Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 novembre 2016

Le Monde - Paul Tourenne, le dernier des Frères Jacques, est mort

Le chanteur s’est éteint à Montréal à l’âge de 93 ans. Il était le dernier survivant du quatuor fondé par les frères Bellec.

Le chanteur Paul Tourenne, qui fut membre du quatuor vocal Les Frères Jacques, est mort à Montréal dimanche 20 novembre, à l’âge de 93 ans. Son fils Robin a annoncé la nouvelle, il a précisé que son père est mort de « vieillesse, son cœur a lâché ». Paul Tourenne, qui résidait à Montréal depuis une dizaine d’années, était le dernier survivant de la formation, fondée après la Libération par les frères André Bellec (1914-2008) et Georges Bellec (1918-2012), bientôt rejoints par François Soubeyran (1919-2002). Après quelques changements pour la quatrième voix, Paul Tourenne, qui sera premier ténor, est choisi et Les Frères Jacques commencent une longue carrière qui s’arrêtera au début des années 1980.
 
Lire la suite
_________________
_________________

lundi, 21 novembre 2016

Paul Tourenne (Les Frères Jacques), 1923-2016

Parfois, en fait souvent, je me passe le double DVD des Frères Jacques. J’y aime tant les images d’archives que ce dialogue nostalgique et joyeux entre Pierre Tchernia et Paul Tourenne. Tchernia vient de mourir le mois passé. Tourenne aussi, « mort de vieillesse » ce 20 novembre à Montréal, où, redevenu photographe, il avait choisit de finir sa vie. Plus aucun des quatre Frères Jacques n’est encore vivant (seul Hubert Degex, leur pianiste de 1965 à 1982, est toujours de ce monde). La page définitivement se tourne. Ça a beau être obsolète, ringard, je n’ai jamais réussit à me convaincre que Les Frères Jacques c’était vieux. Pardonnez-moi : je les trouve même d’une étonnante modernité. Même mes amis de Chanson plus bifluorée ne sauraient être à mes yeux aussi modernes qu’eux, Paul Tourenne, François Soubeyran, Georges et André Bellec. Même dans leur tenues un rien moule-boules (leurs premiers collants exposaient bien plus leurs anatomies), même dans leur soucis constant de faire rimer à quatre l’humour et la poésie.

Lire la suite
____________________
____________________