Web Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 avril 2016

Manu : Comment te dire adieu - Théâtre - Nouvelle Star 2016

mercredi, 16 mars 2016

L'actualité de la chanson française de la semaine du 4 au 10 mars

Le clip de la semaine : Séverin, France-Brasil

Les vidéos de la semaine : Makja, Sandrine Cabadi, Philémon Cimon, Séverin et les artistes du festival des Chants de Mars à Lyon

A la une

Télérama, Valérie Lehoux - Arman Méliès, Vertigone

Sa voix est toujours chaude et écorchée. Mais avec des guitares psyché et une batterie martelante, le chanteur se fait plus direct, plus sauvage.

Encore un. Un qui façonne dans l'ombre médiatique une chanson distinguée, labyrinthique parfois mais plus souvent enivrante, inquiète toujours et pourtant pas sombre. Un qui cherche, qui avance, au risque de s'égarer un peu (les sons très synthétiques de son dernier album désincarnaient son chant), et qui réapparaît aujourd'hui avec un cinquième disque incandescent, aussi riche que concis. Plus direct et plus droit que les précédents. Moins sophistiqué. Presque abrupt. Disque sauvage, cinglant, à la tonalité rock, aux tentations psyché, aux mélodies-mélopées d'une redoutable envergure, aux tempos martelés comme des certitudes ou des désirs impossibles à enterrer.

C'est déjà ça - Méliès : voyage sur le volcan

Après quatre albums assez radicaux, Arman Méliès éblouit toujours mais y ajoute l'émotion dans "Vertigone". En concert ce soir à Bordeaux, demain à Cognac.

Arman pour le peintre plasticien, Méliès pour le cinéaste. Le premier accumulait les produits manufacturés pour mieux illustrer le productivisme. Le second a inventé le rêve et l’audace au cinéma. L’auteur-compositeur Arman Méliès chante entre ces deux pôles, avec la précision d’un musicien chevronné, avec l’onirisme d’une plume imagée.

Le Figaro - Arman Méliès, vers les hauteurs

Vertigone, son cinquième album, est sans conteste le meilleur disque de la jeune carrière d'Arman Méliès. Cet ancien membre du groupe Enola s'est lancé en solo il y a un peu plus de dix ans et a su affirmer progressivement une identité forte, tout comme une exigence jamais prise en défaut.

Son site Web

Sur Facebook

BALTHAZE

Hexagone - Balthaze, un visible animal

Balthaze sera sur la scène du Zèbre de Belleville le 24 mars pour le concert de sortie de son premier album. C’est un artiste que je connais maintenant depuis quelques mois. Dès que j’ai découvert quelques uns de ses morceaux, son projet m’a tout de suite parlé. Depuis, je l’ai revu sur scène régulièrement, dans des formules différentes et avec de nombreux instruments. En solo, en trio, avec pleins de copains sur scène, invité par d’autres artistes, à la guitare, au banjo, au mandole… Et à chaque fois, il fait mouche. Avec des textes forts et des sonorités remplies de multiples influences, son répertoire est très riche. Il y a quelque chose qui me touche tout spécialement dans ce qu’il fait. Je ne saurais dire si c’est son approche de la musique, la façon dont il nous emmène voyager avec, la sincérité de l’interprétation, l’importance du contenu ou l’authenticité de l’artiste. Certainement l’association de tout ça à la fois. Alors forcément, j’ai eu envie de lui poser quelques questions.

BAPTISTE W.HAMON

Télérama - Baptiste W. Hamon, L'insouciance

A Nashville, un jeune baladin bien entouré chante dans sa langue ses fantasmes d'Amérique sur fond de violon et de pedal steel. Fin et habité.

Un signe qui ne trompe pas à l'écoute du tout premier morceau : après l'intro, au joli trot country des guitares, au bourdon du violon, on s'attend à ce que sonne une voix ad hoc, américaine. Et puis non, voici le candide et crâne Baptiste : « Moi j'aime une fille, son nom c'est Joséphine. » Le Grand Meaulnes est à Nashville et il apprend vite.

