Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 août 2017

Nos Enchanteurs - Barjac 2017. Véronique Pestel en son jardin

Il est des artistes incapables de mentir, de chanter ce qu’ils ne ressentent pas, ce qu’ils ne sont pas. Véronique Pestel est de celles-là. Tous ses textes sont ciselés dans sa chair, ses musiques baignent dans son énergie vitale. Et il est des lieux et des publics qui lui permettent d’exprimer au mieux son envie de partage, son exigence de qualité, sa recherche de la perfection dans la forme du message qu’elle veut transmettre. Barjac est de ceux-là.

Lire la suite
___________________
___________________

jeudi, 03 août 2017

Claude Févre - Barjac m’en Chante 2017 – B. comme Fontaine et Véronique Pestel, Faire autrement…

Il arrive qu’un spectacle, qu’un concert, voire deux nous transportent très au-delà du divertissement. Les concerts de ce soir sont de ceux-là. De ceux qui  donnent un sens à la vie, à ses paradoxes. A  son ombre, à sa lumière.

Les artistes sont nos miroirs et nos lanternes. Sans eux où irions-nous, misérables funambules sur le fil de nos existences ? « Fragiles et debout » chante une jeune Julie…

On le sait tous, l’homme est fou, écrit Claude Nougaro au bout de sa mouvementée, « une vie de vertes et de pas mûres »… Comment faire alors ? Comment poursuivre sa route, atteindre ce jardin « d’odeurs comme en avaient les fleurs / Que l’on avait cru disparues »… Comment gagner l’espérance pour demain ?

Aussi éloignés que peuvent paraître les univers de Brigitte Fontaine et de Véronique Pestel, ils affrontent pourtant ce même dilemme existentiel. D’ailleurs ce soir c’est avec Jacques Prévert, avec le poème enregistré par Hervé Suhubiette et Lucas Lemauff que tout commence.

Lire la suite
___________________
___________________

jeudi, 11 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 28 avril au 4 mai

Les artistes de la semaine : Pia Colombo, Maurice Fanon, Véronique Pestel, Eddy de Pretto, Dalida, Lady Sir (Gaëtan Roussel, Rachida Brakni), Tim Dup, Emilie Cadiou.

L'album du jour : Emilie Cadiou

Le clip de la semaine - Lady Sir, Le temps passe

EDDY DE PRETTO

Printemps de Bourges : les territoires intranquilles d’Eddy de Pretto

Entre slam et chanson française, le Parisien de 24 ans a remporté le Prix des Inouïs, la section de découvertes du festival.

Depuis quelques années, le rituel des « découvertes du Printemps de Bourges » s’est rebaptisé Les Inouïs. A peu de choses près, le principe est resté le même. Mandatées par le festival, des antennes régionales sélectionnent et programment des espoirs du rock, du hip-hop, de l’électro, de la chanson…

VERONIQUE PESTEL

Nos Enchanteurs - Vaison-la-Romaine 2017. Véronique Pestel, pour qui la scène est précieuse cimaise

L’image est certes éculée mais avec sa crinière rousse, pieds nus à son piano, on dirait une lionne s’en venant boire aux mélodies qui coulent de source, sur lesquelles sa voix se promène. Ses mots entrelacés, comme des baisers subtils à nos oreilles, nous font entrer dans ses histoires : « Croire / Ou ne pas croire / La belle histoire / Dire ou ne pas dire / Les mots du pire / Taire ou ne pas taire / Faire ou ne pas faire… » La lionne philosophe, questionne. Sur la vie, le temps qui passe, l’âge, l’humain, l’amour… « Tu t’assombris mon ami / C’est la lumière qui voyage sur les corps ».

Nos Enchanteurs - Véronique Pestel, les émotions qui font conversation

Ce nouveau disque de Véronique Pestel tourne depuis quelques semaines déjà sur la platine de ses avisés souscripteurs. Le voici enfin disponible à un auditoire qu’on souhaite le plus large possible. Car un disque de Pestel est forcément un événement. D’abord parce qu’elle n’encombre pas les bacs ; son précédent album* remonte à il y a plus de sept ans. Ensuite parce qu’elle est de celles, de ceux qui hissent la chanson à son sommet. Je tiens d’un de ses amis, Rémo Gary, cette jolie formule : « Il faut toujours mettre la barre haute ; il n’y a que les imbéciles qui passent en dessous ». Véronique Pestel met la barre haute, très haute. Et une nouvelle fois s’en tire avec brio, par la beauté et l’intelligence de son verbe, de ses vers. Des siens, de ceux de ses invités, chaque fois différents : ici Colette, Louis Aragon et Philippe Noireaut.

LADY SIR

L'Express - Rachida Brakni revient à la musique et trouve sa voix

Comédienne, réalisatrice, chanteuse, Rachida Brakni est une touche-à-tout au parler cash et au talent sûr. Elle sort un album avec Gaëtan Roussel, Accidentally Yours, sous le nom de Lady Sir.

Le soleil projette une lumière chaude sur les murs de la brasserie, place de la Nation, à Paris, où Rachida Brakni a donné rendez-vous. L'actrice se méfie néanmoins de la fraîcheur, elle garde autour du cou une écharpe en laine couleur crème que caressent ses doigts agiles et gracieux. Elle porte un pantalon noir et une veste grise cintrée, sa silhouette longiligne lui donne une classe naturelle. Une silhouette que, depuis toujours, elle cultive grâce au sport. 

DIOD

Claude Févre - Le duo Diod, entre tradition et innovation

Il faut décidément s’y faire… la chanson est une aventurière, une canaille, une maraude. Elle s’en va chiner partout, elle pille à l’envi  partout où l’on fait du son, de la musique. C’est sa force. Elle se moque des codes, s’amuse constamment à s’en affranchir, toujours un pas de côté. « Plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau  » écrivait Baudelaire, défenseur de la modernité en son siècle.

Aude Bouttard et Emilie Cadiou nous le démontrent dans leur duo tout neuf, expérimental devrions-nous dire.  Elles ont nommé leur projet « Diod », un nom qui évoquerait plutôt un composant, un circuit électronique… Rien de bien poétique si l’on ne découvrait que sans le E final, c’est l’addition d’une syllabe d’un nom à celle d’un prénom, quelque chose comme « Emilie CaDIODe Bouttard »… Alambiqué tout ça ? Non, c‘est un jeu, un clin d’œil aux nouvelles technologies. Une façon aussi de lever le voile sur le projet : en grec ancien « di » deux-double et  « odos », route. Un duo qui va de la tradition à la modernité.

TIM DUP

France 3 - Le Printemps de Bourges : Tim Dup se plie à l'interview express

Nous avons rencontré Tim Dup, le jeune interprète de TER Centre, au Printemps de Bourges. Mardi 18 avril, il assurait la première partie du concert de Renaud.

La vingtaine, Tim Dup est auteur-compositeur-interprète. En 2016, il a sorti un premier EP (mini-album NDLR) intitulé Vers les ourses polaires.

Dans ce disque, il propose une chanson originale : TER Centre. Ce titre, il l'a composé d'une traite lors d'un voyage en train entre Paris et Rambouillet (sa ville d'origine), dans un train express régional. Une chanson réaliste sur ce que vivent au quotidien les habitants qui partent d'Eure-et-Loir pour rejoindre la capitale.

MAURICE FANON

J'ai la mémoire qui chante : Maurice Fanon Maurice

Fanon est un chanteur français né en 1929 et mort en 1991. Il a été chanté par les plus grands, dont Juliette Greco qui lui consacra un album complet en 1972. Ancien professeur d’anglais, notamment au Lycée Buffon, il débute à la fin des années 1950 et rencontre sa future femme Pia Colombo. En 1963, Pia Colombo et Maurice Fanon divorcent. Il écrit à ce moment là l’un de ses titres les plus connus L’écharpe. Titre fétiche qui sort en 1963 et lui vaudra le convoité prix de l’Académie Charles-Cros.La chanson sera reprise par Pia Colombo, Cora Vaucaire, Hervé Vilard et plus récemment par la chanteuse française Robert sur son album Princesse de rien (1997).

Un site pour Maurice Fanon

PIA COLOMBO

J'ai la mémoire qui chante - Un soir de mai

Dans le dernier article, nous avons évoqué la carrière de Maurice Fanon et mentionné le nom de la chanteuse Pia Colombo qui fut sa compagne. Quelle voix extraordinaire elle avait cette Pia Colombo.

