Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 14 juin 2017

L'actualité de la chanson française du 2 au 8 juin

Les artistes de la semaine : Camille, Gauvain Sers, Les Coquettes, Ottilie [B], Sarah Mikovski

LES COQUETTES

Paris Match - Les Coquettes vont vous conquérir

Elles chantent une féminité irrévérencieuse. Et s’offrent leur premier Olympia.

Depuis deux ans déjà, les Coquettes proposent sur scène une expérience unique. Rien ne ressemble à ce que Juliette, Lola et Marie montrent dans leur spectacle qui mêle humour, chant et chorégraphies millimétrées. C’est drôle, transgressif et surprenant, car derrière le large sourire et les looks colorés, ces trois nanas parlent de sujets qui touchent la société en plein cœur.

OTTILIE [B]

Télérama - Ottilie [B] Passage

.... En 2013, Ottilie [B] avait déjà donné le ton avec un premier album hors normes, aussi crispant qu'intrigant. Celui-ci enfonce le clou — mais nous décrispe un peu. Il se déploie comme une routière ou une carte du Tendre, sur laquelle on se laisse mener au gré d'une voix aventurière — dans laquelle on reconnaît un peu aussi, et logiquement, Claire Diterzi.

BARBARA

Baptiste Vignol - Pour l'amour d'elle

Quelques mois après le formidable hommage d'un ogre à son amie (GÉRARD DEPARDIEU CHANTE BARBARA), ce sont maintenant treize femmes qui, vingt ans après son envol, saluent celle qui incarne la chanson féminine à son zénith..... Par-delà trois ou quatre trous d'air, voilà donc le tribut, le gage d'admiration, d'amour à Barbara qu'il faut se procurer. Tout autre, s'il s'en trouve, paraitra bien pâlot.

SARAH MIKOVSKI

Paroles & Musiques 2017. Sarah Mikovski, le rayon de soleil au fond du bar

« Comment te dire à quel point j’te veux ? » Rivée à son pianet Hohner d’anthologie, Sarah Mikovski est à elle seule un rayon de lumière, de chaleur, comme si elle avait privatisé un bout de l’astre solaire. C’est aussi, sans diplôme ni licence, la solution à tous nos problèmes. Sa chanson est un baume apte à tout guérir. Et d’abord nos vagues à l’âme et nos maux d’amour : « Mon cœur repeint tout en bleu / Pour lui y’a jamais d’problème ».

BABX

C'est déjà ça - Babx, le doux fonceur

Voguant sous son propre label, Bison Bison, depuis 2015, Babx cultive les projets qui viennent du coeur, à l'image de l'album "Ascensions", sorti le 26 mai, né en réaction aux attentats de Paris

CAMILLE

Télérama - Camille, Ouï

Après des années d'exploration musicale, la chanteuse affirme son style, sans rien renier de sa singularité. Et invite à un voyage épuré et charnel, où les chansons se font confessions.

Rançon du succès, et surtout de l'excellence : depuis Le Fil, album choc de 2005 qui avait en partie refondé la chanson française, Camille semble condamnée à surprendre. Imposer chaque fois un monde et un langage.

Le Parisien - La belle rentrée parisienne de Camille

Du bleu plein la tête et des envies de danse dans les pieds, la remuante Camille fait cette semaine sa rentrée parisienne avant d'aller faire danser les festivaliers cet été, de Carhaix à la Rochelle.
Celle qui a si joliment chanté "Paris" dans son premier album, il y a déjà 15 ans, n'a pas caché son plaisir vendredi soir pour son quatrième et dernier concert - complet - à la Cigale, salle du nord de la capitale.

Marianne - Pour la chanteuse Camille, "changer la société ne passera pas par la politique"

Après six ans de silence, Camille sort un nouvel album. Il devait s'intituler "Non", ce sera "Ouï". Et la chanteuse a choisi le tambour pour le faire vibrer. Rencontre avec "une femme qui ne mâche pas ses mots", comme elle le chante.

GAUVAIN SERS

Gauvain Sers - Pourvu

.... S'il n'invente rien (contrairement à Renaud il y a quarante ans), et s'il fait aussi songer à Renan Luce (descendant de la même souche), Gauvain Sers sait incontestablement faire des chansons. Ses mélodies sont simples et ses rimes coulent sans heurt, un peu téléphonées mais parfois malines, quand il incarne, par exemple, la statue de la République (Mon rameau). Aux premiers morceaux, on pourra d'ailleurs sourire, amusés d'entendre une chanson pas trop policée, pas subversive non plus, produite par une multinationale — et promise, sans doute, à un bel avenir commercial. Mais bien vite, on s'en fatiguera.

L'Humanité - Gauvain Sers, un disciple de Renaud

Un registre plein de tendresse qui va droit au cœur, où il rend hommage aux chanteurs qui l’ont inspiré comme Allain Leprest, social aussi, à l’image du titre anti-FN Hénin-Beaumont, ou sociétal (Mon fils est parti au djihad).

Des chansons qui rappellent l’univers de Renaud (qu’il écoutait en boucle enfant), textes sensibles, mélodies simples et délicates, il n’en fallait pas plus au jeune Gauvain Sers (27 ans) pour faire craquer les amoureux de chanson française.

Nos Enchanteurs - Gauvain Sers : des chansons qu’on écoute et qu’on regarde

On croyait l’espèce en « voix » d’extinction, et voilà qu’avec ses 27 balais et son béret de velours, un Gavroche creusois nous balance un album (son premier) qui crée l’événement. La beauté du flacon n’excluant pas l’ivresse, l’écrin est délicieusement illustré par de belles photos du très talentueux Franck Loriou : on se plaira à longuement feuilleter les livrets (deux pour le prix d’un !), palper l’objet avant d’en extraire le nectar.