SANDRINE CABADI

Claude Fèvre - Sandrine Cabadi, un album qui fait boum

Avec Sandrine Cabadi, on a bien l’impression qu’il se passe quelque chose dans le monde du disque depuis qu’elle l’a fait entendre. On lit ici et là des chroniques enthousiastes et voilà qu’Hélène Hazera l’invite sur France Culture. C’est dire !

C’est en scène que depuis des années elle s’accroche coûte que coûte à son rêve. De petite scène en petite scène, elle y va de sa goualante derrière son clavier, jamais sans sa casquette, version p’tit gars à qui on ne l’a fait pas, avec sa voix de chanteuse des années 30, des « R » qui roulent jusqu’à vos pieds et leur donnent envie de danser la java !

Nos Enchanteurs - C’est dit, c’est Cabadi !

Car ce nouvel opus, totale rupture qui signe l’arrivée d’une chanteuse sur laquelle il faudra désormais compter, est sincèrement un pavé, pas comme ceux qu’on s’envoyait à la figure jadis au quartier latin, mais comme un disque qui déjà nous marque, nous touche pile dans le mille. Sincère, enjouée, d’une voix assurée, qui parfois fait songer à Juliette la diva, notre trentenaire Cabadi (c’est l’âge qu’elle se donne en se plaignant du Complexe de la trentenaire) fait bonne impression par une galette où tout est bon : les musiciens, l’orchestration, les arrangements, l’interprétation (on se dit que Cabadi est capable de tout chanter, de la douceur à la furie, de la mélancolie à l’humour…), les textes… Tout !

SEVERIN

RFI - Séverin, chansons d’amour et de samba, Nouvel album, Ça ira tu verras

On avait suivi de loin ses débuts discrets dans la chanson, l’oreille distraite par le "trop" d’électro pop qui prenait le pas sur une écriture hésitant encore à se frotter au français. Trois disques plus tard, Séverin a pris ses marques. Résultat : beaucoup de ballades, un peu de samba, et un très abouti Ça ira tu verras.

Culturebox - Séverin : un clip génial et un bel album aux saveurs brésiliennes

Séverin lance son deuxième album solo de la plus belle des manières : avec un clip très réussi qui met en scène le dialogue joyeusement difficile d’un couple franco brésilien, à l’aide de l'outil Google de traduction automatique.

BERNARD JOYET

Chansons que tout cela - Bernard Joyet, à auteur d’âme

Qui l’ignore encore ? Bernard Joyet est l’une de nos plus fines plumes de la chanson. S’il s’y est mis un brin « tardivement » courant 1985 en duo rigolard avec le batteur Roland Salomon (Joyet et Roll Mops), les choses « sérieuses » ont commencé en solo avec le nouveau millénaire. L’an dernier est sorti son quatrième album, AUTODIDACTE II, un cru haut de grappe à apprécier d’abord en scène (notamment le 14 mars au Vingtième Théâtre*, à Paris) en compagnie de la pianiste Nathalie Miravette.

GAINSBOURG

Double Note, Victor Hache - Serge Gainsbourg, 25 ans après, toujours à la page

Victor  Hache,  25 ans de la mort de Serge Gainsbourg. À l’occasion du 25e anniversaire de la mort du chanteur, le journaliste Bertrand Dicale publie Tout Gainsbourg. Une somme de plus de 1 000 pages qui explore l’œuvre d’un artiste qui a souvent connu l’échec avant de triompher en 1979 avec la Marseillaise en reggae, Aux armes et cætera.

MAJKA

Hexagone - Makja – Un camp

Makja, est une de mes belles découvertes aux Rencontres d’Astaffort de mai 2015. Il m’avait touché par l’intensité de son interprétation. Basé en Aquitaine, on le voit malheureusement trop peu en région parisienne, mais depuis j’ai gardé un œil attentif sur l’évolution de ses projets. C’est donc avec joie que j’ai appris la sortie d’un EP en mars !