Pia Colombo était une voix populaire de la rive gauche dont on a comparé parfois, à juste titre,  la fibre à celle d’Édith Piaf mais son répertoire cérébral et engagé, la porté vers un public plus « intellectuel » qui la sans doute éloigné du grand public.

DALIDA

RFI - Pourquoi toujours Dalida…

Trente ans après sa mort, la créatrice de Bambino reste une immense vedette, notamment célébrée par une exposition au Musée Galliera à Paris. Il est vrai que ce n’est pas seulement la vie et l'œuvre de Dalida qui habitent notre mémoire collective…

BERGAME

Nos Enchanteurs - Bergame déploie ses ailes

Bergame (Vincent Salvi), auteur, compositeur, interprète : si [s]on nom est personne, il n’est ni d’ailleurs ni d’avant : « Demande-moi qui je suis et d’où je viens, je suis l’antihéros de ton quotidien ». S’il a abandonné son message engagé en forme de clip folk-rock vintage (Le meilleur des mondes) et son nom d’avant, Maltosh, il n’en est pas moins toujours lui-même. Encore plus lui-même, dirait-on, dans une version dépouillée, en solo, ou piano guitares voix. Certes le prof d’histoire-géo qu’il est aussi s’est toujours intéressé aux subtilités des sentiments, à la famille, à l’humain. Mais, adieu violon, guitares, batterie et accordéon, place à une atmosphère épurée. Comme dans Je ne suis que moi (2010), le voici qui plonge au cœur de l’intime. Même sa voix prend de la hauteur.

NO MAN'S LOUISE

Nos Enchanteurs - No man’s Louise, au vent de la Terre

.... Aux battements de l’accordéon répond le violoncelle, clapé du plat de la main, pincé, quand elle scande ses mots de rage et de liberté, de terre et de rivières, de mer et d’embruns, dans cette vallée lointaine où Les enfants de la plaine ont laissé leur nom. En ces temps de commémoration on peut imaginer quelque chemin de dames ou autres lieux où tant de jeunes printemps ont perdu la vie.

Mais jamais Caroline ne nous impose de sens, elle nous laisse libre d’interpréter ses contes de la folie des Hommes, comme cette fable dramatique sur la Rue Paradis de Marseille, où se perd une femme, ou ces Marais salants symbolisant la vieillesse.

mercredi, 10 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 28 avril au 4 mai

Les artistes de la semaine : Pia Colombo, Maurice Fanon, Véronique Pestel, Eddy de Pretto, Dalida, Lady Sir (Gaëtan Roussel, Rachida Brakni), Tim Dup, Emilie Cadiou.

L'album du jour : Lady Sir (Gaëtan Roussel et Rachida Brakni)

Le clip de la semaine - Lady Sir, Le temps passe

EDDY DE PRETTO

Printemps de Bourges : les territoires intranquilles d’Eddy de Pretto

Entre slam et chanson française, le Parisien de 24 ans a remporté le Prix des Inouïs, la section de découvertes du festival.

Depuis quelques années, le rituel des « découvertes du Printemps de Bourges » s’est rebaptisé Les Inouïs. A peu de choses près, le principe est resté le même. Mandatées par le festival, des antennes régionales sélectionnent et programment des espoirs du rock, du hip-hop, de l’électro, de la chanson…

VERONIQUE PESTEL

Nos Enchanteurs - Vaison-la-Romaine 2017. Véronique Pestel, pour qui la scène est précieuse cimaise

L’image est certes éculée mais avec sa crinière rousse, pieds nus à son piano, on dirait une lionne s’en venant boire aux mélodies qui coulent de source, sur lesquelles sa voix se promène. Ses mots entrelacés, comme des baisers subtils à nos oreilles, nous font entrer dans ses histoires : « Croire / Ou ne pas croire / La belle histoire / Dire ou ne pas dire / Les mots du pire / Taire ou ne pas taire / Faire ou ne pas faire… » La lionne philosophe, questionne. Sur la vie, le temps qui passe, l’âge, l’humain, l’amour… « Tu t’assombris mon ami / C’est la lumière qui voyage sur les corps ».

Nos Enchanteurs - Véronique Pestel, les émotions qui font conversation

Ce nouveau disque de Véronique Pestel tourne depuis quelques semaines déjà sur la platine de ses avisés souscripteurs. Le voici enfin disponible à un auditoire qu’on souhaite le plus large possible. Car un disque de Pestel est forcément un événement. D’abord parce qu’elle n’encombre pas les bacs ; son précédent album* remonte à il y a plus de sept ans. Ensuite parce qu’elle est de celles, de ceux qui hissent la chanson à son sommet. Je tiens d’un de ses amis, Rémo Gary, cette jolie formule : « Il faut toujours mettre la barre haute ; il n’y a que les imbéciles qui passent en dessous ». Véronique Pestel met la barre haute, très haute. Et une nouvelle fois s’en tire avec brio, par la beauté et l’intelligence de son verbe, de ses vers. Des siens, de ceux de ses invités, chaque fois différents : ici Colette, Louis Aragon et Philippe Noireaut.

LADY SIR

L'Express - Rachida Brakni revient à la musique et trouve sa voix

Comédienne, réalisatrice, chanteuse, Rachida Brakni est une touche-à-tout au parler cash et au talent sûr. Elle sort un album avec Gaëtan Roussel, Accidentally Yours, sous le nom de Lady Sir.

Le soleil projette une lumière chaude sur les murs de la brasserie, place de la Nation, à Paris, où Rachida Brakni a donné rendez-vous. L'actrice se méfie néanmoins de la fraîcheur, elle garde autour du cou une écharpe en laine couleur crème que caressent ses doigts agiles et gracieux. Elle porte un pantalon noir et une veste grise cintrée, sa silhouette longiligne lui donne une classe naturelle. Une silhouette que, depuis toujours, elle cultive grâce au sport. 

DIOD

Claude Févre - Le duo Diod, entre tradition et innovation

Il faut décidément s’y faire… la chanson est une aventurière, une canaille, une maraude. Elle s’en va chiner partout, elle pille à l’envi  partout où l’on fait du son, de la musique. C’est sa force. Elle se moque des codes, s’amuse constamment à s’en affranchir, toujours un pas de côté. « Plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau  » écrivait Baudelaire, défenseur de la modernité en son siècle.

Aude Bouttard et Emilie Cadiou nous le démontrent dans leur duo tout neuf, expérimental devrions-nous dire.  Elles ont nommé leur projet « Diod », un nom qui évoquerait plutôt un composant, un circuit électronique… Rien de bien poétique si l’on ne découvrait que sans le E final, c’est l’addition d’une syllabe d’un nom à celle d’un prénom, quelque chose comme « Emilie CaDIODe Bouttard »… Alambiqué tout ça ? Non, c‘est un jeu, un clin d’œil aux nouvelles technologies. Une façon aussi de lever le voile sur le projet : en grec ancien « di » deux-double et  « odos », route. Un duo qui va de la tradition à la modernité.

TIM DUP

France 3 - Le Printemps de Bourges : Tim Dup se plie à l'interview express

Nous avons rencontré Tim Dup, le jeune interprète de TER Centre, au Printemps de Bourges. Mardi 18 avril, il assurait la première partie du concert de Renaud.

La vingtaine, Tim Dup est auteur-compositeur-interprète. En 2016, il a sorti un premier EP (mini-album NDLR) intitulé Vers les ourses polaires.

Dans ce disque, il propose une chanson originale : TER Centre. Ce titre, il l'a composé d'une traite lors d'un voyage en train entre Paris et Rambouillet (sa ville d'origine), dans un train express régional. Une chanson réaliste sur ce que vivent au quotidien les habitants qui partent d'Eure-et-Loir pour rejoindre la capitale.

MAURICE FANON

J'ai la mémoire qui chante : Maurice Fanon Maurice

Fanon est un chanteur français né en 1929 et mort en 1991. Il a été chanté par les plus grands, dont Juliette Greco qui lui consacra un album complet en 1972. Ancien professeur d’anglais, notamment au Lycée Buffon, il débute à la fin des années 1950 et rencontre sa future femme Pia Colombo. En 1963, Pia Colombo et Maurice Fanon divorcent. Il écrit à ce moment là l’un de ses titres les plus connus L’écharpe. Titre fétiche qui sort en 1963 et lui vaudra le convoité prix de l’Académie Charles-Cros.La chanson sera reprise par Pia Colombo, Cora Vaucaire, Hervé Vilard et plus récemment par la chanteuse française Robert sur son album Princesse de rien (1997).

