Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Charles Aznavour "Pour faire une jam" | Page d'accueil | BFMTV - Qui est Eddy de Pretto, le nouveau "Kid" de la chanson française? »

lundi, 22 janvier 2018

Nos Enchanteurs - Alain Sourigues, boxeur à profusion, chanteur à contusion

Alain Sourigues, 14 janvier 2018, Théâtre Clavel à Paris,

Si la programmation d’Edito/Noir Coquelicot au Théâtre Clavel (1) vit ces temps-ci quelques soubresauts (des annulations pour diverses raisons non imputables à l’organisateur), elle connaît la plupart du temps de bien belles satisfactions. Comme ce dimanche…

Là, nous sommes au terme du spectacle. La salle est presque comble et l’artiste anticipe les réactions du public. Et il supplie celui-ci de le laisser partir : il a fait son taff, ralenti même la cadence en fin de parcours pour être raccord avec son contrat mais pas plus. Il sait l’adhésion des spectateurs. Il les flatte, les cajole, s’agenouille devant eux, à presque pleurer. Il les culpabilise, les brusque même : il veut partir. Nous, le public, sommes censés le retenir. C’est vrai que nous avons notre dû : la ration fut généreuse, la pitance bonne. L’homme de lettres qu’il est (notons qu’il fut jadis facteur, à en distribuer en abondance) jongle avec le verbe sans jamais faire tomber le moindre mot. Avec son physique de mousquetaire, il foudroie l’air de sa verve comme d’Artagnan le faisait de son épée. Son spectacle est l’exacte rencontre, la fusion, entre un one-man show d’humoriste et un tour de chant. Qui plus est brillant, excitant, exaltant.

Lire la suite
__________________
__________________

08:30 Publié dans | Lien permanent