PHILEMON CIMON

Il y a deux ans, une chanson venue du Québec (Moi, j'ai confiance) nous saisissait par sa grâce androgyne. Qui pouvait chanter de cette voix à peine juste mais captivante l'irrépressible envie de croire en l'amour ? Philémon Cimon, trentenaire gracile, auteur à l'époque de deux disques — le premier aux ­accents cubains ; le deuxième, très pop dépouillée — passés inaperçus ici. Ce nouvel album, au son vintage un peu yéyé, saupoudré d'embruns de surf musique, devrait permettre au jeune homme de se faire remarquer. Ses ­petites histoires, moins innocentes que ses textes naturalistes et son timbre ­angélique ne le laissent supposer, ont le don de déclencher de mini-tornades sentimentales.

GIEDRE

L'Obs - GiedRé : "C'est dur d'être une femme, c'est dur d'être un nain..."

A 30 ans, la chanteuse de "Toutes des putes" s'est spécialisée dans la comptine trash pour dénoncer le sexisme. Portrait, en musique. 

ans "Belle au bois dormant", GiedRé remixe les contes de fées de notre enfance en y ajoutant une touche sodomite : un homme rencontre dans une forêt une princesse transexuelle qui a un fort accent brésilien et un pénis. Il part en courant : "Elle le rattrapa bien vite/ Et contre un épicéa/ La belle sortie sa bite/ Et l'encula."

Dans une autre chanson, "les Petits enfants", GiedRé raconte l’histoire d’une petite fille et d’un pédophile à l’arrière de son camion ("L’un pleurant, l’autre chantant/ Ainsi va la vie, ainsi font les gens").

ORELSAN

Libé - De Ferré à Orelsan, brève chronologie du sexisme dans la chanson française

L'affaire Orelsan, accusé de faire l'apologie de violences contre les femmes, s'est close jeudi par la relaxe de l'artiste. Pour autant, elle ne doit pas faire oublier que l'histoire de la chanson française, à l'image de la société dont elle se fait souvent le miroir, a été émaillée de paroles sexistes, plus ou moins assumées.

EDDY LA GOOYATSH

Nos Enchanteurs - Eddy La Gooyatsh, le doux et le méchant

Oui, des chansons chez l’Eddy. Pas de celles de circonstance, pas d’éclats de voix, mais l’observation poétique de notre quotidien, de notre environnement, de nos sentiments, de nos émotions. Un peu hors du temps, « au temps du joli temps… », celui « qui feint de n’être que de passage », hors des mouvements… Des chansons comme toujours contemplatives, comme des tableaux : un disque de La Gooyatsh est une cimaise, onze œuvres y sont cette fois accrochées.
 
DAVID KILEMBE
 
 
La biographie de Davy Kilembé nous dit que cet artiste indépendant (nombreux le sont) est « reconnu par beaucoup pour son talent. » Pour son talent indéniablement, mais pas que. Car le talent ne fait pas tout. S’il est si apprécié tant du public que de ses collègues, c’est qu’il développe d’autres qualités, la générosité n’étant pas la moindre.

lundi, 07 mars 2016

ACOUSTIC SPECIAL SERGE GAINSBOURG - L'intégrale / TV5MONDE

dimanche, 27 septembre 2015

L'actualité de la chanson française du 21 au 27 septembre (mise à jour)

Les vidéos de la fin de semaine : Klô Pelgag, la québécoise en concert au Fanthéon de Miribel à côté de Lyon le 2 octobre.