Un site pour Maurice Fanon

PIA COLOMBO

J'ai la mémoire qui chante - Un soir de mai

Dans le dernier article, nous avons évoqué la carrière de Maurice Fanon et mentionné le nom de la chanteuse Pia Colombo qui fut sa compagne. Quelle voix extraordinaire elle avait cette Pia Colombo.

Pia Colombo était une voix populaire de la rive gauche dont on a comparé parfois, à juste titre,  la fibre à celle d’Édith Piaf mais son répertoire cérébral et engagé, la porté vers un public plus « intellectuel » qui la sans doute éloigné du grand public.

DALIDA

RFI - Pourquoi toujours Dalida…

Trente ans après sa mort, la créatrice de Bambino reste une immense vedette, notamment célébrée par une exposition au Musée Galliera à Paris. Il est vrai que ce n’est pas seulement la vie et l'œuvre de Dalida qui habitent notre mémoire collective…

BERGAME

Nos Enchanteurs - Bergame déploie ses ailes

Bergame (Vincent Salvi), auteur, compositeur, interprète : si [s]on nom est personne, il n’est ni d’ailleurs ni d’avant : « Demande-moi qui je suis et d’où je viens, je suis l’antihéros de ton quotidien ». S’il a abandonné son message engagé en forme de clip folk-rock vintage (Le meilleur des mondes) et son nom d’avant, Maltosh, il n’en est pas moins toujours lui-même. Encore plus lui-même, dirait-on, dans une version dépouillée, en solo, ou piano guitares voix. Certes le prof d’histoire-géo qu’il est aussi s’est toujours intéressé aux subtilités des sentiments, à la famille, à l’humain. Mais, adieu violon, guitares, batterie et accordéon, place à une atmosphère épurée. Comme dans Je ne suis que moi (2010), le voici qui plonge au cœur de l’intime. Même sa voix prend de la hauteur.

NO MAN'S LOUISE

Nos Enchanteurs - No man’s Louise, au vent de la Terre

.... Aux battements de l’accordéon répond le violoncelle, clapé du plat de la main, pincé, quand elle scande ses mots de rage et de liberté, de terre et de rivières, de mer et d’embruns, dans cette vallée lointaine où Les enfants de la plaine ont laissé leur nom. En ces temps de commémoration on peut imaginer quelque chemin de dames ou autres lieux où tant de jeunes printemps ont perdu la vie.

Mais jamais Caroline ne nous impose de sens, elle nous laisse libre d’interpréter ses contes de la folie des Hommes, comme cette fable dramatique sur la Rue Paradis de Marseille, où se perd une femme, ou ces Marais salants symbolisant la vieillesse.

mardi, 09 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 28 avril au 4 mai

Les artistes de la semaine : Pia Colombo, Maurice Fanon, Véronique Pestel, Eddy de Pretto, Dalida, Lady Sir (Gaëtan Roussel, Rachida Brakni), Tim Dup, Emilie Cadiou.

L'album du jour : Tim Dup

Le clip de la semaine - Lady Sir, Le temps passe

EDDY DE PRETTO

Printemps de Bourges : les territoires intranquilles d’Eddy de Pretto

Entre slam et chanson française, le Parisien de 24 ans a remporté le Prix des Inouïs, la section de découvertes du festival.

Depuis quelques années, le rituel des « découvertes du Printemps de Bourges » s’est rebaptisé Les Inouïs. A peu de choses près, le principe est resté le même. Mandatées par le festival, des antennes régionales sélectionnent et programment des espoirs du rock, du hip-hop, de l’électro, de la chanson…

VERONIQUE PESTEL

Nos Enchanteurs - Vaison-la-Romaine 2017. Véronique Pestel, pour qui la scène est précieuse cimaise

L’image est certes éculée mais avec sa crinière rousse, pieds nus à son piano, on dirait une lionne s’en venant boire aux mélodies qui coulent de source, sur lesquelles sa voix se promène. Ses mots entrelacés, comme des baisers subtils à nos oreilles, nous font entrer dans ses histoires : « Croire / Ou ne pas croire / La belle histoire / Dire ou ne pas dire / Les mots du pire / Taire ou ne pas taire / Faire ou ne pas faire… » La lionne philosophe, questionne. Sur la vie, le temps qui passe, l’âge, l’humain, l’amour… « Tu t’assombris mon ami / C’est la lumière qui voyage sur les corps ».

Nos Enchanteurs - Véronique Pestel, les émotions qui font conversation

Ce nouveau disque de Véronique Pestel tourne depuis quelques semaines déjà sur la platine de ses avisés souscripteurs. Le voici enfin disponible à un auditoire qu’on souhaite le plus large possible. Car un disque de Pestel est forcément un événement. D’abord parce qu’elle n’encombre pas les bacs ; son précédent album* remonte à il y a plus de sept ans. Ensuite parce qu’elle est de celles, de ceux qui hissent la chanson à son sommet. Je tiens d’un de ses amis, Rémo Gary, cette jolie formule : « Il faut toujours mettre la barre haute ; il n’y a que les imbéciles qui passent en dessous ». Véronique Pestel met la barre haute, très haute. Et une nouvelle fois s’en tire avec brio, par la beauté et l’intelligence de son verbe, de ses vers. Des siens, de ceux de ses invités, chaque fois différents : ici Colette, Louis Aragon et Philippe Noireaut.

LADY SIR

L'Express - Rachida Brakni revient à la musique et trouve sa voix

Comédienne, réalisatrice, chanteuse, Rachida Brakni est une touche-à-tout au parler cash et au talent sûr. Elle sort un album avec Gaëtan Roussel, Accidentally Yours, sous le nom de Lady Sir.

Le soleil projette une lumière chaude sur les murs de la brasserie, place de la Nation, à Paris, où Rachida Brakni a donné rendez-vous. L'actrice se méfie néanmoins de la fraîcheur, elle garde autour du cou une écharpe en laine couleur crème que caressent ses doigts agiles et gracieux. Elle porte un pantalon noir et une veste grise cintrée, sa silhouette longiligne lui donne une classe naturelle. Une silhouette que, depuis toujours, elle cultive grâce au sport. 

DIOD

Claude Févre - Le duo Diod, entre tradition et innovation

Il faut décidément s’y faire… la chanson est une aventurière, une canaille, une maraude. Elle s’en va chiner partout, elle pille à l’envi  partout où l’on fait du son, de la musique. C’est sa force. Elle se moque des codes, s’amuse constamment à s’en affranchir, toujours un pas de côté. « Plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau  » écrivait Baudelaire, défenseur de la modernité en son siècle.

Aude Bouttard et Emilie Cadiou nous le démontrent dans leur duo tout neuf, expérimental devrions-nous dire.  Elles ont nommé leur projet « Diod », un nom qui évoquerait plutôt un composant, un circuit électronique… Rien de bien poétique si l’on ne découvrait que sans le E final, c’est l’addition d’une syllabe d’un nom à celle d’un prénom, quelque chose comme « Emilie CaDIODe Bouttard »… Alambiqué tout ça ? Non, c‘est un jeu, un clin d’œil aux nouvelles technologies. Une façon aussi de lever le voile sur le projet : en grec ancien « di » deux-double et  « odos », route. Un duo qui va de la tradition à la modernité.

TIM DUP

France 3 - Le Printemps de Bourges : Tim Dup se plie à l'interview express

Nous avons rencontré Tim Dup, le jeune interprète de TER Centre, au Printemps de Bourges. Mardi 18 avril, il assurait la première partie du concert de Renaud.

La vingtaine, Tim Dup est auteur-compositeur-interprète. En 2016, il a sorti un premier EP (mini-album NDLR) intitulé Vers les ourses polaires.

Dans ce disque, il propose une chanson originale : TER Centre. Ce titre, il l'a composé d'une traite lors d'un voyage en train entre Paris et Rambouillet (sa ville d'origine), dans un train express régional. Une chanson réaliste sur ce que vivent au quotidien les habitants qui partent d'Eure-et-Loir pour rejoindre la capitale.

MAURICE FANON

J'ai la mémoire qui chante : Maurice Fanon Maurice

Fanon est un chanteur français né en 1929 et mort en 1991. Il a été chanté par les plus grands, dont Juliette Greco qui lui consacra un album complet en 1972. Ancien professeur d’anglais, notamment au Lycée Buffon, il débute à la fin des années 1950 et rencontre sa future femme Pia Colombo. En 1963, Pia Colombo et Maurice Fanon divorcent. Il écrit à ce moment là l’un de ses titres les plus connus L’écharpe. Titre fétiche qui sort en 1963 et lui vaudra le convoité prix de l’Académie Charles-Cros.La chanson sera reprise par Pia Colombo, Cora Vaucaire, Hervé Vilard et plus récemment par la chanteuse française Robert sur son album Princesse de rien (1997).