Culturebox - Jean-Pierre Jeunet réalise le premier clip de l'album de Gauvain Sers

Après un succès grandissant en première partie de Renaud depuis l'automne dernier, Gauvain Sers vient de terminer l'enregistrement de son premier album, dont la sortie est prévue le 9 juin. En avant première, découvrez sur Culturebox le clip de la chanson titre "Pourvu", réalisé par Jean-Pierre Jeunet, avec la participation de Jean-Pierre Darroussin et Gérard Darmon.

Le Parisien - Revivez le concert privé de Gauvain Sers, le petit protégé de Renaud, au «Parisien»

BIOLAY
 

.... Au final, nous restons sur un sentiment mitigé. Le disque s’avère trop long (60 minutes en tout), pas désagréable bien sûr (l’homme a suffisamment de talent et de métier pour ne pas se planter sur toute la ligne), mais manquant de chansons marquantes. Un air de déjà vu-déjà entendu plane sur la platine. L’attente née de la brillante réussite de son ouvrage précédent était-elle trop forte ? Ou l’artiste s’est-il surestimé à vouloir enchaîner si vite ? Le temps fera son œuvre et nous dira quelle place Volver occupera dans la discographie de Benjamin Biolay. Mais dans l’immédiat, le haut du podium reste squatté par La superbe.

mardi, 13 juin 2017

L'actualité de la chanson française du 2 au 8 juin

Les artistes de la semaine : Camille, Gauvain Sers, Les Coquettes, Ottilie [B], Sarah Mikovski

LES COQUETTES

Paris Match - Les Coquettes vont vous conquérir

Elles chantent une féminité irrévérencieuse. Et s’offrent leur premier Olympia.

Depuis deux ans déjà, les Coquettes proposent sur scène une expérience unique. Rien ne ressemble à ce que Juliette, Lola et Marie montrent dans leur spectacle qui mêle humour, chant et chorégraphies millimétrées. C’est drôle, transgressif et surprenant, car derrière le large sourire et les looks colorés, ces trois nanas parlent de sujets qui touchent la société en plein cœur.

OTTILIE [B]

Télérama - Ottilie [B] Passage

.... En 2013, Ottilie [B] avait déjà donné le ton avec un premier album hors normes, aussi crispant qu'intrigant. Celui-ci enfonce le clou — mais nous décrispe un peu. Il se déploie comme une routière ou une carte du Tendre, sur laquelle on se laisse mener au gré d'une voix aventurière — dans laquelle on reconnaît un peu aussi, et logiquement, Claire Diterzi.

BARBARA

Baptiste Vignol - Pour l'amour d'elle

Quelques mois après le formidable hommage d'un ogre à son amie (GÉRARD DEPARDIEU CHANTE BARBARA), ce sont maintenant treize femmes qui, vingt ans après son envol, saluent celle qui incarne la chanson féminine à son zénith..... Par-delà trois ou quatre trous d'air, voilà donc le tribut, le gage d'admiration, d'amour à Barbara qu'il faut se procurer. Tout autre, s'il s'en trouve, paraitra bien pâlot.

SARAH MIKOVSKI

Paroles & Musiques 2017. Sarah Mikovski, le rayon de soleil au fond du bar

« Comment te dire à quel point j’te veux ? » Rivée à son pianet Hohner d’anthologie, Sarah Mikovski est à elle seule un rayon de lumière, de chaleur, comme si elle avait privatisé un bout de l’astre solaire. C’est aussi, sans diplôme ni licence, la solution à tous nos problèmes. Sa chanson est un baume apte à tout guérir. Et d’abord nos vagues à l’âme et nos maux d’amour : « Mon cœur repeint tout en bleu / Pour lui y’a jamais d’problème ».

BABX

C'est déjà ça - Babx, le doux fonceur

Voguant sous son propre label, Bison Bison, depuis 2015, Babx cultive les projets qui viennent du coeur, à l'image de l'album "Ascensions", sorti le 26 mai, né en réaction aux attentats de Paris

 

CAMILLE

Télérama - Camille, Ouï

Après des années d'exploration musicale, la chanteuse affirme son style, sans rien renier de sa singularité. Et invite à un voyage épuré et charnel, où les chansons se font confessions.

Rançon du succès, et surtout de l'excellence : depuis Le Fil, album choc de 2005 qui avait en partie refondé la chanson française, Camille semble condamnée à surprendre. Imposer chaque fois un monde et un langage.

Le Parisien - La belle rentrée parisienne de Camille

Du bleu plein la tête et des envies de danse dans les pieds, la remuante Camille fait cette semaine sa rentrée parisienne avant d'aller faire danser les festivaliers cet été, de Carhaix à la Rochelle.
Celle qui a si joliment chanté "Paris" dans son premier album, il y a déjà 15 ans, n'a pas caché son plaisir vendredi soir pour son quatrième et dernier concert - complet - à la Cigale, salle du nord de la capitale.

Marianne - Pour la chanteuse Camille, "changer la société ne passera pas par la politique"

Après six ans de silence, Camille sort un nouvel album. Il devait s'intituler "Non", ce sera "Ouï". Et la chanteuse a choisi le tambour pour le faire vibrer. Rencontre avec "une femme qui ne mâche pas ses mots", comme elle le chante.