Le clip de la fin de semaine : Chloé Lacan - La Pêche au Bonheur

Le concert de la fin de semaine : Evelyne Gallet ACP Manufacture Chanson le 14 février 2014

Le clip de la semaine : Evelyne Gallet, Dans mon pays (Boby Lapointe)

La chanson de la semaine : Leila Huïssoud, "La Vieille" (Patrick Font)

A la une

Télérama - Klô Pelgag, l'extra terrestre de Montréal

Elle semble aussi étrange que son nom : Klô Pelgag fait des chansons fantasques et décalées, à la poésie inquiétante. En juillet 2014, lors des Francofolies de Montréal, nous l'avions rencontrée. A l'heure du rendez-vous, elle avait faim... Replay.

RFI - Klô Pelgag, sensation québécoise, Premier album, L'alchimie des monstres

Avec L'alchimie des monstres, album de pop orchestrale en éventail, Klô Pelgag, jeune Québécoise décomplexée, impose un style fantasque et imagé qui confine au panache. À coup sûr, elle fera causer d'elle au Printemps de Bourges le jeudi 24 avril, ainsi que dans de nombreuses contrées francophones.

Le Figaro - Klô Pelgag, l'audacieuse québécoise

.....Son album est sorti voilà un an tout juste, mais elle profite de sa nouvelle tournée française pour le présenter dans une version agrémentée de plusieurs chansons nouvelles. Lesquelles confirment le talent et l'audace de cette tête brûlée. Si elle rejette l'appellation «théâtrale», Klô Pelgag - Chloé Pelletier-Gagnon à la ville - impose pourtant un spectacle qui dépasse le cadre du simple tour de chant.

27 septembre

Télérama - Pour "Paris Mélodies", Le Sacre du Tympan revisite la chanson française

Paris est une muse et les chansons qui s'y réfèrent ne manquent pas. Fred Pallem et ses invités ont donc eu l'embarras du choix au moment de choisir le répertoire de Paris Mélodies, une création commandée par la Philharmonie dans le cadre du Week-end La Ville. Aux commandes du Sacre du Tympan, son orchestre qui trouve dans le jazz la liberté de voyager partout ailleurs, Fred Pallem accompagnera Philippe Katerine, Albin de la Simone, Yael Naim, Bernard Lavilliers, Mina Tindle et Sanseverino pour un hommage à Paname que l'on imagine tantôt poilant, poignant ou surprenant, tout sauf compassé – pas le genre de la maison. Présentation, par l'arrangeur en chef, de cinq des chansons et de leurs interprètes.

Hexagone - Evelyne Gallet, dix ans de « Confitures » à Agend’Arts

Les confitures, le premier album d’Evelyne Gallet a dix ans et Evelyne a souhaité chanter à nouveau ces chansons écrites par Patrick Font. Celui-ci avait le projet de fêter sur scène ses 75 ans. Ces deux projets ont été réunis et vont donc s’enchaîner sur la scène d’Agend’Arts à la fin de la semaine, cette salle dont on parlait ici même avec Guillaume Lloret en juillet dernier. Gageons qu’il y aura beaucoup de beaux moments au cours de ces 4 spectacles et probablement l’occasion d’entendre une nouvelle fois Ne la dérangez pas, chanson de Patrick Font remarquablement interprétée par Evelyne. J’ai rencontré Evelyne Gallet au Café de la Crèche, un bar de la Croix-Rousse à Lyon où l’ont peut venir chanter les meilleures chansons françaises lors des « apéros-musette » de Magali Berruet. Une très bonne adresse donc, pour parler chanson avec Evelyne.

26 septembre

Hexagone - Soirée TriFaZé : bon plan à trois

Dans la séquence découverte, cher Hexagonaute, aujourd’hui je ne te propose pas un artiste, pas deux artistes, mais trois ! Rien que ça ! Au diable l’avarice et les avares vicieux ! Qui peut le plus peut le plus et tout ça, alors pourquoi pas me suis-je dit. D’autant plus que j’ai une tonne d’articles en retard, que je ne voulais pas passer cette soirée sous silence parce que j’en avais pris date depuis un bout de temps déjà, alors je claque juste quelques mots sur chacun d’entre eux, quelques photos, quelques vidéos et on y reviendra forcément dans les mois à venir. Je te raconte.

