Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Michel Delpech et Claude François "C'est extra" (INA, 1976) | Page d'accueil | Claude François "Si j'avais un marteau" (INA, 1963) »

dimanche, 11 mars 2018

L'Obs - Claude François, un chanteur antifrançais ?

Dans l'intégrale de l'artiste, on recense 185 adaptations étrangères. Notre Cloclo national était Cocardier-Cosmopolite : un CoCo.

"C'est une romance écrite en France", chantait Claude François, décédé le 11 mars 1978. "Ecrite en France ?" Pas sûr. En écoutant les 20 CD de son intégrale, on redécouvre que le François Ier de la variété française était un grand importateur de chansons étrangères. A la scie identitaire, aux ariettes nationalistes de la France aux Français, aux chassieuses ritournelles du "c'était mieux avant", ce chanteur populaire préférait le "ça s'en va et ça revient" d'une identité migrante, impure, ouverte. Au pays clos s'oppose le pays Cloclo.

Un livre d'Olivier Delavault, "Claude François, l'intégrale de ses adaptations" (éditions Trédaniel), recense ses 185 emprunts à la soul, au funk, au reggae, à la country-music, etc. 185 chansons étrangères. Un afflux massif de créatures extra-européennes, allogènes, voire jamaïcaines. Presque un "déferlement migratoire", comme dit l'extrême droite ou la droite extrême.

Lire la suite
______________________
______________________

13:39 Publié dans | Lien permanent