Web Analytics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 18 novembre 2021

L'album du jour : Stéphane Mondino, A travers les regards

Stéphane Mondino - Uma Thurman

Nos Enchanteurs - Les Oreilles en Pointe 2021. Amélie, jusqu’au bout des Doigts

12 novembre 2021, Le Majestic, Firminy,

Et je suis avec vous / Au Bal des vivants / Et je suis avec vous / Dans un tableau géant / Un manège envoûtant… » Amélie les crayons a désormais un tel répertoire qu’elle peut se permettre d’y piocher dedans, d’assembler, de recomposer à volonté. De le marier à d’autres artistes. Ce nouveau spectacle est un hymen, pas sexualité de groupe mais… Les époux sont cinq, cinquante doigts de la main et pas mal de cordes dont ils sont experts : c’est la déclaration des Doigts de l’Homme. Amélie s’est mis les cordes au cou et ça lui va bien, ça l’inspire.

Lire la suite
_______________________
_______________________

L'album du jour : La Marquise, Il n'y a plus de saisons

Le clip de la semaine - Bernard Lavilliers - Le coeur du monde

Nos Enchanteurs - Marc Nammour & Loïc Lantoine, poètes d’aujourd’hui

5 novembre 2021, Maison de la poésie, Paris 3e,

Dans le hall, un mur-vitrine où s’affiche la prestigieuse collection Poètes d’aujourd’hui de Seghers. Sur la scène, deux autres de ces poètes, rassemblés, associés, mutualisés, imbriqués. En amitié, en cohérence. L’un est rapeur, slameur ; l’autre fait de la chanson pas chantée. Entre leurs arts respectifs, tout juste l’épaisseur d’un papier à cigarette pour faire le joint. L’un est Nammour, celui de La Canaille, groupe à la parole sociale, qu’on ne dira même pas engagé tant c’est l’évidence ; l’autre, le ch’ti la tête perdue dans les étoiles qu’est Lantoine.

Lire la suite
______________________
______________________

L'actualité de la chanson française du 5 au 11 novembre

Les artistes de la semaine : Bernard Lavilliers, Vaslo, Nolwen Leroy, Stéphanie Acquette, La Marquise, Stéphane Mondino

Le clip de la semaine - Bernard Lavilliers - Le coeur du monde

L'album de la semaine - Lavilliers, Sous un soleil énorme

Bien reçu, merci : Bruno Bazinet, Passeurs d'amour

LAVILLIERS

We Culte - Bernard Lavilliers : « Je voulais me fondre dans la culture argentine »

Eternel globe-trotter, Bernard Lavilliers est parti trouver l’inspiration en Argentine, à Buenos Aires, où il a posé ses valises durant trois mois. Un pays que le chanteur baroudeur rêvait d’explorer, où sont nées les chansons de son nouvel album « Sous un soleil énorme ». Un opus en forme de carnet de voyage, où résonnent la cumbia locale et le tango, mais aussi les voix du duo électro Terrenoire, avec qui il chante « Je tiens d’elle », sur sa ville natale Saint-Etienne et celles de Gaëtan Roussel, Izïa, Hervé et Éric Cantona sur le punchy « Davy Moore ». Rencontre.

RFI - Sous les soleils de Lavilliers

Aux sources de son dernier disque, Sous un soleil énorme, influencé par René Char, il y a cette aventure argentine de trois mois à Buenos Aires. Chaque chanson de Bernard Lavilliers s’impose comme un voyage… À 75 ans, le musicien-vagabond, le Corto Maltese de la chanson, ne dévie pas de sa voie : une vie nomade, à la marge, une vie de combat et de lucidité, pour trouver sa place.