25 septembre

Libé - Chanson française : les radios filent un mauvais quota

Une règle vieille de vingt ans impose 40 % de titres francophones sur les ondes. Difficile à respecter dans le contexte actuel.

La lettre pro - Une mesure pour la diversité : soutenons les artistes francophones!

Alors que, depuis ce matin, les radios privées "se mobilisent et mobilisent leurs auditeurs face à la réforme des quotas francophones", un collectif d'organismes liés à l'industrie musicale rappelle à son tour, dans une tribune que nous publions, que "l’efficacité des quotas n’est plus à démontrer".

.... Il y a quelques jours, dans le cadre de la loi Liberté et Création, les parlementaires de la Commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale ont adopté un amendement assurant une plus grande diversité dans l’exposition musicale à la radio et ont voté un contrôle renforcé du Parlement sur l’action du CSA pour faire respecter les dispositions relatives à la diffusion de chanson française.

C’est une avancée capitale pour la création musicale qui n’entrave en rien la liberté éditoriale des radios mais ouvre la porte de leur programmation à 2 nouveaux titres par mois. Au nom de la diversité culturelle, de la chanson française dans toutes ses expressions (rap, musique urbaine, électro, chanson rock, pop…), nous, auteurs, compositeurs, artistes, producteurs appelons de tous nos voeux la validation de ces amendements en séance publique.

Culturebox - Chanson française : les radios privées sont contre la réforme des quotas

Les radios privées ont qualifié mercredi de "liberticide" un amendement adopté la semaine dernière à l'Assemblée visant à éviter que les mêmes tubes francophones tournent en boucle sur les ondes afin de se conformer aux quotas imposés par la loi.

24 septembre

Le 10 vins blog - Coup de coeur : Nuits blanches avec un hibou sage - Evelyne Gallet

.... Assister à un concert d'Evelyne Gallet, c'est un événement. Généreuse, enthousiaste, avec la fausse ingénuité d'une débutante qui se chercherait encore un public, elle vous entraîne  dans son univers où la truculence le cède sans hiatus à l''émotion contenue et vice versa. L'accompagnement (elle-même à la guitare pour quelques titres et, du début à la fin, Arnaud Jouffroy à la guitare également, ou, dans "Les confitures", à l'orgue de Barbarie)  souligne le chant mais n'empiète jamais. Et puis la voix, claire, nuancée, tour à tour coquine et douce, un brin rêveuse, et qui sait aussi monter le ton à bon escient, bien que les vrais coups de gueule ne soient pas nombreux dans son répertoire. En tout cas, un des timbres les plus chaleureux et les plus expressifs que j'aie entendus.

23 septembre

Mais qu'est ce qu'on nous chante ? Chanteur de choc

Essentiel, voilà l'adjectif qu'il faut accoler à LA MAISON HAUTE de Bastien Lallemant sorti début 2015. Chanceux qui le découvrira. Intraitable dans sa qualité, tous les mots y sont à leur place, nombreux, variés, forts ou fins. Depuis combien d'années n'avions-nous pas entendu chose aussi belle, pleine d'espoir et cependant terrifiante que Le vieil amour, chantée avec Françoiz Breut ? Mais Un fils de Dieu jouit également d'une résonance inouïe

Nos Enchanteurs - Gérard Pierron au fil de l’eau

Il y a dans ce titre, Sillons Sillages, comme le rappel d’une de ses chansons de derrière les fagots, Falot Falotte. Il y a, premières images, la mer, souvenirs de quand il s’est fait embarquer, en 1969, sur un Terre-Neuvas, comme électricien, son roman de Melville à lui « J’avais vingt-quatre ans, j’en paraissais dix-sept, et les marins disaient : qu’est-ce qu’il vient faire ce gamin sur le bateau ? » Il adorait plus que tout changer les lampes en haut des mats…

Mais qu'est ce qu'on nous chante ? C'était Téléphone

Être ou ne pas être rock. La question suscite des débats hystériques, parmi la critique s'entend, depuis la naissance du courant vers la fin des années 50. Une chose est sûre, dans cent ans les jeunes gens rebelles se contreficheront du rock'n roll (écrit à l'américaine) autant qu'ils se désintéressent aujourd'hui des premières cantates de Bach.

