Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 juillet 2017

L'actualité de la chanson française du 1er au 16 juillet (mise à jour)

La revue de presse et du web devient bimensuelle pour la période estivale. Prochain rendez-vous le 31 juillet.
Bel été à toutes et à tous.
Yves
___________________________________________________________________

L'album de la semaine : Barbara Weldens, Le grand H de l'Homme

Les artistes de l'été : Georges Chelon, Barbara, Nino Ferrer, Juliette Greco

La playlist de l'été : la scène lyonnaise, de Frédéric Bobin à Benjamin Biolay, de Michèle Bernard à Carmen Maria Vega

Les vidéos du mois : Chansons en Avignon avec les artistes du Off 2017

L'album de la semaine : Garance, Les idées rock (Avigon off 2017 en chansons)

BARBARA WELDENS

Norbert Gabriel - Barbara Weldens

Parfois, souvent, je m’interroge sur l’utilité et l’intérêt des chroniques de concert publiées ça et là.

Aujourd’hui j’ai un élément de réponse. Il y a deux heures, j’ai appris que Barbara Weldens est morte, très vraisemblablement électrocutée sur la scène où elle chantait. Je ne la connaissais que par la chronique de Danièle Sala, aux Rencontres Marc Robine, il y a quelques jours. Mais par cette chronique, j’avais très envie de découvrir en scène cette artiste étonnante… Et il y avait presque une sorte d’intimité virtuelle, à sens unique, qui s’était créée. Sa disparition brutale laisse un vide et une douleur que je n’aurais pas imaginée. Comme un rendez vous d’amour manqué..

Nos Enchanteurs - Barbara Weldens, 1982-2017

Le monde de la chanson est en deuil, d’un deuil cruel car tragique. Barbara Weldens, 35 ans, s’était imposée depuis quelques années sur scène, où elle nous impressionnait chaque fois.

Rappelons que Barbara Weldens venait de sortir, en février de cette année, son premier album, Le grand H de l’Homme, qu’elle avait été lauréate du Pic d’Or de Tarbes et venait de recevoir un Coup de cœur de l’Académie du disque Charles-Cros. Barbara Weldens devait se produire à Barjac, en première partie d’Yves Jamait. Un artiste n’est pas interchangeable et Barbara ne sera pas remplacée.

Rencontres Marc Robine 2017, quatrième jour.

.... Arrive alors l’ étonnante découverte de ces dernières années, Barbara Weldens, une grande blonde voluptueuse à crête iroquoise, en short et haut noir, escarpins rouges, qu’elle nous montre et qu’elle balance, car elle a envie d’être à l’aise pour bouger. Elle en reprendra un un peu plus tard, pour téléphoner à Alice du pays des merveilles : Allo, allo, Alice tu m’entends ?

Mandor - Hommage à Barbara Welden

Juste son talent m’impressionnait. Juste, elle représentait la vie. Juste, elle me semblait puissante et invincible. Une chanteuse hors du temps au talent incommensurable. La seule femme qui racontait des histoires de femmes et qui me filait des frissons.

Mediapart - Le grand H de l'homme, de Barbara Weldens

Le premier album de Barbara Weldens sort ce vendredi 3 février, et, à une époque où la laideur du monde sature les ondes médiatiques, il serait dommage de passer à côté d'une occasion de s'émerveiller et de s'illuminer.
 
 
Barbara a quitté l'Ecluse puis s'est produite sous le chapiteau de la porte de Pantin. Barbara Waldens a pratiqué les arts de rue avant de monter sur scène. Mais c'est surtout par le côté chansons à texte accompagnées au piano qu'on se rapproche de l'univers de la dame en noir.
 
 
... On s’interroge à chaque apparition en scène tant les mots, la musique et l’interprétation nous agitent d’émotions auxquelles il est difficile de s’arracher. En trio, entourée de sa fidèle pianiste, Barbara Hammadi, et de la violoniste Marion Diaques – capable d’imiter le chant d’un oiseau ou de « beatboxer »– elle offre une panoplie d’expressions, de jeux qui s’ajoutent à son corps sans cesse en mouvement. Bien entendu c’est d’abord là que tout se passe, dans « l’organique vibration », avec lui que tout se passe, ce corps dont elle a appris le langage dans son approche circassienne.
 
AMELIE LES CRAYONS

Culturebox - "Mille ponts", le joyeux bal d'Amélie-les-crayons au Off d'Avignon

Pour défendre un album baptisé "Mille ponts", quel meilleur endroit qu’une cité rendue célèbre pour son Pont où "l’on danse tous en rond "?! C’est là qu'Amélie-les-crayons présente son quatrième opus, fruit d’un spectacle où rythmes terriens, humour et délicatesse forment un savoureux mélange. Dégustation au premier jour du Off dans la petite salle de l’Arrache-Cœur.

Francofans, Yves Le Pape - Les Mille Ponts d'Amélie les crayons

Amélie les Crayons nous a offert tout récemment Mille Ponts, un superbe nouvel album. Elle nous propose dans la foulée un merveilleux spectacle actuellement programmé à Avignon avant une très longue tournée 2017/2018 qui va remplir les salles dans toute la France avant d'enflammer les festivals de l'été 2018.

NICOLAS JULES

Télérama - Nicolas Jules, Crève silence

On l'a connu plus fantasque, misant sur son air de Pierrot lunaire et son humour pince-sans-rire pour faire passer ses sentiments doux-amers. Puis le temps a passé et l'ironie aussi. Quinze ans après ses débuts, Nicolas Jules, artisan appliqué d'une chanson souvent décalée, revient plus caverneux, centré, profond, inquiétant.

CLEMENT BERTRAND

Francofans, Yves Le Pape - Clément Bertrand, La peau bleue

.... Tout ceux qui le connaissent savent que Clément est un grand poète et, en chansons, il est clairement dans la lignée de Léo Ferré. Ses textes peuvent être crus et avec le sexe on va sans hésitations vers le volcan qui brûle entre les cuisses de l'amante. Mais la tendresse l'emporte aussi quand c'est la nuque qu'il embrasse (Ta nuque) alors que les hommes reluquent le cul de cette beauté.

LES FRANCOFOLIES

C'est déjà ça - Francofolies de La Rochelle: la lumineuse ligne de Faye

Intense, littéraire, énergique, grave et joyeux, le concert de Gaël Faye a été le moment fort de ce vendredi aux Francos où le vieux Jonasz a ravi la Coursive, où Doré a emballé Saint-Jean d'Acre, où Clara Luciani a pointé le bout de son talent à la guinguette

C'est déjà ça - Francofolies de La Rochelle: Willem et l'étoile de Berger

Ce jeudi aux Francos a été marqué par la création du festival: Christophe Willem et le pianiste Yvan Cassar revisitaient l'univers de Michel Berger en piano-voix. Mais on a croisé aussi à la Rochelle Dick Annegarn (encore lui!), François & The Atlas mountains,Kungs et même DJ Jean-Louis

PAUSE GUITARE

Claude Févre - 21ème Pause Guitare – Tremplin « Découverte Chanson », victoire du gang liégeois

Bien sûr, on ne s’étonnera pas de nous voir attentive à cette scène découverte proposée au chœur d’un évènement aux dimensions commerciales affichées.  Alain Navarro, son directeur, en fait sa ligne de conduite, celle des évènements qu’il promeut. Il réconcilie l’inconciliable. Certes les mots sont excessifs, démesurés… Mais c’est pourtant ce que l’on peut croire parfois dans cette enclave musicale qu’est la Chanson, où il est de bon ton de se gausser de certains succès.

RENCONTRES MARC ROBINE

Norbert Gabriel - Rencontres Marc Robine premier jour, 11 juillet 2017.

..... C’est par cette chanson de Michel Bulher( 1976) interprétée par Marc Robine : « Les immigrés», que commencent ces treizièmes rencontres Marc Robine.