Un site pour Maurice Fanon

PIA COLOMBO

J'ai la mémoire qui chante - Un soir de mai

Dans le dernier article, nous avons évoqué la carrière de Maurice Fanon et mentionné le nom de la chanteuse Pia Colombo qui fut sa compagne. Quelle voix extraordinaire elle avait cette Pia Colombo.

Pia Colombo était une voix populaire de la rive gauche dont on a comparé parfois, à juste titre,  la fibre à celle d’Édith Piaf mais son répertoire cérébral et engagé, la porté vers un public plus « intellectuel » qui la sans doute éloigné du grand public.

DALIDA

RFI - Pourquoi toujours Dalida…

Trente ans après sa mort, la créatrice de Bambino reste une immense vedette, notamment célébrée par une exposition au Musée Galliera à Paris. Il est vrai que ce n’est pas seulement la vie et l'œuvre de Dalida qui habitent notre mémoire collective…

BERGAME

Nos Enchanteurs - Bergame déploie ses ailes

Bergame (Vincent Salvi), auteur, compositeur, interprète : si [s]on nom est personne, il n’est ni d’ailleurs ni d’avant : « Demande-moi qui je suis et d’où je viens, je suis l’antihéros de ton quotidien ». S’il a abandonné son message engagé en forme de clip folk-rock vintage (Le meilleur des mondes) et son nom d’avant, Maltosh, il n’en est pas moins toujours lui-même. Encore plus lui-même, dirait-on, dans une version dépouillée, en solo, ou piano guitares voix. Certes le prof d’histoire-géo qu’il est aussi s’est toujours intéressé aux subtilités des sentiments, à la famille, à l’humain. Mais, adieu violon, guitares, batterie et accordéon, place à une atmosphère épurée. Comme dans Je ne suis que moi (2010), le voici qui plonge au cœur de l’intime. Même sa voix prend de la hauteur.

NO MAN'S LOUISE

Nos Enchanteurs - No man’s Louise, au vent de la Terre

.... Aux battements de l’accordéon répond le violoncelle, clapé du plat de la main, pincé, quand elle scande ses mots de rage et de liberté, de terre et de rivières, de mer et d’embruns, dans cette vallée lointaine où Les enfants de la plaine ont laissé leur nom. En ces temps de commémoration on peut imaginer quelque chemin de dames ou autres lieux où tant de jeunes printemps ont perdu la vie.

Mais jamais Caroline ne nous impose de sens, elle nous laisse libre d’interpréter ses contes de la folie des Hommes, comme cette fable dramatique sur la Rue Paradis de Marseille, où se perd une femme, ou ces Marais salants symbolisant la vieillesse.

lundi, 08 mai 2017

Véronique Pestel chante "Vanina s'en va"

dimanche, 07 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 28 avril au 4 mai

Les artistes de la semaine : Pia Colombo, Maurice Fanon, Véronique Pestel, Eddy de Pretto, Dalida, Lady Sir (Gaëtan Roussel, Rachida Brakni), Tim Dup, Emilie Cadiou.

L'album de la fin de semaine : Maurice Fanon

Le clip de la fin de semaine - Makja, Déchire

Le concert de la fin de semaine : Maurice Fanon en live des "Tourettes" dans la Drôme en 1989

VERONIQUE PESTEL

Nos Enchanteurs - Vaison-la-Romaine 2017. Véronique Pestel, pour qui la scène est précieuse cimaise

L’image est certes éculée mais avec sa crinière rousse, pieds nus à son piano, on dirait une lionne s’en venant boire aux mélodies qui coulent de source, sur lesquelles sa voix se promène. Ses mots entrelacés, comme des baisers subtils à nos oreilles, nous font entrer dans ses histoires : « Croire / Ou ne pas croire / La belle histoire / Dire ou ne pas dire / Les mots du pire / Taire ou ne pas taire / Faire ou ne pas faire… » La lionne philosophe, questionne. Sur la vie, le temps qui passe, l’âge, l’humain, l’amour… « Tu t’assombris mon ami / C’est la lumière qui voyage sur les corps ».

Nos Enchanteurs - Véronique Pestel, les émotions qui font conversation

Ce nouveau disque de Véronique Pestel tourne depuis quelques semaines déjà sur la platine de ses avisés souscripteurs. Le voici enfin disponible à un auditoire qu’on souhaite le plus large possible. Car un disque de Pestel est forcément un événement. D’abord parce qu’elle n’encombre pas les bacs ; son précédent album* remonte à il y a plus de sept ans. Ensuite parce qu’elle est de celles, de ceux qui hissent la chanson à son sommet. Je tiens d’un de ses amis, Rémo Gary, cette jolie formule : « Il faut toujours mettre la barre haute ; il n’y a que les imbéciles qui passent en dessous ». Véronique Pestel met la barre haute, très haute. Et une nouvelle fois s’en tire avec brio, par la beauté et l’intelligence de son verbe, de ses vers. Des siens, de ceux de ses invités, chaque fois différents : ici Colette, Louis Aragon et Philippe Noireaut.

LADY SIR

L'Express - Rachida Brakni revient à la musique et trouve sa voix

Comédienne, réalisatrice, chanteuse, Rachida Brakni est une touche-à-tout au parler cash et au talent sûr. Elle sort un album avec Gaëtan Roussel, Accidentally Yours, sous le nom de Lady Sir.

Le soleil projette une lumière chaude sur les murs de la brasserie, place de la Nation, à Paris, où Rachida Brakni a donné rendez-vous. L'actrice se méfie néanmoins de la fraîcheur, elle garde autour du cou une écharpe en laine couleur crème que caressent ses doigts agiles et gracieux. Elle porte un pantalon noir et une veste grise cintrée, sa silhouette longiligne lui donne une classe naturelle. Une silhouette que, depuis toujours, elle cultive grâce au sport.  

EDDY DE PRETTO

Printemps de Bourges : les territoires intranquilles d’Eddy de Pretto

Entre slam et chanson française, le Parisien de 24 ans a remporté le Prix des Inouïs, la section de découvertes du festival.

Depuis quelques années, le rituel des « découvertes du Printemps de Bourges » s’est rebaptisé Les Inouïs. A peu de choses près, le principe est resté le même. Mandatées par le festival, des antennes régionales sélectionnent et programment des espoirs du rock, du hip-hop, de l’électro, de la chanson…

DIOD

Claude Févre - Le duo Diod, entre tradition et innovation

Il faut décidément s’y faire… la chanson est une aventurière, une canaille, une maraude. Elle s’en va chiner partout, elle pille à l’envi  partout où l’on fait du son, de la musique. C’est sa force. Elle se moque des codes, s’amuse constamment à s’en affranchir, toujours un pas de côté. « Plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau  » écrivait Baudelaire, défenseur de la modernité en son siècle.

Aude Bouttard et Emilie Cadiou nous le démontrent dans leur duo tout neuf, expérimental devrions-nous dire.  Elles ont nommé leur projet « Diod », un nom qui évoquerait plutôt un composant, un circuit électronique… Rien de bien poétique si l’on ne découvrait que sans le E final, c’est l’addition d’une syllabe d’un nom à celle d’un prénom, quelque chose comme « Emilie CaDIODe Bouttard »… Alambiqué tout ça ? Non, c‘est un jeu, un clin d’œil aux nouvelles technologies. Une façon aussi de lever le voile sur le projet : en grec ancien « di » deux-double et  « odos », route. Un duo qui va de la tradition à la modernité.

TIM DUP

France 3 - Le Printemps de Bourges : Tim Dup se plie à l'interview express

Nous avons rencontré Tim Dup, le jeune interprète de TER Centre, au Printemps de Bourges. Mardi 18 avril, il assurait la première partie du concert de Renaud.

La vingtaine, Tim Dup est auteur-compositeur-interprète. En 2016, il a sorti un premier EP (mini-album NDLR) intitulé Vers les ourses polaires.

Dans ce disque, il propose une chanson originale : TER Centre. Ce titre, il l'a composé d'une traite lors d'un voyage en train entre Paris et Rambouillet (sa ville d'origine), dans un train express régional. Une chanson réaliste sur ce que vivent au quotidien les habitants qui partent d'Eure-et-Loir pour rejoindre la capitale.

