Web Statistics

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Boulevard des airs - J'm'excuse pas | Page d'accueil | Pierre Delorme, Pat et Charlie »

jeudi, 08 juin 2017

L'actualité de la chanson française du 26 mai au 1er juin

Les artistes de la semaine sont dans le nouveau numéro de Francofans : Martin Luminet, Paris Combo, Matmatah, Eskelina, R.Wan, Boulevard des Airs, Camille Hardouin, Francesca Solleville, Leopoldine HH, Pierre Delorme, Hélène Piris.

L'album de la semaine : Camille Hardouin, Mille bouches

Le clip de la semaine - Léopoldine HH - Blumen im Topf

CAMILLE HARDOUIN

Libé - Camille Hardouin, demoiselle sauvage

La Française sort son premier album, entre chanson poétique et folk tellurique. Un disque illustré par Maya Mihindou qui revient sur cette rencontre.

Les pieds sur les toits. «Camille avait écrit un beau texte après le 13 Novembre, où elle avait tellement besoin de prendre de la hauteur qu’elle y parlait de marcher sur les toits. Certains pieds ont la couleur de l’arbre en bas à droite. Je vois Camille comme une femme sauvage. Ici, elle sort de la forêt. Les corps qui gravitent au niveau du ventre et ceux qui pendent de la tête [de poisson, ndlr], ce sont les gens que l’on aime, que l’on porte et qui nous constituent.»

BOULEVARD DES AIRS

Culturebox - Le groupe Boulevard des Airs savoure son succès en gardant les pieds sur terre

Les membres du groupe français Boulevard des Airs connaissent un succès grandissant. Après les scènes de Tarbes et ses alentours, le groupe remplit aujourd’hui les Zéniths, grâce à ses tubes "Emmène-moi" et "Bruxelles". Soucieux de conserver un lien avec ses racines, le groupe revient chaque année à Pau, pour un concert exceptionnel.

Le Parisien - Revivez le concert privé de Boulevard des Airs au Parisien

Le groupe Boulevard des Airs était en live pour un mini-concert et une interview, ce lundi, en début d'après-midi, au Parisien. Regardez. 

Boulevard des Airs trace sa route. Au fil des mois, elle est de plus en plus grande, large et confortable pour le groupe de neuf musiciens et chanteurs originaires de Tarbes. Le déclic porte le nom d'une autre ville «Bruxelles», titre du dernier album en date du groupe qui les a emmené loin.

ESKELINA

RFI - Eskelina, chaleur nordique

La Suédoise, plus française que jamais, offre un successeur à son remarqué Le matin du pélican. Toujours sous la houlette de Florent Vintrigner et du compositeur Christophe Bastien, son deuxième album La verticale brille par son charme constant et l'interprétation incarnée de la jeune femme.

Et soudain Désordre, chanson sociale et éveilleuse de conscience. C'était il y a exactement un an et demi sur la scène de la finale du prix Moustaki. On y découvrait une chanteuse au nom étrange, (presque) inconnu et à l'accent significatif. Mais aussi une interprète à la force de conviction indéniable qui avait conquis unanimement jury et public. Ce bel élan initial, qui s'est accompagné d'un booking de dates assez conséquent, réclamait une suite logique et attendue.

SOAN

RFI - La vie de Soan

Un an à peine depuis son dernier disque, Soan publie Celui qui aboie, une collection hétéroclite de chansons rock. Dans une ambiance bastringue, l’ancien vainqueur du télé-crochet, la Nouvelle Star, y raconte l’amour, la mort, et sa vie entre les mousses. Un matin pas bien réveillé, Julien Decroix s’est raconté. Sa gouaille a fait le reste...

BRASSENS

Non Fiction - Brassens, le chanteur anti-système

L’ouvrage de Salvador Juan se veut une « contribution d’esthétique sociologique » à l’image de l’étude que Norbert Elias avait consacrée à Mozart . Il s’agit ainsi de mettre les œuvres en rapport avec la société qui les vit, et non pas uniquement avec d’autres œuvres. Georges Brassens, entré dans la mémoire collective, est un « phénomène social en ce sens que son œuvre reflète la société française du XXe siècle et, pour une part, une humanité intemporelle ».

BABX

C'est déjà ça - Babx, le doux fonceur

Voguant sous son propre label, Bison Bison, depuis 2015, Babx cultive les projets qui viennent du coeur, à l'image de l'album "Ascensions", sorti le 26 mai, né en réaction aux attentats de Paris

On parle peu de lui, et pourtant il chevauche de multiples projets. Babx véhicule une force tranquille, limite nonchalante, mais il a baptisé son label du nom d'un animal fonceur, Bison Bison. Sous la suavité de ses compositions bouillonne un volcan électrique. Ainsi va Babx, l'un des artistes les plus intéressants de la scène française, à l'indolence trompeuse. Le 26 mai, il sort un album épuré, né dans la fièvre des attentats de Paris, en novembre 2015. Tour d'horizon de son actualité passée et à venir à l'occasion d'un concert qu'il donnait autour de son album "Cristal Automatique #1", en mars dernier à Saintes.

MARTIN LUMINET

Les chroniques de Mandor - Martin Luminet : interview pour son EP En attendant d'aimer

J’ai vu pour la première fois Martin Luminet il y a quelques mois dans un bar de Tarbes, Le Celtic, dans le cadre du Mégaphone Tour (j’en ai fait une mandorisation là). J’ai très vite apprécié ses chansons. Chansons d’amour désillusionnées à l’extrême, ironiques, tendres et drôles. Un savant mélange extrêmement rare. Il relie « plusieurs chansons » explique-t-il, « qui évoquent un peu la même période, celle où l’on tarde à tomber amoureux soit parce qu’on ne l’a jamais été, soit parce qu’on l’a été très fort et que l’on piétine à l’idée à s’y abandonner de nouveau. »

BARJAC 2017

Nos Enchanteurs - Barjac 2017. Le programme des Rencontres

Nouvelle « tradition » depuis l’an 01 que fut la prime édition de Barjac m’en chante en 2016, le festival, désormais sous la houlette de Jean-Claude Barens, organise ses Rencontres de fin de matinée. Sauf que l’an passé ça se nommait le 11 h 11 et que, cette fois-ci, c’est le 11 h moins 11 : c’est le débattre plus, suggéré l’an passé par notre confrère François Bellart, de NosEnchanteurs. Et c’en est un autre journaliste de notre site, Michel Kemper, qui animera ces précieux moments de dialogue.

08:00 Publié dans | Lien permanent