GAUVAIN SERS

Gauvain Sers - Pourvu

.... S'il n'invente rien (contrairement à Renaud il y a quarante ans), et s'il fait aussi songer à Renan Luce (descendant de la même souche), Gauvain Sers sait incontestablement faire des chansons. Ses mélodies sont simples et ses rimes coulent sans heurt, un peu téléphonées mais parfois malines, quand il incarne, par exemple, la statue de la République (Mon rameau). Aux premiers morceaux, on pourra d'ailleurs sourire, amusés d'entendre une chanson pas trop policée, pas subversive non plus, produite par une multinationale — et promise, sans doute, à un bel avenir commercial. Mais bien vite, on s'en fatiguera.

L'Humanité - Gauvain Sers, un disciple de Renaud

Un registre plein de tendresse qui va droit au cœur, où il rend hommage aux chanteurs qui l’ont inspiré comme Allain Leprest, social aussi, à l’image du titre anti-FN Hénin-Beaumont, ou sociétal (Mon fils est parti au djihad).

Des chansons qui rappellent l’univers de Renaud (qu’il écoutait en boucle enfant), textes sensibles, mélodies simples et délicates, il n’en fallait pas plus au jeune Gauvain Sers (27 ans) pour faire craquer les amoureux de chanson française.

Nos Enchanteurs - Gauvain Sers : des chansons qu’on écoute et qu’on regarde

On croyait l’espèce en « voix » d’extinction, et voilà qu’avec ses 27 balais et son béret de velours, un Gavroche creusois nous balance un album (son premier) qui crée l’événement. La beauté du flacon n’excluant pas l’ivresse, l’écrin est délicieusement illustré par de belles photos du très talentueux Franck Loriou : on se plaira à longuement feuilleter les livrets (deux pour le prix d’un !), palper l’objet avant d’en extraire le nectar.

Culturebox - Jean-Pierre Jeunet réalise le premier clip de l'album de Gauvain Sers

Après un succès grandissant en première partie de Renaud depuis l'automne dernier, Gauvain Sers vient de terminer l'enregistrement de son premier album, dont la sortie est prévue le 9 juin. En avant première, découvrez sur Culturebox le clip de la chanson titre "Pourvu", réalisé par Jean-Pierre Jeunet, avec la participation de Jean-Pierre Darroussin et Gérard Darmon.

Le Parisien - Revivez le concert privé de Gauvain Sers, le petit protégé de Renaud, au «Parisien»

 BIOLAY
 

.... Au final, nous restons sur un sentiment mitigé. Le disque s’avère trop long (60 minutes en tout), pas désagréable bien sûr (l’homme a suffisamment de talent et de métier pour ne pas se planter sur toute la ligne), mais manquant de chansons marquantes. Un air de déjà vu-déjà entendu plane sur la platine. L’attente née de la brillante réussite de son ouvrage précédent était-elle trop forte ? Ou l’artiste s’est-il surestimé à vouloir enchaîner si vite ? Le temps fera son œuvre et nous dira quelle place Volver occupera dans la discographie de Benjamin Biolay. Mais dans l’immédiat, le haut du podium reste squatté par La superbe.

samedi, 27 mai 2017

Le Monde - Benjamin Biolay, le latino lover, volume 2

Le chanteur publie « Volver », une suite à son album argentin « Palermo Hollywood » (2016).

Un coup de foudre pour Buenos Aires avait revitalisé l’inspiration de Benjamin Biolay au point de le voir retrouver avec Palermo Hollywood (2016), un panache (et un succès) inégalé depuis La Superbe (2009). Au point de le voir aussi produire plus de morceaux que ne pouvait alors en contenir ce disque, récompensé d’une Victoire de la musique (catégorie « Album de chansons »).
 
Lire la suite
___________________
___________________

jeudi, 25 mai 2017

RFI - Benjamin Biolay, Buenos Aires, an II

À peine plus d’un an après Palermo Hollywood, le prolifique Benjamin Biolay offre au monde Volver, tome II bien troussé dudit Palermo. Ce huitième album en seize ans de carrière se livre en effet, comme le septième, aux influences argentines et aux nuits de Buenos Aires. Le tango est là, certes, mais aussi les musiques urbaines de la patrie de Borges, Fito Paez et Ricardo Darin. Une belle expérience.

Lire la suite
__________________
__________________

L'actualité de la chanson française du 12 au 18 mai

Les artistes de la semaine : Benjamin Biolay, Isabelle Boulay, Clara Luciani, Nicolas Jules, Valerie Amboise, Archimède, Danielle Darrieux.....

La bande-annonce de la semaine : Barbara par Amalric et Balibar

Le clip de la fin de semaine - Leïla Huissoud - On s'connaît depuis longtemps

L'album de la fin de semaine : Isabelle Boulay, En vérité

Le concert de la fin de semaine : Mesparrow & Octave Noire dans Foule Sentimentale (Didier Varrod, France Inter)

BIOLAY

Télérama - Biolay, Volver

.... Un an après son très beau Palermo Hollywood, qui exhalait la moiteur enfiévrée des rues de Buenos Aires, le chanteur continue de marier les sons et les ambiances pour dire les brûlures de la vie et de l'amour. Il alterne ballades mélancoliques et déflagrations urbaines, parenthèses de gravité et titres dansants, tous unis par la chaleur de sa voix de crooner un brin désabusé. Volver est-il pour autant la suite de Palermo Hollywood ? Il s'en fait plutôt l'écho : on entend des vocalises lyriques, le flow tendu de la chanteuse-comédienne Sofia Wilhelmi, ou même le timbre doux de Chiara Mastroianni, partenaire de ¡Encore Encore !, duo sensuel et sexuel dont les va-et-vient rappelleront immanquablement Je t'aime moi non plus — perche de plus pour ceux qui l'associent systématiquement à Gainsbourg.