Le public est au rendez-vous, les fidèles, ceux que l’on revoit chaque année, et des nouveaux aussi, de tous les âges, puisque cette année est placée sous le signe de la jeunesse, de la relève, et vu ces deux premiers concerts, on peut être rassurés quant à l’avenir de la chanson française.

Et c’est une toute jeune fille en courte robe rouge, pieds nus, qui s’avance vers le micro, bien trop haut pour elle, et monte sur une chaise pour affronter le public 

BARBARA

Nos Enchanteurs - Treize visions de Barbara

Bien sûr il y a ceux et celles qui ne supportent pas qu’un ou une autre chante Barbara. Ceux-là réécouteront avec profit la discographie de Barbara largement disponible.

Mais de la même façon qu’on joue toujours Sophocle, Shakespeare ou Molière, de même que les plus grands peintres déclinent à l’infini les chefs d’œuvre (amusez-vous à chercher les différentes versions de La liberté guidant le peuple ou du Déjeuner sur l’herbe), il faut que la chanson vive de sa propre vie, et d’autant plus qu’elle est grande.

JEAN DUINO

Nos Enchanteurs - Jean Duino, la fine fleur de l’Humanité

Jean Duino est une personnalité discrète et lumineuse de la chanson. Toujours de blanc vêtu, jusqu’à ses cheveux, le sourcil noir, armé de sa seule guitare, c’est le Provençal vrai, profond, fin sourire mais réservé, gardant une part de mystère. Une voix douce, modulée, conte avec ce délicat accent de soleil qui ourle aussi ses chansons.

BLANZAT

Nos Enchanteurs - Rencontres Marc-Robine 2017 : le bon cru de Blanzat

Il porte le nom d’un grand journaliste de la chanson, lui-même auteur, compositeur et interprète, qui plus est historien de cet art, biographe et conférencier : Marc Robine. Année après année, ce festival non seulement ne démérite pas de ce nom mais, au contraire, s’en rapproche plus encore. Alors qu’il a fallu une révolution de palais à Barjac pour apporter un sang neuf à sa programmation, la mue des Rencontres Marc-Robine s’est faite de l’intérieur, par Alain Vannaire, son directeur artistique et créateur, parfois, sinon au grand dam, au moins à l’étonnement de son équipe. Vannaire est un alchimiste de la chanson, qui mélange ses fioles, tente d’audacieux cocktails, de singulières parentés, risque l’improbable, désoriente tant ses proches qu’au final le public. Un public qu’il prend pour suffisamment intelligent – et qui l’est – pour accepter de goûter à ses mixtures.

LAVILLIERS

RFI - Série Lavilliers «Le plus vieil employé de Barclay» (Episode 1)

La rencontre entre un rebelle engagé et Eddy Barclay, l’homme qui incarna le show business à paillettes. 50 ans de carrière pour un artiste à mi-chemin entre la chanson française traditionnelle poétique et le rock, dont sa génération est issue.

PHLOX ET RESEDA

Nos Enchanteurs - L’alibi de la Libido : Phlox et Réséda se font la Belle

.... Et pourtant, une cinquantaine de personnes résiste à l’envahisseur et se retrouve dans une petite salle de l’Office Culturel pour un spectacle ravissant à tous égards : Phlox et Réséda reprennent des chansons de Marie-Paule Belle ! Elle, c’est Judith, ingénieure, lui, c’est Vincent, assistant social, tous deux passionnés de théâtre et de chansons. À leurs frais et sur leurs congés, ils ont suivi les parcours « oser chanter » initiés par Christian Camerlynck, puis se sont perfectionnés en participant à d’autres stages plus pointus. Et ils se sont lancés en assurant des premières parties de cabarets-découvertes, des scènes ouvertes, des illustrations-chansons de colloques, et j’en passe. Ils ont travaillé leurs belles voix et leurs dictions ; ils chantent bien, juste, en rythme et sont soucieux des détails ! Evidemment, ce sont des chanteurs amateurs, mais quand un spectacle de reprises atteint ce niveau de qualité, pourquoi ne pas en rendre compte, à l’instar des hommages à Ricet Barrier, Roger Riffard ou Jean-Claude Darnal ?

vendredi, 21 juillet 2017

Avignon Off 2017 en chansons - VIDÉ'OFF : Nicolas Jules - THÉÂTRE DE L'ARRACHE-COEUR #OFF17

vendredi, 14 juillet 2017

L'album de la fin de semaine : Nicolas Jules, Crève silence (Avignon Off 2017 en chansons)

jeudi, 13 juillet 2017

Avignon off 2017 en chansons : Portrait chinois de Nicolas Jules

jeudi, 25 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 12 au 18 mai

Les artistes de la semaine : Benjamin Biolay, Isabelle Boulay, Clara Luciani, Nicolas Jules, Valerie Amboise, Archimède, Danielle Darrieux.....

La bande-annonce de la semaine : Barbara par Amalric et Balibar

Le clip de la fin de semaine - Leïla Huissoud - On s'connaît depuis longtemps

L'album de la fin de semaine : Isabelle Boulay, En vérité

Le concert de la fin de semaine : Mesparrow & Octave Noire dans Foule Sentimentale (Didier Varrod, France Inter)

BIOLAY

Télérama - Biolay, Volver

.... Un an après son très beau Palermo Hollywood, qui exhalait la moiteur enfiévrée des rues de Buenos Aires, le chanteur continue de marier les sons et les ambiances pour dire les brûlures de la vie et de l'amour. Il alterne ballades mélancoliques et déflagrations urbaines, parenthèses de gravité et titres dansants, tous unis par la chaleur de sa voix de crooner un brin désabusé. Volver est-il pour autant la suite de Palermo Hollywood ? Il s'en fait plutôt l'écho : on entend des vocalises lyriques, le flow tendu de la chanteuse-comédienne Sofia Wilhelmi, ou même le timbre doux de Chiara Mastroianni, partenaire de ¡Encore Encore !, duo sensuel et sexuel dont les va-et-vient rappelleront immanquablement Je t'aime moi non plus — perche de plus pour ceux qui l'associent systématiquement à Gainsbourg.

ISABELLE BOULAY

Le Parisien - Revivez le live et l'interview d'Isabelle Boulay au Parisien

La Québécoise était en direct sur notre page Facebook pour un live exceptionnel. 

Ils ont presque le même nom. Boulay, Biolay. Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Et ça fait presque 20 ans que ça dure. Isabelle Boulay, interprète rêvée, voix parfaite. Benjamin Biolay, auteur compositeur réalisateur bouillonnant. Le tandem s'est reformé, une fois de plus, pour le nouvel album de la québécoise «En vérité» qui sort ce vendredi, comme ils le font régulièrement.

VALERIE AMBOISE

Nos Enchanteurs - Valérie Ambroise décédée, tristesse chez Brassens

Si encore les gazettes se fendaient d’un entrefilet, trois quatre lignes pour simplement nous informer de son décès. Mais c’est dans un grand silence que Valérie Ambroise disparaît. Alors, parlons-en. Ambroise ? Seuls les fins amateurs de Brassens savent qui est cette dame, dont pourtant la carrière ne peut uniquement se résumer à l’excellente et intransigeante repreneuse qu’elle fut du chanteur à la pipe, non en en faisant sa propriété, mais… C’est par Brassens qu’adolescente elle se découvre vocation pour la chanson. Elle débute comme interprète en 1961 Chez le marquis, un des nombreux cabarets de la Rive-Gauche qu’elle écume ensuite. Luc Bérimont la programme dans ses émissions radiophoniques, notamment La fine fleur de la Chanson française.

BARBARA/BALIBAR/AMALRIC

C'est déjà ça - Le "Barbara" d'Amalric présenté à Cannes, sortira le 6 septembre

Le film sera présenté en ouverture de la sélection "Un certain regard" et sortira sur les écrans à la rentrée
"Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle."

