Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« David Mc Neil, Au bar du Styx | Page d'accueil | Sous les couvertures - Elisabeth Anais & Sanseverino (Anaïs/Mc Neil) »

samedi, 12 avril 2014

L'actualité de la chanson française du 7 au 13 mars (mise à jour)

Les vidéos de la fin de semaine pour fêter l'annonce de la sortie d'un album qu'on espérait sans trop y croire : le retour de David Mc Neil avec "Un lézard en septembre", le 12 mai !

Le concert de la fin de semaine : Renaud - Tournée Rouge Sang (Bercy 2007)

L'album de la fin de semaine - David Mc Neil : Les années Saravah

Le clip de la fin de semaine : Billie - L'amour amer

Le clip de la semaine : Loic Lantoine - Ne bouge pas

L'album de la semaine - Guillaume Barraband : L'homme en bleu (un père et passe)

A la une

C'est déjà ça - Le retour de David McNeil

Evénement: l'un des plus grands auteurs de la chanson n'avait pas sorti d'album depuis le magnifique "Seul dans ton coin". Vingt-trois ans d'absence pour celui qui a écrit pour les plus grands, de Souchon à Julien Clerc, de Charlebois à Le Forestier. "Un lézard en septembre" sort le 12 mai.

12 et 13 avril

RFI - David McNeil, un chanteur dans son miroir, Une vie d'écriture

Avec Quatre mots, trois dessins et quelques chansons, David McNeil, fleuron d'une certaine "nouvelle chanson française", devenu parolier à succès pour Julien Clerc ou Alain Souchon, plonge dans une vie d’écriture et en fait un livre généreux et franc.

 
Un soir de 1997, à l'Olympia, David McNeil, le fils de Marc Chagall, rassembla tous les chanteurs pour lesquels il avait écrit. De Montand à Souchon, souvenirs.

Crapauds et rossignols - Aubercail : festival fraternel

Du 20 au 24 mai prochain aura lieu, à Aubervilliers, dans la toute proche banlieue nord de Paris, la huitième édition d’« Aubercail, le festival des mots dits », l’un des plus sympathiques rendez-vous des amateurs de chansons et de musiques variées (« des artistes indépendants, des has-been, des marginaux du texte, des reconnus aussi, des chanteurs aux engagements divers mais toujours sincères », dit le dossier de presse), qui parvient désormais à drainer près de deux mille personnes sur les cinq soirées proposées.

Nos Enchanteurs - Barjac 2014 : demandez le programme !

A l’évocation de Barjac se déchaîneront encore railleries autant que passions. Qu’un festival, sommes toutes modeste, fasse autant parler est un bon signe. Il alimente d’abondance les conversations du bocal, du microcosme. Comme d’hab’ on va peser, soupeser la programmation concoctée par Jofroi. Certains diront bravo, d’autres pis que pendre.

Nos Enchanteurs - Batlik, un beau disque d’humain

Un personnage, que ce Batlik là…

Chantre de  l’autoproduction et de l’auto-distribution, au travers de sa structure « A brûle pourpoint », il prouve à nouveau, avec ce neuvième album à l’amertume salutaire, que l’on peut encore de nos jours être un artiste pas comme les autres, résolument libre et entier.

 
Roujan, petite commune de l’Hérault, dans l’arrondissement de Béziers, quelques 1920 âmes et un lieu de spectacles, Les Anartistes, oasis en milieu rural, géré par L’Assoc-Thaumate, association qui œuvre pour l’« accessibilité de la culture pour tous. » Précédemment localisée sur Mèze, l’Assoc-Thaumate est installée sur Roujan depuis pile trois ans. Programmation régulière et, une fois l’an, un festival, « Femme plurielle » (lire notre encadré en bas), en juin, non forcément un festival féministe mais qui, simplement, fait thématique de la chanson au féminin, espace d’expression pour les femmes et la création féminine.