ISABELLE BOULAY

Le Parisien - Revivez le live et l'interview d'Isabelle Boulay au Parisien

La Québécoise était en direct sur notre page Facebook pour un live exceptionnel. 

Ils ont presque le même nom. Boulay, Biolay. Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Et ça fait presque 20 ans que ça dure. Isabelle Boulay, interprète rêvée, voix parfaite. Benjamin Biolay, auteur compositeur réalisateur bouillonnant. Le tandem s'est reformé, une fois de plus, pour le nouvel album de la québécoise «En vérité» qui sort ce vendredi, comme ils le font régulièrement.

VALERIE AMBOISE

Nos Enchanteurs - Valérie Ambroise décédée, tristesse chez Brassens

Si encore les gazettes se fendaient d’un entrefilet, trois quatre lignes pour simplement nous informer de son décès. Mais c’est dans un grand silence que Valérie Ambroise disparaît. Alors, parlons-en. Ambroise ? Seuls les fins amateurs de Brassens savent qui est cette dame, dont pourtant la carrière ne peut uniquement se résumer à l’excellente et intransigeante repreneuse qu’elle fut du chanteur à la pipe, non en en faisant sa propriété, mais… C’est par Brassens qu’adolescente elle se découvre vocation pour la chanson. Elle débute comme interprète en 1961 Chez le marquis, un des nombreux cabarets de la Rive-Gauche qu’elle écume ensuite. Luc Bérimont la programme dans ses émissions radiophoniques, notamment La fine fleur de la Chanson française.

BARBARA/BALIBAR/AMALRIC

C'est déjà ça - Le "Barbara" d'Amalric présenté à Cannes, sortira le 6 septembre

Le film sera présenté en ouverture de la sélection "Un certain regard" et sortira sur les écrans à la rentrée
"Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle."

CLARA LUCIANI

Télérama - Clara Luciani, Monstre d'amour

Voix grave et souple, faite de brumes et de clartés ; climat mouvant, entre références eighties, sixties, et guitares rock (trois réalisateurs y ont contribué, dont Benjamin Lebeau de The Shoes, et Ambroise Willaume de Revolver). Et surtout, chansons étranges, archi mélancoliques (« Dis-moi pourquoi je sombre dans des eaux, dans des om­bres »), pour ne pas dire angoissantes, comme quand la chanteuse se lance dans une plainte lancinante propre à hanter ceux qui l'écoutent (Pleure, ­Clara pleure).

L'Obs - Clara Luciani, ex-chanteuse du groupe La Femme, nous présente en exclusivité son premier album "Monstre d'amour", dans les bacs le 28 avril prochain. Écoutez son concert acoustique en direct.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, noyé sous le bleu des libellules

Ceux qui prennent Nicolas Jules pour un histrion pourront être surpris (désarçonnés ?). Les autres ont déjà deviné la profonde mélancolie cachée sous la blague potache, la bizarrerie de la lubie ; il n’est que d’écouter Une sale odeur ou J’aime la vie à mort.

Avec Crève-silence il réalise un album très différent des précédents, d’une cohérence noire absolue sur ses douze titres. Mais aussi, par son vocabulaire poétique, un opus totalement « nicolajulien » : « Mes tibias courent / Sur le tambour / De ta rue louche / Le diable est à / Mes trousses », la fulgurance des mots assemblés (« Je cherchais (…) la poulie pour mon cœur »), par ses identifiables rythmes musicaux, encore ralentis, amplifiés.

ARCHIMEDE

Baptiste Vignol - Entre deux tours

«On a les dirigeants qu'on mérite, / On se les coltine en mode repeat / Drôle de vie qu'on mène : / Métro, boulot, problèmes» (Je singe le monkey),  «Pardon pour le monde qu'on vous lègue, / Pardon pour les mers un peu deg', / Y avait pas de poubelle à la ronde ! / Pardon pour les plages qu'on bétonne, / Pardon pour les baleines qu'on harponne, / Fallait bien des cosmétiques pour nos blondes…» (Toujours plus con), «J'aurais pu végéter / Jusqu'à devenir une ombre / Mais j'ai préféré finir et te dédier / Cette chanson qu'à ton attention / J'ai nommée “La joie de rompre”» (La joie de rompre).... Des textes carrés qui dépeignent l'époque sur des musiques barrées, rock et pas baroques, Archimède avec MÉHARI survole le salmigondis des fanas de Dutronc, de Renaud, d'Oasis. Et tout ça fait un disque d'enfer (leur quatrième), plein de singles, d'humour et de sens. Comme d'hab.

MARIE ZOO

Nos Enchanteurs - Marie Zoo : mélodies en sous-sol

.... Ces réserves exprimées n’entachent nullement le travail de la chanteuse, auteure, compositeure et co-productrice. Mary Zoo habite chaque « station » explorée de ses vers en rapport avec le lieu : « Arrêtez de m’étouffer / Ma liberté j’vais la garder / J’veux respirer, je veux crier / Sainte-Anne, Sainte-Anne / Qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? » La belle a le bon goût, du côté des catacombes, d’appeler à elle Camille Saint-Saëns. Qui osera dire que ça fait macabre ? Mary s’imprègne des pierres humides, de ces murs a priori tous pareils, chargés d’histoires différentes, au-dessus comme en-dessous. Les musiques planent, les vers sont parfois en suspension, la fascination se mêle à la crainte, « Y’a des rats qui nous bouffent les boyaux / Des cafards qui nous rongent le cerveau ». Passe-murailles, on traverse le temps, s’infiltre dans les fissures, creuse un chemin… La chanson est ici une tête chercheuse : on vous recommande l’expérience.