CLARA LUCIANI

Télérama - Clara Luciani, Monstre d'amour

Voix grave et souple, faite de brumes et de clartés ; climat mouvant, entre références eighties, sixties, et guitares rock (trois réalisateurs y ont contribué, dont Benjamin Lebeau de The Shoes, et Ambroise Willaume de Revolver). Et surtout, chansons étranges, archi mélancoliques (« Dis-moi pourquoi je sombre dans des eaux, dans des om­bres »), pour ne pas dire angoissantes, comme quand la chanteuse se lance dans une plainte lancinante propre à hanter ceux qui l'écoutent (Pleure, ­Clara pleure).

L'Obs - Clara Luciani, ex-chanteuse du groupe La Femme, nous présente en exclusivité son premier album "Monstre d'amour", dans les bacs le 28 avril prochain. Écoutez son concert acoustique en direct.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, noyé sous le bleu des libellules

Ceux qui prennent Nicolas Jules pour un histrion pourront être surpris (désarçonnés ?). Les autres ont déjà deviné la profonde mélancolie cachée sous la blague potache, la bizarrerie de la lubie ; il n’est que d’écouter Une sale odeur ou J’aime la vie à mort.

Avec Crève-silence il réalise un album très différent des précédents, d’une cohérence noire absolue sur ses douze titres. Mais aussi, par son vocabulaire poétique, un opus totalement « nicolajulien » : « Mes tibias courent / Sur le tambour / De ta rue louche / Le diable est à / Mes trousses », la fulgurance des mots assemblés (« Je cherchais (…) la poulie pour mon cœur »), par ses identifiables rythmes musicaux, encore ralentis, amplifiés.

ARCHIMEDE

Baptiste Vignol - Entre deux tours

«On a les dirigeants qu'on mérite, / On se les coltine en mode repeat / Drôle de vie qu'on mène : / Métro, boulot, problèmes» (Je singe le monkey),  «Pardon pour le monde qu'on vous lègue, / Pardon pour les mers un peu deg', / Y avait pas de poubelle à la ronde ! / Pardon pour les plages qu'on bétonne, / Pardon pour les baleines qu'on harponne, / Fallait bien des cosmétiques pour nos blondes…» (Toujours plus con), «J'aurais pu végéter / Jusqu'à devenir une ombre / Mais j'ai préféré finir et te dédier / Cette chanson qu'à ton attention / J'ai nommée “La joie de rompre”» (La joie de rompre).... Des textes carrés qui dépeignent l'époque sur des musiques barrées, rock et pas baroques, Archimède avec MÉHARI survole le salmigondis des fanas de Dutronc, de Renaud, d'Oasis. Et tout ça fait un disque d'enfer (leur quatrième), plein de singles, d'humour et de sens. Comme d'hab.

MARIE ZOO

Nos Enchanteurs - Marie Zoo : mélodies en sous-sol

.... Ces réserves exprimées n’entachent nullement le travail de la chanteuse, auteure, compositeure et co-productrice. Mary Zoo habite chaque « station » explorée de ses vers en rapport avec le lieu : « Arrêtez de m’étouffer / Ma liberté j’vais la garder / J’veux respirer, je veux crier / Sainte-Anne, Sainte-Anne / Qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? » La belle a le bon goût, du côté des catacombes, d’appeler à elle Camille Saint-Saëns. Qui osera dire que ça fait macabre ? Mary s’imprègne des pierres humides, de ces murs a priori tous pareils, chargés d’histoires différentes, au-dessus comme en-dessous. Les musiques planent, les vers sont parfois en suspension, la fascination se mêle à la crainte, « Y’a des rats qui nous bouffent les boyaux / Des cafards qui nous rongent le cerveau ». Passe-murailles, on traverse le temps, s’infiltre dans les fissures, creuse un chemin… La chanson est ici une tête chercheuse : on vous recommande l’expérience.

DANIEL DARRIEUX

Baptiste Vignol - Entendre encore Danielle Darrieux

Elle chantait fort joliment, Danielle Darrieux, et mieux que ça. Aussi naturellement que son charme piquant illuminait le grand écran. D'ailleurs, de toutes les véritables stars du cinéma français qui possèdent une discographie digne de ce nom (elle fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1960), Danielle Darrieux est celle qui, avec Vanessa Paradis, chantait le plus juste. Elle est pourtant celle dont on a oublié les chansons, qu'elle choisissait avec tact.

MARIE D'EPIZON

Nos Enchanteurs - Marie d’Épizon, une sirène dans le bleu de la nuit

..... Là, pour la deuxième fois consécutive, après Les desseins des pensées d’il y a sept ans, Marie d’Épizon fait paroles et musiques communes avec Claude Kintzler, en tandem probant, épatant. Seuls trois titres sont écrits par autres qu’eux : Bernard Joyet (un vibrant et irrésistible exposé sur le portable), Joseph Moalic et Jean-Michel Piton. « Des gens debout qui crient bravo / A la colombe et son rameau / Et font savoir qu’ils sont heureux / J’en veux ». On écoutera avec attention le J’en veux signé par Jean-Michel Piton ; pour l’anecdote autant que la malice on le comparera avec le même J’en veux du même Piton, chanté cette fois par Francesca Solleville : deux versions différentes, celle de Marie d’Épizon avant menues corrections, avant rajout. Toutes deux pareillement soutenues par un accordéon : deux interprétations, l’une en délicatesse, l’autre plus en passion, question de caractère.

TORRETON/LEPREST

C'est déjà ça - Torreton transcendé, Leprest transcendant

Accompagné d'un Yann Perraud ébouriffant, Philippe Torreton rugit les mots de Leprest, donnant une force nouvelle à sa poésie décidément terrassante. Après le Haillan jeudi, le duo était hier à Arcachon.

BAB EL WEST

RFI - Bab El West, rencontre endiablée entre Maroc et Bretagne

Entre folk, soul et pop arabe, le groupe franco-marocain Bab El West ("la porte de l’Ouest") livre un premier album à l’énergie communicative : Douar. Calibrés pour donner du baume au cœur, les dix titres s’enracinent dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc… et sur la Côte de granit rose, en Bretagne. Rencontre avec trois des musiciens du groupe : Habib Farroukh, parolier, guitariste et chanteur, Clément Vallin, bassiste, et Marc Dupont, batteur.

mercredi, 24 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 12 au 18 mai

Les artistes de la semaine : Benjamin Biolay, Isabelle Boulay, Clara Luciani, Nicolas Jules, Valerie Amboise, Archimède, Danielle Darrieux.....

La bande-annonce de la semaine : Barbara par Amalric et Balibar

Le clip de la fin de semaine - Leïla Huissoud - On s'connaît depuis longtemps

L'album de la fin de semaine : Isabelle Boulay, En vérité

Le concert de la fin de semaine : Mesparrow & Octave Noire dans Foule Sentimentale (Didier Varrod, France Inter)

BIOLAY

Télérama - Biolay, Volver

.... Un an après son très beau Palermo Hollywood, qui exhalait la moiteur enfiévrée des rues de Buenos Aires, le chanteur continue de marier les sons et les ambiances pour dire les brûlures de la vie et de l'amour. Il alterne ballades mélancoliques et déflagrations urbaines, parenthèses de gravité et titres dansants, tous unis par la chaleur de sa voix de crooner un brin désabusé. Volver est-il pour autant la suite de Palermo Hollywood ? Il s'en fait plutôt l'écho : on entend des vocalises lyriques, le flow tendu de la chanteuse-comédienne Sofia Wilhelmi, ou même le timbre doux de Chiara Mastroianni, partenaire de ¡Encore Encore !, duo sensuel et sexuel dont les va-et-vient rappelleront immanquablement Je t'aime moi non plus — perche de plus pour ceux qui l'associent systématiquement à Gainsbourg.