 
 
A première vue, chanson et poésie ont tout pour faire bon ménage. Mais rien n’est simple. Pour Bertin « L’expérience de la chanson poétique, vue par un professionnel, c’est d’abord l’expérience du mépris, puisque la chanson est un art méprisé par les élites intellectuelles. Cela fait que, malheureusement, le niveau de l’interrogation critique sur cette discipline est à peu près nul. »

Le JDD - Dick Annegarn, ballades à vélo

Dick Annegarn, l'auteur de Bruxelles et d'Ubu, présente un album tendre et amoureux des mots où il est question de vie qui va, de roue qui tourne.

Dans les nouveaux locaux du label Tôt ou tard, en open space – espace ouvert où tout se voit et s'entend –, son rire sonore fait du bien et un peu désordre. Dick Annegarn, grand gaillard batave qui a grandi à Bruxelles, écrit depuis quarante ans des chansons revigorantes et faussement naïves. De passage à Paris, il parle à qui veut de Vélo va, son 17e album studio. Derrière ses éternelles lunettes de traviole, ses rides profondes lui donnent un air de rocher voilé de rainures, mais le troubadour, lui, reste léger comme un vélo, blaguant et gazouillant à tout-va.

11 avril

Télérama - Philippe Katerine, entubeur à vide

Panpan cucul | On l'aimait bien en amuseur dérangeant. Mais le chanteur a fini par confondre subversion et comique de répétition. Et on l'aime moins en usurpateur paradant.

Sur la place du Trocadéro, un gugusse déguisé en plante verte mate les passants d'un œil torve et se dandine au milieu de jolies fliquettes… A qui doit-on ce clip ? A Philippe Katerine. Il y chante Patouseul, issu de Magnum, son dernier album, dont la sortie a été plusieurs fois retardée.

Philippe Katerine, entubeur à vide

Panpan cucul | On l'aimait bien en amuseur dérangeant. Mais le chanteur a fini par confondre subversion et comique de répétition. Et on l'aime moins en usurpateur paradant.


En savoir plus sur http://www.telerama.fr/musique/philippe-katerine-entubeur...

Télérama - Serge Gainsbourg (4),frôler la mort, tirer sa révérence

Vu de l'extérieur, l'homme est un singe comme les autres – ou presque. Vu de l'extérieur, l'adulte est encore un enfant qui fait des vents des pets des poums et titicaca, à qui on promet panpan cucul et pamela popo. Vu de l'extérieur, la femme est sensuelle et sans suite (comme avant l'amour physique était sans issue), une éternelle poupée qui fait (ni oui ni non, qui fait tout court). En 1973, Serge Gainsbourg réchappe d'un infarctus. Il n'a que 45 tours au compteur.

Télérama - Serge Gainsbourg (3), ici Londres et sa muse

Loin derrière, la période bleue, jazz enfumé, haussements de sourcils et « a » coiffés de circonflexes à l'aristo. Passé la transition de Confidentiel et Percussions. Oubliés les cheveux ras, quasi para. Bye les poupées d'Eurovision. Veste en velours et faux airs de hipster londonien. Souvenir du Raven d'Edgar Poe. Once upon a midnight dreary… Science consommée de l'anachronisme et du timing. Plonger l'ancienne culture dans la pop neuve. Violons en spirale et premier manifeste talk-over.

Télérama - Serge Gainsbourg (2), sur la plage abandonnée…

Jacques et Serge marchent sur une plage. C'est encore l'hiver, un vent souffle, ils relèvent le col de leur manteau. « J'aime bien la Manche, dit Serge. C'est sinistre à souhait. Faire la Manche… – C'est la mer du Nord, dit Jacques. La Manche, c'est pour Don Quichotte. – On s'en balance, p'tit gars. Regarde plutôt là… – Quoi, là, le sable mouillé, les traces d'écume ?

Télérama - Serge Gainsbourg (1), condamné à chanter

Costume étroit gris, couleur de son premier pseudo pour la Sacem (Julien Grix), pull noir comme les idées dont Marcel Aymé, pourtant pas le plus joyeux des drilles, s'était alarmé dans un texte reproduit au dos du 25 cm Du chant à la une ! (jeu de mots foireux, portrait sévère sur fond de papier journal passé au rouge). L'écrivain souhaitait au chanteur débutant « que la chance lui sourie autant qu'il le mérite et qu'elle mette dans ses chansons quelques taches de soleil ».