Dans le bistrot-restaurant à l’élégance surannée, près de la Maison de la Radio où nous avons rendez-vous, il arrive avec une bonne demi-heure de retard, que son manager s’empresse d’endosser. "Ma faute. Bernard adore la ponctualité", affirme-t-il. Et Lavilliers de renchérir, d’un regard clair, presque outragé, de ceux qui ne mentent pas : "Je suis une horloge parlante, je déteste faire attendre." D’emblée, on le rassure – son disque est sublime. Et son regard délavé, comme un havre si familier s’éclaire d’un enthousiasme d’enfant soulagé : "Ah c’est vrai, tu l’aimes bien ? Ça me fait super plaisir !" Le chanteur l’avoue : depuis qu’il a gravé son dernier disque, il n’a plus jeté une oreille sur ses pistes, ces instants T, photographies de ses étapes. Et déjà, le marin-musicien en mouvement perpétuel scrute d’autres horizons où larguer ses amarres... 

Le Progrès - Bernard Lavilliers et le duo Terrenoire rendent hommage à Saint-Étienne

Dans un titre sorti la semaine dernière, celui qui chantait "Saint-Étienne" en 1975 et les frères Herrerias évoquent ensemble les traces que la ville ligérienne a laissées chez eux. "Je tiens d’elle", dont le clip a été dévoilé ce mercredi, est la troisième piste du nouvel album de Bernard Lavilliers à paraître le 12 novembre.

France Inter - Bernard Lavilliers est de retour avec un nouvel album "Sous un soleil énorme" exactement, juste en dessous...

Solidaire et fraternel, Bernard Lavilliers revient d'Argentine après cinq ans d'absence avec des ondes positives pour nous rappeler l'importance de rester soudés et optimistes malgré les épreuves 

France Info - "Sous un soleil énorme" : dans l'intimité de l'éternel voyageur Bernard Lavilliers

Souvenirs d'Argentine et morceau sur la boxe avec Eric Cantona : on est bien chez Bernard Lavilliers, bourlingueur au nouvel album touchant, qui chante aussi le frisson de l'au-delà.

Comme d'habitude, il a commencé par poser son sac et sa guitare à l'autre bout du monde pour composer ce nouvel opus, Sous un soleil énorme qui sort vendredi. A 11 000 kilomètres de Paris, pas au Brésil qu'il connaît bien (et dont il avait ramené le magnifique Fortaleza, 1979), mais à Buenos Aires. "Je me suis installé en février 2019, je suis resté trois mois, j'ai vu tous les concerts possibles. C'est une ville qui vit tard, la nuit, pas comme ici à Paris où à 22H00 les gens râlent quand il y a de la musique", raconte-t-il à l'AFP dans les locaux de son manager, entre un crocodile synthétique sur le parquet et un buste-statue de panthère, ça ne s'invente pas.

France Inter - Une soirée avec Bernard Lavilliers, jeudi 11 novembre 2021

Entendre le cœur d'un artiste engagé battre de plus en plus fort en compagnie de Laure Adler, Michka Assayas et Laurent Goumarre ! 

A la veille de la sortie de son nouvel album Le cœur du monde (Romance Musique/Universal), France Inter, partenaire de cet opus, donne carte blanche à Bernard Lavilliers. L’occasion pour les auditeurs de mieux connaître le poète-rockeur-nomade qui a marqué l’histoire de la chanson française avec des titres intemporels, comme On the road again

Télérama (abonnés) - Avec Bernard Lavilliers en balade à Saint-Étienne : tour d’usine et tour de chant

Ses combats sont nés de sa vie d’ouvrier à la Manufacture d’armes de Saint-Étienne. A l’occasion de la sortie de son dernier album, aux tonalités apaisées, on suit Bernard Lavilliers dans sa ville natale et ses chemins de poésie.

« Les ingénieurs et les contremaîtres portaient des blouses blanches ou grises. Nous étions les ouvriers en bleu de travail. » Déserté, le vaste bâtiment H sud — 243 de l’ancienne Manufacture d’armes de Saint-Étienne est fermé depuis 2001. Il abrite aujourd’hui la Cité du design et l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne. Bernard Lavilliers en embrasse chaque détail de son regard bleu translucide.

MONTAND

RFI, Bertrand Dicale - Yves Montand, icône centenaire du music-hall

Cent ans, c’est un âge vénérable, et Yves Montand l’a atteint symboliquement le 13 octobre, quelques semaines avant que l’on ne célèbre le trentième anniversaire de sa mort, le 9 novembre. À cette occasion, RFI Musique revient sur son parcours de chanteur de music-hall, une scène qu’il a profondément marquée.