ISABELLE BOULAY

Le Parisien - Revivez le live et l'interview d'Isabelle Boulay au Parisien

La Québécoise était en direct sur notre page Facebook pour un live exceptionnel. 

Ils ont presque le même nom. Boulay, Biolay. Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Et ça fait presque 20 ans que ça dure. Isabelle Boulay, interprète rêvée, voix parfaite. Benjamin Biolay, auteur compositeur réalisateur bouillonnant. Le tandem s'est reformé, une fois de plus, pour le nouvel album de la québécoise «En vérité» qui sort ce vendredi, comme ils le font régulièrement.

VALERIE AMBOISE

Nos Enchanteurs - Valérie Ambroise décédée, tristesse chez Brassens

Si encore les gazettes se fendaient d’un entrefilet, trois quatre lignes pour simplement nous informer de son décès. Mais c’est dans un grand silence que Valérie Ambroise disparaît. Alors, parlons-en. Ambroise ? Seuls les fins amateurs de Brassens savent qui est cette dame, dont pourtant la carrière ne peut uniquement se résumer à l’excellente et intransigeante repreneuse qu’elle fut du chanteur à la pipe, non en en faisant sa propriété, mais… C’est par Brassens qu’adolescente elle se découvre vocation pour la chanson. Elle débute comme interprète en 1961 Chez le marquis, un des nombreux cabarets de la Rive-Gauche qu’elle écume ensuite. Luc Bérimont la programme dans ses émissions radiophoniques, notamment La fine fleur de la Chanson française.

BARBARA/BALIBAR/AMALRIC

C'est déjà ça - Le "Barbara" d'Amalric présenté à Cannes, sortira le 6 septembre

Le film sera présenté en ouverture de la sélection "Un certain regard" et sortira sur les écrans à la rentrée
"Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle."

CLARA LUCIANI

Télérama - Clara Luciani, Monstre d'amour

Voix grave et souple, faite de brumes et de clartés ; climat mouvant, entre références eighties, sixties, et guitares rock (trois réalisateurs y ont contribué, dont Benjamin Lebeau de The Shoes, et Ambroise Willaume de Revolver). Et surtout, chansons étranges, archi mélancoliques (« Dis-moi pourquoi je sombre dans des eaux, dans des om­bres »), pour ne pas dire angoissantes, comme quand la chanteuse se lance dans une plainte lancinante propre à hanter ceux qui l'écoutent (Pleure, ­Clara pleure).

L'Obs - Clara Luciani, ex-chanteuse du groupe La Femme, nous présente en exclusivité son premier album "Monstre d'amour", dans les bacs le 28 avril prochain. Écoutez son concert acoustique en direct.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, noyé sous le bleu des libellules

Ceux qui prennent Nicolas Jules pour un histrion pourront être surpris (désarçonnés ?). Les autres ont déjà deviné la profonde mélancolie cachée sous la blague potache, la bizarrerie de la lubie ; il n’est que d’écouter Une sale odeur ou J’aime la vie à mort.

Avec Crève-silence il réalise un album très différent des précédents, d’une cohérence noire absolue sur ses douze titres. Mais aussi, par son vocabulaire poétique, un opus totalement « nicolajulien » : « Mes tibias courent / Sur le tambour / De ta rue louche / Le diable est à / Mes trousses », la fulgurance des mots assemblés (« Je cherchais (…) la poulie pour mon cœur »), par ses identifiables rythmes musicaux, encore ralentis, amplifiés.

ARCHIMEDE

Baptiste Vignol - Entre deux tours

«On a les dirigeants qu'on mérite, / On se les coltine en mode repeat / Drôle de vie qu'on mène : / Métro, boulot, problèmes» (Je singe le monkey),  «Pardon pour le monde qu'on vous lègue, / Pardon pour les mers un peu deg', / Y avait pas de poubelle à la ronde ! / Pardon pour les plages qu'on bétonne, / Pardon pour les baleines qu'on harponne, / Fallait bien des cosmétiques pour nos blondes…» (Toujours plus con), «J'aurais pu végéter / Jusqu'à devenir une ombre / Mais j'ai préféré finir et te dédier / Cette chanson qu'à ton attention / J'ai nommée “La joie de rompre”» (La joie de rompre).... Des textes carrés qui dépeignent l'époque sur des musiques barrées, rock et pas baroques, Archimède avec MÉHARI survole le salmigondis des fanas de Dutronc, de Renaud, d'Oasis. Et tout ça fait un disque d'enfer (leur quatrième), plein de singles, d'humour et de sens. Comme d'hab.

MARIE ZOO

Nos Enchanteurs - Marie Zoo : mélodies en sous-sol

.... Ces réserves exprimées n’entachent nullement le travail de la chanteuse, auteure, compositeure et co-productrice. Mary Zoo habite chaque « station » explorée de ses vers en rapport avec le lieu : « Arrêtez de m’étouffer / Ma liberté j’vais la garder / J’veux respirer, je veux crier / Sainte-Anne, Sainte-Anne / Qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? » La belle a le bon goût, du côté des catacombes, d’appeler à elle Camille Saint-Saëns. Qui osera dire que ça fait macabre ? Mary s’imprègne des pierres humides, de ces murs a priori tous pareils, chargés d’histoires différentes, au-dessus comme en-dessous. Les musiques planent, les vers sont parfois en suspension, la fascination se mêle à la crainte, « Y’a des rats qui nous bouffent les boyaux / Des cafards qui nous rongent le cerveau ». Passe-murailles, on traverse le temps, s’infiltre dans les fissures, creuse un chemin… La chanson est ici une tête chercheuse : on vous recommande l’expérience.

DANIEL DARRIEUX

Baptiste Vignol - Entendre encore Danielle Darrieux

Elle chantait fort joliment, Danielle Darrieux, et mieux que ça. Aussi naturellement que son charme piquant illuminait le grand écran. D'ailleurs, de toutes les véritables stars du cinéma français qui possèdent une discographie digne de ce nom (elle fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1960), Danielle Darrieux est celle qui, avec Vanessa Paradis, chantait le plus juste. Elle est pourtant celle dont on a oublié les chansons, qu'elle choisissait avec tact.

MARIE D'EPIZON

Nos Enchanteurs - Marie d’Épizon, une sirène dans le bleu de la nuit

..... Là, pour la deuxième fois consécutive, après Les desseins des pensées d’il y a sept ans, Marie d’Épizon fait paroles et musiques communes avec Claude Kintzler, en tandem probant, épatant. Seuls trois titres sont écrits par autres qu’eux : Bernard Joyet (un vibrant et irrésistible exposé sur le portable), Joseph Moalic et Jean-Michel Piton. « Des gens debout qui crient bravo / A la colombe et son rameau / Et font savoir qu’ils sont heureux / J’en veux ». On écoutera avec attention le J’en veux signé par Jean-Michel Piton ; pour l’anecdote autant que la malice on le comparera avec le même J’en veux du même Piton, chanté cette fois par Francesca Solleville : deux versions différentes, celle de Marie d’Épizon avant menues corrections, avant rajout. Toutes deux pareillement soutenues par un accordéon : deux interprétations, l’une en délicatesse, l’autre plus en passion, question de caractère.

TORRETON/LEPREST

C'est déjà ça - Torreton transcendé, Leprest transcendant

Accompagné d'un Yann Perraud ébouriffant, Philippe Torreton rugit les mots de Leprest, donnant une force nouvelle à sa poésie décidément terrassante. Après le Haillan jeudi, le duo était hier à Arcachon.