Nos Enchanteurs - Gainsbourg par Balandras : au livre et cætera

C’est un dossier, une de ces affaires de la République. Et ce n’est pas Monsieur X qui nous la raconte mais un acteur de la chanson, Laurent Balandras, journaliste, auteur, producteur… Par un livre tiré du dossier qu’en avait constitué le principal intéressé, la victime. Tout y est : les articles assassins de celui qui fut Droit dans ses bottes comme d’autres plumitifs, les coupures de presse qui relatent l’événement strasbourgeois, les lettres et télégrammes de soutien, les photos, tout.

Mais qu'est ce qu'on nous chante ? Rien qu'une chanteuse populaire

Elle a de la voix, Geneviève. Et chante sans calcul ni cérémonie. Pas comme les souris de The Voice à qui l'on demande de chanter fort parce que ça impressionne le public, même si les pauvres ne comprennent pas souvent ce qu'elles clament... Geneviève Morissette, elle, y va tout de go, avec finesse mais sans détour ni trémolos, ce qui donne à son chant une verdeur extrêmement plaisante.

22 septembre

RFI - Michel Jonasz, trois décennies d’Unis vers l’Uni, Concert et anniversaire

C’était il y a trente ans. En 1985, Michel Jonasz sortait chez Atlantic Records, son disque phare, Unis vers l’Uni, aux multiples récompenses, et entamait la tournée éponyme. Les 18 et 19 septembre derniers, sur la scène du Casino de Paris, il a repris ce répertoire, avec des membres émérites de l’équipe originelle : son complice de toujours, le pianiste Jean-Yves D’Angelo, le batteur de jazz Manu Katché, rejoints par le contrebassiste Jérôme Regard. Diablement groovy, le quartet "jazz" a livré, pour la Première, un show plein de panache et d’émotion. On vous raconte !

RFI - Selim, un autre Chédid en liberté, Premier album, Maison rock

C'est ce qui s'appelle une famille prolifique qui n'en finit pas d'apprivoiser le mouvement perpétuel. Et cette fois-ci chez les Chédid, on pioche le nom de Joseph. Comme son frère et sa sœur, Selim préfère avancer masqué. Son premier album Maison rock, nerveux et brut, est une sorte de melting-pot musical.

21 septembre

Le blog de Norbert Gabriel - Tout feu Tout femme, Valérie Mischler, le retour…

Dans 15 jours, Valérie Mischler reprend ses soirées au Connétable dans un tout nouveau spectacle, dont vous avez quelques indications ci-dessus.

Il doit bien rester quelques places pour les derniers privilégiés qui seront à cette première.

Mais revenons à Octobre 2014, au Connétable quand Valérie Mischler y a fait sa série de soirées avec Bernard Dimey. Lors de la deuxième soirée un groupe de japonais était présent. Jusques là , rien d’extravagant, Le Connétable est un cabaret inscrit sur la liste des lieux à voir pour les touristes attirés par la chanson, et un certain folklore parisien . Ce qui est plus épatant, c’est l’appel téléphonique quelques jours plus tard, proposant une invitation au Japon pour Juin 2015.

Hexagone - Soirée Sacem. Askehoug, un rock pictural

L’autre soir, même que c’était le 16 septembre et qu’on était un mercredi, j’ai chaussé ma boîte à images et j’ai pris la route des Trois Baudets. Il y avait un petit moment que j’avais fait un nœud d’une croix ou marqué d’un mouchoir sur mon agenda, ou l’inverse je sais plus, enfin bref j’avais prévu d’aller à la première soirée Scène Sacem de la saison.

