Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Isabelle AUBRET : "Brel, Brassens, Ferrat me prenaient dans leurs bras" | Page d'accueil | Indochine "Savoure le rouge" »

vendredi, 15 septembre 2017

Le blog du doigt dans l'oeil - Sarclo a ses règles. Ou comment fabriquer des chansons… Troisième jour.

Troisième règle : ( Il y en aura huit ou neuf) un spectacle de chansons n’est pas une leçon de géographie. LES ÉLÉMENTS DE COSMOGONIE GÉNÉRALE SONT À UTILISER AVEC CIRCONSPECTION : Richard Desjardins donne un exemple de leur utilisation correcte : «Ton dos parfait comme un désert quand la tempête a passé sur nos corps, un grain de beauté où je m’en vas boire… » (« Tu m’aimes-tu ? »). La tempête et le désert sont évidemment des évocations de bouleversements intérieurs et non des éléments de bulletins météo. Si, à la lecture d’une chanson, la nuit n’est qu’une nuit, et le vent ne sert qu’à faire bouger les cheveux de l’être aimé, ce n’est pas une chanson, c’est une merde.

Contre-ordre : « il pleut sur le lac majeur, j’ai tout oublié du bonheur » l’élément météorologique est bien là pour symboliser un état d’âme, et non pour se représenter lui-même, mais l’état d’âme est si misérable que ça ne sauve rien. La chanson est une merde, et la règle est inopérante.

Lire la suite
_________________
_________________

08:30 Publié dans | Lien permanent