Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 décembre 2019

La longue interview d'Izïa

Son nouvel album ("Citadelle"), la disparition de son père et la peur d'aller trop vite dans un monde où les musiciens n'ont même plus le temps de s'exprimer, Izïa Higelin a pris le temps de tout expliquer à Jack. Un témoignage authentique qui tranche avec les "junket auto-promo" et qui prouve qu'à 29 ans la route est encore longue pour cette Française prometteuse

samedi, 30 novembre 2019

Izïa - Trop vite

vendredi, 29 novembre 2019

Izïa - Dragon de métal

mercredi, 30 octobre 2019

Izïa - Trop vite

mardi, 29 octobre 2019

L'actualité de la chanson française du 18 au 25 octobre

Les artistes de la semaine : Alain Souchon, Véronique Pestel, Souad Massi, Ilia, Izia, Ali Danel, Alambic

L'album de la semaine : Alain Souchon, Ames fifties

Le clip de la semaine : Alain Souchon - Presque

ALAIN SOUCHON

Victor Hache - Alain Souchon: “Avec les fifties, je découvrais le monde”

L’interprète de “Foule sentimentale” revient avec “Âme fifties”. Un album aux élégantes ballades pop-folk dans lequel le chanteur âgé de 75 ans, pose un regard teinté de nostalgie sur les années 1950, avant son retour sur scène au Dôme de Paris du 14 au 17 novembre.

Onze ans après son dernier album “Ecoutez d’où ma peine vient”, cinq ans après son album duo avec Laurent Voulzy, Alain Souchon revient avec l’exquis “Âme fifties”. Un album dans lequel ce tendre rêveur qu’est l’auteur de “Foule sentimentale” ou “J’ai dix ans“, pose un regard teinté de nostalgie sur les années 1950 qui l’ont vu grandir. Un registre sensible aux élégantes ballades pop-folk, où l’on se promène de Lille (“Presque”) au Crotoy en passant par les ambiances de blues noir américain (“Ronsard Alabama”). Dix chansons où Souchon s’émeut de l’inégalité culturelle entre Paris et la banlieue (“Ici et là”), observe la France avec ses lumières mais aussi ses souffrances quand une usine est vendue  (“Un terrain en pente”).

Libé - «Ame fifties», un Souchon sachant si bien souchonner *

Dans son quinzième album studio, l’ancien prodige de la «nouvelle chanson française» donne encore de jolis signes de son éternelle jouvence.

Tant il a fait de l’art d’effleurer (les choses de la vie, les jambes des femmes ou les sujets qui fâchent) un mode de respiration vital, n’attendons pas d’Alain Souchon, à 75 ans, qu’il se mette à enfoncer des clous. On l’imagine peu doué en bricolage, le Duduche rive gauche. On le préfère en ambassadeur des sentiments qui flanchent, le genre de gars qui panse à notre place, allô maman bobo à vie, ralentisseur naturel de pouls quand le monde autour s’emballe à faire suffoquer.

France Info - Alain Souchon sort son nouvel album "Âme Fifties", souvenirs des années cinquante d'un chanteur dandy

Le chanteur raconte son univers musical, où l'on rencontre Eddy De Pretto, Mozart et Mick Jagger. 

"La musique est importante pour le dessin d'une époque", remarque Alain Souchon, qui passe en revue son paysage musical, où l'on croise les Eddy De Pretto, Mitchell, Mick Jagger ou encore Véronique Sanson. Âme Fifties, son nouvel album, le premier depuis onze ans avec des chansons originales et en solo, sort ce vendredi 18 octobre et ouvre sur ses souvenirs des années cinquante.

ILIA

Nos Enchanteurs - Ilia, la voix à suivre

C’est une douce mélopée qui accueille l’auditeur, qui le prend par la main et l’oreille pour l’emmener au loin. Une sorte d’incantation, à l’instar de celles des sorciers chamans. Un chant venu du fond des temps, rien qu’une voix et des sons. Aucun mot pour perturber l’émotion naissante, aucun instrument encore pour l’accompagner. Après une bonne minute, voici des percussions qui se font entendre, dépouillées et primitives. Enfin déboule le verbe : « Je marcherai longtemps / Face au ciel / Face aux vents / Je laisserai la peur et les tourments / Expirer lentement ». La chanson qui ouvre magistralement ce premier disque s’intitule Road song. La chanson de la route. Comme une promesse d’évasion et de voyage. Le pari sera tenu.

