Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 février 2020

La marraine du prix Moustaki 2020, Suzane • Il est où le SAV ?

Théophile, Laisse moi

Finaliste du prix Moustaki 2020 : Melba, Coeur combattant

La Pieta, Sur un banc

Claude Fèvre - La Pietà, Bas les masques !

La Pietà, c’est une boxeuse, une catcheuse, une horripilante coléreuse, une vilaine qui se permet – du moins dans ses textes –  tout ce que l’on interdit aux filles depuis des lustres…

Voilà, direz-vous, qu’il pleut encore des hyperboles pour évoquer cette chanteuse à laquelle on vous défie de résister. La presse en abonde jugez un peu :

« Outsider, brutale, fatale, un cri primal qui a bousculé et déstabilisé le public et les professionnels. »  Didier Varrod/ France Inter – « Une œuvre condamnée à régner. » Longueur d’ondes – « Une punk-rappeuse aux textes peu conformistes. » – Le Monde – « La Pietà croise la rage du punk et la verve du rap, c’est une boule d’énergie qui boxe avec les mots et les sons. » – Tsugi – « La Pietà griffe de sa plume acérée avec son rap mâtiné de punk qui ne mâche pas ses mots. » – Culture Box… Et nous aimons beaucoup cette présentation –ci  qui pourtant date un peu, du temps où elle s’expliquait sur son retour dans le monde de la musique, sur son masque blanc de chat pour échapper au passé d’une « jolie chanteuse pop, signée sur une grosse maison de disque » 

Lire la suite
__________________
__________________