Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 11 mars 2018

Claude François "La mouche à la queue bleue" (INA, 1976)

Un album du jour : Alias Blob, Du faux-filet au jarret

Claude François "Alexandrie Alexandra"

France Info : C'est toujours la même chanson (Claude François)

"J'ai écrit un mot pour Claude, mais j'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois. La feuille était à chaque fois trempée de mes larmes." Quarante ans après la mort de Claude François, la plaie est toujours béante dans le cœur de Fabienne. Pour la messe commémorant le 40e anniversaire de la disparition du chanteur, qui sera célébrée samedi 10 mars, au sein de l'église Notre-Dame d'Auteuil, à Paris, cette fan de la première heure a surmonté son chagrin pour rédiger un texte à lire lors de cette commémoration.

C'est sous la pluie et dans le froid du cimetière de Dannemois (Essonne), où repose la star, que nous l'avons retrouvée, le 1er février, en compagnie de ses trois amies, fans inconditionnelles elles aussi. Toutes étaient venues remplacer les chapelets volés, déposer des fleurs, des petits angelots et un baiser sur la statue de leur idole, à la date de son anniversaire. Entre larmes, photos sépia et pattes d'eph', plongée dans des vies entièrement consacrées au chanteur, où le temps semble comme suspendu depuis sa mort, le 11 mars 1978.

Lire la suite
__________________
__________________

Dominique A et Roland Romanelli - Cet enfant là

A l'occasion de l'exposition consacrée à Barbara à la Philharmonie de Paris, le Nouveau Rendez-vous a invité la jeune génération à interpréter les succès de la dame en noir. Dominique A et Roland Romanelli interprètent "Cet enfant là". Barbara avait enregistré, avec Roland Romanelli, ce titre en 1981 pour l'album "Seule".

Claude François "Si j'avais un marteau" (INA, 1963)

L'Obs - Claude François, un chanteur antifrançais ?

Dans l'intégrale de l'artiste, on recense 185 adaptations étrangères. Notre Cloclo national était Cocardier-Cosmopolite : un CoCo.

"C'est une romance écrite en France", chantait Claude François, décédé le 11 mars 1978. "Ecrite en France ?" Pas sûr. En écoutant les 20 CD de son intégrale, on redécouvre que le François Ier de la variété française était un grand importateur de chansons étrangères. A la scie identitaire, aux ariettes nationalistes de la France aux Français, aux chassieuses ritournelles du "c'était mieux avant", ce chanteur populaire préférait le "ça s'en va et ça revient" d'une identité migrante, impure, ouverte. Au pays clos s'oppose le pays Cloclo.

Un livre d'Olivier Delavault, "Claude François, l'intégrale de ses adaptations" (éditions Trédaniel), recense ses 185 emprunts à la soul, au funk, au reggae, à la country-music, etc. 185 chansons étrangères. Un afflux massif de créatures extra-européennes, allogènes, voire jamaïcaines. Presque un "déferlement migratoire", comme dit l'extrême droite ou la droite extrême.

Lire la suite
______________________
______________________

Michel Delpech et Claude François "C'est extra" (INA, 1976)