IZIA

Le Figaro - Izia Higelin: une «Citadelle» au nom du père

Avec son quatrième disque sorti vendredi 11 octobre, la chanteuse livre un touchant hommage à Jacques Higelin, disparu en avril 2018.

Dix ans de carrière déjà. Alors qu’elle vient tout juste de fêter ses 29 ans, Izia célèbre une décennie de musique en sortant son quatrième album, Citadelle. Un disque de treize morceaux, conçu à Calvi pendant sa grossesse, et marqué par la disparition de son père, Jacques Higelin, le 6 avril 2018, à 77 ans.

France Info - "Citadelle" : magnifiques retrouvailles avec Izïa Higelin

Izïa Higelin revient ce vendredi avec "Citadelle", un disque puissant, habité, confirmant son talent pour les mots et leur interprétation tout en émotions. L'album d'une artiste qui s'assume enfin dans toutes ses dimensions.

Ce nouvel album confirme une chose : la plus belle découverte d'Izïa Higelin, c'est bien sa langue maternelle. En ancrant Citadelle à Calvi, un lieu qui a toujours compté pour elle, Izïa s'offre un terrain conquis ; elle peut tout dire, se raconter, jouer avec les mots, chanter les souvenirs d'enfance, glisser des références, habiller la voix de son frère, Arthur H, sur Les Sentiers, après avoir fait entendre celle de son père un peu plus tôt. Sur ce disque, la jeune femme irradie.

SOUAD MASSI

RFI - Souad Massi, l'engagée

Certains l’ont surnommée la « Joan Baez du monde arabe ». Avec sa voix pure et envoûtante, cette ancienne étudiante en urbanisme n’a jamais cessé de construire des ponts : ponts musicaux entre le folk, le rock, le fado, le flamenco et le chaâbi de son algérois natal, ponts linguistiques aussi entre l’arabe, l’anglais et le français. Souad Massi revient avec un sixième album, dont les mélodies et les mots résonnent avec les inquiétudes et les espoirs de l’actualité. 

VERONIQUE PESTEL

Claude Févre - Véronique Pestel, Tous ces petits pas pour aller à l’autre…

Voici un album à toucher, à regarder, à écouter avec le cœur grand ouvert. C’est avant tout une action de grâce – nous assumons la connotation spirituelle – rendue au vivant, à tout le vivant. C’est sans doute prendre un risque que de commencer ainsi, sur ce ton emphatique. Et pourtant… Pourtant l’écoute des chansons du dernier album de Véronique Pestel laisse dans son sillage une envie de paix intérieure, trop rare pour ne pas être dite, revendiquée.  

Regardons cet album dans sa pochette habillée d’un dégradé, du mauve à la rouille… Teintes d’automne sans doute, mais aussi, associées au jaune safran où repose le disque lui-même, couleurs mêlées des moines bouddhistes… Mains ouvertes, offertes, mains qui parlent en gros plan sur la couverture… Et ce titre Intérieur avec vue qui proclame cette quête d’équilibre entre la vie intérieure et le besoin de l’Autre, du monde autour…

Nos Enchanteurs - Véronique Pestel, la poésie contre les vents mauvais

Intérieur avec vue, fenêtre sur cour, fenêtre sur jardin, fenêtre sur la vie, sur les autres. « Je suis une femme qui écris devant sa fenêtre » dit-elle. D’où la chanson-titre de ce nouvel album. Le rythme de la nature va, imperturbable, dans un jardin où Véronique Pestel semble privilégier l’hiver, aux tristes parterres vides, eau gelée, branches fatiguées, toits de neiges… Là où se prépare en secret la renaissance du printemps. Le jardin est biosphère, le monde l’est tout autant que l’artiste observe pareillement. La focale tantôt s’élargit à la planète entière et aux Épidermes qui la peuplent (« C’est caramel ou cannelle / Noire ébène d’Angola […] / C’est chicorée ou réglisse / Chair, peau de pêche ou cachou / C’est pomelo, pamplemousse / Miel, maïs ou jaune franc… », chanson de Jean Duino qui trouve, plus loin, l’écho de Métisson Métissa, aux goût de pains d’épices et de chocolat), aux rejetés de l’économie (superbe reprise de Rime orpheline, de Rémo Gary : « Pauvre ça ne rime à rien… »), aux colères qu’il nous faut exprimer… 