BAB EL WEST

RFI - Bab El West, rencontre endiablée entre Maroc et Bretagne

Entre folk, soul et pop arabe, le groupe franco-marocain Bab El West ("la porte de l’Ouest") livre un premier album à l’énergie communicative : Douar. Calibrés pour donner du baume au cœur, les dix titres s’enracinent dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc… et sur la Côte de granit rose, en Bretagne. Rencontre avec trois des musiciens du groupe : Habib Farroukh, parolier, guitariste et chanteur, Clément Vallin, bassiste, et Marc Dupont, batteur.

lundi, 22 mai 2017

Scopitone #114 - Nicolas Jules "la transformation"

L'actualité de la chanson française du 12 au 18 mai

Les artistes de la semaine : Benjamin Biolay, Isabelle Boulay, Clara Luciani, Nicolas Jules, Valerie Amboise, Archimède, Danielle Darrieux.....

Le clip de la semaine - Clara Luciani - Pleure Clara, pleure

La bande-annonce de la semaine : Barbara par Amalric et Balibar

L'album de la semaine : Benjamin Biolay

BARBARA/BALIBAR/AMALRIC

C'est déjà ça - Le "Barbara" d'Amalric présenté à Cannes, sortira le 6 septembre

Le film sera présenté en ouverture de la sélection "Un certain regard" et sortira sur les écrans à la rentrée
"Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle."

CLARA LUCIANI

Télérama - Clara Luciani, Monstre d'amour

Voix grave et souple, faite de brumes et de clartés ; climat mouvant, entre références eighties, sixties, et guitares rock (trois réalisateurs y ont contribué, dont Benjamin Lebeau de The Shoes, et Ambroise Willaume de Revolver). Et surtout, chansons étranges, archi mélancoliques (« Dis-moi pourquoi je sombre dans des eaux, dans des om­bres »), pour ne pas dire angoissantes, comme quand la chanteuse se lance dans une plainte lancinante propre à hanter ceux qui l'écoutent (Pleure, ­Clara pleure).

L'Obs - Clara Luciani, ex-chanteuse du groupe La Femme, nous présente en exclusivité son premier album "Monstre d'amour", dans les bacs le 28 avril prochain. Écoutez son concert acoustique en direct.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, noyé sous le bleu des libellules

Ceux qui prennent Nicolas Jules pour un histrion pourront être surpris (désarçonnés ?). Les autres ont déjà deviné la profonde mélancolie cachée sous la blague potache, la bizarrerie de la lubie ; il n’est que d’écouter Une sale odeur ou J’aime la vie à mort.

Avec Crève-silence il réalise un album très différent des précédents, d’une cohérence noire absolue sur ses douze titres. Mais aussi, par son vocabulaire poétique, un opus totalement « nicolajulien » : « Mes tibias courent / Sur le tambour / De ta rue louche / Le diable est à / Mes trousses », la fulgurance des mots assemblés (« Je cherchais (…) la poulie pour mon cœur »), par ses identifiables rythmes musicaux, encore ralentis, amplifiés.

BIOLAY

Télérama - Biolay, Volver

.... Un an après son très beau Palermo Hollywood, qui exhalait la moiteur enfiévrée des rues de Buenos Aires, le chanteur continue de marier les sons et les ambiances pour dire les brûlures de la vie et de l'amour. Il alterne ballades mélancoliques et déflagrations urbaines, parenthèses de gravité et titres dansants, tous unis par la chaleur de sa voix de crooner un brin désabusé. Volver est-il pour autant la suite de Palermo Hollywood ? Il s'en fait plutôt l'écho : on entend des vocalises lyriques, le flow tendu de la chanteuse-comédienne Sofia Wilhelmi, ou même le timbre doux de Chiara Mastroianni, partenaire de ¡Encore Encore !, duo sensuel et sexuel dont les va-et-vient rappelleront immanquablement Je t'aime moi non plus — perche de plus pour ceux qui l'associent systématiquement à Gainsbourg.

ISABELLE BOULAY

Le Parisien - Revivez le live et l'interview d'Isabelle Boulay au Parisien

La Québécoise était en direct sur notre page Facebook pour un live exceptionnel. 

Ils ont presque le même nom. Boulay, Biolay. Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Et ça fait presque 20 ans que ça dure. Isabelle Boulay, interprète rêvée, voix parfaite. Benjamin Biolay, auteur compositeur réalisateur bouillonnant. Le tandem s'est reformé, une fois de plus, pour le nouvel album de la québécoise «En vérité» qui sort ce vendredi, comme ils le font régulièrement.

VALERIE AMBOISE

Nos Enchanteurs - Valérie Ambroise décédée, tristesse chez Brassens

Si encore les gazettes se fendaient d’un entrefilet, trois quatre lignes pour simplement nous informer de son décès. Mais c’est dans un grand silence que Valérie Ambroise disparaît. Alors, parlons-en. Ambroise ? Seuls les fins amateurs de Brassens savent qui est cette dame, dont pourtant la carrière ne peut uniquement se résumer à l’excellente et intransigeante repreneuse qu’elle fut du chanteur à la pipe, non en en faisant sa propriété, mais… C’est par Brassens qu’adolescente elle se découvre vocation pour la chanson. Elle débute comme interprète en 1961 Chez le marquis, un des nombreux cabarets de la Rive-Gauche qu’elle écume ensuite. Luc Bérimont la programme dans ses émissions radiophoniques, notamment La fine fleur de la Chanson française.

ARCHIMEDE

Baptiste Vignol - Entre deux tours

«On a les dirigeants qu'on mérite, / On se les coltine en mode repeat / Drôle de vie qu'on mène : / Métro, boulot, problèmes» (Je singe le monkey),  «Pardon pour le monde qu'on vous lègue, / Pardon pour les mers un peu deg', / Y avait pas de poubelle à la ronde ! / Pardon pour les plages qu'on bétonne, / Pardon pour les baleines qu'on harponne, / Fallait bien des cosmétiques pour nos blondes…» (Toujours plus con), «J'aurais pu végéter / Jusqu'à devenir une ombre / Mais j'ai préféré finir et te dédier / Cette chanson qu'à ton attention / J'ai nommée “La joie de rompre”» (La joie de rompre).... Des textes carrés qui dépeignent l'époque sur des musiques barrées, rock et pas baroques, Archimède avec MÉHARI survole le salmigondis des fanas de Dutronc, de Renaud, d'Oasis. Et tout ça fait un disque d'enfer (leur quatrième), plein de singles, d'humour et de sens. Comme d'hab.

MARIE ZOO

Nos Enchanteurs - Marie Zoo : mélodies en sous-sol

.... Ces réserves exprimées n’entachent nullement le travail de la chanteuse, auteure, compositeure et co-productrice. Mary Zoo habite chaque « station » explorée de ses vers en rapport avec le lieu : « Arrêtez de m’étouffer / Ma liberté j’vais la garder / J’veux respirer, je veux crier / Sainte-Anne, Sainte-Anne / Qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? » La belle a le bon goût, du côté des catacombes, d’appeler à elle Camille Saint-Saëns. Qui osera dire que ça fait macabre ? Mary s’imprègne des pierres humides, de ces murs a priori tous pareils, chargés d’histoires différentes, au-dessus comme en-dessous. Les musiques planent, les vers sont parfois en suspension, la fascination se mêle à la crainte, « Y’a des rats qui nous bouffent les boyaux / Des cafards qui nous rongent le cerveau ». Passe-murailles, on traverse le temps, s’infiltre dans les fissures, creuse un chemin… La chanson est ici une tête chercheuse : on vous recommande l’expérience.

DANIEL DARRIEUX

Baptiste Vignol - Entendre encore Danielle Darrieux

Elle chantait fort joliment, Danielle Darrieux, et mieux que ça. Aussi naturellement que son charme piquant illuminait le grand écran. D'ailleurs, de toutes les véritables stars du cinéma français qui possèdent une discographie digne de ce nom (elle fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1960), Danielle Darrieux est celle qui, avec Vanessa Paradis, chantait le plus juste. Elle est pourtant celle dont on a oublié les chansons, qu'elle choisissait avec tact.