MAURICE FANON

J'ai la mémoire qui chante : Maurice Fanon Maurice

Fanon est un chanteur français né en 1929 et mort en 1991. Il a été chanté par les plus grands, dont Juliette Greco qui lui consacra un album complet en 1972. Ancien professeur d’anglais, notamment au Lycée Buffon, il débute à la fin des années 1950 et rencontre sa future femme Pia Colombo. En 1963, Pia Colombo et Maurice Fanon divorcent. Il écrit à ce moment là l’un de ses titres les plus connus L’écharpe. Titre fétiche qui sort en 1963 et lui vaudra le convoité prix de l’Académie Charles-Cros.La chanson sera reprise par Pia Colombo, Cora Vaucaire, Hervé Vilard et plus récemment par la chanteuse française Robert sur son album Princesse de rien (1997).

Un site pour Maurice Fanon

PIA COLOMBO

J'ai la mémoire qui chante - Un soir de mai

Dans le dernier article, nous avons évoqué la carrière de Maurice Fanon et mentionné le nom de la chanteuse Pia Colombo qui fut sa compagne. Quelle voix extraordinaire elle avait cette Pia Colombo.

Pia Colombo était une voix populaire de la rive gauche dont on a comparé parfois, à juste titre,  la fibre à celle d’Édith Piaf mais son répertoire cérébral et engagé, la porté vers un public plus « intellectuel » qui la sans doute éloigné du grand public.

DALIDA

RFI - Pourquoi toujours Dalida…

Trente ans après sa mort, la créatrice de Bambino reste une immense vedette, notamment célébrée par une exposition au Musée Galliera à Paris. Il est vrai que ce n’est pas seulement la vie et l'œuvre de Dalida qui habitent notre mémoire collective…

BERGAME

Nos Enchanteurs - Bergame déploie ses ailes

Bergame (Vincent Salvi), auteur, compositeur, interprète : si [s]on nom est personne, il n’est ni d’ailleurs ni d’avant : « Demande-moi qui je suis et d’où je viens, je suis l’antihéros de ton quotidien ». S’il a abandonné son message engagé en forme de clip folk-rock vintage (Le meilleur des mondes) et son nom d’avant, Maltosh, il n’en est pas moins toujours lui-même. Encore plus lui-même, dirait-on, dans une version dépouillée, en solo, ou piano guitares voix. Certes le prof d’histoire-géo qu’il est aussi s’est toujours intéressé aux subtilités des sentiments, à la famille, à l’humain. Mais, adieu violon, guitares, batterie et accordéon, place à une atmosphère épurée. Comme dans Je ne suis que moi (2010), le voici qui plonge au cœur de l’intime. Même sa voix prend de la hauteur.

NO MAN'S LOUISE

Nos Enchanteurs - No man’s Louise, au vent de la Terre

.... Aux battements de l’accordéon répond le violoncelle, clapé du plat de la main, pincé, quand elle scande ses mots de rage et de liberté, de terre et de rivières, de mer et d’embruns, dans cette vallée lointaine où Les enfants de la plaine ont laissé leur nom. En ces temps de commémoration on peut imaginer quelque chemin de dames ou autres lieux où tant de jeunes printemps ont perdu la vie.

Mais jamais Caroline ne nous impose de sens, elle nous laisse libre d’interpréter ses contes de la folie des Hommes, comme cette fable dramatique sur la Rue Paradis de Marseille, où se perd une femme, ou ces Marais salants symbolisant la vieillesse.

samedi, 06 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 28 avril au 4 mai

Les artistes de la semaine : Pia Colombo, Maurice Fanon, Véronique Pestel, Eddy de Pretto, Dalida, Lady Sir (Gaëtan Roussel, Rachida Brakni), Tim Dup, Emilie Cadiou.

L'album du jour : Pia Colombo

L'album de la fin de semaine : Maurice Fanon

Le clip de la fin de semaine - Makja, Déchire

Le concert de la fin de semaine : Maurice Fanon en live des "Tourettes" dans la Drôme en 1989

VERONIQUE PESTEL

Nos Enchanteurs - Vaison-la-Romaine 2017. Véronique Pestel, pour qui la scène est précieuse cimaise

L’image est certes éculée mais avec sa crinière rousse, pieds nus à son piano, on dirait une lionne s’en venant boire aux mélodies qui coulent de source, sur lesquelles sa voix se promène. Ses mots entrelacés, comme des baisers subtils à nos oreilles, nous font entrer dans ses histoires : « Croire / Ou ne pas croire / La belle histoire / Dire ou ne pas dire / Les mots du pire / Taire ou ne pas taire / Faire ou ne pas faire… » La lionne philosophe, questionne. Sur la vie, le temps qui passe, l’âge, l’humain, l’amour… « Tu t’assombris mon ami / C’est la lumière qui voyage sur les corps ».

Nos Enchanteurs - Véronique Pestel, les émotions qui font conversation

Ce nouveau disque de Véronique Pestel tourne depuis quelques semaines déjà sur la platine de ses avisés souscripteurs. Le voici enfin disponible à un auditoire qu’on souhaite le plus large possible. Car un disque de Pestel est forcément un événement. D’abord parce qu’elle n’encombre pas les bacs ; son précédent album* remonte à il y a plus de sept ans. Ensuite parce qu’elle est de celles, de ceux qui hissent la chanson à son sommet. Je tiens d’un de ses amis, Rémo Gary, cette jolie formule : « Il faut toujours mettre la barre haute ; il n’y a que les imbéciles qui passent en dessous ». Véronique Pestel met la barre haute, très haute. Et une nouvelle fois s’en tire avec brio, par la beauté et l’intelligence de son verbe, de ses vers. Des siens, de ceux de ses invités, chaque fois différents : ici Colette, Louis Aragon et Philippe Noireaut.

LADY SIR

L'Express - Rachida Brakni revient à la musique et trouve sa voix

Comédienne, réalisatrice, chanteuse, Rachida Brakni est une touche-à-tout au parler cash et au talent sûr. Elle sort un album avec Gaëtan Roussel, Accidentally Yours, sous le nom de Lady Sir.

Le soleil projette une lumière chaude sur les murs de la brasserie, place de la Nation, à Paris, où Rachida Brakni a donné rendez-vous. L'actrice se méfie néanmoins de la fraîcheur, elle garde autour du cou une écharpe en laine couleur crème que caressent ses doigts agiles et gracieux. Elle porte un pantalon noir et une veste grise cintrée, sa silhouette longiligne lui donne une classe naturelle. Une silhouette que, depuis toujours, elle cultive grâce au sport.  

EDDY DE PRETTO

Printemps de Bourges : les territoires intranquilles d’Eddy de Pretto

Entre slam et chanson française, le Parisien de 24 ans a remporté le Prix des Inouïs, la section de découvertes du festival.

Depuis quelques années, le rituel des « découvertes du Printemps de Bourges » s’est rebaptisé Les Inouïs. A peu de choses près, le principe est resté le même. Mandatées par le festival, des antennes régionales sélectionnent et programment des espoirs du rock, du hip-hop, de l’électro, de la chanson…

DIOD

Claude Févre - Le duo Diod, entre tradition et innovation

Il faut décidément s’y faire… la chanson est une aventurière, une canaille, une maraude. Elle s’en va chiner partout, elle pille à l’envi  partout où l’on fait du son, de la musique. C’est sa force. Elle se moque des codes, s’amuse constamment à s’en affranchir, toujours un pas de côté. « Plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau  » écrivait Baudelaire, défenseur de la modernité en son siècle.

Aude Bouttard et Emilie Cadiou nous le démontrent dans leur duo tout neuf, expérimental devrions-nous dire.  Elles ont nommé leur projet « Diod », un nom qui évoquerait plutôt un composant, un circuit électronique… Rien de bien poétique si l’on ne découvrait que sans le E final, c’est l’addition d’une syllabe d’un nom à celle d’un prénom, quelque chose comme « Emilie CaDIODe Bouttard »… Alambiqué tout ça ? Non, c‘est un jeu, un clin d’œil aux nouvelles technologies. Une façon aussi de lever le voile sur le projet : en grec ancien « di » deux-double et  « odos », route. Un duo qui va de la tradition à la modernité.

TIM DUP

France 3 - Le Printemps de Bourges : Tim Dup se plie à l'interview express

Nous avons rencontré Tim Dup, le jeune interprète de TER Centre, au Printemps de Bourges. Mardi 18 avril, il assurait la première partie du concert de Renaud.