ALI DANEL

[Entourage #67] Ali Danel

Petit prince du folk francophone, Ali Danel est un conteur des temps modernes en liberté, un voyageur des terres fertiles de la country au service d’une poésie des grands espaces. Au banjo ou à la guitare, ce chantre de l’anti-folk, sans antisèches, avide de nouvelles aventures comme dernièrement avec son frangin des îles, Cl3mson, s’envolait cette semaine pour la Belle Province, pour un Québec Tour passant par Montréal, Québec, Tadoussac et Granby. L’occasion de s’échauffer la voix au contact du Gulf Stream avant de pousser la chansonnette au nord de la France dans le cadre du Crossroads Festival. Pour indiemusic, Ali Danel, oui, c’est bien lui, voix grave et stetson dessus les rouflaquettes, se remémore avec sa bienveillance et sa légèreté caractéristiques, quelques rencontres inopinées et heureuses.

JEANNE CHERHAL

Baptiste Vignol - L'Enivrante

Ce disque n’a rien d’une simple embellie saisonnière. Il saisit l’essence du temps qui passe et se profile, en un lent foudroiement. Il chante le feu des corps, des souvenirs et des adieux. Il rompt la glace des non-dits quand elle commence à se briser avec de sourds craquements. Il célèbre la vie qui jaillit. L’AN 40 est un vaisseau. Jeanne Cherhal, son capitaine. Après vingt ans de carrière, la chanteuse aux yeux verts s'y montre toutes voiles dehors. Telle une aventurière dont l’armure serait la musique. Son AN 40 est le recueil en dix fusées d’une Femme-envie.

DELERM

Victor Hache - Vincent Delerm : “J’essaie de faire des chansons qui améliorent nos vies”

Trois ans après “À Présent”, Vincent Delerm revient avec un nouvel album “Panorama” et un premier film intimiste “Je ne sais pas si c’est tout le monde”. Deux objets artistiques sensibles qui se font écho entre légèreté et nostalgie, où le chanteur pose un regard attendri sur le sens de la vie.

RFI - Vincent Delerm, les chansons d’amour

Un disque, un film, un spectacle. Alors qu’il fait paraître Panorama, un album sur lequel il a fait appel à des musiciens différents pour chacune de ses chansons, Vincent Delerm sort son premier long métrage, Je ne sais pas si c’est tout le monde, et commence sa tournée à La Cigale, à Paris. Une semaine avant ce grand retour, on a rencontré ce chanteur plein de charme.

Dans une scène de son premier long métrage, Je ne sais pas si c’est tout le monde, Vincent Delerm filme Alain Souchon en plan fixe, un casque sur les oreilles. Dans ce casque, il dit à Alain Souchon toute l’admiration qu’il a pour lui, et il lui raconte ce souvenir d’enfance : "Une fois, quand j’étais petit, mon père s’était fâché avec des amis. C’était les Charpentier. Il leur avait expliqué que tes chansons étaient super et eux, ils ne trouvaient pas. Alors après, en revenant d’un concert à Évreux, c’était un concert dans un ancien cinéma avec une chorale en première partie, il avait décollé une de tes affiches et dans la nuit, il avait été la mettre sur le mur de la maison des Charpentier." "Ah, mais c’est...c’est… eh... C’est magnifique !", réagit Alain Souchon, avec pudeur.

BELIN

C'est déjà ça - Bertrand Belin: "Dans le fond ce n'est pas moi qui chante"

Avec "Persona", Bertrand Belin a ajouté une sixième pierre à la pyramide d'une oeuvre profonde, nappée de mystère. Entretien avant un concert à Cognac jeudi 17 octobre

Sa sombre élégance et ses textes tissés d'ellipses le placent à part dans le paysage de la chanson française, quelque part entre Dominique A et Alain Bashung. Bertrand Belin en dit plus sur la conception de son sixième album, "Persona", avant de venir fouler les planches du théâtre de Cognac.