Comme souvent avec des personnalités populaires de ces dimensions, trente ans d’absence, c'est à la fois très long et très court, Montand étant toujours très présent – Les Feuilles mortes ou La Bicyclette à la radio, La Folie des grandeurs ou Vincent, François, Paul… et les autres régulièrement au programme télévisé des vacances.

EICHER

France Inter - "Déjeuner en paix" de Stephan Eicher, des scènes de la vie conjugale montées "cut"

Il y a trente ans pile était publié l’album “Engelberg” de Stephan Eicher. Le disque est réédité et Rebecca Manzoni met à l’affiche ce matin une de ses chansons : “Déjeuner en paix”. 

INA - Le tube de Stephan Eicher  : "Déjeuner en paix"

Il y a trente ans était publié l’album “Engelberg” de Stephan Eicher.  Parmi les titres qui allaient devenir un tube de l'année 1991, "Déjeuner en paix". L'artiste suisse l'interprétait dans "Double jeu" en septembre 1991.

Il y a trente ans était publié l’album “Engelberg” de Stephan Eicher. Pour l'occasion, il vient d'être réédité.  Parmi les titres qui allaient devenir un tube de l'année 1991, "Déjeuner en paix". L'artiste suisse l'interprétait dans "Double jeu" en septembre de cette année-là.

"Déjeuner en paix" dont les paroles ont été écrites par Philippe Djian décrit le quotidien et "les scènes de la vie conjugale" d'un couple sur fond d'actualités internationales. Et comme le raconte Dominique Blanc-Francard, qui a réalisé l’album "Engelberg", à Rebecca Manzoni sur France Inter  :  “Ce disque, c’est le début d’une revanche de la musique acoustique sur le son synthétique des années 1980.

VASLO

La Croix - Le Prix Moustaki, écho de l’énergie inquiète de la jeune chanson française

Analyse

La voix intense et l’interprétation habitée du chanteur Vaslo ont séduit le jury, présidé par Gauvain Sers, ainsi que le public du onzième Prix Moustaki de la chanson française. Les six artistes qui ont concouru en finale jeudi 4 novembre à Paris ont offert de belles propositions, espérant tous pouvoir se redéployer largement sur scène.

Nos Enchanteurs - Prix Moustaki 2021 : le sacre de Vaslo !

Chaque édition du Moustaki (ce fut la onzième) est en soi une aventure, expédition dans l’inconnu. Bien malin qui peut en pronostiquer les résultats : même les bookmakers s’y sont cassé les dents depuis des lustres à parier sur ce concours à nul autre pareil. Soyons francs : chacun de nous supputait la victoire d’un célèbre praticien des goguettes, que son hyperactivité confinée avait opportunément mis au premier plan. Bernique, ce ne fut pas lui ! Ni la Suissesse survitaminée qu’on aime tant à NosEnchanteurs, persuadés que nous étions qu’elle les surclasserait tous de son talent qu’elle a grand.

STEPHANIE ACQUETTE

Nos Enchanteurs - Stéphanie Acquette, arrêt sur images

Ce disque échappe au tout venant, au tout chantant du moment. Presque à contre courant. Les onze titres contenus sur cet album ne viennent pas d’un même moule contraignant mais témoignent, dans leur diversité d’une grande liberté : bossa, pop-rock, cha-cha-cha, rumba, piano-voix, blues, ballade, ambiances cinoche… avec pour point commun une même et solide qualité d’interprétation tant musicale que vocale. Tant que, sans le chercher à tout prix, cette galette pourrait contenter un large et très hétéroclite public s’il était adopté par les grandes oreilles (souvent bouchées) que sont les médias dominants et leurs auditeurs.

LA MARQUISE

Froggy's Delight - La Marquise, Il n'y a plus de saisons

Derrière La Marquise se cache en réalité un trio, constitué du créateur du groupe Daniel Ferrat, auteur-compositeur-interprète.

Il écrit et chante en compagnie de Richard Giusti, bassiste, contrebassiste et guitariste, qui l’accompagne depuis plus de dix ans, autant à la scène qu’en studio. Il apporte sa touche funk.