MARIE D'EPIZON

Nos Enchanteurs - Marie d’Épizon, une sirène dans le bleu de la nuit

..... Là, pour la deuxième fois consécutive, après Les desseins des pensées d’il y a sept ans, Marie d’Épizon fait paroles et musiques communes avec Claude Kintzler, en tandem probant, épatant. Seuls trois titres sont écrits par autres qu’eux : Bernard Joyet (un vibrant et irrésistible exposé sur le portable), Joseph Moalic et Jean-Michel Piton. « Des gens debout qui crient bravo / A la colombe et son rameau / Et font savoir qu’ils sont heureux / J’en veux ». On écoutera avec attention le J’en veux signé par Jean-Michel Piton ; pour l’anecdote autant que la malice on le comparera avec le même J’en veux du même Piton, chanté cette fois par Francesca Solleville : deux versions différentes, celle de Marie d’Épizon avant menues corrections, avant rajout. Toutes deux pareillement soutenues par un accordéon : deux interprétations, l’une en délicatesse, l’autre plus en passion, question de caractère.

TORRETON/LEPREST

C'est déjà ça - Torreton transcendé, Leprest transcendant

Accompagné d'un Yann Perraud ébouriffant, Philippe Torreton rugit les mots de Leprest, donnant une force nouvelle à sa poésie décidément terrassante. Après le Haillan jeudi, le duo était hier à Arcachon.

BAB EL WEST

RFI - Bab El West, rencontre endiablée entre Maroc et Bretagne

Entre folk, soul et pop arabe, le groupe franco-marocain Bab El West ("la porte de l’Ouest") livre un premier album à l’énergie communicative : Douar. Calibrés pour donner du baume au cœur, les dix titres s’enracinent dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc… et sur la Côte de granit rose, en Bretagne. Rencontre avec trois des musiciens du groupe : Habib Farroukh, parolier, guitariste et chanteur, Clément Vallin, bassiste, et Marc Dupont, batteur.

vendredi, 19 mai 2017

L'actualité de la chanson française du 12 au 18 mai

Les artistes de la semaine : Benjamin Biolay, Isabelle Boulay, Clara Luciani, Nicolas Jules, Valerie Amboise, Archimède, Danielle Darrieux.....

La bande-annonce de la semaine : Barbara par Amalric et Balibar

Le clip de la fin de semaine - Leïla Huissoud - On s'connaît depuis longtemps

L'album de la fin de semaine : Isabelle Boulay, En vérité

Le concert de la fin de semaine : Mesparrow & Octave Noire dans Foule Sentimentale (Didier Varrod, France Inter)

BIOLAY

Télérama - Biolay, Volver

.... Un an après son très beau Palermo Hollywood, qui exhalait la moiteur enfiévrée des rues de Buenos Aires, le chanteur continue de marier les sons et les ambiances pour dire les brûlures de la vie et de l'amour. Il alterne ballades mélancoliques et déflagrations urbaines, parenthèses de gravité et titres dansants, tous unis par la chaleur de sa voix de crooner un brin désabusé. Volver est-il pour autant la suite de Palermo Hollywood ? Il s'en fait plutôt l'écho : on entend des vocalises lyriques, le flow tendu de la chanteuse-comédienne Sofia Wilhelmi, ou même le timbre doux de Chiara Mastroianni, partenaire de ¡Encore Encore !, duo sensuel et sexuel dont les va-et-vient rappelleront immanquablement Je t'aime moi non plus — perche de plus pour ceux qui l'associent systématiquement à Gainsbourg.

ISABELLE BOULAY

Le Parisien - Revivez le live et l'interview d'Isabelle Boulay au Parisien

La Québécoise était en direct sur notre page Facebook pour un live exceptionnel. 

Ils ont presque le même nom. Boulay, Biolay. Ces deux là étaient faits pour s'entendre. Et ça fait presque 20 ans que ça dure. Isabelle Boulay, interprète rêvée, voix parfaite. Benjamin Biolay, auteur compositeur réalisateur bouillonnant. Le tandem s'est reformé, une fois de plus, pour le nouvel album de la québécoise «En vérité» qui sort ce vendredi, comme ils le font régulièrement.

VALERIE AMBOISE

Nos Enchanteurs - Valérie Ambroise décédée, tristesse chez Brassens

Si encore les gazettes se fendaient d’un entrefilet, trois quatre lignes pour simplement nous informer de son décès. Mais c’est dans un grand silence que Valérie Ambroise disparaît. Alors, parlons-en. Ambroise ? Seuls les fins amateurs de Brassens savent qui est cette dame, dont pourtant la carrière ne peut uniquement se résumer à l’excellente et intransigeante repreneuse qu’elle fut du chanteur à la pipe, non en en faisant sa propriété, mais… C’est par Brassens qu’adolescente elle se découvre vocation pour la chanson. Elle débute comme interprète en 1961 Chez le marquis, un des nombreux cabarets de la Rive-Gauche qu’elle écume ensuite. Luc Bérimont la programme dans ses émissions radiophoniques, notamment La fine fleur de la Chanson française.

BARBARA/BALIBAR/AMALRIC

C'est déjà ça - Le "Barbara" d'Amalric présenté à Cannes, sortira le 6 septembre

Le film sera présenté en ouverture de la sélection "Un certain regard" et sortira sur les écrans à la rentrée
"Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes à apprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l’envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle."

CLARA LUCIANI

Télérama - Clara Luciani, Monstre d'amour

Voix grave et souple, faite de brumes et de clartés ; climat mouvant, entre références eighties, sixties, et guitares rock (trois réalisateurs y ont contribué, dont Benjamin Lebeau de The Shoes, et Ambroise Willaume de Revolver). Et surtout, chansons étranges, archi mélancoliques (« Dis-moi pourquoi je sombre dans des eaux, dans des om­bres »), pour ne pas dire angoissantes, comme quand la chanteuse se lance dans une plainte lancinante propre à hanter ceux qui l'écoutent (Pleure, ­Clara pleure).

L'Obs - Clara Luciani, ex-chanteuse du groupe La Femme, nous présente en exclusivité son premier album "Monstre d'amour", dans les bacs le 28 avril prochain. Écoutez son concert acoustique en direct.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Nicolas Jules, noyé sous le bleu des libellules

Ceux qui prennent Nicolas Jules pour un histrion pourront être surpris (désarçonnés ?). Les autres ont déjà deviné la profonde mélancolie cachée sous la blague potache, la bizarrerie de la lubie ; il n’est que d’écouter Une sale odeur ou J’aime la vie à mort.

Avec Crève-silence il réalise un album très différent des précédents, d’une cohérence noire absolue sur ses douze titres. Mais aussi, par son vocabulaire poétique, un opus totalement « nicolajulien » : « Mes tibias courent / Sur le tambour / De ta rue louche / Le diable est à / Mes trousses », la fulgurance des mots assemblés (« Je cherchais (…) la poulie pour mon cœur »), par ses identifiables rythmes musicaux, encore ralentis, amplifiés.

ARCHIMEDE

Baptiste Vignol - Entre deux tours

«On a les dirigeants qu'on mérite, / On se les coltine en mode repeat / Drôle de vie qu'on mène : / Métro, boulot, problèmes» (Je singe le monkey),  «Pardon pour le monde qu'on vous lègue, / Pardon pour les mers un peu deg', / Y avait pas de poubelle à la ronde ! / Pardon pour les plages qu'on bétonne, / Pardon pour les baleines qu'on harponne, / Fallait bien des cosmétiques pour nos blondes…» (Toujours plus con), «J'aurais pu végéter / Jusqu'à devenir une ombre / Mais j'ai préféré finir et te dédier / Cette chanson qu'à ton attention / J'ai nommée “La joie de rompre”» (La joie de rompre).... Des textes carrés qui dépeignent l'époque sur des musiques barrées, rock et pas baroques, Archimède avec MÉHARI survole le salmigondis des fanas de Dutronc, de Renaud, d'Oasis. Et tout ça fait un disque d'enfer (leur quatrième), plein de singles, d'humour et de sens. Comme d'hab.

