Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jacques Bertin à La Balagne à Calvi en mai 2009 | Page d'accueil | La playlist de la semaine : French Twist, Le meilleur de la scène française sélectionné par Francofans, Longueurs d'ondes, Quota et LaCouveuse »

jeudi, 05 décembre 2019

L'actualité de la chanson française du 22 au 28 novembre

Les artistes de la semaine : Renaud, Gwen Soli, Arthur Ely, Jacques Bertin, Corentin Grellier et la playlist French Twist, Le meilleur de la scène française sélectionné par Francofans, Longueurs d'ondes, Quota et La Couveuse.

La playlist de la semaine : French Twist, Le meilleur de la scène française sélectionné par Francofans, Longueurs d'ondes, Quota et LaCouveuse

CORENTIN GRELLIER

Claude Févre - Corentin Grellier, Avec un oiseau dans la tête

La sortie du premier album de Corentin Grellier sera l’un des temps forts de ce début de saison au Bijou. On ne saurait en douter après ce concert dans une salle comble et convertie à sa cause : se laisser prendre à ses mots, son jeu de guitare affiné où plane l’ombre de Georges Brassens, sa voix assurée… A cette confidence entre doutes, douleurs et marche forcée à se chercher, à coup de chansons douces … « Je tire vers le beau / Mon corps de pantin mou / Qui pleure dans ses pantoufles / La mort de son / La mort de son amour. »

Pourtant il s’était lancé un beau et douloureux défi en commençant par une chanson qui pouvait le faire chavirer. Bien sûr, on l’a vu passer la main fébrilement dans ses cheveux avant de commencer, geste presque enfantin qu’il a souvent quand il s’adresse à nous avec humour et tendresse entre deux titres.  Bien sûr, on a retenu son souffle en entendant les premières notes,  les premiers mots: « Oscillante sur ton axe / Aussi belle que la fragilité / Tu danses comme une acrobate »… Et ce refrain qui nous est devenu familier : « Avec tes deux ailes / Tu voles haut / Sacré oiseau… »  Chanson titrée Elle, portrait délicat et  superbe d’« une drôle de frangine », « une acrobate », comme on l’est souvent à 19 – 20 ans… Comme l’était celle à qui la chanson est dédiée. Bel oiseau envolé dans un ciel d’été.

ARTHUR ELY

RFI - Arthur Ely, volées gagnantes

Il casse les codes musicaux avec habilité, délivre poésie lasse et mélodies adhésives. Ce jeune garçon de 23 ans, qui a grandi à Strasbourg, inscrit son nom En 3 lettres du côté de ceux qui déballent une énergie folle sur disque comme sur scène.

Lors des dernières Francofolies de La Rochelle, Arthur Ely s'est révélé pour beaucoup comme une des découvertes heureuses du festival. Programmé pourtant à l'heure de la sieste, et en salle, il a emballé par sa fougue, son impétuosité, sa façon bien à lui d'arriver sans freiner sur les refrains et de déjouer avec panache les problèmes techniques rencontrés ce jour-là.

RENAUD

Renaud parcourt son nouvel album "Les Mômes et les enfants d'abord" sur RTL

EXCLU RTL - À la veille de la sortie de son album "Les Mômes et les enfants d'abord" qui a pour thème l'enfance, Renaud a choisi RTL pour présenter ses douze nouvelles chansons en avant-première.

Renaud a trouvé ce titre, Les Mômes et les enfants d'abord, en repensant à la phrase de Brassens : "Sauve qui peut, le vin et le Pastis d'abord", extrait de Supplique pour être enterré à la plage de Sète. Un seul thème dans ce disque : l'enfance, la pochette est un dessin de Zep, le papa de Titeuf, on voit Renaud sur un radeau de fortune avec ses jeunes potes.

Le Parisien - Renaud de retour avec un nouvel album : «Je me sens mieux»

Le chanteur sort ce vendredi «Les Mômes et les enfants d’abord», un 17e album réussi sur l’enfance, où il retrouve son humour, mais pas sa voix. Il nous a accordé un long entretien.

JACQUES BERTIN

Nos Enchanteurs - Ce qui nous vient de Jacques Bertin

Plus que jamais à la marge de l’air du temps, indémodable donc, à jamais intemporel. N’a-t-il pas dit jadis : « Je n’ai pas besoin d’être moderne pour être contem-porain »… Jacques Bertin est depuis toujours un chanteur à part, qu’on ignore superbement ou qu’on adule. À ses débuts il fut effectivement encensé par une partie de la presse. À croire que la presse a depuis bien changé, que des ignares ont succédé aux érudits, toujours est-il que ce 29e album (en 52 ans) ne devrait pas, c’est dommage, faire couler beaucoup d’encre ou faire frissonner les claviers…
 
DA SILVA
 
C'est déjà ça - Da Silva : "le son énorme, je m'en fous!"

Dans son septième opus« Au revoir chagrin », Da Silva livre un album de musiciens, métissé, prônant une joyeuse décroissance, personnelle et collective. Entretien.

« Aujourd’hui c’est décidé / Je prends le temps de respirer / Aujourd’hui je ralentis / Je prends le temps je désobéis » : le premier refrain de la première chanson (« Loin »), repris en exergue du livret, annonce la couleur. Da Silva fait un pas de côté, se décentre pour mieux chanter ce qui le touche, et nous aussi souvent. Moins que les textes, toujours  à fleur des peaux, ce sont les rythmes qui cueillent l’auditeur fidèle : de la bossa au reggae, de l’Afrique à l’Amérique latine  on voyage de tropique en tropique. Sur la chanson-phare du disque (« A l’endroit de la douleur »), se croisent même le chant arabe d’Hakim Hamadouche, musicien de Rachid Taha, un orchestre mariachi à la belle trompette de Nicolas Boson Oliver qu’on retrouve avec  bonheur sur plus de la moitié des dix titres.

IZIA

Nos Enchanteurs - Izïa à l’assaut de sa citadelle

On connaît Izïa depuis toujours. Tout du moins est-ce le cas pour les amateurs de son Jacquot de père, qui, dans son album Illicite (1991), proposait une Ballade pour Izia, avant de nous préciser dans sa chanson Ce qui est dit doit être fait : « Le vingt-quatre / neuf / quatre-vingt-dix / Ma p’tite gonzesse a vu le jour / Dans la nuit ». Avoir sa date de naissance chantée pour l’éternité, la classe !

 

00:00 Publié dans | Lien permanent