Le blog de Norbert Gabriel - Les hormones Simone, Evasion chante Anne Sylvestre…

Elles sont 5 à partir en grande ballade dans les chansons d’Anne Sylvestre: Evasion, plus de 25 ans de vie artistique, c’est la sortie de leur  8 ème album qui sera fêtée le 21 septembre au Vingtième Théâtre, à Ménilmontant. Elles ont fait les scènes les plus prestigieuses, les Festivals de France et du Canada, toujours « unies comme les 5 doigts de l’humain » humaines résolues à porter leurs voix dans tous les registres de la chanson qui fait bouger les idées vers un monde plus vivable.

Nos Enchanteurs - Fête de l’Huma 2015. C’est le luth final ! [1/3]

Ils sont venus, ils sont tous là.  Nous aussi.

80ème édition oblige, et comme l’an passé, NosEnchanteurs ne pouvait faire l’impasse sur cet incontournable événement populaire, parenthèse enchantée de partage, de rencontre et de communion laïque… Sans occulter aucunement échanges et débats politiques, c’est avant tout par le biais chanson, et musique en général, que nous apporterons notre regard et notre plume… Et quoi de mieux, pour vous faire vivre ces moments magiques de l’intérieur, que de s’immerger non-stop durant trois jours et deux (très, très courtes…) nuits ?

Nos Enchanteurs - Fête de l’Huma 2015. De boue, les damnés de la Terre ! [2/3]

Puisque nous voici embourbés jusqu’au cou et la tête dans les étoiles, conservons nos quartiers au pied de cette Grande Scène de plus en plus détrempée pour accueillir l’incontournable Manu Chao. Bon, soyons honnêtes (une fois n’est pas coutume…), on l’a vu des dizaines de fois en concert, on connait un peu par cœur le principe et l’idée et pourtant, bordel, on se laisse choper et emporter par l’ambiance de feu et de fou, par les refrains attendus et espérés, par l’ambiance survoltée et terriblement bon enfant. C’est dès son entrée en scène une véritable euphorie collective comme rarement vue (et pourtant…), de quoi réfléchir vraiment quant au pouvoir incroyable d’une simple chanson à réunir et à fédérer des milliers de si belles énergies humaines… Les cuivres chaleureux et puissants se font sang de la terre, sang de la vie, offrant un pont vertigineux entre les rythmes et les mots, entre le rite et le beau, entre les tripes et la peau.

Le blog de Norbert Gabriel - Béart, Ferré, Brassens, Gainsbourg, tous des ratés des arts majeurs…

Tous des ratés des arts majeurs, Ferré, Brassens, Gainsbourg, l’un aurait voulu être Villon , l’autre Beethoven ou Mozart, le dernier Van Gogh ou Picasso, pour la gloire de son vivant, c’est mieux.

Art majeur pour mineures

Ce qu’il reste de cette soirée Apostrophes de 1986, c’est le numéro de com’ esbrouffe de Gainsbourg avec sa digression sur les arts majeurs « à initiation ». Quant à la musique et la chanson, elles ne seraient que des ersatz d’art accessibles à des imbéciles incultes car non initiés.

Stéphanie Berrebie - Evelyne Gallet : Orange is the new black ?

.... Après avoir longuement tourné sur le spectacle Boby Lapointe Repiqué (elle reprend d’ailleurs manigfiquement Dans mon pays), Evelyne revient sur scène en formule duo. Une chaussure en illustration de disque comme pour dire que ça va dépoter, ou qu’elle va mettre des coups de pieds dans la fourmilière…  c’est fait … et bien fait !