Serge Gainsbourg (3), ici Londres et sa muse
En savoir plus sur http://www.telerama.fr/musique/serge-gainsbourg-3-ici-lon...
Serge Gainsbourg (3), ici Londres et sa muse
En savoir plus sur http://www.telerama.fr/musique/serge-gainsbourg-3-ici-lon...
Vu de l'extérieur, l'homme est un singe comme les autres – ou presque. Vu de l'extérieur, l'adulte est encore un enfant qui fait des vents des pets des poums et titicaca, à qui on promet panpan cucul et pamela popo. Vu de l'extérieur, la femme est sensuelle et sans suite (comme avant l'amour physique était sans issue), une éternelle poupée qui fait (ni oui ni non, qui fait tout court). En 1973, Serge Gainsbourg réchappe d'un infarctus. Il n'a que 45 tours au compteur.
En savoir plus sur http://www.telerama.fr/musique/serge-gainsbourg-4-froler-...
Vu de l'extérieur, l'homme est un singe comme les autres – ou presque. Vu de l'extérieur, l'adulte est encore un enfant qui fait des vents des pets des poums et titicaca, à qui on promet panpan cucul et pamela popo. Vu de l'extérieur, la femme est sensuelle et sans suite (comme avant l'amour physique était sans issue), une éternelle poupée qui fait (ni oui ni non, qui fait tout court). En 1973, Serge Gainsbourg réchappe d'un infarctus. Il n'a que 45 tours au compteur.
En savoir plus sur http://www.telerama.fr/musique/serge-gainsbourg-4-froler-...

10 avril

Résistance chanson ! - Histoire de faussaire, mais pas que ...

Quand on n’a pas le talent de peindre la Joconde, on lui met des moustaches et un nez rouge et on a son quart d’heure de gloire artificieuse. Dans le petit monde de la chanson, on a aussi ce genre de turlupins, qui viennent faire un hold-up dans le répertoire d’un auteur très connu, mort si possible, pour récupérer une once de plus value dans « leur art ».

Le Figaro - Où allez-vous, monsieur Katerine ?

Vulgarité, manque d'inspiration, disco de pacotille… Dans Magnum, son nouvel album, l'ex-dandy de la chanson s'égare sur des terrains de plus en plus glissants.

Philippe Katerine remet son titre en jeu, à la faveur de la sortie de son nouvel album, le douzième. Quel titre, d'ailleurs? Celui de chanteur français qui fut parmi les plus inspirés de son époque? Celui d'amuseur public prêt à toutes les facéties? Celui de provocateur à la mode? On ne saurait dire au juste. Et ce n'est pas l'écoute de Magnum (Barclay/Universal Music) qui permet de trancher.

Nos Enchanteurs - Les pleins et les déliés de Marion Rouxin

Une soirée choc, programmée au dernier moment, pour redécouvrir ce cocktail hyper tonique, ascendant gitane et Gavroche, Marion Rouxin. Elle est de celles qui peuvent passer du rock au gospel, pourquoi pas du rap à la java, avec une aisance et une maestria de virtuose de la scène. Dans ce spectacle qui avance fort et clair, il y a des pleins et des déliés, mais jamais de temps faible.

9 avril

Nos Enchanteurs - Trois soirées « cabarets chanson »

Tout le monde a rêvé d’être en haut de l’affiche, au fronton de l’Olympia. Toutefois dans un parcours d’artiste, il y a des lieux qui sont entrés dans la légende. Héritier des cabarets mythiques, Le Limonaire est une institution.

Nos Enchanteurs - Georges Nounou, folk des mange-bitume

Depuis trente ans c’est, pour lui, on the road again. And again. Lui ce n’est pas la route 66 : c’est le ruban d’asphalte français qui, plus que toute autre demeure, est la sienne, sa maison de bitume et de kilomètres avalés, bouffés jusqu’au la nausée. Trois décennies déjà que, sous son nom de Georges Nounou ou sous la raison sociale de tas de groupes qu’il a pu animer (Brassens l’Irlandais, Caravansérail, Les êtres humains, Le Théâtre en flamme, Les Ratons Laveurs, Rinocérôse, Foogy Bartass), il taille la route pour aller se produire ici ou là, dans de grandes salles comme sur des scènes plus petites, parfois improbables.

