, Léo Ferré. Ce n’est pas un hasard si une photo les représentant tous trois en pleine discussion, entre demis de bière et paquets de scaferlati bleu et de celtiques, est devenue un poster aussi célèbre que celui de « Che » Guevara, reproduit à des milliers d’exemplaires et fréquemment placardé dans des lieux publics, bibliothèques ou aux comptoirs de bistrot (1). Comme hommes et comme artistes, Brassens, Brel et Ferré ont en commun un certain anticonformisme, une révolte profonde même, propre à soulever les cœurs et les esprits. Et bien sûr, un sens de la mélodie populaire et un art poétique sans lesquels il n’est pas de grande chanson capable de s’inscrire dans la mémoire collective
Nos Enchanteurs - Marie Cherrier, le souffle des grands espaces Il y a bien longtemps que nous n’avions plus de nouvelles discographiques de Marie Cherrier. Un premier album, Ni vue, ni connue, en 2005 ; le second, Alors quoi ?, en 2007. 
Puis plus rien, si ce n’est un Live à la Cigale en 2008. Nous restait en tête la voix gamine (un peu Vanessa Paradis, ne vous déplaise) d’une révoltée pour qui il ne reste 
que Le temps des noyaux – faut faire avec -, une artiste à qui on a souvent accolé l’ombre de Renaud Séchan, tant pour sa façon d’écrire et de chanter, très scandé, 
que pour ses suppliques à l’intéressé. Tant que le chanteur énervant en fut un temps énervé.

L'Humanité - Gérard Pont, patron des Francos: «Il faut préparer les dix ans à venir» 

Alors que s'ouvre la 29e édition des Francofolies de La Rochelle (du 12 au 17 juillet), entretien avec son directeur depuis 10 ans, Gérard Pont, pour qui ce festival doit faire la différence par ses créations originales.

Vous aimez dire qu’un festival, ce doit être des créations 
et des prises de risques. Parmi la centaine de concerts de cette 29e édition, quels sont les spectacles originaux qu’on ne verra qu’aux Francofolies ?

Nos Enchanteurs - Gul de Boa, le densité alliée au fantasque

Lui est de Rouen. Si ce n’est quelques notables percées hors de la Haute-Normandie, il n’est que peu connu, comme beaucoup. Dommage. Ça fait quinze ans qu’il sévit et se vit. Cinquième album déjà. Avec l’esquisse d’un tube sur le précédent mais, vu le sujet, ça ne risquait pas d’alors passer sur les ondes : ça s’appelait Le mari de Carla B. (sur l’album Tut) et ce fut un des petits joyaux de l’anthologie de la chanson sous Sarkozy (style c’est qui le gugusse qui s’incruste sur toutes les photos de Carla B. ?).

______________________________________________________________________
______________________________________________________________________