Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« "Patricia" - Les Wampas | Page d'accueil | Leila Huissoud - Les P'tits doigts glacés »

samedi, 01 avril 2017

L'actualité de la chanson française du 24 au 30 mars

En vidéo, toute une semaine avec les artistes présents dans le nouveau Francofans N°64 : Les Wampas, Gaël Fay, Magyd Cherfi, IAM, Leïla Huissoud, Isabelle Bazin, Octave Noir, Askehoug, Manon Tanguy .....

L'album de la fin de semaine : Leïla Huissoud, L'ombre

Le clip de la fin de semaine : Tom Bird - A 3 Etages

CARMEN MARIA VEGA

Nos Enchanteurs - Chants de Mars 2017. Carmen Maria Vega : un roman gothique

..... Carmen Maria Vega ne manque cependant pas de présence, loin de là. Provocante et drôle, héritière à ses heures d’une Nina Hagen assagie et de Rita Mitsouko revisités, elle excelle en rétro déjanté sur un « thème aigre-doux ». Elle pulse l’atmosphère, « l’argot a des mots doux / Auxquels je voue ma préférence », Si l’on me déguise en conne, théâtrales sorties et esprit cabaret. « Je ne connais toujours pas / Le secret de mon identité » : du Guatemala aux Minguettes, de l’adoption d’une enfant volée à sa mère à son ascension des dernières années, on suit le parcours.

JEAN GUIDONI

Télérama - Légendes urbaines, Jean Guidoni

Guidoni tel qu'on l'aime. Trente-cinq ans ( !) après le choc Crime passionnel, qui l'avait propulsé aux cimes d'une chanson théâtrale et subversive, le voici qui renoue avec cette veine troublante dont il avait fait sa marque de fabrique dans les années 1980 — et que personne, depuis, n'a su prolonger. Sans atteindre les sommets du disque fondateur, ses Légendes urbaines nous entraînent dans les méandres des rencontres fugaces et des jeux de hasard, des nuits de feu et des matins de glace, des bordels mal éclairés et des errances nocturnes. Foncièrement dramatique, pas forcément tragique, c'est un voyage en pays connu, sans être un bis repetita.

CELINE CAUSSIMON

Claude Févre - Céline Caussimon, la vie mode d’emploi

Étonnante Céline Caussimon !  Elle déboule en scène comme un animal dont on viendrait d’ouvrir la cage. Elle arrive du fond de la salle  en courant – ici pas de coulisses, pas d’effet de rideau  – à l’image de la photographie qui illustre son dernier album. Une femme qui court, vole plus qu’elle ne marche ! Elle rit, s’empare du micro, jette ses cheveux en arrière  et se met à chanter une scène de… transport en commun ! « Elle n’est pas dans le sens de la marche / Pas de chance que ça marche » comme une première saynète qui donne le ton ! « Mal de cœur » ? Tant pis, on continue.

GUILLETON

Norbert Gabriel - Eric, Margaux, Guilleton et compagnie…

C’était comme la Saint Guilleton au Forum Léo Ferré, haut lieu bien connu pour faire pélerinage en chansons, et entonner cantiques avec une assemblée de fidèles dont la dévotion sans faille se vérifie régulièrement à l’appel du révérend Tcherniak, pour y communier et plus si affinités… Le petit vin du lieu est conforme à l’hymne de Laffaille, sans modération. Ce qui explique peut-être un lyrisme débridé, quoi que justifié . Justifions donc.

PAULINE PARIS

Nos Enchanteurs - Paris, par ici l’amour

..... La parisienne Paris (pléonasme involontaire de notre part, vous pensez bien que ce n’est pas notre genre) fait de son nouvel album – le troisième -, une ode aux sentiments du palpitant. Dont l’origine est ce fameux titre, Moureuse, sorti en éclaireur, en 2013 sur un EP. Elle n’avait alors qu’à tirer le fil de son inspiration, brosser une galerie de portraits féminins : une femme envoûtée par la voix d’une animatrice radio (On Air), une autre qui laisse libre cour à sa folie meurtrière (Am Stram Gram) ou encore cette chanteuse de salle de bain qui rêve tout haut de célébrité (Du champagne). Avec l’idée de s’inspirer du répertoire des chanteuses 70’s comme Jane Birkin, Françoise Hardy, Brigitte Bardot ou France Gall.

SOUCHON

C'est déjà ça - "Les colibris, oui, oui, oui!"

Emmené par un Souchon en grande forme, le concert-clôture du forum des Colibris ce samedi à Bordeaux Darwin s’est avéré un festival à lui tout seul

C'est déjà ça - Souchon: "Autour des Colibris, on sent l'énergie"

Alain et Pierre Souchon, Ours : le trio participait ce samedi à la première date de la Tournée des Colibris, forum citoyen mixant débats, conférences et concert. Entretien familial

PAULE-ANDREE CASSIDY

Norbert Gabriel - Chansons, partage, et amitié, et Paule-Andrée Cassidy…

.... Elle chante , Paule-Andrée Cassidy, elle promène ses valises et ses chansons dans le monde depuis 20 ans, et comme elle dit 20 ans, ça toffe ! Grand prix de l’Académie Charles Cros en 2002, pour son album Lever du jour, prix Jacques Douai en 2015 avec Marie-Thérèse Orain, entre autres , et neuf albums . En plus des nombreux paroliers (lières) et musiciens qui collaborent avec elle, elle interprète Anne Sylvestre, Boby Lapointe (Méli-mélodies, album 1999) , dont elle revendique l’influence, Gilles Vigneault, Prévert, Pierre Perret, Cohen, Barbara… Et même Gaston Couté !

JE CHANTE

Norbert Gabriel - Je chante magazine n° 13

Je chante en est pourtant à son treizième numéro, et celui là est tout aussi copieux que les 12 précédents . 61 pages qui abordent tous les aspects de la chanson, paroles, musiques, livres, lieux et ceux qui les font vivre, la chanson française ou francophone, beaucoup sur le mode nostalgie, mais aussi des coups de projecteur sur les sorties d’albums, de Michèle Bernard et «  son vieil espoir têtu » : «  Tout’manières » à Frasiak «  Sous mon chapeau », ou Agnès Bihl » Tout fout l’camp », en passant par Annick Cisaruk «  l’autre voix féminine de Ferré «  Où va cet univers ? CD La mémoire et la mer » avec David Venitucci à l’accordéon, ou encore le «  coffret » Juliette, qui regroupe en 13 CD plus un CD de raretés l’intégrale des albums .

Nos Enchanteurs - Livraison annuelle du magazine Je Chante !

A chacun sa périodicité : FrancoFans, c’est bimestriel ; Hexagone, trimestriel ; Je Chante ! magazine, c’est annuel, en janvier ou février, selon la remise des copies à l’imprimeur. Bien sûr, vu la qualité de cette revue, iconographique et surtout rédactionnelle (qu’importe que la maquette fasse un peu vieillotte), on aimerait que ça sorte plus souvent. Mais il faut s’y faire, s’en contenter : chaque numéro est en soi un trésor d’infos.

MORAN

Claude Févre - Moran, Tempête sous un crâne

.... Les chansons que nous entendons, la voix de Moran, son grain singulier de vieux matelot revenu d’un long périple, son phrasé, ses mots et ses phrases qui distordent la syntaxe, ce mélange de français et d’anglais, c’est tempête sous un crâne. Ce long déroulement de questions, de doutes, de désir, d’émotions, ce sont des remous, des flots sombres, des abîmes. Des trouées de lumière aussi. De l’amour qui se cherche, se crie, se déchire, s’échoue…

09:02 Publié dans | Lien permanent