LA GRANDE SOPHIE

C'est déjà ça - La Grande Sophie: "J'ai eu besoin d'aller visiter le passé"

Cela faisait un moment qu'elle avait fait irruption sur la scène française, ça devait arriver: La Grande Sophie a 50 ans. L'obsession du temps qui passe irrigue son huitième album, "Cet instant". Entretien sans fards

dimanche, 27 octobre 2019

L'album de la fin de semaine : Izia, Citadelle

samedi, 26 octobre 2019

La longue interview d'Izïa

mardi, 15 octobre 2019

L'actualité de la chanson française du 4 au 10 octobre

Les artistes de la semaine : Alex Beaupain, Rita Mitsouko, Robinsonne, Gérard Yung, Samir Barris

L'album de la semaine : Alex Beaupain, Pas plus le jour que la nuit

ALEX BEAUPAIN

Télérama - Alex Beaupain, Pas plus le jour que la nuit

« La vie est courte, les choix nombreux/Et choisir, c’est mourir un peu »… Voici la clé de ce sixième album dense et ambitieux. À 45 ans, Alex Beaupain cherche à s’affranchir de son image d’héritier pop de Barbara. Mais sans rompre les liens… Pour se renouveler, il s’est entouré des jeunes producteurs électro en vogue, Ambroise « Sage » Willaume et Gabriel « Superpoze » Legeleux. Jamais envahissantes, les sonorités de synthé du premier et les fines batteries aux toms effleurés du second affleurent joliment au fil des écoutes

Nos Enchanteurs - Alex Beaupain, pétri de talent

Alex Beaupain nous revient ce 4 octobre avec Pas plus le jour que la nuit. Celui qui, de son propre aveu, a bien failli ne jamais devenir chanteur (c’est le décès subit, à l’âge de 26 ans, de sa fiancée qui sera l’élément déclencheur) nous livre, avec ce sixième album, une œuvre plus singulière, plus aboutie. Plus personnelle, et paradoxalement moins narcissique.

SAMIR BARRIS

Nos Enchanteurs - Samir Barris, passeur de poésie

Clairvoyance ou opportunisme ? Toujours est-il que c’est ce 20 septembre, veille de l’automne, que nous est arrivé cet album intitulé Fin d’été. Timing parfait. Son auteur ? Un quadra bruxellois au passé déjà copieux : Samir Barris. Chanteur à double tranchant – pour les enfants avec son projet Ici Baba, pour les adultes sous son propre nom – il cultive pour l’heure la mélancolie élégante et la nostalgie discrète. Quoi d’étonnant dès lors que son disque rassemble 13 chansons dont l’absence et le temps qui passe forment le fil conducteur ? Des titres joliment écrits. Il faut dire que la moitié d’entre eux sont des poèmes mis en musique. Pas trop difficile, me direz-vous, de chanter de belles choses quand le parolier se nomme Victor Hugo, Paul Verlaine ou Charles Baudelaire, et qu’on y ajoute en outre une reprise de Barbara, Septembre ! Certes, mais encore faut-il le faire avec justesse et intelligence.

ROBINSONNE

Nos Enchanteurs - Robinsonne, quête de l’amour

Tous les titres de ce nouvel album de Robinsonne (son troisième) se conjuguent à la première personne. Au féminin. Et à l’amour, qui est ici comme en recherche. C’est une goualante portée par une voix faite de sincérité et d’émotion, une voix forte qui se sait rien du minaudage, qui n’est pas là particulièrement pour séduire mais convaincre : et c’est réussi. Quand je dis goualante, c’est sans parenté aucune avec des Damia ou Fréhel, que du reste Robinsonne interprète dans un spectacle, Les Scandaleuses. De tels consœurs vont bien à Robinsonne, elle qui en est un peu l’exacte contraire, insoumise qu’elle est. On imagine d’ailleurs ce que donnerait Le Tango des sanglots, chanson nouvelle de Robinsonne, dans la voix et le répertoire de ces vieilles dames-là : « Pourquoi fuient-ils dès qu’on les aime ? / Moi je ne comprends rien aux hommes… »
 
HEXAGONE
 
Nos Enchanteurs - Hexagone, ça passe ou ça cesse

Si encore cet horripilant Bernard Canetti, fils du fameux directeur artistique Jacques Canetti (eh oui, celui qui cornaqua Brel, Brassens, Béart, Reggiani, Aznavour, Jeanne Moreau, Higelin et bien d’autres ), s’était acheté une pleine page de pub* sur Hexagone pour son nauséeux et indigeste régime Comme j’aime... Ben non. N’empêche que, d’un numéro à l’autre, Hexagone vient de perdre 143 grammes, passant de 685 à 542. Cure d’amaigrissement pour le coup efficace ? Non, seulement un grammage de papier inférieur, sans nullement nuire à la qualité de cet estimable trimestriel. En terme de communication, ça peut toutefois rappeler aux abonnés de feu Chorus le funeste souvenir des n°61 et 62, bien moins épais, amputés de la moitié de leur pagination, grave alerte s’il en fut. Rappelons que Chorus disparut sept numéros plus tard.

