Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Maxime Della Coletta - En plan séquence | Page d'accueil | Festival Dimey 2019 »

mercredi, 22 mai 2019

Claude Févre - Festival Bernard Dimey 2019, sur les pas du poète Dimey

Faire connaître Bernard Dimey, collecter et sauver les archives qui témoignent de sa vie et de son œuvre, l’arracher à la fuite du temps, à son inexorable et injuste indifférence, c’est bien la tâche que s’est donnée l’association qui porte son nom et qui s’apprête à fêter le 20ème anniversaire de son festival. Car c’est d’un combat contre l’oubli dont il s’agit dans l’esprit de Philippe Savouret, celui qui, le premier, de son poste de directeur de la médiathèque, s’attela à la tâche, convaincu de l’immensité du talent du poète. De son combat naquit un rendez-vous annuel rassemblant poètes, chanteurs, musiciens qui, peu ou prou, pourraient être ses enfants.

L’homme, et d’abord l’enfant et l’adolescent d’exception, nous a été rappelé par son compagnon d’ Ecole Normale à Troyes, Jean Lefèvre. Sa conférence semée d’anecdotes trace, sur un ton souvent badin et léger que n’aurait sûrement pas renié Dimey, un parcours qu’il résume en cette formule «  conception à Nogent, gestation à Troyes, éclosion du poète à Paris ». Et l’on peut légitimement s’étonner que si peu d’entre nous le connaissent à sa juste valeur, hormis quelques titres de chansons comme Syracuse bien sûr, chanté par Henri Salvador, ou Mon truc en plumes, par Zizi Jeanmaire. Car Bernard Dimey côtoya tous ceux que le Montmartre de ces années là, entre 1950 et fin des années 70, fertiles en-chanteurs, comptait dans ses rues. Il y trouva des interprètes, des compositeurs et surtout il y déclama à tout va ses textes.

Lire la suite
_________________
_________________

08:35 Publié dans | Lien permanent