Il y a aussi Elsa Gourdy, accordéoniste, qui a fait ses armes dans la musette et le jazz manouche. Elle accompagne aussi le groupe en faisant les chœurs.

Le propos des chansons est tantôt axé sur la vie personnelle, les petits tracas de la vie de couple : "Jaloux", "Ça tue l’amour", "Les Pères", "Les enfants des parents séparés", mais aussi le vie plus intérieure avec "La Dame du Divan". Il croque aussi la société qui l’entoure sur des airs de plus ("Le con, La lutte et le Truand") mais aussi "La République", "Mes amis de droite"… A noter une reprise plus que réussie du morceau "Le Pénitencier", succès de Johnny Halliday.

MONDINO

We Culte - Stéphane Mondino: « J’assume totalement d’être un chanteur de variété »

Quatre ans après « Les rêves de Babylone« , Stéphane Mondino vient de sortir « Sous les abat-jours du soleil »Un nouvel opus dans lequel ce musicien autodidacte a signé toutes les mélodies, la plupart des textes et assuré les parties clavier et guitares. Comme il l’affirme dans la chanson qui donne son titre à l’album : « On devrait toujours se fredonner une chanson d’amour… ». Tout au long des onze chansons qui baignent dans une atmosphère intimiste, le chanteur se prête à l’exercice avec élégance, pudeur et poésie. Entretien avant son prochain concert parisien, le 5 novembre, aux Trois Baudets.

Sud Ouest - Mondino revient en pleine lumière

Stéphane Mondino, découvert aux Rencontres d’Astaffort en 2002, débarque avec son sixième album à peine sorti dans les bacs, sur la scène du 180, à Sainte-Bazeille

Stéphane Mondino vibre depuis son enfance passée dans le 93 au son de la chanson rock et pop française. Il devient fan inconditionnel de Balavoine à l’âge de 3 ans. Il en a 9 quand il le rencontre en 1984 après avoir gagné un concours RTL. À 14 ans, il donne son premier concert devant ses amis. Depuis sa chambre dans le 93, il se décide alors définitivement à devenir chanteur, auteur et compositeur. Il quitte les salles de classe à 16 ans pour faire carrière dans la musique et s’inscrit aux ateliers parisiens d’Alice Donna.

Mandor - Stéphane Mondino : interview pour Sous les abat-jours du soleil

Dans ce 6e album, tu retournes aux fondamentaux : la chanson.

Tout est parti d'une soirée en tournée sur le dernier album (Les rêves de Babylone). J'ai fait écouter à Romain Roussoulière une maquette, c'était la chanson « Sous les abat-jours du soleil ». Il a complètement craqué sur elle. J'ai enchainé en lui disant que j'aurais beaucoup aimé qu'il réalise l'album suivant, avec ce titre comme phare. Je n'avais pas de volonté pop, rock, folk mais l'envie de retrouver mes racines : la chanson française, avec la réalisation d'un jeune musicien de 27 ans. L'album est un voyage parfois mélancolique, dans l'intimité humaine. 

BAZINET

Francofans, Bruno Bazinet

Ce qu'on aime chez Bruno Bazinet, c'est sa capacité à amener de la bonne humeur, par son sourire gravé sur son visage et ce, quelque soit le sujet qu'il aborde. Il amène de la légèreté, de la bienveillance  et de l'amour dans nos chaumières. 

Son album, Passeurs d'amour, sortira le 12 novembre. Il est hors du temps, hors des modes et des courants, et ne pas forcément être à la mode permet d'être indémodable.