GERARD YUNG

Nos Enchanteurs - Gérard Yung : Paris, Delhi et autres escales de l’amour

Voyages, voyages. De Paris à Delhi, on ne sait par quels moyens de locomotion (il y a les mots et les musiques, déjà, et c’est particulièrement conducteur…) mais c’est en toutes classes, du populaire au lettré. C’est un disque – le quatrième ; de neuf titres, seulement, hélas – chaleureux, réconfortant. Un dépaysement. Géographique, c’est évident. Mais pas que. Hors des tracas du moment, des sujets mille fois ressassés, si ce n’est l’amour, encore et toujours.

RITA MITSOUKO

RFI - Tout le monde est-il devenu Rita Mitsouko ?

Alors que la Philharmonie de Paris organise un week-end spécial consacré aux Rita Mitsouko, 12 ans après la disparition de Fred Chichin, la moitié du duo, RFI Musique revient sur le vent de créativité et de liberté qu'a soufflé ce groupe sur la musique française à partir du début des années 80.

Certaines aventures passées glissent peu à peu dans l’oubli. D’autres semblent devenir plus vastes et plus imposantes à mesure qu’elles s’éloignent dans le temps. Ainsi des Rita Mitsouko, qui furent ce qui était le plus branché à l’époque où "branché" signifiait quelque chose. Aujourd’hui, débarbouillés des frénésies de la mode et de la surexcitation volatile qui les accompagnent, ils appartiennent à l’Histoire – celle que l’on enseigne aux jeunes gens avec plein d’"à l’époque, tu vois"… Car à l’époque, voyez-vous, les Rita Mitsouko ne furent pas considérés comme vraiment importants.

 

 

vendredi, 11 décembre 2015

L'actualité de la chanson française du 30 novembre au 13 décembre (mise à jour)

Le clip de la fin de semaine - Vison - Ventre Millénaire

Le clip de la semaine : L'Homme parle - Le jour viendra

Les vidéos de la semaine : Nicolas Bacchus et Elie Guillou à l'occasion de leur 3 concerts à Lyon à A Thou Bout d'Chant en fin de semaine. Dimanche avec les prix SACEM 2015.

A la une

Hexagone - Elie Guillou, Rue Oberkampf ou l’heur des contes

A la table d’à côté, Xavier Lacouture blague avec 2 dames, venues un peu par hasard, et moi pas rasé je m’amuse de la situation. Un autre, bien portant et bonhomme, déambule avec un pansement sur le nez et une chemisette blanche mais élégante. Flo Zink est au zinc et les zygomatiques roulent bon train ce vendredi soir au Limonaire. T’es dans l’ambiance ?

Hexagone - Bacchus, libertin j’écris ton nom ! (avril 2014)

Même pas mort ! Bacchus bande encore ! Cinq ans après la parution de l’album A table, Nicolas Bacchus remet les pieds dans le plat de la chanson avec un nouvel album, La verVe et la Joie où l’amusante contrepèterie nous apprend que notre libertin libertaire est toujours amateur de belles plumes…

Nous voilà donc rassurés, Bacchus vieillit bien. Comme le bon vin. Quand d’aucuns se ramollissent au fil du temps, lui nous revient en pleine bourre, la quarantaine aux aguets, la rage subtile à fleur de peau, brandissant son besoin d’amour intarissable, dispensant une générosité démesurée avec l’humilité de celui qui a pris des coups dans la gueule et qui se relève.

Hexagone - Elie Guillou, Chanteur Public (septembre 2014)

On ne va pas y aller par quatre chemins. Elie Guillou est un de nos coups de cœur de la rentrée. Son nouvel et second album, Chanteur public, paraitra le 21 octobre prochain et l’objet séduit à plus d’un titre.

Hexagone - Nicolas Bacchus : Le troubadour du bas canal (avril 2014)

Nicolas Bacchus est un cas d’espèce en voie d’apparition. Il gueule tout haut ce que pas mal n’ont jamais osé chanter tout bas. La fourmilière en est toute remuée…

L’essentiel, c’est de ne pas plaire à tout le monde. Tel est le mot d’ordre de Nicolas Bacchus, électron libre néo-libertin pédé affirmé , auto-proclamé. Voilà qui est dit.