DANIEL DARRIEUX

Baptiste Vignol - Entendre encore Danielle Darrieux

Elle chantait fort joliment, Danielle Darrieux, et mieux que ça. Aussi naturellement que son charme piquant illuminait le grand écran. D'ailleurs, de toutes les véritables stars du cinéma français qui possèdent une discographie digne de ce nom (elle fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1960), Danielle Darrieux est celle qui, avec Vanessa Paradis, chantait le plus juste. Elle est pourtant celle dont on a oublié les chansons, qu'elle choisissait avec tact.

MARIE D'EPIZON

Nos Enchanteurs - Marie d’Épizon, une sirène dans le bleu de la nuit

..... Là, pour la deuxième fois consécutive, après Les desseins des pensées d’il y a sept ans, Marie d’Épizon fait paroles et musiques communes avec Claude Kintzler, en tandem probant, épatant. Seuls trois titres sont écrits par autres qu’eux : Bernard Joyet (un vibrant et irrésistible exposé sur le portable), Joseph Moalic et Jean-Michel Piton. « Des gens debout qui crient bravo / A la colombe et son rameau / Et font savoir qu’ils sont heureux / J’en veux ». On écoutera avec attention le J’en veux signé par Jean-Michel Piton ; pour l’anecdote autant que la malice on le comparera avec le même J’en veux du même Piton, chanté cette fois par Francesca Solleville : deux versions différentes, celle de Marie d’Épizon avant menues corrections, avant rajout. Toutes deux pareillement soutenues par un accordéon : deux interprétations, l’une en délicatesse, l’autre plus en passion, question de caractère.

TORRETON/LEPREST

C'est déjà ça - Torreton transcendé, Leprest transcendant

Accompagné d'un Yann Perraud ébouriffant, Philippe Torreton rugit les mots de Leprest, donnant une force nouvelle à sa poésie décidément terrassante. Après le Haillan jeudi, le duo était hier à Arcachon.

BAB EL WEST

RFI - Bab El West, rencontre endiablée entre Maroc et Bretagne

Entre folk, soul et pop arabe, le groupe franco-marocain Bab El West ("la porte de l’Ouest") livre un premier album à l’énergie communicative : Douar. Calibrés pour donner du baume au cœur, les dix titres s’enracinent dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc… et sur la Côte de granit rose, en Bretagne. Rencontre avec trois des musiciens du groupe : Habib Farroukh, parolier, guitariste et chanteur, Clément Vallin, bassiste, et Marc Dupont, batteur.

mercredi, 24 mai 2017

Benjamin Biolay - On n'est pas couché 20 mai 2017 #ONPC

L'album de la semaine : Benjamin Biolay, Volver

L'actualité de la chanson française du 12 au 18 mai

Les artistes de la semaine : Benjamin Biolay, Isabelle Boulay, Clara Luciani, Nicolas Jules, Valerie Amboise, Archimède, Danielle Darrieux.....

La bande-annonce de la semaine : Barbara par Amalric et Balibar

Le clip de la fin de semaine - Leïla Huissoud - On s'connaît depuis longtemps

L'album de la fin de semaine : Isabelle Boulay, En vérité

Le concert de la fin de semaine : Mesparrow & Octave Noire dans Foule Sentimentale (Didier Varrod, France Inter)

BIOLAY

Télérama - Biolay, Volver

.... Un an après son très beau Palermo Hollywood, qui exhalait la moiteur enfiévrée des rues de Buenos Aires, le chanteur continue de marier les sons et les ambiances pour dire les brûlures de la vie et de l'amour. Il alterne ballades mélancoliques et déflagrations urbaines, parenthèses de gravité et titres dansants, tous unis par la chaleur de sa voix de crooner un brin désabusé. Volver est-il pour autant la suite de Palermo Hollywood ? Il s'en fait plutôt l'écho : on entend des vocalises lyriques, le flow tendu de la chanteuse-comédienne Sofia Wilhelmi, ou même le timbre doux de Chiara Mastroianni, partenaire de ¡Encore Encore !, duo sensuel et sexuel dont les va-et-vient rappelleront immanquablement Je t'aime moi non plus — perche de plus pour ceux qui l'associent systématiquement à Gainsbourg.

ISABELLE BOULAY

Le Parisien - Revivez le live et l'interview d'Isabelle Boulay au Parisien

La Québécoise était en direct sur notre page Facebook pour un live exceptionnel. 

Ils ont presque le même nom. Boulay, Biolay. Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Et ça fait presque 20 ans que ça dure. Isabelle Boulay, interprète rêvée, voix parfaite. Benjamin Biolay, auteur compositeur réalisateur bouillonnant. Le tandem s'est reformé, une fois de plus, pour le nouvel album de la québécoise «En vérité» qui sort ce vendredi, comme ils le font régulièrement.

VALERIE AMBOISE

Nos Enchanteurs - Valérie Ambroise décédée, tristesse chez Brassens

Si encore les gazettes se fendaient d’un entrefilet, trois quatre lignes pour simplement nous informer de son décès. Mais c’est dans un grand silence que Valérie Ambroise disparaît. Alors, parlons-en. Ambroise ? Seuls les fins amateurs de Brassens savent qui est cette dame, dont pourtant la carrière ne peut uniquement se résumer à l’excellente et intransigeante repreneuse qu’elle fut du chanteur à la pipe, non en en faisant sa propriété, mais… C’est par Brassens qu’adolescente elle se découvre vocation pour la chanson. Elle débute comme interprète en 1961 Chez le marquis, un des nombreux cabarets de la Rive-Gauche qu’elle écume ensuite. Luc Bérimont la programme dans ses émissions radiophoniques, notamment La fine fleur de la Chanson française.