La vingtaine, Tim Dup est auteur-compositeur-interprète. En 2016, il a sorti un premier EP (mini-album NDLR) intitulé Vers les ourses polaires.

Dans ce disque, il propose une chanson originale : TER Centre. Ce titre, il l'a composé d'une traite lors d'un voyage en train entre Paris et Rambouillet (sa ville d'origine), dans un train express régional. Une chanson réaliste sur ce que vivent au quotidien les habitants qui partent d'Eure-et-Loir pour rejoindre la capitale.

MAURICE FANON

J'ai la mémoire qui chante : Maurice Fanon Maurice

Fanon est un chanteur français né en 1929 et mort en 1991. Il a été chanté par les plus grands, dont Juliette Greco qui lui consacra un album complet en 1972. Ancien professeur d’anglais, notamment au Lycée Buffon, il débute à la fin des années 1950 et rencontre sa future femme Pia Colombo. En 1963, Pia Colombo et Maurice Fanon divorcent. Il écrit à ce moment là l’un de ses titres les plus connus L’écharpe. Titre fétiche qui sort en 1963 et lui vaudra le convoité prix de l’Académie Charles-Cros.La chanson sera reprise par Pia Colombo, Cora Vaucaire, Hervé Vilard et plus récemment par la chanteuse française Robert sur son album Princesse de rien (1997).

Un site pour Maurice Fanon

PIA COLOMBO

J'ai la mémoire qui chante - Un soir de mai

Dans le dernier article, nous avons évoqué la carrière de Maurice Fanon et mentionné le nom de la chanteuse Pia Colombo qui fut sa compagne. Quelle voix extraordinaire elle avait cette Pia Colombo.

Pia Colombo était une voix populaire de la rive gauche dont on a comparé parfois, à juste titre,  la fibre à celle d’Édith Piaf mais son répertoire cérébral et engagé, la porté vers un public plus « intellectuel » qui la sans doute éloigné du grand public.

DALIDA

RFI - Pourquoi toujours Dalida…

Trente ans après sa mort, la créatrice de Bambino reste une immense vedette, notamment célébrée par une exposition au Musée Galliera à Paris. Il est vrai que ce n’est pas seulement la vie et l'œuvre de Dalida qui habitent notre mémoire collective…

BERGAME

Nos Enchanteurs - Bergame déploie ses ailes

Bergame (Vincent Salvi), auteur, compositeur, interprète : si [s]on nom est personne, il n’est ni d’ailleurs ni d’avant : « Demande-moi qui je suis et d’où je viens, je suis l’antihéros de ton quotidien ». S’il a abandonné son message engagé en forme de clip folk-rock vintage (Le meilleur des mondes) et son nom d’avant, Maltosh, il n’en est pas moins toujours lui-même. Encore plus lui-même, dirait-on, dans une version dépouillée, en solo, ou piano guitares voix. Certes le prof d’histoire-géo qu’il est aussi s’est toujours intéressé aux subtilités des sentiments, à la famille, à l’humain. Mais, adieu violon, guitares, batterie et accordéon, place à une atmosphère épurée. Comme dans Je ne suis que moi (2010), le voici qui plonge au cœur de l’intime. Même sa voix prend de la hauteur.

NO MAN'S LOUISE

Nos Enchanteurs - No man’s Louise, au vent de la Terre

.... Aux battements de l’accordéon répond le violoncelle, clapé du plat de la main, pincé, quand elle scande ses mots de rage et de liberté, de terre et de rivières, de mer et d’embruns, dans cette vallée lointaine où Les enfants de la plaine ont laissé leur nom. En ces temps de commémoration on peut imaginer quelque chemin de dames ou autres lieux où tant de jeunes printemps ont perdu la vie.

Mais jamais Caroline ne nous impose de sens, elle nous laisse libre d’interpréter ses contes de la folie des Hommes, comme cette fable dramatique sur la Rue Paradis de Marseille, où se perd une femme, ou ces Marais salants symbolisant la vieillesse.

vendredi, 05 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 28 avril au 4 mai

Les artistes de la semaine : Pia Colombo, Maurice Fanon, Véronique Pestel, Eddy de Pretto, Dalida, Lady Sir (Gaëtan Roussel, Rachida Brakni), Tim Dup, Emilie Cadiou.

L'album de la fin de semaine : Maurice Fanon

Le clip de la fin de semaine - Makja, Déchire

Le concert de la fin de semaine : Maurice Fanon en live des "Tourettes" dans la Drôme en 1989

VERONIQUE PESTEL

Nos Enchanteurs - Vaison-la-Romaine 2017. Véronique Pestel, pour qui la scène est précieuse cimaise

L’image est certes éculée mais avec sa crinière rousse, pieds nus à son piano, on dirait une lionne s’en venant boire aux mélodies qui coulent de source, sur lesquelles sa voix se promène. Ses mots entrelacés, comme des baisers subtils à nos oreilles, nous font entrer dans ses histoires : « Croire / Ou ne pas croire / La belle histoire / Dire ou ne pas dire / Les mots du pire / Taire ou ne pas taire / Faire ou ne pas faire… » La lionne philosophe, questionne. Sur la vie, le temps qui passe, l’âge, l’humain, l’amour… « Tu t’assombris mon ami / C’est la lumière qui voyage sur les corps ».

Nos Enchanteurs - Véronique Pestel, les émotions qui font conversation

Ce nouveau disque de Véronique Pestel tourne depuis quelques semaines déjà sur la platine de ses avisés souscripteurs. Le voici enfin disponible à un auditoire qu’on souhaite le plus large possible. Car un disque de Pestel est forcément un événement. D’abord parce qu’elle n’encombre pas les bacs ; son précédent album* remonte à il y a plus de sept ans. Ensuite parce qu’elle est de celles, de ceux qui hissent la chanson à son sommet. Je tiens d’un de ses amis, Rémo Gary, cette jolie formule : « Il faut toujours mettre la barre haute ; il n’y a que les imbéciles qui passent en dessous ». Véronique Pestel met la barre haute, très haute. Et une nouvelle fois s’en tire avec brio, par la beauté et l’intelligence de son verbe, de ses vers. Des siens, de ceux de ses invités, chaque fois différents : ici Colette, Louis Aragon et Philippe Noireaut.

LADY SIR

L'Express - Rachida Brakni revient à la musique et trouve sa voix

Comédienne, réalisatrice, chanteuse, Rachida Brakni est une touche-à-tout au parler cash et au talent sûr. Elle sort un album avec Gaëtan Roussel, Accidentally Yours, sous le nom de Lady Sir.

Le soleil projette une lumière chaude sur les murs de la brasserie, place de la Nation, à Paris, où Rachida Brakni a donné rendez-vous. L'actrice se méfie néanmoins de la fraîcheur, elle garde autour du cou une écharpe en laine couleur crème que caressent ses doigts agiles et gracieux. Elle porte un pantalon noir et une veste grise cintrée, sa silhouette longiligne lui donne une classe naturelle. Une silhouette que, depuis toujours, elle cultive grâce au sport.  

EDDY DE PRETTO

Printemps de Bourges : les territoires intranquilles d’Eddy de Pretto

Entre slam et chanson française, le Parisien de 24 ans a remporté le Prix des Inouïs, la section de découvertes du festival.

Depuis quelques années, le rituel des « découvertes du Printemps de Bourges » s’est rebaptisé Les Inouïs. A peu de choses près, le principe est resté le même. Mandatées par le festival, des antennes régionales sélectionnent et programment des espoirs du rock, du hip-hop, de l’électro, de la chanson…

DIOD

Claude Févre - Le duo Diod, entre tradition et innovation

Il faut décidément s’y faire… la chanson est une aventurière, une canaille, une maraude. Elle s’en va chiner partout, elle pille à l’envi  partout où l’on fait du son, de la musique. C’est sa force. Elle se moque des codes, s’amuse constamment à s’en affranchir, toujours un pas de côté. « Plonger au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau  » écrivait Baudelaire, défenseur de la modernité en son siècle.

Aude Bouttard et Emilie Cadiou nous le démontrent dans leur duo tout neuf, expérimental devrions-nous dire.  Elles ont nommé leur projet « Diod », un nom qui évoquerait plutôt un composant, un circuit électronique… Rien de bien poétique si l’on ne découvrait que sans le E final, c’est l’addition d’une syllabe d’un nom à celle d’un prénom, quelque chose comme « Emilie CaDIODe Bouttard »… Alambiqué tout ça ? Non, c‘est un jeu, un clin d’œil aux nouvelles technologies. Une façon aussi de lever le voile sur le projet : en grec ancien « di » deux-double et  « odos », route. Un duo qui va de la tradition à la modernité.