10, 11, 12 et 13 décembre

RFI - Tous les voyages d’Anggun, Nouvel album, Toujours un ailleurs

Avec Toujours un ailleurs, l’Indonésienne Anggun, infatigable globetrotteuse, à cheval sur trois continents, sort un album en français, aux accents voyageurs : un disque pop-world dans lequel se croisent notamment son ami Florent Pagny, l’écrivain David Foenkinos, ou encore le tube de Maxime Le Forestier, Né Quelque Part. Selon sa créatrice, ses pistes devraient susciter des rêves d’évasion salutaires. Suivons-les.

C'est déjà ça - La Mine de Rien creuse son sillon

La Mine de Rien fait chalouper les mots sur des sons cuivrés bien emballés. Dernier album en date, "Avec des si"

La chanson française en mode multi-instrumentiste, voix grave et textes chiadés, assemblage réussi entre l'héritage des grands anciens, a connu son heure de gloire dans les années 90, avec Têtes Raides ou La Tordue en figures de proue. Beaucoup sont passés à autre chose, mais il en reste quelques-uns qui perpétuent le genre avec conviction.

8 et 9 décembre

Hexagone - Les sirènes de Gisèle Pape et le sang chaud de Ludéal

Après une absence prolongée de trois mois à la salle des Trois Baudets, j’y ai fait mon retour le mardi 1er Décembre. Je suis entrée dans cette salle pour laquelle j’ai tant d’affection sans avoir l’impression de l’avoir quittée. J’y étais encore hier avec le boss, pour découvrir le spectacle du mois de juillet. Les sièges rouges m’ont accueillie comme ils le font chaque fois : confortablement, et comme chaque fois, j’y ai découvert de bons artistes : Gisèle Pape et Ludéal. Aux Trois Baudets, les déceptions n’existent pas.

C'est déjà ça - « Paris Tristesse »: une dernière très spéciale pour Pierre Lapointe

L'artiste québécois a donné le dernier des 39 concerts de sa tournée française au théâtre du Rond-Point en début de semaine. Forcément particulier.

6 et 7 décembre

C'est déjà ça - Vison, le poil hérissé

Vison concentre la folie douce des Suprêmes Dindes et les envies d'ailleurs de Cécile Jarsaillon

"Vison, variété post-punk", est-il annoncé. Comme un projet qui ne sait pas trop où il habite, parce que ses envies dépassent les cases. Le groupe a plus de 200 dates au compteur, mais son existence nous avait échappé. Mais pas le timbre de la chanteuse, Cécile Jarsaillon. On reconnaît vite la voix et le verbe de l'ancienne chanteuse de Suprêmes Dindes, jouissif combo féministe déguisé en secrétaires.

Hexagone - Décembre en chansons à Toulouse : on finit l’année en beauté !

Je vais te parler des concerts de Décembre alors je commence par … mes deux coups de cœur de la dernière semaine de novembre. Le mercredi La boca abierta : une aventure « une proposition hors cadre » dira fort justement Lior Shoov : un duo féminin extraordinaire, rires et plaisir, ce n’est pas de la chanson, c’est un grand moment surprenant de spectacle vivant et original. Si tu as l’occasion, cours le voir ! Le jeudi, la première de la création de B. comme Fontaine, Hervé Suhubiette et ses trois musiciens chanteurs, créativité et talent, richesse des arrangements et de la mise en espace, une superbe recréation à partir du répertoire iconoclaste de Brigitte Fontaine. Dès que c’est joué à nouveau je te fais signe ! Bon alors décembre, quelques gentils concerts pour atteindre doucettement les fêtes ? Que nenni !  Menu à la fois gastronomique par la qualité et richement copieux (ou copieusement riche) par la quantité. Regarde-moi cette sélection. Un festival Comme ça nous chante sur quatre jours qui va me faire sortir … quatre soirs de suite. Les premières soirées Francofans à Toulouse. Des must comme Fredo chante Renaud et quatre jours de Gérard Morel en solo. Deux groupes féminins, chanson du monde, que j’apprécie fortement. Bon je te détaille ma sélection par lieu.

