Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 décembre 2019

Jacques Bertin à La Balagne à Calvi en mai 2009

Dans la radio de Gwen Soli

L'album du jour : Jacques Bertin, Poètes et chansons

Renaud - Les Animals

Arthur Ely - Le Dernier Homme

Nos Enchanteurs - Un dimanche à Clavel : AnneliSe Roche et Coline Malice

17 novembre 2019, Théâtre Clavel, Paris 19e,

Un dimanche par mois, les amateurs de chansons se retrouvent au Théâtre Clavel pour une programmation pointue mêlant artistes confirmés et jeunes talents. Nous y étions pour AnneliSe Roche et Coline Malice.

C’est AnneLise qui ouvre la piste. Ceux qui ont eu la chance de l’entendre à Pourchères ou sur la scène ouverte de Barjac en 2019 se souviennent de moments de grâce. Très peu d’effets de mise en scène, pas de cris ou d’effusions. Tout est sur le fil, mais les paroles scandées ou chantées dans un filet de voix touchent les spectateurs au cœur. Par la maturité du propos tout d’abord, lorsqu’elle évoque tous les instants, petits bobos et grands renoncements, qui forgent la relation entre les parents et les enfants. En écho à « l’amère (la mère ?) responsabilité » parentale, un enfant exhorte les adultes au refrain : « Pardonnez-nous nos enfances »…La pirouette finale, savoureuse, séduira les amateurs de bons mots. La chanson Maryline est aussi une fable puissante sur la façon dont les filles sont parfois dépossédées de leur corps dans les cours d’école, puis plus tard au sein de certaines familles. A l’écoute de cette chanson, on songe à Anne Sylvestre. Pour la progression implacable des refrains et la forme de fable que semble affectionner AnneliSe. On comprend mieux un peu plus tard, lorsqu’elle précise qu’elle a beaucoup écouté petite les histoires de sa mère, conteuse.

Lire la suite
_____________
_____________