Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Johnny Hallyday "Gabrielle" (INA, 1983) | Page d'accueil | RFI, Bertrand Dicale - Johnny Hallyday, une légende française »

jeudi, 07 décembre 2017

L'actualite de la chanson française du 24 au 30 novembre

Johnny Hallyday est mort à l'âge de 74 ans a annoncé sa femme..... C’était sa recette magique : cette force qui l’habitait. Une force déséquilibrée, qui le dominait souvent plus que lui-même ne la maîtrisait, le poussant fréquemment à sombrer dans le n’importe quoi. Le titre de son ­autobiographie, Destroy, est d’ailleurs explicite, qui prouve qu’il n’était nullement dupe de cet état de fait. Et même qu’il s’en accommodait fort bien.

Le Monde - Johnny Hallyday est mort : l’idole aux 110 millions de disques vendus disparaît à 74 ans

Johnny a conquis des générations de Français avec ses tubes « Que je t’aime », « Quelque chose de Tennessee », « Allumer le feu »…

Avec la mort de Johnny Hallyday, dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 décembre, à l’âge de 74 ans, c’est une légende de la chanson française qui disparaît. L’artiste était devenu un mythe vivant en France, ayant conquis un très large public qui appréciait autant sa personnalité et sa sensibilité que ses chansons. Sa carrière est phénoménale, il a enregistré plus de mille titres, composé une centaine de chansons et vendu 110 millions de disques.

Les vidéos de la semaine : des artistes présents dans le nouveau Francofans N°68/Décembre/Janvier à commencer par Amélie les crayons et  GiedRé/Fromet/Oldelaf qui font la couverture du numéro... Lisa Portelli, Balmino, Gérard Morel, Michèle Bernard, Mon Côté Punk, Catherine Ringer, Bobon Vodou, Virage à Droite, Dans l'Shed, Coffees & Ciguarettes, Manu Galure, Lili Cros & Thierry Chazelle, Erwan Roux.....

L'album de la semaine : Gérard Morel, Affûtiaux cafouilleux

Le clip de la semaine : Amélie-les-crayons, Y'a plus d'Saison

MICHELE BERNARD

Nos Enchanteurs - Michèle Bernard s’offre en un nouvel album en public

La discographie de Michèle Bernard est grande, mais sans beaucoup d’enregistre- ments publics : si on excepte les deux versions des Nuits noires de monde et L’oiseau noir du champ fauve (le spectacle sur Louise Michel) celui-ci n’est que son second. C’est dire s’il devrait combler son public et, plus encore, tout amateur de chansons. Car à ce « live » s’ajoute un DVD (la captation d’une grande partie du concert ainsi qu’un entretien exclusif) et, ça, c’est une première qui faisait défaut et qu’il nous faut saluer puis savourer (1).... En cette période où chacun d’entre nous se demande ce qu’il va bien pouvoir offrir aux êtres aimés pour les fêtes, ce disque ne se discute même pas : il s’impose. C’est à lui tout seul un bout d’humanité, qui plus est de talent. On n’a pas besoin d’aimer la chanson pour écouter ce disque, il suffit, contre vents et marées, de croire en la vie.

Claude Févre - Michèle Bernard & Monique Brun, Même avec une épée en bois…

Que pouvons-nous faire, pauvres humains, pour survivre au dégoût, à la nausée que génèrent la violence et la haine ?

Michèle Bernard et Monique Brun sont de ceux et celles qui luttent avec des armes improbables – armes de bois – celles de l’imaginaire. Et nous ne les remercierons jamais assez d’être faites tout entières  de ce bois là, de cette veine, de cette texture qui résiste à la désespérance. C’est dans la salle du Bijou que ce soir leur souffle de vie va s’immiscer sous nos épais vêtements d’hiver et atteindre notre cœur.

Nous entrons dans la salle, et là – surprise ! – nous les découvrons déjà installées en scène. Michèle a replié ses bras sur son accordéon rouge, à sa gauche sur un semblable tabouret haut, Monique a posé ses mains sur ses genoux. Elles échangent quelques regards complices, quelques mots. Elles attendent l’heure du spectacle… Elles ont le temps de nous apercevoir dans la salle éclairée et sans doute nous apprivoisent-elles déjà, à la façon du renard s’adressant au Petit Prince… « Tu t’assoiras d’abord un peu loin de moi, comme ça, dans l’herbe. Je te regarderai du coin de l’œil et tu ne diras rien…»

BALMINO

Nos Enchanteurs - Balmino : les morsures d’un superbe album

Comment vous dire ? C’est du Balmino et, dès la première note, dès le premier mot, la première rime, on plonge dedans pour n’en plus ressortir. La mélancolie, la voix entêtante, l’énergie, tout vous saisit. On sait, de connaissance ou d’intuition, que le voyage sera long et court à la fois, que les rimes vont tisser une trame dont nous aurons du mal à nous départir, alors englués dans le questionnement, la passion et la dramaturgie des mots, leur calme comme leur tempête.