Hexagone - Décembre au Limonaire

Pour finir l’année, le Limo tape fort en proposant tous les mardis l’éternelle Francesca Solleville. Plusieurs fois 20 ans et toujours la même envie de chanter, la même détermination chez Francesca même s’il faut avouer qu’elle n’a plus exactement ni la voix ni la mémoire d’autrefois. Francesca sera, comme toujours, accompagnée par Nathalie Fortin. Parmi les belles dates de ce mois de Noël (pas Noëlle du Limonaire, celui des cadeaux si t’as été sage), on retiendra Flo Zink et Laurent Berger pour le week-end à venir, le 17 Armelle Dumoulin avant (ça fait moulin à vent) Scott Taylor & Guertrude les 18 et 19. La Demoiselle Inconnue chantera le 23 décembre pour une des premières fois sous son vrai nom : Camille Hardouin. Les chansons restent les mêmes, il n’y a que le nom qui change. C’est comme avec Treets et M&M’s. Le 30 s’annonce également être une très belle soirée avec une carte blanche à K ! dont on n’a pas encore beaucoup parlé sur Hexagone bien que l’on apprécie énormément son travail. On réparera ça prochainement.

Nos Enchanteurs - Barbara-Bruel : 1-0

On nous dira, comme à chaque fois, que c’est pour transmettre, pour faire connaître aux plus jeunes l’œuvre de l’artiste ici reprise. Non, Barbara ou pas, Patrick Bruel, 56 ans, ne s’adresse pas, ne s’adresse plus aux jeunes. Son public, fidèle, a vieilli avec lui. Le jeune public l’ignore autant qu’il ignore Barbara. Ce disque n’est fait que pour le public de Bruel. Éventuellement pour ceux, du même âge ou plus, qui aimeraient retrouver Barbara, oubliant que les disques de la longue dame brune sont toujours disponibles dans le commerce. Et qu’il est ici préférable de tendre l’oreille à l’original.

Hexagone - Avec -VOUS-, le retour de Vincent Gaffet

Vincent Gaffet, un jeune artiste de la scène lyonnaise, avait sorti en 2007, Coton, un premier album très réussi. Il s’est consacré ensuite totalement au Tram des Balkans et aux musiques du monde. Avec ses coéquipiers Mathieu Cervera et Diego Meymarian, il fait son grand retour dans la chanson française avec le groupe -VOUS- dont les premiers enregistrements sont désormais disponibles. Le 4 décembre, -VOUS- est à Lyon, à la salle des Rancy. J’ai rencontré Vincent et Mathieu pour parler avec eux de leur projet commun.

Le blog du doigt dans l'oeil - Bruel et Barbara, une rencontre ?

La blogosphère du Landerneau de la chanson explose, c’est passion et fulmination après le scandale annoncé de l’attentat contre Barbara. Accusé Bruel, le pilori vous attend. Avant même que la moindre note ne soit proposée aux oreilles expertes des amateurs professionnels (si-si, il y en a..) de la chose chantée, les bazookas crachaient, et les procureurs avaient fourbi leurs réquisitoires, les résosocios en ont témoigné, et la suite l’a confirmé. Sans être dans la boule de cristal de madame Irma, et avec un peu de recul et de souvenirs concernant la presse chanson, on pouvait deviner qui allait dire quoi, surtout contre. (Remember Romain Gary/Ajar, et aussi Sheila, abondamment et systématiquement vilipendée par quelques uns qui ont adoooré Be devotion , sans la reconnaître)

4 et 5 décembre

Les Insus en tournée en mai à Angoulême, Bordeaux et Pau

Après trois concerts dans des petites salles de Paris, Ille et Lyon, trois des quatre membres de Téléphone repartent sur les routes et passeront dans la région au printemps

Télérama - Raphaële Lannadère (alias L) : la chanson en art majeur

Raphaële Lannadère, qu'on avait découverte sous le nom de L, sort un deuxième album riche, à l'écriture renversante, et aux arrangements néo électro. Nous l'avons rencontrée avant son concert ce lundi soir à Paris, au Café de la Danse.

RFI - Raphaële Lannadère vole de ses propres L, Nouvel album, L

On l'a connue, il y a quatre ans, à travers un patronyme qui se réduisait à la lettre L. Si Raphaële Lannadère a repris depuis sa véritable identité, la fameuse lettre est toujours présente puisque c'est le titre de son deuxième album aux sonorités électro. L'habillage a peut-être changé, mais le vertige est toujours prégnant.