MATILDY

Nos Enchanteurs - Matildy, m’a-t-on dit…

Des chansons impliquées, où le « je » est de rigueur, des « brèves d’humanité, instants de sentiments, parcelles d’émotions, petits morceaux de bravoure, juste avant que la mort ne consomme notre dernier festin, par un ultime dessert lacté, avec des vrais morceaux d’humains, de ceux laissés là, au fond du dernier pot, qui nous sert de cercueil ! » C’est aussi et surtout cette chanson-titre (en vidéo ci-dessous), sans fard, où le miroir lui révèle un autre et nouvel aspect physique, celui qui s’expose sans ambiguïté sur la pochette : « Alors donc c’est toi mon nouveau moi / Crois-tu que je vais m’effondrer / ce serait bien mal me connaître [...] Alors j’assumerai ma tête / Je me laisse quelques jours ou semaines / M’autorise deux ou trois sanglots / Histoire de boire ma peine / Jusqu’à la lie, rideau ». Rien que pour cette chanson, que d’avoir trouvé les mots pour le dire, bravo !

OLIVIA RUIZ

France Info - BD, concert, roman : les multiples facettes d'Olivia Ruiz

Après les casquettes de chanteuse, de compositrice et d'autrice, Olivia Ruiz reprend celle d'écrivaine avec l'adaptation en BD de son livre, "La Commode aux trois couleurs"

Entre deux balances au théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, l'artiste Olivia Ruiz raconte la création de sa nouvelle œuvre, qui n'est pas un album, mais une BD intitulée "La Commode aux trois couleurs", inspiré de son livre éponyme. Une histoire qui retrace celle de sa famille, ayant dû fuir l'Espagne lors de la guerre. "Moi, ce que je voulais, c'est que le langage de ces femmes ne soit pas dénaturé", explique l'artiste. 

JULIETTE GRECO

We Culte - Les souvenirs de Juliette Gréco vendus aux enchères à l’Hôtel Drouot

Le 23 septembre 2020 Juliette Gréco disparaissait, laissant tous les amoureux de la Chanson française orphelins. Ils se consoleront peut-être un peu en découvrant l’impressionnante collection d’objets personnels (bijoux, vêtements, meubles et objets d’art, manuscrits, photographies, disques…) vendus aux enchères à l’Hôtel Drouot, les 18,19 et 20 novembre prochains.

DEBOUT SUR LE ZINC

Nos Enchanteurs - La collection hiver de Debout sur le zinc

Dixième album studio pour Debout sur le zinc, après le Vian debout de 2019, leur épatant hommage à Boris Vian. Une belle galette de quatorze morceaux, écrite comme d’habitude par Simon Mimoun ou Romain Sassigneux, intitulée L’importance de l’hiver.

BRASSENS

France Info - "Le Prof de Brassens" : un spectacle instructif et passionnant sur l'homme qui changea la vie du poète, au Hall de la Chanson à Paris

Pour le centenaire de la naissance de Georges Brassens, le Hall de la Chanson, à Paris, présente depuis octobre deux spectacles thématiques, prolongés en novembre. Nous avons assisté à l'un d'entre eux, "Le Prof de Brassens", dédié à l'enseignant à qui les amoureux de Brassens doivent tout.

GARANCE

Nos Enchanteurs - Stavelot 2021. Garance, bleue et multicolore

Abbaye de Stavelot, « Une chanson peut en cacher une autre », 22 octobre 2021,

Ce soir, une belle découverte attend les festivaliers d’Une chanson peut en cacher une autre. C’est en effet Garance qui s’en vient brûler les planches. Une venue d’autant plus attendue que la belle aurait déjà dû fréquenter l’abbaye de Stavelot en 2020, si le virus que vous savez n’en avait décidé autrement. Mais tout vient à point à qui sait attendre et nul doute qu’elle gardera un beau souvenir de ce premier passage, tant le public tomba sous son charme et son allant, lui réservant un accueil aussi chaleureux que mérité.

MARION ROCH

Nos Enchanteurs - Stavelot 2021. A tu et à toi avec Marion Roch

Abbaye de Stavelot, « Une chanson peut en cacher une autre », 23 octobre 2021,

Décidément, cette année à Stavelot, l’énergie et la tchatche se conjuguent au féminin. Après le coup d’éclat de Garance, voici que déboule une petite balle du samedi soir, un autre bout de flamme, tout aussi dopée à la colère et à la liberté, bien décidée à faire entendre sa voix et à tracer son chemin sans souci de bienséance, sans mettre trop d’eau dans son vin, sans céder sur l’essentiel.