GERARD MOREL

Nos Enchanteurs - L’affûté Gérard Morel sort son cinquième album

Sans être le canal officiel de « Gégé » Morel, convenons qu­’à NosEnchanteurs celui-ci est un de nos artistes fétiches et que suivre son actualité ne nous est pas désagréable. Surtout quand, de temps à autre, il nous sort une telle galette, qui plus est affublée d’un tel titre, lui sur la pochette en presque bonze du Tibet, d’Haïti ou de je ne sais où. D’autant que, tout affairé à la scène où il multiplie les initiatives de bon goût, il a peu de temps à concevoir des disques ; ça faisait même plus de six ans qu’il n’y avait songé. Affûtiaux cafouilleux est le titre de celui-ci

THIEFAINE

Télérama - Hubert-Félix Thiéfaine : “Soft Machine, c’était comme une étoile tombée du ciel”

Il a vu la lumière avec Johnny et fait ses débuts dans le placard à balais du petit séminaire. Guitariste, chanteur et poète, Thiéfaine trimbale depuis quatre décennies un répertoire à part : épique, onirique, érotique… A la veille de repartir en tournée, il refait pour nous son parcours musical. 

A l’automne prochain, il fêtera ses quarante ans de chanson par une série de douze concerts. Ce ne sera pas la première fois qu’il remplira les dix-huit mille places de l’ex-Palais omnisports de Paris-Bercy, devenu AccorHotel Arena, pourtant, il semble devoir rester éternellement à la marge, en retrait, ou plutôt « ailleurs » , pour reprendre un mot qu’il emploiera souvent lors de cette rencontre.

CHARLOTTE GAINSBOURG

RFI - Charlotte Gainsbourg, au plus près d’elle-même

Après s’être offert les services de Air pour 5.55 (2006), et de Beck pour IRM (2009) Charlotte Gainsbourg s’associe sur ce disque, avec le musicien électro SebastiAn. Sur Rest, elle chante aussi pour la première fois en français et signe tous ses textes. Charlotte lève enfin le voile…

Peu de disques firent couler autant d’encre, cette année, que le dernier-né de Charlotte Gainsbourg, Rest, entre chroniques dithyrambiques ("un disque somptueux, impudique, ample, gainsbourien", s’extasie Les Inrocks) et critiques virulentes ("ça coule comme du Mylène Farmer aphone sur fond d’électro soft", rétorque Télérama). Dans les pages des magazines, sur les ondes des radios, sur les plateaux télé, Charlotte se raconte jusqu’à l’overdose, livre ses doutes, murmure ses errances, chuchote sa quête du "rest", ce repos des âmes aimées, et sa traque d’elle-même : forcément touchante… parfois jusqu’à l’auto-parodie.

JULIEN CLERC

Le Monde - Julien Clerc : « A l’Olympia, j’ai vu mes parents côte à côte pour la première fois »

A 70 ans, le chanteur fête son demi-siècle de carrière avec un 24e album studio, « A nos amours », et une longue tournée en France. Il s’est confié à « La Matinale du Monde ».

Je ne serais pas arrivé là si…

… si mes parents n’avaient pas divorcé. Les enfants qui ont vécu ça ont en commun quelque chose que ne comprennent pas les autres. J’ai eu cette espèce de fêlure. Pour un métier artistique, ce n’était pas mauvais à 100 %. J’ai été confié à mon père, ce qui était rarissime à l’époque, et ma belle-mère comme ma mère ont joué un rôle dans ce qui m’a constitué. Dans les deux foyers, il y avait de la musique.

JUKE

Nos Enchanteurs - Juke, suivez son petit bateau

Oualala, keskeçéksa, a dit ma tata ? Fais pas chier, a dit mon tonton, et Laisse les dire. Même si cet album est présenté par le Label Caravan jeune Public, voici un CD tout public qui s’adresse aux jeunes de 5 à 105 ans. Je vous préviens, si vous n’avez pas gardé votre âme d’enfant, version Guerre des boutons ou Les malheurs de Sophie, vous risquez d’être désarçonnés. Pourtant si les animaux sont vos copains, des bigorneaux aux escargots, si les chiens et les chats sont vos meilleurs amis, si vous êtes prêts à enfourcher Jolly Jumper ou à ramasser le coton sur d’irrésistibles airs country ou cajuns, tout autant qu’à rateler du goémond chez Les Penn culs, si vous vous laissez prendre par la bonne humeur insolente de Juke, par sa tendresse récurrente (La fiancée du pirate, Les roses trémières, L’indien dans l’eau, La flamme), vous allez passer une sacrée bonne (grosse) demi-heure.

TOP

Baptiste Vignol - Ce top qui en dit long

Passé de mode, jamais Daho n’aura donc réussi ces quinze dernières années à coups de productions pompeuses et de chansons en toc à reconquérir la jeunesse. Malgré une campagne asphyxiante («le pape de la pop», «le prince», «le patron», tu parles...), BLITZ ne se sera écoulé qu’à 13 000 exemplaires la semaine de sa sortie. Bye bye Étienne. Tombé dans le rance

08:00 Publié dans | Lien permanent