Nos Enchanteurs - Raphaële Lannadère, la beauté fardée

Elle c’est L. Mais essayez donc de la retrouver sur la toile avec un tel blase. En conséquence L retrouve le sien pour ce second album : c’est Raphaële Lannadère. Le disque s’intitule L. ; le précédent, sorti lui aussi chez Tôt ou Tard, en 2011, s’intitulait Initiale. On l’y voyait de face, la voici de dos. Jolie voix, avec un soupçon de cheveu sur la langue, belles mélodies et des vers qui trainent sur de beaux sentiments, d’une écriture élégante, presque surannée, aux mots rares, évocateurs, précieux. La séduction est immédiate.

2 et 3 décembre

Hexagone - Découvertes Alors Chante 2016 : en balade et en résidence

Hexagonaute, je t’ai annoncé en début de mois le plateau du 8 novembre de Chansons en balades. Je t’avais précisé que ces concerts constituaient un des éléments du dispositif de sélection des Découvertes d’Alors Chante. Aujourd’hui je vais t’en dire un peu plus sur l’actualité du moment. Sur le plateau de Chansons en balades du 29 novembre, à Donzac (puisque j’y étais) et sur l’annonce du dernier Chansons en balades de la saison le 6 décembre. Sur l’atelier résidence à Castelsarrasin du 29 novembre au 4 décembre. Je vais commencer par là d’ailleurs.

C'est déjà ça - Jean Corti, ce cher papy à bretelles

L'accordéoniste de Jacques Brel, remis en lumière par Têtes Raides, a poussé son dernier souffle

Le JDD - Patrick Bruel : "Je ne pensais pas que l'unité nationale exploserait si vite après les attentats"

INTERVIEW - Patrick Bruel signe son retour avec un disque en hommage à la "Rose noire", Barbara. Un exercice délicat et réussi. Il revient aussi sur les attentats qui ont endeuillé la capitale.

Télérama - L'hommage collatéral de Bruel à Barbara

Patrick Bruel, trois ans après Daphné, sort un album hommage à Barbara... Les géants de la chanson française sont décidément dans l'air du temps. Faut-il s'en réjouir ?

L'Humanité - Patrick Bruel : « Barbara, c’est toute ma vie »

Entretien. Le chanteur revient avec "Très souvent, je pense à vous". Un album éminemment sensible aux mélodies mélancoliques où il reprend quinze classiques de la Dame en noir, qu’il admire depuis son enfance

RFI - Par Patrice Demailly- Bruel, sa belle histoire avec Barbara, Nouvel album, Très souvent, je pense à vous

Comme pour beaucoup, les chansons de la Dame en noir ont été et sont toujours pour lui un baume, une caresse, une béquille. En revisitant quinze titres de la magistrale Barbara, dans un album intitulé Très souvent, je pense à vous, Patrick Bruel sait que certains puristes vont hurler au loup. Mais, joliment épaulé par le travail d'arrangeur de son demi-frère David-François Moreau, il s'en sort avec les honneurs. Rencontre.

30 novembre et 1er décembre

Télérama - Mort de Jean Corti, accordéoniste de Brel aux Têtes Raides

L'accordéoniste Jean Corti, qui joua pendant six ans aux côtés de Jacques Brel, est décédé à l'âge de 86 ans.

Son nom était lié à celui de Brel : dans la décennie 60, il en fut l'accordéonniste attitré. Un coup de fil de Jacques Canetti, grand producteur de l'époque, avait suffi à l'embarquer pour une série de concerts. L'aventure devait durer un mois ; elle dura six ans. Période des tournées marathons : Brel et Corti donnaient alors près de trois cents récitals par an. Plus qu'un accompagnateur, le musicien avait même composé ou co-composé plusieurs titres de Brel, devenus des classiques : Les Vieux, Madeleine, Les Bourgeois...

RFI - Grand Corps Malade, à plein de voix, Nouvel album, Il nous restera ça

Depuis bientôt une décennie, sa voix grave et sa silhouette étirée par une canne anglaise incarnent le slam en France. Cette fois-ci, Grand Corps Malade a convoqué une pléiade d'artistes sur un album choral, notamment marqué par la classe folle de Charles Aznavour et le retour de Renaud. "Il nous restera ça", dit la formule qui a servi de ciment à ce disque. Et si, dans un pays sous le choc des attentats terroristes qui ont touché Paris, il nous restait Fabien Marsaud ?

jeudi, 03 décembre 2015

Le concert de la fin de semaine : Izia au Festival FNAC devant l'Hôtel de Ville de Paris 4e, le Samedi 18 Juillet 2015.