TIM DUP

France 3 - Le Printemps de Bourges : Tim Dup se plie à l'interview express

Nous avons rencontré Tim Dup, le jeune interprète de TER Centre, au Printemps de Bourges. Mardi 18 avril, il assurait la première partie du concert de Renaud.

La vingtaine, Tim Dup est auteur-compositeur-interprète. En 2016, il a sorti un premier EP (mini-album NDLR) intitulé Vers les ourses polaires.

Dans ce disque, il propose une chanson originale : TER Centre. Ce titre, il l'a composé d'une traite lors d'un voyage en train entre Paris et Rambouillet (sa ville d'origine), dans un train express régional. Une chanson réaliste sur ce que vivent au quotidien les habitants qui partent d'Eure-et-Loir pour rejoindre la capitale.

MAURICE FANON

J'ai la mémoire qui chante : Maurice Fanon Maurice

Fanon est un chanteur français né en 1929 et mort en 1991. Il a été chanté par les plus grands, dont Juliette Greco qui lui consacra un album complet en 1972. Ancien professeur d’anglais, notamment au Lycée Buffon, il débute à la fin des années 1950 et rencontre sa future femme Pia Colombo. En 1963, Pia Colombo et Maurice Fanon divorcent. Il écrit à ce moment là l’un de ses titres les plus connus L’écharpe. Titre fétiche qui sort en 1963 et lui vaudra le convoité prix de l’Académie Charles-Cros.La chanson sera reprise par Pia Colombo, Cora Vaucaire, Hervé Vilard et plus récemment par la chanteuse française Robert sur son album Princesse de rien (1997).

Un site pour Maurice Fanon

PIA COLOMBO

J'ai la mémoire qui chante - Un soir de mai

Dans le dernier article, nous avons évoqué la carrière de Maurice Fanon et mentionné le nom de la chanteuse Pia Colombo qui fut sa compagne. Quelle voix extraordinaire elle avait cette Pia Colombo.

Pia Colombo était une voix populaire de la rive gauche dont on a comparé parfois, à juste titre,  la fibre à celle d’Édith Piaf mais son répertoire cérébral et engagé, la porté vers un public plus « intellectuel » qui la sans doute éloigné du grand public.

DALIDA

RFI - Pourquoi toujours Dalida…

Trente ans après sa mort, la créatrice de Bambino reste une immense vedette, notamment célébrée par une exposition au Musée Galliera à Paris. Il est vrai que ce n’est pas seulement la vie et l'œuvre de Dalida qui habitent notre mémoire collective…

BERGAME

Nos Enchanteurs - Bergame déploie ses ailes

Bergame (Vincent Salvi), auteur, compositeur, interprète : si [s]on nom est personne, il n’est ni d’ailleurs ni d’avant : « Demande-moi qui je suis et d’où je viens, je suis l’antihéros de ton quotidien ». S’il a abandonné son message engagé en forme de clip folk-rock vintage (Le meilleur des mondes) et son nom d’avant, Maltosh, il n’en est pas moins toujours lui-même. Encore plus lui-même, dirait-on, dans une version dépouillée, en solo, ou piano guitares voix. Certes le prof d’histoire-géo qu’il est aussi s’est toujours intéressé aux subtilités des sentiments, à la famille, à l’humain. Mais, adieu violon, guitares, batterie et accordéon, place à une atmosphère épurée. Comme dans Je ne suis que moi (2010), le voici qui plonge au cœur de l’intime. Même sa voix prend de la hauteur.

NO MAN'S LOUISE

Nos Enchanteurs - No man’s Louise, au vent de la Terre

.... Aux battements de l’accordéon répond le violoncelle, clapé du plat de la main, pincé, quand elle scande ses mots de rage et de liberté, de terre et de rivières, de mer et d’embruns, dans cette vallée lointaine où Les enfants de la plaine ont laissé leur nom. En ces temps de commémoration on peut imaginer quelque chemin de dames ou autres lieux où tant de jeunes printemps ont perdu la vie.

Mais jamais Caroline ne nous impose de sens, elle nous laisse libre d’interpréter ses contes de la folie des Hommes, comme cette fable dramatique sur la Rue Paradis de Marseille, où se perd une femme, ou ces Marais salants symbolisant la vieillesse.

jeudi, 26 janvier 2017

L'actualité de la chanson française du 13 au 19 janvier

Le clip de la semaine - Cyril Mokaiesh - Clôture

L'album de la semaine - Cyril Mokaiesh, Clôture

MOKAIESH

C'est déjà ça - "Clôture", le nouveau clip de Mokaiesh avant l'album

Portant le titre de son troisième album qui sortira le 20 janvier, Cyril Mokaiesh présente son nouveau clip après "La loi du marché" (avec Lavilliers) mis en ligne en septembre. "Clôture" pourrait bien réconcilier aficionados et détracteurs de l'auteur-compositeur lyrique et engagé.

RFI - Mokaiesh, à l’heure du bilan

Dans Clôture, le chanteur dresse le portrait parallèle d’une rupture amoureuse et d’un pays en plein doute. On a entendu des constats plus optimistes, mais avec ce troisième album, Cyril Mokaiesh a le mérite de mettre des mots justes sur tout ce qui flotte dans l’air : peur des attentats terroristes, péril de l’extrême-droite au pouvoir, paupérisation croissante… 

FREDERIC BOBIN ET HELENE PIRIS

Francofans - La lyonnaise Hélène Piris prépare un nouvel album

La lyonnaise Hélène Piris trace tranquillement sa route en prenant son temps. Elle se prépare à sortir un album qui va sortir 4 ans après son premier EP. Il est vrai que c'est une vraie musicienne qui participe à plusieurs projets tous aussi exigeants. Pour cette nouvelle réalisation, elle s'est entourée d'une équipe de haut niveau et elle a présenté une partie de ce travail sur la scène de la salle des Rancy à Lyon avant d'accompagner, sur la même scène, Frédéric Bobin dont un nouvel album est annoncé également en 2017.

Francofans - Frédéric Bobin et Hélène Piris dans un nouveau spectacle en duo, par Yves Le Pape

En fin 2016 Frédéric Bobin remontait sur la scène de la salle lyonnaise des Rancy à l'invitation de Christine Azoulay qui lui a proposé deux soirées de carte blanche en ce lieu. Frédéric en a profité pour inviter François Gaillard à reprendre leur spectacle de chansons de Renaud et d'associer, en première partie Hélène Piris et Matthias Bouffay. Hélène a donc pu présenter une partie du prochain album dont elle nous a parlé récemment sur ce site. Quant à Matthias, il a abandonné pour un soir la co-direction d'A thou Bout d'Chant pour nous rappeler à bon escient qu'il est d'abord un artiste, qu'il a un répertoire et une belle présence sur scène et on espère que son travail de programmateur lui laissera le temps nécessaire pour écrire encore de nouvelles chansons.

Francofans - La lyonnaise Hélène Piris prépare un nouvel album

La lyonnaise Hélène Piris trace tranquillement sa route en prenant son temps. Elle se prépare à sortir un album qui va sortir 4 ans après son premier EP. Il est vrai que c'est une vraie musicienne qui participe à plusieurs projets tous aussi exigeants. Pour cette nouvelle réalisation, elle s'est entourée d'une équipe de haut niveau et elle a présenté une partie de ce travail sur la scène de la salle des Rancy à Lyon avant d'accompagner, sur la même scène, Frédéric Bobin dont un nouvel album est annoncé également en 2017.

Claude Févre - Ouverture du 13è Chantons sous les toits ! Frédéric Bobin, amicalement nôtre

Pour ce troisième concert de l’ouverture de saison de Chantons sous les toits, Frédéric Bobin a privilégié la spontanéité, l’authenticité, la proximité pour installer peu à peu un dialogue, un partage sans manières, sans emphase. A plusieurs reprises il vient au plus près de nous, en acoustique.

Bien que très pudique, il raconte des petits bouts de lui, de son histoire. Il commence par saluer ce grand frère, Philippe qui vit à Nevers (Philippe de Nevers, un nom de héros, non ?). De 6 ans son aîné, c’est avec lui, à quatre mains donc, que  naissent les chansons. Certes il en est le compositeur mais c’est à deux que le texte se peaufine. Au fond ce n’est que le prolongement de leurs jeux d’enfance… Quand beaucoup d’entre nous à l’âge adulte perdent ce goût de l’imaginaire partagé avec frères et sœurs, eux ont su ne jamais interrompre  leur complicité.