Culturebox - Christophe: "je suis un kamikaze du son"

Depuis un an, Christophe revisite son répertoire en version dépouillée sur scène et en a fait un disque, "Intime", qui sort lundi. "Je suis un kamikaze du son", dit le chanteur, qui reçoit l'AFP chez lui pour un entretien nocturne.

Culturebox - Christophe revisite son "Intime" en public

Depuis un an, Christophe parcourt la France et déshabille habilement son répertoire sur scène. De cette tournée "Intime", est né un disque éponyme. Seul au piano, ou parfois à la guitare, il donne ainsi une version acoustique et une relecture inédite de quatorze chansons.

8 avril

C'est déjà ça - Un son éclatant pour un Hangar renaissant

Après un premier album très léger, le groupe girondin Hangar chamboule tout et trouve un son universel avec « Ivre-mer » qui sort ce lundi

C'est Jean-Pierre Plunier qui le dit: «Je me suis pointé au studio le lendemain et j’ai tout de suite expliqué aux gars que si j’avais entendu le premier album, je ne serais sûrement pas venu.» Le gars a découvert Ben Harper, produit ses trois premiers albums. A fait récemment éclore Jack Johnson. Obéit à un instinct musical atypique. «Les deux démos «A l’ombre» et «La miss du sud» m’ont inspiré», se souvient-il. «Bizarrement, ça ne sonnait pas comme de la musique française.» Ho, c’est pas une maladie non plus.

Mais qu'est-ce qu'on nous chante ? Le sacre de Jeanne

Elle aime l'authentique, l'inattendu, «les champs illimités des horizons incertains et nouveaux»... Elle répugne aux modes tapageuses. Les pince-fesses la hérissent. Elle déteste les tricheurs et les donneurs de leçon. Respectant les gens simples, elle les écoute, avec une attention de fer. Surtout, elle cherche le rire. Et quand règnent la camaraderie, la complicité, l'harmonie, c'est le souk dans ses salons. L'album HISTOIRE DE J., sur la pochette duquel elle s'affiche sans apprêt dans la lumière naissante d'un matin corse, est aussi né de ces qualités-là, elle qui chante si bien ses défauts…

7 avril

Nos Enchanteurs - Lettres de Marcel Amont à des amis

Le jour où il y aura un prix littéraire Nos Enchanteurs, je proposerai immédiatement Marcel Amont, le plus complet des candidats possibles, et surtout emblématique de cet art populaire qui ravit toutes les générations à un moment de leur vie. C’est un marchand de bonheur qui a traversé le siècle (et même les siècles) sans perdre un atome de son amour de la vie, de son humour, et de son élégance. Elégance qui émane de chaque page de son très récent livre « Lettre à des amis » de ces amis choisis façon Montaigne et la Boétie, et dont l’amitié ne s’est jamais démentie.

Nos Enchanteurs - Jours Ferré 2014

C’est devenu un des rendez-vous incontournables de la scène chanson. Celle qui est plutôt dans les chemins de traverse que sur les autoroutes à grande circulation. On pourrait même reprendre ce que disait Léo dans Thank you Satan: Pour ton honneur à ne paraître, Jamais à la télévision …

Nos Enchanteurs - Le talent n’est pas obligatoirement dans l’ADN…

Certains acteurs de communication devraient réviser le programme de génétique enseigné au Lycée.

Nos Enchanteurs - Lara Fabian chante les philosophes

.... Une fois réfutée la question de l’immanence des prolégomènes, Lara Fabian se lance donc à corps perdu, avec l’immense talent qu’on lui connait, dans un vertigineux tour de chant ontologique. Et quels auteurs :  elle est bouleversante dans Merleau-Ponty, lorsque elle cherche à déconstruire l’autarcie de l’egologie husserlienne afin de réorienter la phénoménologie vers une mouvance naturaliste.
________________________________
________________________________

22:30 Publié dans | Lien permanent