Lyon Info (2010) - Evelyne Gallet remonte sur scène et le moral

« Je suis une fille de scène. » Pas de mystère, elle a ça dans le sang. Evelyne Gallet monte sur les planches depuis qu’elle a 11 ans et elle adore ça. Armée de sa guitare, d’une voix qui sait se faire au besoin douce ou rugueuse, et d’une bonne dose d’autodérision, elle revient à Lyon pour 2 concerts et un hommage à Michael Jackson.

Froggy's Delight - Evelyne Gallet Nuits blanches avec un hibou sage  (Samedi 14 / L'Autre Distribution)  mars 2015

C’est tout d’orange vêtue qu’Evelyne Gallet revient avec ce quatrième album :

Nuits blanches avec un hibou sage. Après deux albums studios et un live, des concerts et des salutations de la critique. Evelyne Gallet a gagné plusieurs prix, dont un prix à Sémaphore en chansons, signe d’un son avant-gardiste et intelligent, et un prix Jacques Brel, signe d’une poésie acérée et viscérale. Nous sommes donc en droit d’exiger de l’audace et de la finesse dans ce quatrième bébé.

Le clou dans la planche - L'infidèle effrontée

Evelyne Gallet est de retour sur la scène du théâtre du Grand Rond jusqu'à la fin de la semaine.

Il n'est ps mauvais de prendre un apéro en compagnie de cette chanteuse qui n’a pas froid aux yeux puisqu'elle a chaud au... Bon, on ne vous fait pas un dessin.
Sous sa tignasse rousse, Evelyne Gallet scrute la salle de ses grands yeux bleus. Fièrement campée sur ses deux jambes, sa guitare folk en bandoulière, le regard frondeur et le verbe haut, elle affiche d’emblée son statut assumé de femme infidèle qui ne saurait se contenter d’un Jules. Des principes moraux de la famille et des sermons bien-pensants des grands-mères elle a vite fait table rase pour faire honneur à une seule chose, la liberté, sexuelle notamment, la seule à laquelle elle soit fidèle. Avec ses allures de femme indomptable, Evelyne Gallet chante l’amour libre et met en garde l’éventuel prétendant qui voudrait tenter l’aventure : "J’te suivrai pas dans ta chaumière", lui déclare-t-elle, puis "J’te suivrai pas jusqu’à l’église", enfin "J’te suivrai pas dans la légende." Puis en guise d’intermède, elle lance un de ses fameux proverbes savoyards : "Dans le couple, y’en a toujours un de trop !"

Nos Enchanteurs - Patrick Font et Évelyne Gallet, histoire de transmission

..... Sociologue malgré elle, elle s’immisce dans les vies de couple en vendant des lingeries fines. Choquée de la jalousie excessive de son mari, elle le larde de coups de couteau. Elle disserte ici sur les gens, là sur les punks ; se refait le monde en taillant sur les envies, les besoins, supprimant carrément l’argent : « Plus de crise économique / Sans le fric, sans le fric / Plus de marchés financiers / Qui nous marchent sur les pieds… » Et les vieux amoureux qu’elle chante ne se touchent plus que par malentendu (élégantes dissonances relevées par Balmino). Super-maman hyper-active dans une chanson, elle est la tendresse maternelle dans l’autre, instinct de mère, instinct de louve : « Ça déchire mes entrailles, je ne suis que sa mère / Sa meute, son troupeau, sa famille, son repaire. » Magnifique !

dimanche, 09 août 2015

INA (1973) Serge GAINSBOURG "Ballade de Mélody Nelson"

INA (1967) Serge Gainsbourg France Gall "Dents de lait, dents de loup"

INA (1977) Jane Birkin, La ballade de Johnny Jane

samedi, 08 août 2015

INA (1972) Interview de SERGE GAINSBOURG par PIERRE BOUTEILLER

INA (1965) France Gall "Poupée de cire, poupée de son"

Le concert de la fin de semaine : Serge Gainsbourg au Casino de Paris

vendredi, 07 août 2015

INA (1977) Serge Gainsbourg "J'suis snob"