SAEZ

C'est déjà ça - Saez, un premier choc pour 2017

Sorti quelques jours avant la nouvelle année, le nouveau disque de Damien Saez entièrement consacré aux attentats force l'agacement premier pour bouleverser complètement. A l'heure où finalement si peu d'artistes s'attaquent à l'époque, "L'oiseau liberté" fait et prend date.
 
NINA MORATO
 
 
Ses anciens disques restaient parmi nos préférés d'une époque prometteuse où Nina Morato, dans la ligne de Catherine Ringer, semblait devoir prendre la tête des nouvelles frondeuses parmi lesquelles figuraient alors les Elles, Clarika, Rachel des Bois, Zazie ou bien Gina et l'orchestre… Mais qui se souvient encore de Gina? Avec son premier album, JE SUIS LA MIEUX, Nina, elle, décrocha la Victoire de la Musique de la révélation féminine de l'année en 1994. Et c'était mérité.
 
JEANNE ROCHETTE
 

Cachée, oui : ce n’est pas le portrait de la souriante Jeanne Rochette qui figure sur la pochette de ce nouvel et second album. Mais bien une photo du village de ses vacances d’enfant, comme on en a tous au fond de nos Armoires vides, la voisine généreuse chez qui on allait goûter, les hommes en train de discuter en amitié, et la petite Jeanne qui nous tourne le dos…On voit déjà que Jeanne n’a pas envie de rentrer dans le rang, de séduire par des chansons faciles. Tendresse, humour et dérision se mêlent dans ses chansons, comme cette Paroles d’amie qui caricature les conseils de développement personnel des magazines féminins.

GOLDMAN

Norbert Gabriel - Confidences d’un mec bien

Faut dire que les albums de Jean-Jacques Goldman n’envahissent pas mes étagères .

Faut dire que le matraquage radiophonique de ses chansons , dans les années 80 m’agaçait plutôt, même si je me surprenais parfois à fredonner Envole moi, Au bout de mes rêves, Il suffira d’un signe, à force de les entendre

Faut dire que, si j’étais abonnée à Paroles et Musique, je suis hélas passée à côté de Chorus, et si il y a le pire et le meilleur sur internet, ça m’a au moins permis de renouer avec la chanson et tous les sites, blogs qui tiennent au courant de l’actualité musicale et artistique .

CLEMENCE SAVELLI

Nos Enchanteurs - Clémence Savelli, des chansons qui ruinent l’indifférence

Ça aurait pu n’être qu’un disque de chansons d’amour, comme l’est son entame sentimentale : « Promène-moi dans tes bras / Moi je ne suis rien sans toi… » De belles chansons de cette jeune femme qui sait manier sa plume non comme personne mais bien mieux que la plupart de ses collègues.

Mais c’est Clémence Savelli et ce serait mal la connaître. La chanson qu’elle pratique aime à se mêler des événements de ce monde, de l’actualité, de comment nous vivons, de comment c’est difficile.

TURBOUST

RFI - Arnold Turboust, l'élégant racé

Compositeur d'une partie des plus grandes chansons d'Étienne Daho, Arnold Turboust est un explorateur mélodique, à la fois précieux et essentiel. Nouvelle preuve avec son album éponyme d'une grande richesse et qui ne doit pas rester comme l'un des trésors les mieux cachés sur le territoire hexagonal

NILDA FERNANDEZ

Norbert Gabriel - Nilda Fernandez & The Gang

C’est pas parce que je suis dans mon année Saravah, celle où on a envie de ne rien faire, (et on va le faire!) qu’on oublie ce qui se passe dans le monde… Ordonques… Oyez peuples francophones, dans quelques jours, les « Contes de mes 1001 vies » de Nilda Fernandez seront en vente libre, ce qui vous permettra de faire une mise en préparation pour ses spectacles à venir… Et pour les heureux habitants de l’Île de France, rendez-vous au Divan du Monde en mars..

DAVID LAFORE

C'est déjà ça - Lafore vampirise un peu la "Partie à trois"

Pour la  7e édition de la "Partie à trois" de Bordeaux Chanson, David Lafore, Laurent Lamarca et Ivan Tritiaux échangent leurs répertoires dans un spectacle inédit que Lafore emmène dans sa savoureuse folie douce. Desservant parfois les chansons des deux autres.

YVART

Norbert Gabriel - Jacques Yvart, Enfants de Bretagne / Bugaled Breizh

La semaine dernière, la barque de l’oncle Léon s’est faite goélette, pirogue, sampan, brick, jonque, drakkar, caravelle, kayak, chébec, corvette, brigantine, frégate, clipper, schonner,  chaloupe, chasse-marée, dundee, flambart, caraque, gabare, lougre, sinago, bisquine, sloop, dinghy, ketch, Pen Duick ou Joshua, Manureva ou Santa Maria , pour nous emmener avec Pierre Barouh aux quatre vents des mers et des terres de rencontres. Pour y cueillir des chansons chroniques, des chansons poésies, des chansons à rire et à danser, des chansons révoltes, des chansons de toutes les couleurs, pourvu qu’elles soient couleur saravah, comprend qui veut…

CONTREBRASSENS

Nos Enchanteurs - Contrebrassens, tout contre

..... Contrairement à Valérie Ambroise (autre de ses fameuses interprètes, qui ne pouvait assumer certains vers de Brassens tels que « pour l’amour on ne demande pas / aux filles d’avoir inventé la poudre »), Pauline Dupuy (notre Contrebrassens) ne corrige rien aux propos du vieux. Je ne sais si elle les adopte mais les interprète, sans chichi aucun, d’une voix presque fragile que contrecarrent des propos parfois bruts. Elle, sa voix et sa contrebasse. Le luxe, le seul, c’est celui d’un presque orchestre pour ce disque, fait de mellotron, optigan, célestas, dulcitone, wurlitzer, piano bastringue, piano jouet, vibraphone, marxophone, clavecin, guitares, banjo, flûtes irlandaises et percussions (tous joués par Michael Wookey, par ailleurs directeur artistique de cet opus) mais aussi batterie, trombone, euphonium, guira, trompette, pichotte, castagnettes, clarinette, clarinette basse, violon, accordéon, harmonium et harpe. Orchestre, oui, imaginatif, singulier, coquin lui aussi, mais qui jamais ne s’impose, ne supplante, de ses notes ne pousse la voix dans les orties.

FERSEN

C'est déjà ça - Thomas Fersen, dix albums au conteur

Depuis deux ans, l’artiste alterne sur scène chansons et monologues. A Luxey et Sarlat cette semaine, il y glissera les titres de son nouveau disque qui sort vendredi prochain

HEXAGONE

Norbert Gabriel - Hexagone : Un pour tous, tous pour un …

Un mook pour tous les amoureux de la chanson, et tous ces amoureux pour soutenir le mook, ce pourrait être la devise des mooksquetaires , c’est comme ça que j’ai compris le message de David Desreumaux dans l’édito du n°2 qui ouvre le bal : Si rien n’est gagné pour la chanson, imagine pour Hexagone ! Je l’ai déjà dit plus haut, j’arrête de radoter, mais sache qu’il nous reste encore du chemin pour asseoir durablement la revue . Ensemble, on y arrivera . C’est un message à mook ouvert .

LES TIT'NASSELS

Nos Enchanteurs - Les Tit’Nassels, déflagrations en plein cœur

Le grand tournant des Tit’Nassels, le duo des environs de Roanne, fut celui de 2013, quand Axl (Aurélien pour l’état civil) et Sophie décidèrent, après neuf albums (compiles incluses), de doubler la mise, à l’occasion du précédent et bien nommé album, Soyons fous. De passer à quatre, avec l’apport de Romain Garcia à la basse et de David Granier à la batterie, et ce indépendamment d’autres musiciens, autres instruments, pour les besoins des enregistrements studio.

DALIDA

Nos Enchanteurs - Dalida, costume en posthume pailleté

..... Dalida a beau ne pas être le pain quotidien de NosEnchanteurs, difficile pour nous de faire abstraction de cette chanteuse populaire aux tenues pailletées, à la plastique de pin-up et à la voix si caractéristique. Difficile de ne pas identifier aussi dans son pléthorique répertoire quelques pépites qui, sans mal, défient le temps, à plus forte raison s’ils sont réactivés à chaque date anniversaire.