MARIE ZOO

Nos Enchanteurs - Marie Zoo : mélodies en sous-sol

.... Ces réserves exprimées n’entachent nullement le travail de la chanteuse, auteure, compositeure et co-productrice. Mary Zoo habite chaque « station » explorée de ses vers en rapport avec le lieu : « Arrêtez de m’étouffer / Ma liberté j’vais la garder / J’veux respirer, je veux crier / Sainte-Anne, Sainte-Anne / Qu’est-ce qu’ils vont faire de moi ? » La belle a le bon goût, du côté des catacombes, d’appeler à elle Camille Saint-Saëns. Qui osera dire que ça fait macabre ? Mary s’imprègne des pierres humides, de ces murs a priori tous pareils, chargés d’histoires différentes, au-dessus comme en-dessous. Les musiques planent, les vers sont parfois en suspension, la fascination se mêle à la crainte, « Y’a des rats qui nous bouffent les boyaux / Des cafards qui nous rongent le cerveau ». Passe-murailles, on traverse le temps, s’infiltre dans les fissures, creuse un chemin… La chanson est ici une tête chercheuse : on vous recommande l’expérience.

DANIEL DARRIEUX

Baptiste Vignol - Entendre encore Danielle Darrieux

Elle chantait fort joliment, Danielle Darrieux, et mieux que ça. Aussi naturellement que son charme piquant illuminait le grand écran. D'ailleurs, de toutes les véritables stars du cinéma français qui possèdent une discographie digne de ce nom (elle fut Grand Prix de l'Académie Charles Cros en 1960), Danielle Darrieux est celle qui, avec Vanessa Paradis, chantait le plus juste. Elle est pourtant celle dont on a oublié les chansons, qu'elle choisissait avec tact.

MARIE D'EPIZON

Nos Enchanteurs - Marie d’Épizon, une sirène dans le bleu de la nuit

..... Là, pour la deuxième fois consécutive, après Les desseins des pensées d’il y a sept ans, Marie d’Épizon fait paroles et musiques communes avec Claude Kintzler, en tandem probant, épatant. Seuls trois titres sont écrits par autres qu’eux : Bernard Joyet (un vibrant et irrésistible exposé sur le portable), Joseph Moalic et Jean-Michel Piton. « Des gens debout qui crient bravo / A la colombe et son rameau / Et font savoir qu’ils sont heureux / J’en veux ». On écoutera avec attention le J’en veux signé par Jean-Michel Piton ; pour l’anecdote autant que la malice on le comparera avec le même J’en veux du même Piton, chanté cette fois par Francesca Solleville : deux versions différentes, celle de Marie d’Épizon avant menues corrections, avant rajout. Toutes deux pareillement soutenues par un accordéon : deux interprétations, l’une en délicatesse, l’autre plus en passion, question de caractère.

TORRETON/LEPREST

C'est déjà ça - Torreton transcendé, Leprest transcendant

Accompagné d'un Yann Perraud ébouriffant, Philippe Torreton rugit les mots de Leprest, donnant une force nouvelle à sa poésie décidément terrassante. Après le Haillan jeudi, le duo était hier à Arcachon.

BAB EL WEST

RFI - Bab El West, rencontre endiablée entre Maroc et Bretagne

Entre folk, soul et pop arabe, le groupe franco-marocain Bab El West ("la porte de l’Ouest") livre un premier album à l’énergie communicative : Douar. Calibrés pour donner du baume au cœur, les dix titres s’enracinent dans les montagnes de l’Atlas, au Maroc… et sur la Côte de granit rose, en Bretagne. Rencontre avec trois des musiciens du groupe : Habib Farroukh, parolier, guitariste et chanteur, Clément Vallin, bassiste, et Marc Dupont, batteur.

dimanche, 24 avril 2016

L'actualité de la chanson française du 15 au 20 avril

Le clip de la semaine - Lily Luca - «Le Charme Impénétrable Des Artistes Torturés»

Les vidéos de la semaine : Lily Luca, Marc Minelli et Benjamin Biolay

A LA UNE : HEXAGONE LE MAG, LA REVUE TRIMESTRIELLE

Hexagone, la revue trimestrielle

Créé sous la forme d’un webzine en 2014, Hexagone le mag veut tenter l’aventure de la publication papier. Oui, c’est vrai, c’est audacieux autant que suicidaire mais on a décidé d’y croire et d’essayer de proposer ce que l’on peut appeler une offre globale, une publication augmentée, etc. Nommons ça comme on veut, l’idée est simple et consiste à utiliser les différents médias pour ce qu’ils ont de meilleur. Garder les avantages des uns et des autres en laissant leurs faiblesses de côté. Une alchimie du verbe…

BENJAMIN BIOLAY

RFI - L’échappée argentine de Benjamin Biolay, Nouvel album, Palermo Hollywood

Un an après ses reprises de Charles Trenet, quatre ans après son dernier opus de chansons originales Vengeance, Benjamin Biolay revient avec un 7e album : le magnifique et solaire Palermo Hollywood, digne successeur de son album de référence, La Superbe. Le chanteur compositeur de 43 ans a trouvé en Argentine une inspiration luxuriante, mêlant les influences musicales (classique, reggae, world, rock, hip hop) et artistiques, voire sportives (on entend Jorge Luis Borges disant l’un de ses poèmes, Ajedrez, sur Pas Sommeil, ou bien encore un extrait d’un match crucial Argentine/Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 1986).

Le Figaro - Benjamin Biolay : «Personne ne pouvait blairer Henri Salvador»

Sous ses atours boudeurs et mélancoliques, on ne la fait pas à Benjamin Biolay. Pas même Henri Salvador. C'est ce que révèle une enquête de l'Obs consacrée à Biolay, le patron, qui décortique la carrière du chanteur et son influence au sein de la vie musicale française. La journaliste Sophie Delassein y revient sur les rapports houleux entre Benjamin Biolay et le jazzman qu'il avait remis sur les rails en 2000 grâce à l'album Chambre avec vue, cosigné avec Keren Ann.

CLARIKA

Télérama - En concert à la Cigale : Clarika, l'enchantement permanent

Peu importe que ses deux filles aient désormais dix-huit et quatorze ans. Ce jour-là, Clarika n'aurait sacrifié pour rien au monde à ce rituel familial : la chasse aux œufs de Pâques. Une fois la récolte achevée, on la retrouve dans un café de la rue d'Oberkampf, à quelques pas de son domicile. C'est une nana nature qui ne se la raconte pas. Chez elle, tout n'est que jovialité réjouissante, simplicité sans manière, lucidité savoureuse, optimisme et bienveillance. Du haut de ses quarante-neuf printemps, la femme est ce qu'il est convenu d'appeler une chanteuse chevronnée. En marge de sa pimpante discographie qui s'élève à sept unités, on l'aura vue ces dernières années jouer les invités sur l'album de duos de Michel Delpech, s'essayer à l'exercice du concert littéraire et s'acoquiner avec Daphné dans un spectacle enivrant (le souvenir de son interprétation renversante de La chanson de Paul de Reggiani est encore tenace). Artiste féminine majeure, précieuse et audacieuse, à défaut de populaire. D'ailleurs dans un élan facétieux, elle prend le degré de sa notoriété à rebrousse-poil et organise ses (premiers) adieux au Palace en 2010.