BARBARA/BALIBAR/AMALRIC

C'est déjà ça - Le "Barbara" d'Amalric présenté à Cannes, sortira le 6 septembre

Le film sera présenté en ouverture de la sélection "Un certain regard" et sortira sur les écrans à la rentrée
"Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle."

CLARA LUCIANI

Télérama - Clara Luciani, Monstre d'amour

Voix grave et souple, faite de brumes et de clartés ; climat mouvant, entre références eighties, sixties, et guitares rock (trois réalisateurs y ont contribué, dont Benjamin Lebeau de The Shoes, et Ambroise Willaume de Revolver). Et surtout, chansons étranges, archi mélancoliques (« Dis-moi pourquoi je sombre dans des eaux, dans des om­bres »), pour ne pas dire angoissantes, comme quand la chanteuse se lance dans une plainte lancinante propre à hanter ceux qui l'écoutent (Pleure, ­Clara pleure).

L'Obs - Clara Luciani, ex-chanteuse du groupe La Femme, nous présente en exclusivité son premier album "Monstre d'amour", dans les bacs le 28 avril prochain. Écoutez son concert acoustique en direct.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, noyé sous le bleu des libellules

Ceux qui prennent Nicolas Jules pour un histrion pourront être surpris (désarçonnés ?). Les autres ont déjà deviné la profonde mélancolie cachée sous la blague potache, la bizarrerie de la lubie ; il n’est que d’écouter Une sale odeur ou J’aime la vie à mort.

Avec Crève-silence il réalise un album très différent des précédents, d’une cohérence noire absolue sur ses douze titres. Mais aussi, par son vocabulaire poétique, un opus totalement « nicolajulien » : « Mes tibias courent / Sur le tambour / De ta rue louche / Le diable est à / Mes trousses », la fulgurance des mots assemblés (« Je cherchais (…) la poulie pour mon cœur »), par ses identifiables rythmes musicaux, encore ralentis, amplifiés.

ARCHIMEDE

Baptiste Vignol - Entre deux tours

«On a les dirigeants qu'on mérite, / On se les coltine en mode repeat / Drôle de vie qu'on mène : / Métro, boulot, problèmes» (Je singe le monkey),  «Pardon pour le monde qu'on vous lègue, / Pardon pour les mers un peu deg', / Y avait pas de poubelle à la ronde ! / Pardon pour les plages qu'on bétonne, / Pardon pour les baleines qu'on harponne, / Fallait bien des cosmétiques pour nos blondes…» (Toujours plus con), «J'aurais pu végéter / Jusqu'à devenir une ombre / Mais j'ai préféré finir et te dédier / Cette chanson qu'à ton attention / J'ai nommée “La joie de rompre”» (La joie de rompre).... Des textes carrés qui dépeignent l'époque sur des musiques barrées, rock et pas baroques, Archimède avec MÉHARI survole le salmigondis des fanas de Dutronc, de Renaud, d'Oasis. Et tout ça fait un disque d'enfer (leur quatrième), plein de singles, d'humour et de sens. Comme d'hab.

MARIE ZOO

Nos Enchanteurs - Marie Zoo : mélodies en sous-sol

.... Ces réserves exprimées n’entachent nullement le travail de la chanteuse, auteure, compositeure et co-productrice. Mary Zoo habite chaque « station » explorée de ses vers en rapport avec le lieu : « Arrêtez de m’étouffer / Ma liberté j’vais la garder / J’veux respirer, je veux crier / Sainte-Anne, Sainte-Anne / Qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? » La belle a le bon goût, du côté des catacombes, d’appeler à elle Camille Saint-Saëns. Qui osera dire que ça fait macabre ? Mary s’imprègne des pierres humides, de ces murs a priori tous pareils, chargés d’histoires différentes, au-dessus comme en-dessous. Les musiques planent, les vers sont parfois en suspension, la fascination se mêle à la crainte, « Y’a des rats qui nous bouffent les boyaux / Des cafards qui nous rongent le cerveau ». Passe-murailles, on traverse le temps, s’infiltre dans les fissures, creuse un chemin… La chanson est ici une tête chercheuse : on vous recommande l’expérience.

DANIEL DARRIEUX

Baptiste Vignol - Entendre encore Danielle Darrieux

Elle chantait fort joliment, Danielle Darrieux, et mieux que ça. Aussi naturellement que son charme piquant illuminait le grand écran. D'ailleurs, de toutes les véritables stars du cinéma français qui possèdent une discographie digne de ce nom (elle fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1960), Danielle Darrieux est celle qui, avec Vanessa Paradis, chantait le plus juste. Elle est pourtant celle dont on a oublié les chansons, qu'elle choisissait avec tact.

MARIE D'EPIZON

Nos Enchanteurs - Marie d’Épizon, une sirène dans le bleu de la nuit

..... Là, pour la deuxième fois consécutive, après Les desseins des pensées d’il y a sept ans, Marie d’Épizon fait paroles et musiques communes avec Claude Kintzler, en tandem probant, épatant. Seuls trois titres sont écrits par autres qu’eux : Bernard Joyet (un vibrant et irrésistible exposé sur le portable), Joseph Moalic et Jean-Michel Piton. « Des gens debout qui crient bravo / A la colombe et son rameau / Et font savoir qu’ils sont heureux / J’en veux ». On écoutera avec attention le J’en veux signé par Jean-Michel Piton ; pour l’anecdote autant que la malice on le comparera avec le même J’en veux du même Piton, chanté cette fois par Francesca Solleville : deux versions différentes, celle de Marie d’Épizon avant menues corrections, avant rajout. Toutes deux pareillement soutenues par un accordéon : deux interprétations, l’une en délicatesse, l’autre plus en passion, question de caractère.

TORRETON/LEPREST

C'est déjà ça - Torreton transcendé, Leprest transcendant

Accompagné d'un Yann Perraud ébouriffant, Philippe Torreton rugit les mots de Leprest, donnant une force nouvelle à sa poésie décidément terrassante. Après le Haillan jeudi, le duo était hier à Arcachon.

BAB EL WEST

RFI - Bab El West, rencontre endiablée entre Maroc et Bretagne

Entre folk, soul et pop arabe, le groupe franco-marocain Bab El West ("la porte de l’Ouest") livre un premier album à l’énergie communicative : Douar. Calibrés pour donner du baume au cœur, les dix titres s’enracinent dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc… et sur la Côte de granit rose, en Bretagne. Rencontre avec trois des musiciens du groupe : Habib Farroukh, parolier, guitariste et chanteur, Clément Vallin, bassiste, et Marc Dupont, batteur.

lundi, 22 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 12 au 18 mai

Les artistes de la semaine : Benjamin Biolay, Isabelle Boulay, Clara Luciani, Nicolas Jules, Valerie Amboise, Archimède, Danielle Darrieux.....

Le clip de la semaine - Clara Luciani - Pleure Clara, pleure

La bande-annonce de la semaine : Barbara par Amalric et Balibar

L'album de la semaine : Benjamin Biolay

BARBARA/BALIBAR/AMALRIC

C'est déjà ça - Le "Barbara" d'Amalric présenté à Cannes, sortira le 6 septembre

Le film sera présenté en ouverture de la sélection "Un certain regard" et sortira sur les écrans à la rentrée
"Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle."

CLARA LUCIANI

Télérama - Clara Luciani, Monstre d'amour

Voix grave et souple, faite de brumes et de clartés ; climat mouvant, entre références eighties, sixties, et guitares rock (trois réalisateurs y ont contribué, dont Benjamin Lebeau de The Shoes, et Ambroise Willaume de Revolver). Et surtout, chansons étranges, archi mélancoliques (« Dis-moi pourquoi je sombre dans des eaux, dans des om­bres »), pour ne pas dire angoissantes, comme quand la chanteuse se lance dans une plainte lancinante propre à hanter ceux qui l'écoutent (Pleure, ­Clara pleure).

L'Obs - Clara Luciani, ex-chanteuse du groupe La Femme, nous présente en exclusivité son premier album "Monstre d'amour", dans les bacs le 28 avril prochain. Écoutez son concert acoustique en direct.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, noyé sous le bleu des libellules

Ceux qui prennent Nicolas Jules pour un histrion pourront être surpris (désarçonnés ?). Les autres ont déjà deviné la profonde mélancolie cachée sous la blague potache, la bizarrerie de la lubie ; il n’est que d’écouter Une sale odeur ou J’aime la vie à mort.

Avec Crève-silence il réalise un album très différent des précédents, d’une cohérence noire absolue sur ses douze titres. Mais aussi, par son vocabulaire poétique, un opus totalement « nicolajulien » : « Mes tibias courent / Sur le tambour / De ta rue louche / Le diable est à / Mes trousses », la fulgurance des mots assemblés (« Je cherchais (…) la poulie pour mon cœur »), par ses identifiables rythmes musicaux, encore ralentis, amplifiés.

BIOLAY

Télérama - Biolay, Volver

.... Un an après son très beau Palermo Hollywood, qui exhalait la moiteur enfiévrée des rues de Buenos Aires, le chanteur continue de marier les sons et les ambiances pour dire les brûlures de la vie et de l'amour. Il alterne ballades mélancoliques et déflagrations urbaines, parenthèses de gravité et titres dansants, tous unis par la chaleur de sa voix de crooner un brin désabusé. Volver est-il pour autant la suite de Palermo Hollywood ? Il s'en fait plutôt l'écho : on entend des vocalises lyriques, le flow tendu de la chanteuse-comédienne Sofia Wilhelmi, ou même le timbre doux de Chiara Mastroianni, partenaire de ¡Encore Encore !, duo sensuel et sexuel dont les va-et-vient rappelleront immanquablement Je t'aime moi non plus — perche de plus pour ceux qui l'associent systématiquement à Gainsbourg.

ISABELLE BOULAY

Le Parisien - Revivez le live et l'interview d'Isabelle Boulay au Parisien

La Québécoise était en direct sur notre page Facebook pour un live exceptionnel. 

Ils ont presque le même nom. Boulay, Biolay. Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Et ça fait presque 20 ans que ça dure. Isabelle Boulay, interprète rêvée, voix parfaite. Benjamin Biolay, auteur compositeur réalisateur bouillonnant. Le tandem s'est reformé, une fois de plus, pour le nouvel album de la québécoise «En vérité» qui sort ce vendredi, comme ils le font régulièrement.