PRINTEMPS DE BOURGES

Le Monde - Printemps de Bourges 2016 : ce qu’on a vu et entendu
 
Pour la 40e édition du Printemps de Bourges, Le Monde.fr s’est entretenu avec les artistes qui font l’âme du festival, qu’ils soient têtes d’affiche ou jeunes pousses en devenir. Rencontres en musique et en trois objets avec ceux qui ont fait bouger les festivaliers.
RFI, 40e Printemps de Bourges, photos de famille, De Radio Elvis à Bernard Lavilliers

Pour célébrer son quarantième anniversaire mercredi 13 avril, le Printemps de Bourges s'est souvenu. Un spectacle collégial a mis en lumière l'histoire de ce festival qui a marqué la musique populaire en France. RFI Musique était dans la salle pour ce spectacle tenu, à l'affiche pour le moins éclectique.

PASCAL NEGRE

Le Monde - Pascal Nègre à pleins tubes

Laurent Télo, journaliste à M, s’est intéressé aux années Pascal Nègre, ancien PDG de la major Universal Music France, qu’il a quitté en février. Avec son départ, un chapitre de l’industrie musicale se clôt. Celui des décennies 1980 et 1990, époque du show-biz où l’argent coule à flots. Pot-pourri.

PRINTIVAL
 
 
Comme l’an passé, je viens te parler de ce festival que j’apprécie : ce sera ma sixième année consécutive de présence in-extenso, sur les quatre jours ! Et cette année, le Printival a choisi Hexagone parmi ses partenaires. Aussi j’ai eu le plaisir d’échanger avec Dany Lapointe, la directrice du festival et nous allons, ensemble te présenter la belle programmation et les principales caractéristiques de cette édition.
 
CLEMENT BERTRAND
 

Peau bleue… que voilà un nom bien senti pour ce quatrième album de l’Islais Clément Bertrand : bleu comme la mer dont est issu ce drôle de « poisson », mais une eau pas si claire que ça, une eau trouble, profonde, dense, où l’on à peine à nager, celle d’une vie avec ses blessures, ses désirs, ses angoisses, toute l’âpreté d’un vécu. Album bleu comme le blues électrique qui baigne toutes les chansons à grands coups de guitares, de rifs rageurs, musique brute comme le rock pour souligner les mots râpeux, la langue osée et sans détour, sans concession.

EP

Libé - L’EP, succès à plus d’un titre, Par Patrice Demailly

Il a contribué au couronnement de la reine Christine, au triomphe de Fauve, à l’avènement de Feu ! Chatterton, Radio Elvis, Hyphen Hyphen ou Benjamin Clementine. L’EP creuse un nouveau sillon. Il est pratiquement devenu le passage obligatoire pour les artistes émergents avant l’envol définitif du premier album. Un passeport sur lequel sont gravés quatre titres, six pour les plus gourmands. Il permet d’affirmer un style, un univers, une singularité.

LIANE FOLY

RFI - Liane Foly, nouvelle parenthèse, Nouvel album, Crooneuse

Après un silence discographique de huit ans, Liane Foly "relooke" des titres déjà existants. En formule big bang, elle s'empare d'un répertoire à grande majorité masculin et saute de Jean-Louis Aubert à Léo Ferré, de Michel Jonasz à Julien Clerc. Interview.

LISE MARTIN

Claude Fèvre - Lise Martin sur la corde sensible

Lise Martin, un nom qui a déjà fait son bonhomme de chemin dans notre monde de la Chanson. Si vous voulez vraiment tout savoir sur l’histoire de cette chanteuse, son parcours à la recherche de sa voix/voie déjà bien dessinée par une éducation tournée vers les arts, vous irez lire le très long et très beau portrait qu’en trace David Desreumaux (Hexagone).

La voici à Toulouse, chez nos amis de Chez ta mère, incontournables défricheurs de talents. Ce préambule souligne seulement que la Chanson a d’incontestables soutiens sans qui elle aurait bien du mal à survivre… Peut-être ce réseau « alternatif », ô combien, répond-il à sa façon aux questionnements actuels des Nuits debout.

BARKAN

Nos Enchanteurs - Par monts, Barkan et par vaux

Ça fait bien longtemps que le nom de Jean-Guy Barkan est inscrit dans la chanson. Tant d’ailleurs qu’on ne sait où il trouve sa source. Dans son itinéraire, ce chanteur de l’est de la France nous a gratifié de pièces intéressantes. Comme jadis cet album consacré à Gordon Lighfoot, un Canadien anglophone inconnu dans l’hexagone. C’était il y a trente ans et déjà son quatrième album. D’autres suivirent, dont cet autre entièrement consacré à Jean Richepin, La chanson des gueux. Que nous vous recommandons.

CHRISTOPHE

Nos Enchanteurs - Christophe, les vertiges du k.o.

.... Les tenants de la chanson rationnelle passeront donc leur chemin. Les autres amateurs, ceux qui ne rechignent pas à se laisser porter par la musique et à s’abandonner à la rêverie, seront aux anges. Car disons-le, ce disque est une brillante réussite, juste entachée de l’ultime morceau bonus (Mes nuits blanches), maladroite tentative d’électro-pop aux relents de rap. Les synthés, comme sur ses derniers opus, s’y taillent bien entendu la part du lion, mais l’aspect symphonique n’a pas été oublié, porté par des cordes venant donner de l’ampleur aux bidouillages électroniques du chanteur. Liant la sauce, la voix unique de Christophe, fragile dans ses aigus, éraillée dans ses graves, finit de rendre le tout indispensable. Avec un peu de bonne volonté de la part du grand public (auquel ce disque ne s’adresse pas, malgré la réelle popularité de l’artiste), Océan d’amour ou Stella Botox pourraient même devenir des tubes.

NICOLAS JULES

Nos Enchanteurs - Passage à l’acte : le je devient jeu

Passage à l’acte 6 n’est pas vraiment le nouvel album de Nicolas Jules. Il n’y écrit aucun texte et n’y chante pas. Non. C’est le je qui devient jeu, car Nicolas Jules y joue.

DANS L'SHED

Nos Enchanteurs - Dans l’Shed, une cabane au Canada

Et nous pouvons compter sur le duo Eric Dion et André Lavergne venu tout droit de sa Gaspésie natale (belle région du cœur du Québec dont la route 132 fait le tour) pour défendre leur langue. Leur nom, c’est Dans l’Shed – oui, tout en étant très attachés à la francophonie, les Québécois mixent aussi beaucoup de mots anglais  prononcés avec l’accent du cru – et ça veut tout simplement dire dans la cabane (au fond du jardin ou, je vous vois venir, au Canada !). Ces jeunes gens correspondent exactement à l’idée qu’on se fait des Québécois, la voix douce et l’allure saine, inspirés tant des chansons traditionnelles que du folk country blues du continent nord américain, habitués aux grands espaces comme aux grands ou aux petits  sentiments, voyageant dans le Manitoba à Winnipeg, empruntant la Rivière Rouge en une jolie ballade amoureuse, ou rejoignant Paris, Toulouse,  la Provence ou le Lac Léman.

ALCAZ

Nos Enchanteurs - Alcaz, chantres du bonheur

Alcaz étant les chantres du bonheur, ce sera un bon choix de rappel. Tout est fait dans ce spectacle pour nous réchauffer le cœur, depuis les statuettes reproduisant le couple, leurs tenues rouges et noires, robe de jeune fille imprimée pour elle sous veste noire, avec le détail des chaussures vermillonnées. Jusqu’au chaleureux décor, la suspension chinoise, les tabourets hauts et les lumières ad hoc. Les boîtes à musique et  à vent, sifflets, tambourin se mêlent aux guitares classiques ou électriques pour nous composer des mélodies joyeuses, à peine coupées de titres plus sombres, tel ces araignées des falaises de Baudelaire. En duo ou en alternance, voix douce pour elle, plus râpeuse pour lui l’ancien rockeur,  tout ce qui constitue une vie se succède.

CYRILLE GALLAIS

Nos Enchanteurs - Le grand dessein de Cyrille Gallais

... Les vers de Gallais nous instruisent de situations et d’ambiances, ils sont en eux littérature… De mots qui en écrivent d’autres, qui décrivent. D’émotions, si bien servies.