VALERIE AMBOISE

Nos Enchanteurs - Valérie Ambroise décédée, tristesse chez Brassens

Si encore les gazettes se fendaient d’un entrefilet, trois quatre lignes pour simplement nous informer de son décès. Mais c’est dans un grand silence que Valérie Ambroise disparaît. Alors, parlons-en. Ambroise ? Seuls les fins amateurs de Brassens savent qui est cette dame, dont pourtant la carrière ne peut uniquement se résumer à l’excellente et intransigeante repreneuse qu’elle fut du chanteur à la pipe, non en en faisant sa propriété, mais… C’est par Brassens qu’adolescente elle se découvre vocation pour la chanson. Elle débute comme interprète en 1961 Chez le marquis, un des nombreux cabarets de la Rive-Gauche qu’elle écume ensuite. Luc Bérimont la programme dans ses émissions radiophoniques, notamment La fine fleur de la Chanson française.

ARCHIMEDE

Baptiste Vignol - Entre deux tours

«On a les dirigeants qu'on mérite, / On se les coltine en mode repeat / Drôle de vie qu'on mène : / Métro, boulot, problèmes» (Je singe le monkey),  «Pardon pour le monde qu'on vous lègue, / Pardon pour les mers un peu deg', / Y avait pas de poubelle à la ronde ! / Pardon pour les plages qu'on bétonne, / Pardon pour les baleines qu'on harponne, / Fallait bien des cosmétiques pour nos blondes…» (Toujours plus con), «J'aurais pu végéter / Jusqu'à devenir une ombre / Mais j'ai préféré finir et te dédier / Cette chanson qu'à ton attention / J'ai nommée “La joie de rompre”» (La joie de rompre).... Des textes carrés qui dépeignent l'époque sur des musiques barrées, rock et pas baroques, Archimède avec MÉHARI survole le salmigondis des fanas de Dutronc, de Renaud, d'Oasis. Et tout ça fait un disque d'enfer (leur quatrième), plein de singles, d'humour et de sens. Comme d'hab.

MARIE ZOO

Nos Enchanteurs - Marie Zoo : mélodies en sous-sol

.... Ces réserves exprimées n’entachent nullement le travail de la chanteuse, auteure, compositeure et co-productrice. Mary Zoo habite chaque « station » explorée de ses vers en rapport avec le lieu : « Arrêtez de m’étouffer / Ma liberté j’vais la garder / J’veux respirer, je veux crier / Sainte-Anne, Sainte-Anne / Qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? » La belle a le bon goût, du côté des catacombes, d’appeler à elle Camille Saint-Saëns. Qui osera dire que ça fait macabre ? Mary s’imprègne des pierres humides, de ces murs a priori tous pareils, chargés d’histoires différentes, au-dessus comme en-dessous. Les musiques planent, les vers sont parfois en suspension, la fascination se mêle à la crainte, « Y’a des rats qui nous bouffent les boyaux / Des cafards qui nous rongent le cerveau ». Passe-murailles, on traverse le temps, s’infiltre dans les fissures, creuse un chemin… La chanson est ici une tête chercheuse : on vous recommande l’expérience.

DANIEL DARRIEUX

Baptiste Vignol - Entendre encore Danielle Darrieux

Elle chantait fort joliment, Danielle Darrieux, et mieux que ça. Aussi naturellement que son charme piquant illuminait le grand écran. D'ailleurs, de toutes les véritables stars du cinéma français qui possèdent une discographie digne de ce nom (elle fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1960), Danielle Darrieux est celle qui, avec Vanessa Paradis, chantait le plus juste. Elle est pourtant celle dont on a oublié les chansons, qu'elle choisissait avec tact.

MARIE D'EPIZON

Nos Enchanteurs - Marie d’Épizon, une sirène dans le bleu de la nuit

..... Là, pour la deuxième fois consécutive, après Les desseins des pensées d’il y a sept ans, Marie d’Épizon fait paroles et musiques communes avec Claude Kintzler, en tandem probant, épatant. Seuls trois titres sont écrits par autres qu’eux : Bernard Joyet (un vibrant et irrésistible exposé sur le portable), Joseph Moalic et Jean-Michel Piton. « Des gens debout qui crient bravo / A la colombe et son rameau / Et font savoir qu’ils sont heureux / J’en veux ». On écoutera avec attention le J’en veux signé par Jean-Michel Piton ; pour l’anecdote autant que la malice on le comparera avec le même J’en veux du même Piton, chanté cette fois par Francesca Solleville : deux versions différentes, celle de Marie d’Épizon avant menues corrections, avant rajout. Toutes deux pareillement soutenues par un accordéon : deux interprétations, l’une en délicatesse, l’autre plus en passion, question de caractère.

TORRETON/LEPREST

C'est déjà ça - Torreton transcendé, Leprest transcendant

Accompagné d'un Yann Perraud ébouriffant, Philippe Torreton rugit les mots de Leprest, donnant une force nouvelle à sa poésie décidément terrassante. Après le Haillan jeudi, le duo était hier à Arcachon.

BAB EL WEST

RFI - Bab El West, rencontre endiablée entre Maroc et Bretagne

Entre folk, soul et pop arabe, le groupe franco-marocain Bab El West ("la porte de l’Ouest") livre un premier album à l’énergie communicative : Douar. Calibrés pour donner du baume au cœur, les dix titres s’enracinent dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc… et sur la Côte de granit rose, en Bretagne. Rencontre avec trois des musiciens du groupe : Habib Farroukh, parolier, guitariste et chanteur, Clément Vallin, bassiste, et Marc Dupont, batteur.

dimanche, 21 mai 2017

Benjamin Biolay, Dans la Marco Benz (INA, 2008)